En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 19 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 16 heures 43 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 8 heures 41 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 11 heures 58 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 18 heures 30 sec
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
La devise des Anonymous "Nous sommes anonymes. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Attendez-vous à nous voir" fait peur.
© Reuters
La devise des Anonymous "Nous sommes anonymes. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Attendez-vous à nous voir" fait peur.
La guerre des hackers

World War Web : Anonymous, c'est l'e-Al Qaïda !

Publié le 24 janvier 2012
Groupement international de hackers, Anonymous lance la riposte suite à la fermeture de Megaupload. Organisation secrète, elle rappelle par son mode opératoire une autre "base" célèbre...
Matthieu Creux est blogueur politique sur Le Mal Pensant.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Creux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Creux est blogueur politique sur Le Mal Pensant.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Groupement international de hackers, Anonymous lance la riposte suite à la fermeture de Megaupload. Organisation secrète, elle rappelle par son mode opératoire une autre "base" célèbre...

Lire aussi sur ce sujet :
Anonymous : ces gamins bricoleurs contre lesquels les Etats ne peuvent guère lutter
et La fermeture de Megaupload va entrainer la radicalisation des hackers 

Si Tom Cruise n'avait pas été scientologue, le site de la Hadopi n'aurait probablement pas été piraté vendredi soir. Surprenant ? Pas tant que ça. Entre la scientologie et l'attaque par déni de service d'un certain nombre de sites Internet parmi lesquels celui du FBI, du ministère de la Justice américaine ou, en France, celui de la Hadopi et dimanche soir de Vivendi, il existe un double lien : le forum américain 4chan et les Anonymous. 

En quelques lignes pour les néophytes, 4chan.org est l'un des plus grands forums anglophones du monde. Chaque internaute y poste une image, à ranger dans plusieurs rubriques. Chaque jour, plus de 200 000 images sont postées et consultées aléatoirement. Il n'y aucune modération : liberté de pensée et de parole absolue. On y trouve donc de tout : photos humoristiques, zoophilie, tortionnaire de chats, etc…

En 2008, plusieurs vidéos volées font le tour du Web montrant Tom Cruise faire du prosélytisme pour la scientologie lors d'une réunion interne au mouvement. Les avocats de la scientologie saisissent alors la justice pour les faire retirer de Youtube. En réaction à ce que les internautes de 4chan considéreront comme de la censure naîtra le premier mouvement de contestation porté par les désormais célèbres "Anonymous", émanation radicalisée d'un forum de geeks et de hackers souvent encore adolescents.

Leur spécialité : attaquer par déni de service (expliqué simplement : submerger une page Internet de requêtes pour bloquer le serveur en le saturant et faire sauter le site) la constellation de sites liés aux censeurs. Et quelques autres extras comme inventer les LOLcats, pirater la boite email de Sarah Palin ou retrouver les tortionnaires d'un chat sauvage

Ce cybermouvement en est à son cinquième combat médiatique d'envergure (bien d'autres étant restés plus discrets) :

  • En 2008, les sites scientologues afficheront donc écran noir ("Projet Chanology", pour 4chan + Scientologie). 
  • En décembre 2010, Anonymous soutient et venge Julian Assange en attaquant les institutions qui ont limité les moyens (notamment financiers) de Wikileaks, comme Paypal.  
  • En janvier 2011, l'OpTunisia fait tomber des sites gouvernementaux tunisiens. S'en suivront des actions contre l'Egypte, la Libye et aujourd'hui encore contre la Syrie.
  • En avril 2011, à la suite des mesures prises par Sony contre plusieurs hackers, dont le très jeune pirate GeoHot qui fut le premier à réussir à pirater la Playstation 3 et à pirater la version 4.1 de l'iOS d'Apple, les Anonymous s'attaquent aux données personnelles conservées dans le "PlayStation Network" de Sony. 
  • En janvier 2012, la fermeture du site de streaming MegaUpload provoque leur colère, et selon le bon principe "action, réaction" théorisé le personnage de François Berléand dans le film de Christophe Barratier, les Anonymous vont s'activer pour pénaliser tous les bénéficiaires ou acteurs de l'arrestation des fondateurs du site.



Certains ont parlé de "World War Web" pour illustrer ce scénario où les États et les grands groupes sont provoqués en duel à chaque initiative contraignante pour ces idéologues libertaires du tout gratuit, tout autorisé. Sans conteste, il s'agit d'une vraie guerre froide électronique. Il n'y a pas de morts mais les dégâts matériels et financiers sont importants. Les services de renseignement des Etats recrutent à tour de bras des ingénieurs spécialisés pour contrer ces attaques (et parfois y contribuer ?). Les entreprises se protègent comme elles peuvent lorsque d'autres abandonnent (comme Hadopi), certains de ne pas pouvoir résister, et regardent donc béa leurs sites Internet afficher le masque de Guy Fawkes, sourire aux lèvres, symbole des Anonymous.

Cette filiation visuelle avec l'anarchiste qui voulait faire sauter la Chambre des Lords anglaise en 1605, ce mode opératoire guerrier et cette systématisation de la suppression (virtuelle) de ses opposants (légitimes, au sens wébérien) rapprochent les Anonymous du terrorisme. La définition communément admise du cyber-terrorisme leur va d'ailleurs très bien : selon Kevin G. Coleman, l'un des plus grands spécialistes internationaux, il s'agit de "l'utilisation préméditée des activités perturbatrices, ou la menace de celle-ci, contre des ordinateurs et/ou réseaux, dans l'intention de causer un préjudice ou encore social, idéologique, religieuse, politique ou des objectifs similaires, ou pour intimider toute personne dans la poursuite de tels objectifs".

Un parallèle est d'ailleurs de plus en plus justifié : Anonymous serait une sorte d'Al-Qaida du Web. Après tout, Al-Qaida, en arabe, veut dire "la base" (de donnée). Le terrorisme anonyme comme moyen commun, des fidèles identiquement déstructurés et isolés les uns des autres, une marque mondialement connue dont on peut se revendiquer sans être préalablement reconnu par l'Organisation, une stratégie médiatique très étudiée donnant l'impression d'être le David contre les Goliath, une idéologie contestataire protégeant une identité sans frontière... d'un point de vue sociologique, les points communs sont forts et indéniables.

La devise des Anonymous "Nous sommes anonymes. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Attendez-vous à nous voir" fait peur. Le mouvement de plus en plus international se rallie à de plus en plus de causes très diverses : soutien des étudiants iraniens mobilisés contre les élections truquées par le régime, défense des altermondialistes "indignés" en soutenant les contestataires d'Occupy Wall Street, face-à-face avec le cartel mexicain de la drogue Los Zetas pour défendre un hacker politique, hackage du Tea Party aux Etats-Unis qui s'était prononcé contre le mariage homosexuel et avait utilisé une citation volée aux Anonymous, attaque du parti conservateur irlandais Fine Gael, sabotage des infrastructures informatiques de l'église protestante Westboro... Les États sont tous concernés tour à tour : banque fédérale américaine, site de l'Elysée, gouvernement malaisien, armée israelienne, Nigéria, Pologne.

En trois ans d'existence, aucun leader incarné n'a émergé. A chaque tête coupée, cent repoussent. Mieux que l'Hydre de Lerne. Un bémol : pour quel résultat ? Une visibilité médiatique, certes. Quelques reculs législatifs, parfois, souvent éphémères, comme ce sera probablement le cas pour les projets de lois américains SOPA/PIPA. Mais jamais rien de définitif, ou presque. Hadopi existe toujours, Ahmadinejad gouverne encore, Kadhafi n'est pas tombé parce que son blog n'était plus en ligne et les indignés continueront de s'indigner longtemps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jayjay
- 25/01/2012 - 16:21
mauvaise comparaison
Clairement l'auteur est dépassé par les monde de l'Internet. Traiter Anonymous d'Al-qaida revient à dire que chaque manfestant ou grèviste du monde est aussi un terroriste. L'auteur confond aussi le concept 'Free' que l'on emploie sur l'Internet, cela ne veux pas dire gratuité mais liberté d'accès à l'information.
Vousetmoi
- 25/01/2012 - 11:44
Anonymous pas si sûr !
Contrairement à Al Quaida et à ce qui est décrit dans cet article, les Anonymous ne sont pas des anarchistes.
Ce sont des gens comme vous et moi qui cherchent à faire entendre leur voix pour tenter de se réaproprier un monde dans lequel ils ne reconnaissent pas.
Évidemment tout ce qui n'est pas conforme aux standards de l'ordre établi fait peur. Personnellement ça me rassure que es peuple veuillent prendre leur destin en mains de façon pacifique. Je pense que ce n'est que le début et si on regarde bien entre les lignes, le monde qu'ils proposent est autrement plus sympathique que celui dans lequel nous vivons.
Je ne serais pas surpris que des liens finissent par se tisser entre Anonymous, indignés, alter-mondialiste et autres propositions d'un avenir différents, plus juste pour tous. Tant qu'il y a des idées il y a de l'espoir. On ne peut que refuser la situation mondiale actuelle et les soubresauts de plus en plus totalitaires d'un modèle à l'agonie. Notre avenir et le développement humain durable passera par l'adhésion et l'implication de tous. Donc par plus de liberté, de justice et de démocratie qui est aussi de la volonté du peuple. Anonymous c'est le peuple et il est mondial.
j0hn
- 24/01/2012 - 16:59
Poulala
Là comme ça je dirai que cet article sonne creux...