En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 2 heures 15 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 3 heures 53 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 20 heures 10 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 21 heures 11 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 22 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 1 jour 22 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 4 heures 41 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 20 heures 30 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 1 jour 12 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 1 jour 34 min
© Reuters
© Reuters
Mauvais calcul

Loi Travail : cet étrange risque que semble vouloir prendre la droite sénatoriale en faisant une grande démonstration de libéralisme

Publié le 17 juin 2016
En commission, la loi El Khomri -qui est discutée à partir de ce lundi au Sénat- a été nettement durcie par la droite qui entend faire la démonstration de sa capacité à réformer. Est-ce une stratégie payante alors que 59% des électeurs de droite soutiennent la mobilisation ?
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En commission, la loi El Khomri -qui est discutée à partir de ce lundi au Sénat- a été nettement durcie par la droite qui entend faire la démonstration de sa capacité à réformer. Est-ce une stratégie payante alors que 59% des électeurs de droite soutiennent la mobilisation ?

Et la commission a travaillé, travaillé… Tant et plus qu'elle a fait revivre ce texte que tout le monde disait vidé de sa substantifique moelle. La loi El Khomri s'offre, aujourd'hui, une nouvelle vie. Une vie de droite, plus libérale, moins protectrice mais non moins médiatique.

La loi El Khomri, version Assemblée nationale, prévoyait la possibilité pour un syndicat minoritaire de provoquer un référendum d’entreprise pour faire valider un accord auquel un syndicat majoritaire se serait opposé. La commission des affaires sociale du Sénat est allée plus loin et propose qu'en l’absence d’accord au sein d’une entreprise, ce ne soit plus vers les syndicats mais vers les salariés que l’employeur se tourne directement. Le texte serait alors validé si au moins deux tiers des salariés sont d’accord.

Auparavant, pour élire des délégués du personnel, l’entreprise devait au moins être constituée de onze salariés. Les sénateurs proposent de porter ce chiffre à vingt. Et surtout, la commission a réintroduit les mesures qui avaient fait hurlé l'Assemblée qui avait fini par les supprimer comme le plafonnement des indemnités de licenciement au conseil des prud’hommes, mais aussi, la possibilité pour une entreprise internationale d’opérer des licenciements économiques au niveau national.

Bref, la commission des affaires sociale, où la droite est majoritaire, a souhaité durcir le texte, afin de mettre en exergue ce qu'elle-même aurait fait si elle avait été au pouvoir pour aider les entreprises et réduire le chômage. En pleine reconquête électorale, la droite s'offre ainsi un beau panneau publicitaire. Au risque, dans le même temps, d'aider Manuel Valls qui espère s'appuyer sur cette séquence pour démontrer qu'entre la droite et lui il y a une véritable différence et rappeler ainsi à ses électeurs qu'en 2017, s'ils optent pour le vote protestataire ou l'abstention, la droite sera sans pitié.

En durcissant ainsi le texte, la droite s'est même privée d'une arme politique intéressante. En effet, si l'article 2 était demeuré intact avait été voté conforme à celui de l'Assemblée, Manuel Valls n'aurait pu le modifier pour faire plaisir aux frondeurs, s'offrant ainsi une porte de sortie. Il aurait été piégé. Mais les sénateurs ont ajouté un amendement afin d'allonger le temps de travail : "A défaut d'accord, cette durée serait fixée à 39 heures hebdomadaires ", indiquent-ils.

Les élus LR ont donc, avant tout, souhaité faire une grand démonstration de libéralisme, mais est-ce réellement efficace électoralement parlant ? Est-ce un bon choix lorsqu'on observe que 59% des Français soutiennent le mouvement social ? Certes, ils ne sont que 31% chez les LR (pour partie mués par un réflexe anti CGT) mais 72% au FN. Or, la droite aura besoin d'une partie de cet électorat afin de l'emporter en 2017 et ne la séduira pas en allant uniquement sur le terrain de l'identitaire et du sécuritaire.

D'ailleurs, les différents candidats à la primaire sont en train de se questionner et, face à la popularité de la mobilisation, de remettre en cause cette grande course au libéralisme entamée il y a quelques mois. De François Fillon à Bruno Le Maire, ils reviennent quelque peu sur les déclarations tonitruantes de l'hiver et ajoutent une dose de social à leurs propositions.

La stratégie du Sénat semble donc s'adresser, avant tout, au cœur de cible des électeurs LR, les chefs d'entreprises, petits et grands, les professions privilégiées et les retraités passant à côté de la masse alors que la CGT annonce une nouvelle journée d'action le 13 juin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

07.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 14/06/2016 - 11:48
Cœur de cible
Citation : ''cœur de cible des électeurs LR, les chefs d'entreprises, petits et grands, les professions privilégiées et les retraités''. Pauvres connards ! Vous n'avez pas encore compris que les Ripoublicains défendent exclusivement les intérêts des millionnaires et du CAC 40 ? Au pouvoir depuis des décennies les salopards de PS-Ripoublicains rendent la vie totalement impossible aux petits entrepreneurs. Dans les années qui viennent tous les médecins libéraux auront pris leur retraite et ne seront pas remplacés. Mais les abonnés du quatrième âge du Figaro trouvent que tout va très bien, qu'il faut encore plus de Libéralisme !
vangog
- 13/06/2016 - 13:22
@Anguerrand J'avais écrit qu'il y avait de très bonnes idées
dans le texte initial, excepté les délires communautaristes de Badinter et l'article 6 qui fait rentrer religion et communautarisme dans les entreprises. Mais la méthode socialiste consiste à se soumettre ceux qui hurlent (et tapent) le plus fort, chacun y allant de son couplet hystérique...résultat final nul! qui aurait pu en douter?
Anguerrand
- 13/06/2016 - 11:47
A vangog
Le projet de loi initial était très proche de ce que vous décrivez, les LR et donc le FN auraient donc pu le voter. Ne vous faites pas d'illusion, toute tentatives de la moindre evolution reproduira les mes grèves et les mêmes grévistes. MLP ou un autre s'ils font leur travail subirons des grèves très dures, les français ne veulent pas voir que ces réformes sont nécessaires et ont été réalisées et que ces pays se retrouve avec le plein emploi. Allez expliquer à l'aristocratie des fonctionnaires, régimes spéciaux en tête qu'il seront aligné sur le privé. MLP ne fera pas de miracles !