En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 35 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 44 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 14 heures 15 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 54 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 16 heures 24 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 49 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 17 heures 8 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 10 heures 24 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 11 heures 23 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 12 heures 3 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 26 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 41 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 43 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 59 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 17 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Mise au point

Non, le Bore-out n’est pas une maladie professionnelle (voici pourquoi)

Publié le 06 juin 2016
Au cours des dernières semaines, de nombreux écrits ont fait état d'une nouvelle maladie professionnelle, le "Bore-out ". Cependant, considérer ce phénomène réel d'ennui au travail comme une pathologie serait une erreur.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours des dernières semaines, de nombreux écrits ont fait état d'une nouvelle maladie professionnelle, le "Bore-out ". Cependant, considérer ce phénomène réel d'ennui au travail comme une pathologie serait une erreur.

Atlantico : Ces dernières semaines, de nombreux écrits ont fait état d'une nouvelle maladie professionnelle assimilable à un syndrome d'ennui au travail et baptisée le "Bore-out". Dans quelle mesure considérez-vous qu'il s'agit d'une imposture ? 

Xavier Camby : Je veux d'abord dire mon estime et mon respect pour tous ceux qui s'engagent résolument et sans mercantilisme contre toutes les formes nouvelles de la souffrance au travail. Leurs initiatives sont variées et très nombreuses, de part le monde entier. Comme dans toute recherche, des tâtonnements sont inévitables et il est bien évident que certaines explorations sont plus avancées ou plus heureuses que d'autres.

Réduire le Bore-out à un ennui professionnel me semble erroné. Et très paradoxal : dans les faits, seuls sont réellement victimes d'accidents psychiques professionnels, dans les 3 formes que j'ai décrites ailleurs, ceux qui travaillent intensément, qui sont très engagés et qui assument de vraies responsabilités ; un paresseux ou un dilettante ne fera jamais un Burn-out, un Bore-out authentique, ni ne souffrira d'un syndrome d'imposture. 

La dépression nerveuse, de nature différente mais dont les symptômes sont quasi identiques, est plus vraisemblable, pour celui qui déclare s'ennuyer au travail. La Faculté - en Amérique du Nord comme en Europe - semble incapable à ce jour de faire cette distinction et refuse d'étudier cette nouvelle forme de souffrance qu'est l'accident psychique : les traitements indistinctement proposés consistent en une camisole chimique (on efface les symptômes, en ignorant les causes) et dans le renvoi de l'accidenté à sa seule responsabilité privée (en l'invitant à des introspections culpabilisantes, souvent inutiles).

Le Bore-out n'est pas lié à l'ennui professionnel. Ce contre-sens provient sans doute d'une traduction un peu trop littérale ou hâtive, autant que de la méconnaissance de l'écoeurement professionnel, que ce mot désigne pourtant.

Si le "Bore out" n'est pas une maladie, de quoi s'agit-il véritablement ?

Une claire distinction entre une maladie et un accident est nécessaire. Par exemple, mon grand-père était maître de carrière. La poussière de granite, comme la fumée de combustion des explosifs, le firent souffrir toute sa vieillesse d'un trouble respiratoire appelé emphysème. C'est une maladie liée à l'exercice spécifique d'un métier particulier. Un accident professionnel aurait été l'éclatement imprévu d'une roche, la rupture d'un câble, un engin mal contrôlé, mais aussi bien une chute de vélo ou un coup de marteau sur le pouce, causant une blessure physique.

Le Bore-out est un accident psychique. Cette nature, à la fois accidentelle et psychique, le rend moins facilement identifiable, car en dehors de nos références habituelles. Il procède d'un profond - même si inconscient - écoeurement pour une activité professionnelle, exercée trop longtemps sous contrainte, inconsciente elle aussi. Ses premiers symptômes peuvent être physiques : nausées, vertiges, chutes, vomissements, syncopes. Puis psychiques : insomnie, déconcentration, changements d'humeur, dépersonnalisation, désespoir, angoisses, pulsions suicidaires...

Contrairement à une croyance inepte ou à une coupable lâcheté (qu'hélas j'ai rencontrée chez quelques dirigeants ou DRH), cet accident psychique est toujours directement lié à l'exercice d'un travail. Toujours professionnel donc, même s'il peut impacter ou détruire ensuite la vie entière de sa victime. Toujours donc à considérer aussi comme de la responsabilité de l'employeur, qui doit premièrement le prévenir - c'est possible et même assez simple - et le guérir, c'est-à-dire prendre en charge ceux qui en souffrent. Certaines lois rendent parfois cet accompagnement difficile. Mais rien n'est plus inhumain, ni indigne que d'entendre certains employeurs, jusque dans les administrations publiques, nier leur responsabilité face aux accidents psychiques professionnels.

Quelles sont alors les "vraies" maladies professionnelles auxquelles sont sujets les travailleurs occidentaux ?

Je ne suis ni médecin, ni spécialiste des maladies professionnelles. Mon travail, cependant, m'a amené à connaître et à étudier les accidents psychiques (loin des systèmes de prêt-à-penser ou des idéologies scientifiques et médicales) pour entreprendre de les guérir. Ce qui est possible.

Plusieurs croyances occidentales constituent pour moi le terrain pathogène à toute souffrance psychique au travail

- La première est que le travail serait nocif pour l'homme, constitutif d'une peine ou d'une punition. Née d'images fausses et d'étymologies erronées, cette croyance nie que le travail constitue d'abord un lieu d'apprentissage, de découverte et de croissance, de rencontre, de collaboration et de partage, de création de valeur ajoutée, d'invention, de dépassement de soi et de célébration... Toute une mythologie, hédoniste, mystique ou misérabiliste, célèbre hélas cette idée dévastatrice :

- La seconde, non moins pernicieuse, vient d'un long conditionnement inconscient, lors de nos études : nous sommes programmés pour atteindre une perfection individuelle (et solitaire) en lieu et place de créer ensemble un mieux-être partagé, d'obtenir un résultat en commun. Naissent ainsi, dans toutes nos communautés laborieuses, des tyranneaux égocentrés, insatisfaits d'eux-mêmes et des autres à force d'imperfections, toxiques et destructeurs, à force de vouloir les cacher ;

- La troisième est le tabou de l'échec. La peur d'échouer détruit une bonne partie de notre énergie psychique. On apprend pourtant plus de ses erreurs que de ses réussites. Et seuls ceux qui ne font rien ne se trompent jamais !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
karbo
- 06/06/2016 - 10:16
Au travail le plus lourd à
Au travail le plus lourd à supporter n'est pas ce que vous dites mais bien les rapports humains à gérer tous les jours. Il faut se gaver les petits chefs, les médiocres autoritaires, les patrons cyniques et cupides, les jaloux qui vous cassent en douce, les manipulateurs sournois, les lèchent-cul minables. La journée est un psychodrame où se nouent des rapports dominant:dominé comme chez les animaux. Ce n'est pas le travail qui est problème mais les sales cons omniprésents à tous les niveaux!