En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 11 heures 15 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 12 heures 44 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 14 heures 23 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 15 heures 41 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 17 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 18 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 10 heures 52 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 11 heures 45 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 13 heures 50 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 14 heures 46 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 22 heures 11 min
© Christophe Damaggio
© Christophe Damaggio
Le temps de l'homme

Tugdual Derville : " Il faut vérifier que les efforts pour trouver, guérir ou compenser une inégalité ne se font pas au détriment de la vie, de l’intégrité ou de la dignité humaines."

Publié le 05 juin 2016
Scientisme, eugénisme, matérialisme, individualisme, féminisme radical, idéologie du genre et transhumanisme : telles sont les idéologies qui coupent l'homme du réel. Tout le contraire de l'écologie humaine promue par Tugdual Derville dans son dernier livre.
Tugdual Derville est fondateur d’A Bras Ouverts, délégué général d’Alliance VITA et co-initiateur du Courant pour une écologie humaine. Son dernier livre, Le temps de l’Homme, est paru chez Plon en juin 2016. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tugdual Derville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tugdual Derville est fondateur d’A Bras Ouverts, délégué général d’Alliance VITA et co-initiateur du Courant pour une écologie humaine. Son dernier livre, Le temps de l’Homme, est paru chez Plon en juin 2016. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Scientisme, eugénisme, matérialisme, individualisme, féminisme radical, idéologie du genre et transhumanisme : telles sont les idéologies qui coupent l'homme du réel. Tout le contraire de l'écologie humaine promue par Tugdual Derville dans son dernier livre.

Atlantico : L'un des mots qui reviennent le plus souvent dans votre livre, Le temps de l'homme, est celui de "réel". Sur de nombreux sujets, vous affirmez que nous nous en serions éloignés, et qu'il est urgent d'y revenir. L'homme a-t-il, selon vous, perdu le sens des réalités, à commencer par la sienne ? Quels sont les principaux facteurs qui expliqueraient ce phénomène ?

Tugdual Derville : Pour partir d’un réel à la fois commun, intangible et universel, je propose de visiter notre expérience originelle : le temps de gestation de chacun de nos corps dans un corps maternel… Les interactions entre une femme enceinte et celui qu’elle porte et leurs conséquences, que l’on découvre toujours plus riches et complexes, plaident pour la préservation de cet écosystème original mère-enfant dont nous avons tous bénéficié, depuis la nuit des temps. Rayer d’un trait de plume cette expérience première, en commençant par l’éclater entre plusieurs mères, au travers de la gestation pour autrui, avant de passer à l’utérus artificiel que de plus en plus de scientistes promeuvent, c’est un déni d’écologie humaine. C’est jouer avec le feu.

Toute vie humaine est encadrée par trois limites fécondes : un corps, sexué ; le temps, compté ; et la mort, universelle. Ceux que je nomme "déconstructeurs" veulent nous en affranchir, par l’artifice. Ils s’appuient sur les épreuves inhérentes à nos vie et sur nos frustrations pour faire miroiter la fin des limites. En s’attaquant aux murs porteurs de l’humanité (parité sexuelle dans le couple, famille durable) comme s’il étaient des constructions artificielles, ils fragilisent la société. D’une façon générale, c’est le propre de toute idéologie d’être déconnectée du réel. Devant le réel, la compulsion de toute-puissance n’est que l’actualisation de la grande tentation prométhéenne. Au lieu de consentir à son identité, l'homme rêve de se recréer, au risque de s’autodétruire.

On oppose souvent le réel aux idéologies, aux abstractions intellectuelles qui façonnent en grande partie notre monde actuel à travers la politique ou l’économie. Quelles sont, d'après vous, les grandes idéologies qui éloignent aujourd'hui l'homme de sa nature profonde ? Contre quels courants de pensée s'élève "l'écologie humaine" que vous revendiquez ?

C’est la convergence de sept idéologies qui s’opère désormais : le scientisme et l’eugénisme font miroiter le bébé zéro défaut ; le matérialisme et l’individualisme nous voient comme d’insatiables consommateurs égotiques ; le féminisme radical et l’idéologie du genre glissent, selon l’expression de Jacques Attali, "vers une humanité unisexe" ; ultimement, le fantasme transhumaniste rêve de remplacer l’Homo Sapiens basique par l’homme augmenté, invulnérable, omniscient et immortel. Ces idéologies sont entrées en résonnance dans leur entreprise de démolition de la société. Elles tendent à la liquéfier, en produisant des individus se croyant autonomes, mais en réalité déracinés, isolés, frustrés.

L’écologie humaine s’attache au contraire à concevoir l’homme, dans sa complexité et son mystère, enraciné dans son histoire, sa généalogie, son pays, sa culture, relié à ses proches par ses activités de proximité. Elle a pour boussole "tout l’homme et tous les hommes". Elle est fondée sur l’anthropologie du don, qui reconnait à la fois la vulnérabilité des êtres humains, leur interdépendance et leur soif de transcendance. Aux antipodes de l’individualo-collectivisme, elle tisse des liens de confiance et de bienveillance.

Vous avez été l'un des porte-paroles de La Manif Pour Tous, dont vous rappelez qu'il s'agit de l'un des plus importants mouvements de contestation de notre histoire récente. Dans quelle mesure considérez-vous que la loi Taubira sur le mariage homosexuel risquait de nous éloigner du réel ? Ne visait-elle pas justement à tenir compte de réalités de plus en plus diverses au lieu de s'en tenir à une idée abstraite et immuable de la famille ?

En décrétant qu’il était juste de confier un enfant adoptable à deux hommes ou deux femmes, la loi Taubira a imposé l’interchangeabilité entre le père et la mère, et même leur effacement des documents administratifs… Cette neutralisation forcée est une injustice, un abus de puissance mais aussi un déni du réel, car, dans la réalité biologique et psychologique, les fonctions paternelles et maternelles sont très dissymétriques. Chacune est utile et spécifique. La biologie de l’engendrement est tout ce qu’il y a de plus concret et naturel. Une chose est de venir en aide à des adultes ou à des enfants qui vivent dans des configurations différentes, une autre est de nier qu’un enfant a besoin, non seulement d’avoir un père et une mère, mais aussi de vivre avec eux. Ce n’est pas faire injure à ceux qui sont privés de ce type de foyer que de constater que c’est une situation moins facile, voire douloureuse : je précise que 80% des Français ont d’ailleurs le bon sens de reconnaitre qu’un enfant a besoin de vivre avec ses deux parents pour avoir les meilleures chances d’épanouissement.

Changer par la loi la définition du mot "mariage", non seulement a vidé ce mot de son vrai sens, mais aussi a imposé à tous les Français un mensonge anthropologique. Le déni, par la loi, de la complémentarité biologique et symbolique entre l’homme et la femme s’avère particulièrement insécurisant pour les générations futures.

Dans votre livre comme dans votre activité à la tête de l'association Alliance Vita, vous prônez l'attention aux plus faibles, aux tout petits et aux blessés de la vie. N'est-il pas nécessaire d'agir de toutes les manières possibles sur le réel pour corriger ce qu'il a d'injuste, comme par exemple les maladies ou les inégalités dont on hérite, que ce soit biologiquement ou socialement ? 

Mon expérience personnelle, notamment auprès des enfants handicapés, m’a convaincu que l’homme se trouvait en se donnant, et particulièrement en prenant soin d’autrui. Il ne s’agit pas de contester le bénéfice de ce type d’action, ni celui des extraordinaires progrès scientifiques et médicaux auxquels nous devons notre mieux-être, voire notre survie, ne serait-ce parce qu’au moins un de nos ascendants a été "sauvé" par la médecine… La médecine et la recherche doivent progresser. Il faut juste vérifier que les efforts pour trouver, guérir ou compenser une inégalité ne se font pas au détriment de la vie, de l’intégrité ou de la dignité humaines. Ce serait une régression. Tous les moyens ne sont pas bons : la conscience de l’homme doit d’autant plus réguler la technique que cette dernière a acquis une puissance de destruction phénoménale.  

Par définition, le réel est limité et il nous limite. S'en tenir à ces limites ne consisterait-il pas à nier l'aspiration de l'homme à s'épanouir toujours plus, et de nos sociétés à se développer sans cesse ?

Vous avez raison, l’homme est fait pour se développer. Sa propension à créer une culture toujours en devenir est pour ainsi dire "dans ses gènes". Aujourd’hui, ses progrès sont, dans certains domaines, exponentiels. C’est un exercice difficile, personnel et collectif, de discerner comment apprivoiser ces mutations sans qu’elles nous aliènent. Le "toujours plus" (de dépenses, de biens, de vitesse, de pouvoir, de transgressions…) peut aboutir à une humanité amoindrie dans son essence. La machine ne doit dominer ni la chair, ni l’esprit. La frénésie consumériste ne pourra pas combler le vide de sens qu’éprouvent beaucoup de nos contemporains. C’est pourquoi, pour juguler "le totalitarisme techniciste", sans contester les bénéfices du digital, je plaide en faveur d’une descente en humanité, par un rapprochement des corps réels et, surtout, la garde du "for intérieur", siège de la conscience libre. C’est le propre de l’homme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

05.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

06.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 05/06/2016 - 10:19
M Derville décrit bien
le vide de sens contemporain. Un problème qui touche la société consumériste occidentale.