En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 1 heure 50 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 20 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 5 heures 53 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 6 heures 54 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 11 heures 4 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 12 heures 48 sec
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 14 heures 22 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 2 heures 35 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 3 heures 48 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 6 heures 22 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 7 heures 30 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 11 heures 17 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 14 heures 8 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 14 heures 39 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Info Atlantico

Seuls 27% des Français considèrent que Jean-Luc Mélenchon a des solutions pour sortir le pays de la crise et 38% qu'il comprend les problèmes des gens comme eux

Publié le 10 juin 2016
Selon un sondage IFOP pour Atlantico, 52% des Français estiment que Jean-Luc Mélenchon veut vraiment changer les choses, mais 27% seulement d'entre eux pensent qu'il a des solutions pour sortir de la crise. Par ailleurs, 59% des Français jugent le leader du Parti de Gauche trop sectaire.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage IFOP pour Atlantico, 52% des Français estiment que Jean-Luc Mélenchon veut vraiment changer les choses, mais 27% seulement d'entre eux pensent qu'il a des solutions pour sortir de la crise. Par ailleurs, 59% des Français jugent le leader du Parti de Gauche trop sectaire.

Atlantico : Quel est selon vous le principal enseignement de ce sondage ? Comment expliquer cette faiblesse relative alors même que l'executif semble être décrédibilisé dans l'opinion ? Pourquoi Jean-Luc Mélenchon ne parvient pas réellement à surfer sur la faiblesse de François Hollande ?

Jérôme Fourquet : Il faut tout d'abord nuancer quelque peu cette idée de faiblesse relative, puisque dans les intentions de vote pour la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon se situe à environ 12% aujourd'hui, à savoir au minimum son niveau atteint en 2012, voire un peu plus. On se souvient qu'en 2012, il avait commencé sa campagne à 5 ou 6%. Il part donc d'emblée, aujourd'hui, d'un niveau bien plus élevé.

Néanmoins, effectivement, cette bonne performance sondagière s'inscrit dans un contexte de très fort discrédit de la gauche de gouvernement. On pourrait donc penser que Jean-Luc Mélenchon pourrait se situer plus haut, ce qui est d'ailleurs l'objectif et le rêve de cette gauche alternative : parvenir, comme Syriza l'a fait en Grèce, à doubler le Parti socialiste et s'imposer comme la principale force à gauche. Aujourd'hui, on n'en est pas encore là, même si on commence à s'approcher de ce scénario, puisque d'après les sondages, si François Hollande est candidat nous serions à 14% pour lui et 12% pour Jean-Luc Mélenchon.

Une fois dit cela, il y a en effet des effets de blocages qui expliquent que Jean-Luc Mélenchon ne soit pas encore plus haut. Les enseignements de ce sondage livrent un certain nombre de pistes pour comprendre.

Jean-Luc Mélenchon est ainsi toujours une personnalité extrêmement clivante : 6 Français sur 10 estiment qu'il est sectaire et qu'il s'oppose trop au gouvernement. C'est même paradoxal avec le contexte social et l'impopularité du gouvernement. A cette image clivante s'ajoute l'idée que les scénarios proposés pour sortir le pays de la crise apparaissent hypothétiques pour quasiment trois quarts des Français. Nous sommes ici en présence de la question fondamentale : la gauche de gouvernement a déçu, mais y a-t-il un plan B ? Est-ce que la gauche alternative présente une réelle opportunité ? Pour une large partie des Français, ce n'est pas le cas.

Ce côté sectaire, associé à une certaine interrogation sur la capacité à proposer une alternative, explique que la dynamique en faveur de Jean-Luc Mélenchon ne soit pas plus forte, même s'il ne faut pas non plus la minimiser.

 

A lire également sur notre site : "PC ou Mélenchon, même combat ? Pourquoi la gauche radicale peine à attirer vraiment les déçus du hollandisme"

 

Si 52% des Français estiment que Jean-Luc Mélenchon "veut vraiment changer les choses", 27% seulement d'entre eux pensent qu'il "a des solutions pour sortir le pays de la crise". Est-ce que ce sondage ne met pas, finalement, Mélenchon et l'extrême-gauche face à leurs limites ? La séduction par les mots et les postures suffisent-elles à faire un candidat crédible aux plus hautes fonctions de l'Etat ? 

Sa détermination à vouloir changer les choses et secouer l'ordre établi continue d'être majoritairement reconnue, mais moins qu'en 2012 (deux tiers des Français à l'époque). Cela peut s'expliquer en partie par le fait que l'on ne soit pas encore en période électorale : Jean-Luc Mélenchon n'a pas encore eu de tribune ou d'espace médiatique pour développer sa critique et se faire entendre aussi fortement qu'en 2012.

Autre explication à ce décrochage : au cours de la période qui nous sépare de la présidentielle précédente, l'expérience de la gauche au pouvoir n'a pas été accompagnée visiblement par la production d'un projet et d'un programme de nature à rassurer ou convaincre une part importante de la population, notamment l'électorat de gauche. On constate donc, certes, une critique très vive de l'action gouvernementale, mais cette période n'a manifestement pas été mise à profit par la gauche de la gauche pour présenter un scénario alternatif.

Autant, on continue de reconnaître (mais moins qu'avant) la volonté de changement très profonde de Jean-Luc Mélenchon, autant les résultats sont moins élevés sur sa capacité à nous sortir de la crise.

 

Par ailleurs, 58% des Français estimaient en 2012 que Jean-Luc Mélenchon "comprenaient leurs problèmes", contre 38% aujourd'hui, soit une perte de 20 points. Comment peut-on expliquer cet écart selon vous ?

Cela s'explique en partie par le fait que l'enquête menée en mars 2012 s'était faite en pleine effervescence présidentielle, lors de la dernière ligne droite d'une campagne particulièrement réussie par Jean-Luc Mélenchon. C'était lui qui avait donné le la à gauche : François Hollande avait sorti de son chapeau la taxe à 75% sur les hauts salaires sous la pression de la dynamique Front de Gauche incarnée par Mélenchon.

Aujourd'hui, nous ne sommes plus dans le même momentum. C'est aussi l'objectif de la grande manifestation organisée ce dimanche à Stalingrad dans un lieu très symbolique : à deux pas du siège du Parti communiste, avec un nom qui fleure bon les années 1950. C'est là que Jean-Luc Mélenchon et le Front de Gauche avaient enclenché la dynamique positive de la précédente campagne présidentielle. Aujourd'hui, les modalités sont un peu différentes (distances prises avec le PC), mais Jean-Luc Mélenchon a convoqué ce qu'il appelle "la France rebelle" place Stalingrad pour essayer de réitérer la même opération, se replacer au centre du jeu et reprendre contact avec les Français, qui ne l'ont certes pas oublié mais qui l'entendent un peu moins qu'il y a 5 ans.

Jean-Luc Mélenchon conserve un noyau dur relativement fidèle. Si l'on regarde les différents items du sondage en comparant avec l'enquête d'avril 2013, à l'époque 42% des sympathisants du Front de Gauche estimaient qu'il s'opposait trop au gouvernement, contre 33% aujourd'hui. 31% d'entre eux trouvaient qu'il était sectaire, contre 22% aujourd'hui. Enfin, ils étaient 71% à être convaincus à l'époque qu'il avait des solutions pour sortir le pays de la crise, et ils le sont à 87% aujourd'hui.

Il y a donc une certaine perte d'adhérence et de proximité auprès du grand public, mais son électorat a une image de lui encore meilleure qu'elle ne l'était à l'époque. Je pense qu'il compte s'appuyer là-dessus pour développer son discours et son action envers des publics plus éloignés.

Ces publics plus éloignés, ce sont les catégorie populaires, pour lesquelles il livre un combat sans merci avec Marine Le Pen. Si l'on regarde le sondage sur la "compréhension des problèmes", on est à 42% sur la catégorie employés-ouvriers (score assez honorable), et 39% parmi les salariés. On voit donc qu'un certain potentiel s'exprime dans ces milieux. Pour ce qui est des "solutions pour sortir le pays de la crise", on est à 29% chez les salariés dans les catégories populaires, ce qui n'est pas rien. L'enjeu pour lui est donc de contester le leadership du Front national dans ces milieux-là et de capter ce mécontentement, cette colère et cette déception. D'où la thématique de la France insoumise.

En 2012, Jean-Luc Mélenchon avait commencé à stagner dans les sondages suite à son fameux discours de Marseille, où il avait développé une rhétorique très favorable à l'accueil de migrants. Aujourd'hui, la situation a changé en France sur ce thème. Ne doit-il pas également faire évoluer son discours pour remonter encore dans les sondages ?

Je pense qu'il ne peut pas faire cela car ce n'est pas dans son ADN, dans son logiciel. C'est impossible pour lui d'adapter son discours sur ce sujet. En revanche, je pense qu'il est très conscient de l'état idéologique du pays, du fait que certains courants profonds ne vont pas forcément dans le sens des idées qu'il défend. L'objectif pour lui est donc de déplacer le champ de la contestation du terrain identitaire/sécuritaire vers le terrain social, où il est beaucoup plus à l'aise. Quand on voit les scores du Front national aujourd'hui, les polémiques qui sortent semaines apres semaines (équipe de France de football, menus des cantines scolaires, etc.), on voit des tensions identitaires très fortes. Mais l'actualité brûlante et immédiate reste la mobilisation contre la loi Travail et la déception, voire la colère de toute une partie de l'électorat de gauche.

Quand Jean-Luc Mélenchon annonça il y a quelques mois le lancement de son grand rassemblement, il n'avait pas forcément en tête l'intensité actuelle du bras de fer entre la CGT et le gouvernement. Mais cette date tombe bien et peut lui servir pour essayer d'apparaître comme le débouché électoral à ce mouvement de contestation de la gauche syndicale. Beaucoup de vos confrères ont fait de Philippe Martinez le leader de la contestation au gouvernement. Ce n'est pas faux, mais il reste d'abord un dirigeant syndical, et non pas un responsable politique. Or, on connaît les liens entre Jean-Luc Mélenchon et toute une partie de la CGT. Il pourrait donc essayer d'apparaître comme leader de cette gauche syndicale et populaire qui descend aujourd'hui dans la rue et qui est très remontée contre François Hollande.

Même si l'image renvoyée par Jean-Luc Mélenchon reste fragile auprès des Français, le fait qu'il soit partie très tôt en campagne lui permet de surfer aujourd'hui sur ce climat social très tendu et d'essayer d'imposer cet agenda-là. Son départ précoce lui permet d'occuper le terrain et aussi de couper l'herbe sous le pied à tous ceux – nombreux – qui voudraient se poser comme des recours à la gauche de François Hollande (Parti communiste, Arnaud Montebourg, frondeurs). On verra ce qu'il se passera, mais aujourd'hui les intentions de vote montrent que rien n'existe à la gauche du PS hormis lui. C'est déjà un tour de force.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 05/06/2016 - 18:41
Guignol sort de ce corps.....
C'est énorme et surtout très inquiétant sur l'état mental de 58% des Français...........La démocratie commence à faire peur, et le suffrage universel aussi.
Lafayette 68
- 04/06/2016 - 19:56
De mieux en mieux !
Mieux vaut en rire...
jmpbea
- 04/06/2016 - 19:26
27%!!!!!
Hallucinant...je n'y crois pas!