En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Macron skie français

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 6 min 51 sec
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 25 min 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 47 min 51 sec
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 1 heure 2 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 4 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 4 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 4 heures 31 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 16 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 44 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 50 min 32 sec
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 1 heure 22 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 4 heures 3 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 4 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Mauvais calcul

Loi Travail : cet étrange risque que semble vouloir prendre la droite sénatoriale en faisant une grande démonstration de libéralisme

Publié le 17 juin 2016
En commission, la loi El Khomri -qui est discutée à partir de ce lundi au Sénat- a été nettement durcie par la droite qui entend faire la démonstration de sa capacité à réformer. Est-ce une stratégie payante alors que 59% des électeurs de droite soutiennent la mobilisation ?
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En commission, la loi El Khomri -qui est discutée à partir de ce lundi au Sénat- a été nettement durcie par la droite qui entend faire la démonstration de sa capacité à réformer. Est-ce une stratégie payante alors que 59% des électeurs de droite soutiennent la mobilisation ?

Et la commission a travaillé, travaillé… Tant et plus qu'elle a fait revivre ce texte que tout le monde disait vidé de sa substantifique moelle. La loi El Khomri s'offre, aujourd'hui, une nouvelle vie. Une vie de droite, plus libérale, moins protectrice mais non moins médiatique.

La loi El Khomri, version Assemblée nationale, prévoyait la possibilité pour un syndicat minoritaire de provoquer un référendum d’entreprise pour faire valider un accord auquel un syndicat majoritaire se serait opposé. La commission des affaires sociale du Sénat est allée plus loin et propose qu'en l’absence d’accord au sein d’une entreprise, ce ne soit plus vers les syndicats mais vers les salariés que l’employeur se tourne directement. Le texte serait alors validé si au moins deux tiers des salariés sont d’accord.

Auparavant, pour élire des délégués du personnel, l’entreprise devait au moins être constituée de onze salariés. Les sénateurs proposent de porter ce chiffre à vingt. Et surtout, la commission a réintroduit les mesures qui avaient fait hurlé l'Assemblée qui avait fini par les supprimer comme le plafonnement des indemnités de licenciement au conseil des prud’hommes, mais aussi, la possibilité pour une entreprise internationale d’opérer des licenciements économiques au niveau national.

Bref, la commission des affaires sociale, où la droite est majoritaire, a souhaité durcir le texte, afin de mettre en exergue ce qu'elle-même aurait fait si elle avait été au pouvoir pour aider les entreprises et réduire le chômage. En pleine reconquête électorale, la droite s'offre ainsi un beau panneau publicitaire. Au risque, dans le même temps, d'aider Manuel Valls qui espère s'appuyer sur cette séquence pour démontrer qu'entre la droite et lui il y a une véritable différence et rappeler ainsi à ses électeurs qu'en 2017, s'ils optent pour le vote protestataire ou l'abstention, la droite sera sans pitié.

En durcissant ainsi le texte, la droite s'est même privée d'une arme politique intéressante. En effet, si l'article 2 était demeuré intact avait été voté conforme à celui de l'Assemblée, Manuel Valls n'aurait pu le modifier pour faire plaisir aux frondeurs, s'offrant ainsi une porte de sortie. Il aurait été piégé. Mais les sénateurs ont ajouté un amendement afin d'allonger le temps de travail : "A défaut d'accord, cette durée serait fixée à 39 heures hebdomadaires ", indiquent-ils.

Les élus LR ont donc, avant tout, souhaité faire une grand démonstration de libéralisme, mais est-ce réellement efficace électoralement parlant ? Est-ce un bon choix lorsqu'on observe que 59% des Français soutiennent le mouvement social ? Certes, ils ne sont que 31% chez les LR (pour partie mués par un réflexe anti CGT) mais 72% au FN. Or, la droite aura besoin d'une partie de cet électorat afin de l'emporter en 2017 et ne la séduira pas en allant uniquement sur le terrain de l'identitaire et du sécuritaire.

D'ailleurs, les différents candidats à la primaire sont en train de se questionner et, face à la popularité de la mobilisation, de remettre en cause cette grande course au libéralisme entamée il y a quelques mois. De François Fillon à Bruno Le Maire, ils reviennent quelque peu sur les déclarations tonitruantes de l'hiver et ajoutent une dose de social à leurs propositions.

La stratégie du Sénat semble donc s'adresser, avant tout, au cœur de cible des électeurs LR, les chefs d'entreprises, petits et grands, les professions privilégiées et les retraités passant à côté de la masse alors que la CGT annonce une nouvelle journée d'action le 13 juin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 14/06/2016 - 11:48
Cœur de cible
Citation : ''cœur de cible des électeurs LR, les chefs d'entreprises, petits et grands, les professions privilégiées et les retraités''. Pauvres connards ! Vous n'avez pas encore compris que les Ripoublicains défendent exclusivement les intérêts des millionnaires et du CAC 40 ? Au pouvoir depuis des décennies les salopards de PS-Ripoublicains rendent la vie totalement impossible aux petits entrepreneurs. Dans les années qui viennent tous les médecins libéraux auront pris leur retraite et ne seront pas remplacés. Mais les abonnés du quatrième âge du Figaro trouvent que tout va très bien, qu'il faut encore plus de Libéralisme !
vangog
- 13/06/2016 - 13:22
@Anguerrand J'avais écrit qu'il y avait de très bonnes idées
dans le texte initial, excepté les délires communautaristes de Badinter et l'article 6 qui fait rentrer religion et communautarisme dans les entreprises. Mais la méthode socialiste consiste à se soumettre ceux qui hurlent (et tapent) le plus fort, chacun y allant de son couplet hystérique...résultat final nul! qui aurait pu en douter?
Anguerrand
- 13/06/2016 - 11:47
A vangog
Le projet de loi initial était très proche de ce que vous décrivez, les LR et donc le FN auraient donc pu le voter. Ne vous faites pas d'illusion, toute tentatives de la moindre evolution reproduira les mes grèves et les mêmes grévistes. MLP ou un autre s'ils font leur travail subirons des grèves très dures, les français ne veulent pas voir que ces réformes sont nécessaires et ont été réalisées et que ces pays se retrouve avec le plein emploi. Allez expliquer à l'aristocratie des fonctionnaires, régimes spéciaux en tête qu'il seront aligné sur le privé. MLP ne fera pas de miracles !