En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

05.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 3 min 3 sec
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 14 heures 18 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 19 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 19 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 20 heures 1 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 22 heures 1 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 23 min 48 sec
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 22 heures 29 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
© Reuters
Info Atlantico

Pierre Gattaz : “Il faut sortir de l'omerta sur les actes répréhensibles qu'ont pris l'habitude de commettre une poignée de syndicalistes extrémistes”

Publié le 10 juin 2016
Après avoir comparé les militants de la CGT à des terroristes, Pierre Gattaz a écrit un mail aux chefs d'entreprise dans lequel il leur conseille de porter plainte contre les syndicats qui enfreignent la loi. Le président du Medef revient pour Atlantico sur ce qui empêche les entreprises de réagir à la violence des actions syndicales.
Pierre Gattaz est président du Medef et PDG du groupe Radiall, entreprise industrielle de 279 millions d'euros de chiffre d’affaires.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Gattaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Gattaz est président du Medef et PDG du groupe Radiall, entreprise industrielle de 279 millions d'euros de chiffre d’affaires.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir comparé les militants de la CGT à des terroristes, Pierre Gattaz a écrit un mail aux chefs d'entreprise dans lequel il leur conseille de porter plainte contre les syndicats qui enfreignent la loi. Le président du Medef revient pour Atlantico sur ce qui empêche les entreprises de réagir à la violence des actions syndicales.

 

Atlantico : Dans un mail adressé aux chefs d'entreprise et aux organisations professionnelles, vous leur conseillez de porter plainte contre les syndicats qui enfreindraient la loi au cours de leurs blocages. Même si cela serait sans doute parfaitement justifié, les entreprises n'ont-elles pas plutôt tendance, dans un tel contexte, à faire profil bas en attendant un retour au calme ?

Pierre Gattaz : Tout le monde souhaite évidemment un retour au calme rapide. Mais je pense qu'il faut aujourd'hui montrer notre détermination à sortir de l'omerta qui consiste à fermer les yeux sur les actes répréhensibles qu'ont pris l'habitude de commettre une poignée de syndicalistes extrémistes. Les entreprises souhaitent que l'Etat de droit soit respecté afin de travailler, c’est une évidence. Mais pour cela, il faut dénoncer sans faiblesse les actions violentes qui bloquent les entreprises et paralysent leur activité. Actions qui passent bien souvent par des tentatives d’intimidation. Ces méthodes illégales de la CGT et de ses satellites sont une atteinte à la liberté de travailler du chef d’entreprise et des salariés et une atteinte à la liberté tout court. D’où notre appel aux chefs d’entreprise afin qu’ils portent plainte au titre de l’article 431-1 du Code pénal qui prévoit le délit d’entrave à la liberté du travail. Cet article de loi est clair. Il suffit de le faire appliquer : "Le fait d'entraver, d'une manière concertée et à l'aide de menaces, l'exercice de la liberté d'expression, du travail, d'association, de réunion ou de manifestation est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. Le fait d'entraver, d'une manière concertée et à l'aide de coups, violences, voies de fait, destructions ou dégradations au sens du présent code, l'exercice d'une des libertés visées à l'alinéa précédent est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende". Il ne s’agit pas de remettre en cause le droit de grève, mais de rappeler à ces organisations que le droit doit être respecté dans notre pays. Nous ne devons pas nous laisser faire. Ces actions illégales vont beaucoup plus loin qu’une simple opposition syndicale à la loi El Khomri. Ce à quoi nous assistons et ce que nous subissons n’est ni plus ni moins qu’une volonté de déstabilisation économique. Nous ne permettrons pas que l’on saborde l’économie française, donc que l’on affaiblisse notre pays, en s’attaquant aux entreprises. 

A lire aussi : Déposer plainte contre les blocages syndicaux : pourquoi la plupart des entreprises de France ont (malheureusement) bien trop peur des rétorsions de l’administration pour oser suivre la stratégie de Pierre Gattaz

Quelles sont les raisons du silence observé par les entreprises face aux actes répréhensibles perpétrés par certains syndicalistes ? A quoi est due cette peur qui semble les tétaniser ?

Le vrai problème aujourd’hui est que toutes les personnes ayant des mandats syndicaux se sentent toute puissantes et intouchables. Notre système a dérivé et on est passé d’une protection normale et saine de l’activité syndicale à un statut qui rend les délégués syndicaux pratiquement intouchables. Encore heureux, l’immense majorité des délégués syndicaux ne sont pas dans cette dérive et veulent juste exercer leur mandat honnêtement et dans le respect du droit. Il ne faut pas caricaturer. Mais quand on a des irresponsables aux commandes cela donne ce qu’on vient de vivre à Saint-Nazaire avec une coupure de courant qui affecte 125 000 personnes et de nombreuses entreprises pour "protester", sans se préoccuper qu’il aurait pu y avoir des morts, des personnes en difficulté, sans parler de l’activité économique. Les responsables de cela seront-ils poursuivis ? Il le faut, sinon c’est à nouveau l’encouragement au n’importe quoi. Enfin, ce qui décourage les chefs d’entreprise, c’est aussi la crainte de voir leur activité entravée, désorganisée longuement, des commandes qui ne peuvent pas être honorées... Lorsqu'une organisation comme la CGT cible une entreprise, elle peut avoir un pouvoir de nuisance très fort. La CGT ne s’intéresse pas aux conséquences économiques et sociales de ses actions, et ça, c’est très grave. Regardez ses leaders qui veulent "entraver l’activité économique". Ils veulent donc créer du chômage. Et on les laisse dire ! Enfin, il faut le rappeler, les chefs d’entreprise n’ont pas la culture de la violence, du conflit. Contrairement à ce que l’on prétend, il y a une vraie culture du dialogue social dans les entreprises, que ce soit en direct, par l’intermédiaire des élus ou des délégués syndicaux. Ainsi, 36 500 accords ont été signés en 2014. Il existe chez les entrepreneurs une volonté insubmersible de continuer à développer leur entreprise quoiqu’il arrive. Le chef d’entreprise français, il faut le dire, a une capacité de résilience hors du commun parce que soumise à rude épreuve entre les décrets inapplicables, comme ceux concernant le compte pénibilité, les normes stupides et pléthoriques, la lourdeur et l’instabilité fiscale… S’il baisse les bras, il le sait, il met l’entreprise et les salariés en danger. 

Au-delà des efforts consentis par le gouvernement depuis fin 2012 avec le CICE, les relations entre les entreprises et l'administration se sont-elles vraiment améliorées ? La formule du Premier ministre, qui avait déclaré "j'aime l'entreprise" a-t-elle permis d'améliorer les relations entre les différentes administrations et les entreprises ?

Le CICE et le Pacte de responsabilité sont une bonne chose parce qu’ils permettent aux entreprises françaises de compenser à la marge les prélèvements exorbitants qu’elles subissent depuis 2011, de diminuer légèrement le coût du travail et de réduire le différentiel avec l’Allemagne. La France n’en est toujours pas moins vice-championne des prélèvements obligatoires des pays de l’OCDE (45,2 % du PIB contre 34,4 % dans les 29 autres pays de l’OCDE) en deuxième position derrière le Danemark ( 50,9 %). Et la frénésie législative et normative concernant les entreprises n’a pas diminué pour autant : devoir de vigilance, compte pénibilité, action de groupe pour discrimination, etc. Les déclarations d’amour font toujours plaisir à condition qu’elles dépassent le stade de la rhétorique et se traduisent en actions. Et c’est le problème, on a des actes contradictoires. Il faut cesser de faire des entreprises un objet politique et les considérer pour ce qu'elles sont : le lieu de la production de richesses.

A lire aussi : Sophie de Menthon : "Il y a un manque de confiance absolu entre les entreprises et les administrations qui les contrôlent"

Quelles sont vos propositions pour que les entreprises puissent cesser d'avoir peur ?

Nous demandons le respect de l’Etat de droit garant de la liberté de travailler et de s’exprimer. Je pense notamment au recours au chantage – une méthode de voyou ! – exercé à l’encontre de la presse par le syndicat du livre-CGT pour la contraindre à publier une tribune du secrétaire général de la CGT. Nous attendons que le gouvernement fasse preuve de fermeté. Intimidation, violences, confiscation des moyens d’expression… Il faut stopper cette glissade dangereuse et réaffirmer nos principes démocratiques de respect, de dialogue, d'échanges et de confrontation en dehors de la violence et de l'intimidation qui sont la caractéristique des sociétés autoritaires. C’est la première étape. On ne peut pas discuter, négocier, échanger dans ce climat. Moi, je crois à la confiance. C’est indispensable pour avancer. Nos organisations syndicales sont encore dans la culture du rapport de force, et dans le cas de la CGT, c’en est même caricatural. Or, dans le rapport de force, on ne construit rien de durable, on a des petites "victoires" qui au final peuvent se révéler être mortifères pour toute l’entreprise, donc pour tout le monde, et en premier les salariés. Je crois en l’intelligence collective et au débat serein si on est en confiance et qu’on partage des objectifs communs. Il ne faut pas caricaturer – l’entreprise, ce n’est pas le monde des Bisounours, et on peut avoir des conflits. Mais si on a su créer une culture de confiance, on peut dépasser les crises sans trop de casse. Sinon, on se radicalise et là ça finit mal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

05.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
sapiensse
- 05/06/2016 - 06:35
c'est juste du baratin
Il faudrait Monsieur Gattaz commencer par arrêter tout dialogue avec les anarchistes et se retirer de toutes les instances bidons, genre URSSAF qui est un monopole communiste complètement illégal, se retirer des Prud'hommes qui sont des tribunaux révolutionnaires. Ce serait déjà le début d'une vraie guerre avec ces crétins qui mettent la France par terre. Le reste c'est du baratin, le même que sert le MEDEF depuis des décennies, tout en finançant en sous main les syndicats pour "la fluidité du dialogue social". C'est vous qui assurez leur survie.
moneo
- 04/06/2016 - 17:02
c'est bien monsieur Gattaz
mais dite nous pourquoi les représentant patronal de la métallurgie a préféré garder le silence au lieu d'avouer à qui il avait graissé la patte syndicale?
moneo
- 04/06/2016 - 16:59
un détail parmi d'autres
COP 21 grosses dépenses ,scandale voiture truquée volontairement,pas bien le diesel :vive les mesures anti pollution;
question qu'attend madame la Ministre ségolène pour faire intervenir le gendarmes ,arrêter les auteurs de grave pollutions causées par les pneus brûlés un peu partout en France à chaque manif?
si je brûle quelque branchages dans mon jardin , des képi surgissent pour faire cesser le trouble vert et verbaliser mais là les pneus pas question faut des ordres et là c'est comme au bataclan on peut attendre longtemps d'ou la situation actuelle les cocos et affidés poussent la baïonnette jusqu'au moment ou ils trouvent de la résistance;;et en ce moment c'est mou bien mou
Pauvre France