En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

01.

"Les femmes trompées sortent grandies"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 6 heures 46 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 10 heures 7 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 13 heures 49 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 7 heures 5 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 9 heures 39 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 13 heures 5 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 13 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 13 heures 48 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 13 heures 49 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Mise au point

Non, le Bore-out n’est pas une maladie professionnelle (voici pourquoi)

Publié le 06 juin 2016
Au cours des dernières semaines, de nombreux écrits ont fait état d'une nouvelle maladie professionnelle, le "Bore-out ". Cependant, considérer ce phénomène réel d'ennui au travail comme une pathologie serait une erreur.
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours des dernières semaines, de nombreux écrits ont fait état d'une nouvelle maladie professionnelle, le "Bore-out ". Cependant, considérer ce phénomène réel d'ennui au travail comme une pathologie serait une erreur.

Atlantico : Ces dernières semaines, de nombreux écrits ont fait état d'une nouvelle maladie professionnelle assimilable à un syndrome d'ennui au travail et baptisée le "Bore-out". Dans quelle mesure considérez-vous qu'il s'agit d'une imposture ? 

Xavier Camby : Je veux d'abord dire mon estime et mon respect pour tous ceux qui s'engagent résolument et sans mercantilisme contre toutes les formes nouvelles de la souffrance au travail. Leurs initiatives sont variées et très nombreuses, de part le monde entier. Comme dans toute recherche, des tâtonnements sont inévitables et il est bien évident que certaines explorations sont plus avancées ou plus heureuses que d'autres.

Réduire le Bore-out à un ennui professionnel me semble erroné. Et très paradoxal : dans les faits, seuls sont réellement victimes d'accidents psychiques professionnels, dans les 3 formes que j'ai décrites ailleurs, ceux qui travaillent intensément, qui sont très engagés et qui assument de vraies responsabilités ; un paresseux ou un dilettante ne fera jamais un Burn-out, un Bore-out authentique, ni ne souffrira d'un syndrome d'imposture. 

La dépression nerveuse, de nature différente mais dont les symptômes sont quasi identiques, est plus vraisemblable, pour celui qui déclare s'ennuyer au travail. La Faculté - en Amérique du Nord comme en Europe - semble incapable à ce jour de faire cette distinction et refuse d'étudier cette nouvelle forme de souffrance qu'est l'accident psychique : les traitements indistinctement proposés consistent en une camisole chimique (on efface les symptômes, en ignorant les causes) et dans le renvoi de l'accidenté à sa seule responsabilité privée (en l'invitant à des introspections culpabilisantes, souvent inutiles).

Le Bore-out n'est pas lié à l'ennui professionnel. Ce contre-sens provient sans doute d'une traduction un peu trop littérale ou hâtive, autant que de la méconnaissance de l'écoeurement professionnel, que ce mot désigne pourtant.

Si le "Bore out" n'est pas une maladie, de quoi s'agit-il véritablement ?

Une claire distinction entre une maladie et un accident est nécessaire. Par exemple, mon grand-père était maître de carrière. La poussière de granite, comme la fumée de combustion des explosifs, le firent souffrir toute sa vieillesse d'un trouble respiratoire appelé emphysème. C'est une maladie liée à l'exercice spécifique d'un métier particulier. Un accident professionnel aurait été l'éclatement imprévu d'une roche, la rupture d'un câble, un engin mal contrôlé, mais aussi bien une chute de vélo ou un coup de marteau sur le pouce, causant une blessure physique.

Le Bore-out est un accident psychique. Cette nature, à la fois accidentelle et psychique, le rend moins facilement identifiable, car en dehors de nos références habituelles. Il procède d'un profond - même si inconscient - écoeurement pour une activité professionnelle, exercée trop longtemps sous contrainte, inconsciente elle aussi. Ses premiers symptômes peuvent être physiques : nausées, vertiges, chutes, vomissements, syncopes. Puis psychiques : insomnie, déconcentration, changements d'humeur, dépersonnalisation, désespoir, angoisses, pulsions suicidaires...

Contrairement à une croyance inepte ou à une coupable lâcheté (qu'hélas j'ai rencontrée chez quelques dirigeants ou DRH), cet accident psychique est toujours directement lié à l'exercice d'un travail. Toujours professionnel donc, même s'il peut impacter ou détruire ensuite la vie entière de sa victime. Toujours donc à considérer aussi comme de la responsabilité de l'employeur, qui doit premièrement le prévenir - c'est possible et même assez simple - et le guérir, c'est-à-dire prendre en charge ceux qui en souffrent. Certaines lois rendent parfois cet accompagnement difficile. Mais rien n'est plus inhumain, ni indigne que d'entendre certains employeurs, jusque dans les administrations publiques, nier leur responsabilité face aux accidents psychiques professionnels.

Quelles sont alors les "vraies" maladies professionnelles auxquelles sont sujets les travailleurs occidentaux ?

Je ne suis ni médecin, ni spécialiste des maladies professionnelles. Mon travail, cependant, m'a amené à connaître et à étudier les accidents psychiques (loin des systèmes de prêt-à-penser ou des idéologies scientifiques et médicales) pour entreprendre de les guérir. Ce qui est possible.

Plusieurs croyances occidentales constituent pour moi le terrain pathogène à toute souffrance psychique au travail

- La première est que le travail serait nocif pour l'homme, constitutif d'une peine ou d'une punition. Née d'images fausses et d'étymologies erronées, cette croyance nie que le travail constitue d'abord un lieu d'apprentissage, de découverte et de croissance, de rencontre, de collaboration et de partage, de création de valeur ajoutée, d'invention, de dépassement de soi et de célébration... Toute une mythologie, hédoniste, mystique ou misérabiliste, célèbre hélas cette idée dévastatrice :

- La seconde, non moins pernicieuse, vient d'un long conditionnement inconscient, lors de nos études : nous sommes programmés pour atteindre une perfection individuelle (et solitaire) en lieu et place de créer ensemble un mieux-être partagé, d'obtenir un résultat en commun. Naissent ainsi, dans toutes nos communautés laborieuses, des tyranneaux égocentrés, insatisfaits d'eux-mêmes et des autres à force d'imperfections, toxiques et destructeurs, à force de vouloir les cacher ;

- La troisième est le tabou de l'échec. La peur d'échouer détruit une bonne partie de notre énergie psychique. On apprend pourtant plus de ses erreurs que de ses réussites. Et seuls ceux qui ne font rien ne se trompent jamais !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
karbo
- 06/06/2016 - 10:16
Au travail le plus lourd à
Au travail le plus lourd à supporter n'est pas ce que vous dites mais bien les rapports humains à gérer tous les jours. Il faut se gaver les petits chefs, les médiocres autoritaires, les patrons cyniques et cupides, les jaloux qui vous cassent en douce, les manipulateurs sournois, les lèchent-cul minables. La journée est un psychodrame où se nouent des rapports dominant:dominé comme chez les animaux. Ce n'est pas le travail qui est problème mais les sales cons omniprésents à tous les niveaux!