En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 17 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 6 heures 30 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 12 heures 25 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 17 heures 6 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 3 heures 35 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 7 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 11 heures 18 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 12 heures 38 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 13 heures 43 min
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 15 heures 48 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 16 heures 45 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 10 heures
Interview politique

Eric Woerth : "Tout faire pour développer les entreprises car ce sont elles qui créent des emplois, voilà ce qui relève de l'intérêt général"

Publié le 10 juin 2016
Pour l'ancien ministre du Travail, auteur de la réforme des retraites, le gouvernement a fait l'erreur de ne pas expliquer en amont le contenu de la loi El Khomri.
Né en 1956 dans l’Oise, département dont il est député depuis 2002, Éric Woerth a été secrétaire d’État à la Réforme de l’État sous le gouvernement Raffarin, puis ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Woerth
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Né en 1956 dans l’Oise, département dont il est député depuis 2002, Éric Woerth a été secrétaire d’État à la Réforme de l’État sous le gouvernement Raffarin, puis ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour l'ancien ministre du Travail, auteur de la réforme des retraites, le gouvernement a fait l'erreur de ne pas expliquer en amont le contenu de la loi El Khomri.

Atlantico : Vous avez été ministre du Travail lors du précédent quinquennat, et vous avez notamment eu la charge de négocier avec les partenaires sociaux la mise en place de la réforme faisant passer l'âge légal du départ à la retraite de 60 à 62 ans. Quelles différences observez-vous entre 2010 et aujourd'hui, tant en termes de négociations avec les syndicats qu'avec l'opinion publique ? Le contexte est-il plus favorable aujourd'hui à des réformes sociales ?

Eric Woerth : Le projet de réforme des retraites de 2010 n'a rien à voir avec celui de la loi Travail de 2016. Nous avions un projet solide, un projet qui avait fait l'objet de beaucoup de préparation et d'explication à la population, et une majorité unie sur laquelle nous pouvions compter. Nous étions convaincus de l'intérêt général que représentait cette réforme qui consistait à briser le mur des 60 ans.

Sur le cheminement du texte en lui-même, il n'y a pas eu de négociations avec les syndicats car nous savions bien qu'il n'y aurait pas de compromis possible. C’était clair dès le début.

Nous avons en revanche discuté avec eux tout au long de l’élaboration de la réforme. Un grand nombre de documents intermédiaires d'explication du projet et d’avancée du projet ont été produits. Lors de sa présentation, les mobilisations dans la rue ont commencé. Mais le lien a toujours été maintenu avec eux. Les blocages des raffineries et des dépôts de carburant ont donné lieu à une réponse immédiate et très ferme de la part du président. Et nous avons mis un terme aux tentatives de soulèvement et de manipulation des lycéens. Au final, le texte a été voté, sans recours au 49.3, et les contestations se sont éteintes d'elles-mêmes.

En l'occurrence, le projet de loi El Khomri, s'il était bon dans sa première version, a été tellement changé que, de facto, il a été retiré. Il rend le droit du travail plus compliqué qu’avant. C'est donc devenu un mauvais texte. 

Cette méthode que vous décrivez, qui consiste à maintenir un lien avec les syndicats sans les inclure dans les négociations, pourrait-elle être adaptée si la droite remportait l'élection présidentielle ?

Je pense qu'il faut absolument éviter la brutalité, car la brutalité appelle la brutalité. Il faut faire énormément de pédagogie. François Hollande n'en a fait aucune. Car au fond, il n'est pas intuitif de penser que faciliter les licenciements permettra de faire baisser le chômage, il faut l’expliquer !

A la veille d'une élection présidentielle, il faut expliquer au fur et à mesure ce que nous allons faire dans le projet des Républicains que présentera Nicolas Sarkozy le 2 juillet, pendant la primaire, puis lors de la campagne présidentielle elle-même. Si c'est notre candidat qui l'emporte en 2017, il aura ainsi pu expliquer pendant plusieurs mois son projet. Beaucoup expliquer avant pour pouvoir agir vite et fort après.

Si les Français s'opposent majoritairement aux méthodes pratiquées par certains syndicats comme la CGT, ils sont plus divisés sur le projet de loi El Khomri. D'ailleurs, un sondage Ifop pour Atlantico montre que la conversion des Français au libéralisme et à ses propositions est loin d'être actée, même chez les électeurs de droite. Comment pensez-vous qu'il faut s'adresser à eux pour réussir la réforme du modèle social français que vous appelez de vos vœux ?

Les questions dans les sondages sont souvent mal posées : le mot "libéralisme" fait peur alors que celui de liberté réunit tous les suffrages. Le projet des Républicains, c’est à la fois donner plus de liberté dans l'action économique, insuffler l’esprit d’un véritable humanisme et retrouver partout de l’autorité.

Il y a, d'un côté, ce qui relève de l'intérêt général et de l'autre ce qui n'en relève pas. Beaucoup de Français travaillent plus de 35 heures, les artisans, les cadres … Cette réglementation est donc un carcan qui ne correspond pas aux nécessités des entreprises. Ce que nous voulons, c'est qu'elles puissent déterminer elles-mêmes ce dont elles ont besoin, qu'elles soient libres. Je pense par ailleurs que l'entreprise est aujourd'hui l’une des cellules de base de la société française. Ce sont elles qui créent la richesse. Des entreprises qui fonctionnent bien, c’est plus de protection pour les salariés ! Tout doit être fait pour les développer, et donc développer l'emploi en France. Voilà ce qui relève de l'intérêt général.

Chez les Républicains, nous souhaitons mettre en place ce que nos voisins ont déjà mis en place, et qui marche. Cela relève du pragmatisme !

Cette semaine, un autre sondage Ifop pour Atlantico montre qu'une majorité de Français pense que les ténors actuels de la droite ne feraient pas mieux que l'actuel gouvernement. Comment interprétez-vous ce résultat ?

On peut faire dire tout et n'importe quoi aux sondages. Bien sûr, la politique est fragilisée, tout comme la France. Le tissu social de notre nation est prêt à se déchirer. Les Français sont en colère, en manque de repères, en besoin d’autorité.

Je pense que la seule manière de retrouver la confiance des Français est d'avoir des propositions d'alternance claires et solides. C'est la qualité de nos réponses, et l'impact qu'elles auront sur le quotidien des Français qui compte. Si nous n'y parvenons pas, alors la France risque de sombrer dans des aventures populistes dont elle ne se remettra pas.

Vous avez déclaré mi-mai sur France Info que "Nicolas [est] un candidat extrêmement solide". Nicolas Sarkozy a réussi à reprendre la tête de l'UMP il y a deux ans mais, depuis, il donne l'impression d'avoir du mal à passer à la vitesse supérieure, à s'imposer comme le leader incontestable qu'il a été. Comment l'expliquez-vous ?

C'est parce qu'il n'est pas encore rentré dans le débat des primaires. Il a été élu largement président des Républicains, et après avoir reconstruit notre mouvement, il lui reste trois étapes majeures : présenter un projet aux militants début juillet, c’est une étape essentielle ; investir nos candidats aux législatives pour qu’ils aient du temps pour se préparer et créer une relation de confiance ;enfin, il faut assurer définitivement le bon fonctionnement de la primaire.

 

A partir du mois de septembre, la compétition permettra d'approfondir les débats et de faire émerger un seul et même candidat présenté par la droite et le centre. 

Vous aviez déclaré il y a un an que "pour endiguer le FN, il faut montrer que la barrière est infranchissable en refusant toute alliance. À partir du moment où la digue est érigée, on peut aller très loin en s’approchant le plus possible de la frontière". Cette stratégie est-elle toujours d'actualité pour vous ? Comment imaginez-vous sa mise en œuvre concrètement ?

On doit convaincre beaucoup d'électeurs partis au FN de revoter pour nous. Comment gagner l'élection présidentielle avec un vote si élevé : 30% de FN n'est en aucun cas une fatalité. Il faut patiemment faire renaître la confiance perdue.

Ces électeurs votent pour le FN parce qu’ils sont désespérés de voir la France dégringoler, de devoir supporter toujours plus de chômage, de précarité, de manque d'autorité et de leadership, sans parler de l'islamisation radicale rampante… Ces sujets demandent des réponses précises. Je ne suis pas sûr que ces électeurs aient réellement lu le projet du Front national…

Selon un sondage Ipsos pour le Cevipof et Le Monde, Alain Juppé est au coude-à-coude avec Nicolas Sarkozy en termes d'intentions de vote au premier tour de la primaire de la droite chez les sympathisants LR (à 35% contre 36% pour l'ancien président). Comment expliquez-vous le succès d'Alain Juppé dans les sondages ? Est-ce que les ingrédients de son succès s'accordent avec cet objectif de récupération des électeurs frontistes, alors que l'aile centriste, qui incarne l'apaisement sur les questions sociales, a un poids très important ?

 

Le pays a besoin d'apaisement, d’autorité, d’énergie et de beaucoup d’autres choses. Il a besoin d’un cadre d’actions claires sans changer d'avis tous les trois jours. On peut y mettre les mots que l'on veut, mais la question est de savoir quelles sont les réformes qui auront les résultats permettant de relancer le pays. Les Français ont avant tout besoin d'un leader en qui ils ont confiance pour redresser notre nation. 

Cette semaine, plusieurs médias ont déclaré que François Baroin avait rallié Nicolas Sarkozy dans l'hypothèse où il se présenterait à la primaire. Dans le même temps, il a publiquement apporté son soutien à Anne Hidalgo dans le projet d'établir un camp pour réfugiés à Paris. Qu'est-ce que cela peut présager d'un tandem Sarkozy-Baroin à la tête de l'État ?

 

Cela n'a rien à voir. Ce que je sais, c'est que pour gagner; un candidat doit s'entourer d'une équipe solide, expérimentée et diverse. Comme d'autres, François Baroin possède parfaitement ces qualités. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 06/06/2016 - 10:36
'On doit convaincre beaucoup d'électeurs partis au FN'
Ca va être trés dur M. Woerth. Vous et votre Sarkosi on vous a vu à l'oeuvre : chômage en hausse, 600 milliards de dettes en plus, immigration comme jamais, trahison du référendum de 2005, etc.Il faut quand même un culot assez fabuleux pour croire qu'avec quelques bla-blas et belles promesses vous allez pouvoir berner à nouveau les français !
Deudeuche
- 06/06/2016 - 08:42
@Moneo
oui et aussi sur cette peste de Barouin et le maintien des "frères" qui de gauche à droite cherchent toujours à garder le pouvoir.
Vincennes
- 06/06/2016 - 00:43
@Olivier K....

Escrocorie !!!!! et le français la dedans !!!
UMP ....il faut sortir le dimanche !!!
"detourné les biens publics et baffoué les principaux fontamentaux de la democratie, puissent ils avoir la page" !!!!! rien que ça. A votre place, pour canaliser votre colère, prenez donc un dico et, surtout, changez votre destinataire