En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Crispation
" Pourquoi n’est-il pas possible de se poser des questions sur l’IVG sans se faire traiter de fou furieux extrémiste? "
Publié le 22 janvier 2012
Avec Koz
À l'occasion de la huitième marche anti-IVG, qui se tient ce dimanche à Paris, le bloggeur Koz analyse ce phénomène qui s'amplifie d'année en année et livre son sentiment quant à l'image controversée de ce mouvement.
Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Koz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À l'occasion de la huitième marche anti-IVG, qui se tient ce dimanche à Paris, le bloggeur Koz analyse ce phénomène qui s'amplifie d'année en année et livre son sentiment quant à l'image controversée de ce mouvement.
Avec Koz

Atlantico : La 8ème marche anti-IVG se tient ce dimanche à Paris, quel est le profil des manifestants ? N’y-a’il que des extrêmistes dans ce genre de cortèges ?  

Koz : Les manifestations anti-IVG rencontrent un succès grandissant. Chaque année, le mouvement s'amplifie. À l'origine, les marches étaient essentiellement initiées par les traditionalistes (rattachés à l’Église) et les intégristes (hors de l’Église), autrement dit des « pro-vie » associés à une droite radicale, voire extrême.
Cependant, ces dernières années, le public s'est élargi et diversifié. Il s'agit évidemment toujours de personnes aux convictions catholiques bien ancrées, mais qui ne partagent ni la virulence ni le discours d'une frange extrémiste.
Désormais, les marches anti-IVG ne sont plus des événements restreints. Ils sont par ailleurs de plus en plus soutenus par les évêques. 

Atlantico : Le soutien des évêques pourrait-il encourager les plus « modérés » des catholiques a afficher leurs positions et participer à ses marches ?

Koz : Il faut préciser qu’il n'y a pas un soutien global de la Conférence des Evêques de France. Chaque évêque décide du soutien qu’il entend apporter. L'implication grandissante de certains évêques est probablement en bonne partie due à l'impulsion des initiateurs du mouvement anti-IVG. Ils les ont mis, en quelque sorte, au pied du mur, dans un mouvement qui n’est d’ailleurs pas dénué de visées stratégiques afin, probablement, de crédibiliser leurs positions politiques et religieuses.

L’opposition à l’avortement est une conviction très largement partagée dans l’Eglise, mais il y a des façons de tenir cette conviction qui maintiennent à distance des personnes qui souhaitent l’exprimer sans transiger sur l’essentiel, mais de façon plus sereine. En effet, je pense que s’il y a encore un refus de la part de plus « modérés » de participer à ces marches, c'est bien parce que ces mouvements sont trop marqués par la droite dure, outre le fait que de nombreux catholiques en ont assez d’être systématiquement enfermés dans les mêmes débats.
En ce qui me concerne et en tant que catholique, je suis également contre l’avortement mais, par exemple, je n’emploierai en aucun cas des formulations telles que « loi inique » pour parler de la loi Veil, parce que je ne partage pas cette opinion. La finalité sanitaire initiale avait sa légitimité mais il y a bien longtemps que l’argument sanitaire est dépassé et qu’il sert de prétexte. Aujourd’hui, le soutien à l’avortement est idéologique et donne lieu à des élargissements incessants.


Il faut cesser de penser que les catholiques sont dans le registre de la dénonciation. A cet égard, comme à d’autres, ils se positionnent aussi du côté de la défense du plus faible : dans le cas de l'avortement, cela comprend la femme qui a pu être « victime » du comportement de certains hommes, mais aussi l'enfant à naître. Dans le cas de l’euthanasie, il s’agit aussi de défendre ceux qui, en fin de vie, sont en situation de faiblesse. Ce sont des enjeux qui ne devraient pas être marqués politiquement et qui devraient pouvoir être partagés à droite comme à gauche, chacun avec sa sensibilité.

Atlantico : Est-il envisageable en France d'avoir un discours et un échange serein sur la question de l'IVG ?


Koz : C'est en effet anormal de ne pas pouvoir parler sereinement de l'IVG, sans immédiatement passer pour un fou furieux ! S’affirmer opposé à l’avortement, c’est aujourd’hui l’assurance de recevoir une étiquette « infâmante » dans le débat public. Il y a un vrai tabou sur ce sujet, comme s’il s’agissait d’une vérité révélée, incontestable.
Le problème, c'est qu'actuellement le débat a été trop longtemps monopolisé par l'extrême droite dont le discours est marqué par la virulence et l'intransigeance. Cependant, il faut aussi reconnaître une responsabilité aux médias notamment, qui relayent surtout les discours les plus tranchés. C'est toujours les plus radicaux, qu'on entend. Et c’est souvent à eux que l’on tend le micro.
Tout l'enjeu de cette diversification (ndlr de la composition du cortège des anti-IVG) est donc justement de montrer qu’il est possible de soutenir cette conviction et de débattre sereinement !
C'est probablement aussi aux catholiques (ndlr les plus modérés) de prendre le risque et de s'avancer pour en parler calmement, et de manière argumentée, sans rester paralysés par la crainte d'être systématiquement étiquetés... Mais disons le franchement, c'est un travail de longue haleine.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
extrême droite, IVG
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
07.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Elno
- 23/01/2012 - 16:49
Dur d'assumer hein ?
Mais les gars, il faut être honnête : quand on est contre l'avortement, on est en général croyant dans une religion quelconque, en faveur des rapports de domination de la femme par l'homme, raciste, on aime bien l'autorité et une morale bien particulière... Bref c'est ça être de droite ou d'extrême droite.
alain jugnon
- 23/01/2012 - 13:28
Cathofascisme pro-bête-pêche-chasse-et-nature
Le nazis préféraient réellement leurs chats aux juifs. La dignité du foetus c'est comme la dignité du chien ou celle du pingouin, ça ne mange pas de pain en terme de liberté, égalité...
ISABLEUE
- 23/01/2012 - 12:33
des demeurés congénitaux !!
Mais de quoi je me mèle, les garçons, continuez à parler foot et bière, laissez l'IVG aux femmes et tout ira bien.

Je rêve.. n'importe quoi .
Il y a une loi point final.