En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 46 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 1 heure 58 sec
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 8 heures 5 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 22 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 51 min 48 sec
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 2 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 53 min
© REUTERS / Neil Hall
© REUTERS / Neil Hall
Scary Movie

Peur sur une île : quand la campagne sur le Brexit se noie dans une bataille d’arguments terrifiants (mais qui croit à quoi ?)

Publié le 29 mai 2016
Alors que le référendum relatif au Brexit doit se tenir le 23 juin prochain, plusieurs données chiffrées paraissent en Grande-Bretagne, traduisant souvent le peu de poids des arguments alarmistes dans l'opinion. Peu sensible aux propos techniques sur cette question, les anglais se laissent davantage aller à l'émotion.
Olivier de France est Directeur de recherche à l’IRIS.Il est normalien, ancien élève de Sciences-Po Paris et de l’Université de Cambridge, où il a enseigné. Son travail porte sur les questions de défense et de sécurité, l’Union européenne et son action...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier de France
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier de France est Directeur de recherche à l’IRIS.Il est normalien, ancien élève de Sciences-Po Paris et de l’Université de Cambridge, où il a enseigné. Son travail porte sur les questions de défense et de sécurité, l’Union européenne et son action...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le référendum relatif au Brexit doit se tenir le 23 juin prochain, plusieurs données chiffrées paraissent en Grande-Bretagne, traduisant souvent le peu de poids des arguments alarmistes dans l'opinion. Peu sensible aux propos techniques sur cette question, les anglais se laissent davantage aller à l'émotion.

Atlantico : Selon un sondage réalisé par NatCen en Grande-Bretagne, la plupart des arguments alarmistes sur une hypothétique sortie de l'UE ne portent pas auprès d'une majorité d'électeurs. Sur la question de la perte d'influence ou non au niveau mondial de la Grande-Bretagne, 44% des sondés répondent qu'un Brexit ne la changerait pas, et 17% considèrent même qu'elle serait renforcée. Sur les performances économiques, 55% d'entre-eux imaginent une amélioration ou une situation identique. Qu'est-ce que cela peut nous révéler de l'efficacité des différents arguments utilisés dans le débat sur le Brexit ? Comment la crainte d'une sortie a pu structurer les débats ?

Olivier de France : Il me semble tout d'abord important de préciser que les différents sondages donnent souvent des résultats opposés, le Guardian l'a d'ailleurs montré récemment. D'ailleurs en 2015 pour les élections législatives, les résultats des sondages étaient extrêmement trompeurs car ils n'ont pas prévu la réélection de David Cameron. 

Pour vous répondre, avant les élections locales qui se sont déroulées il y a un mois, la campagne pour le référendum était qualifiée de terne. Les partisans du Brexit ont été les premiers à employer une tonalité et des arguments faisant appel à l'affect dans leurs discours. Rappelons-nous que les Britanniques sont relativement pragmatiques, sauf dans le cas de l'Europe qui est l'un des seuls dossiers qui met en jeu un aspect irrationnel. Les partisans du Brexit ont réussi une prouesse, un tour de passe-passe incroyable : ils ont réussi à faire en sorte que le dossier européen et le dossier migratoire soient évalués ensemble, que l'Europe soit intimement liée à l'immigration. 

A l'inverse le camp de l'anti-brexit ne jouait pas sur l'irrationnel dans un premier temps. Le premier argument massue de David Cameron a été de déclarer que le prix d'une sortie serait de 4 300 livres pour chaque foyer britannique d'ici à 2030, soit un argument technique. Depuis les résultats des élections locales en revanche, le Premier ministre essaye d'investir le terrain affectif, en évoquant Winston Churchill ou encore le risque sécuritaire d'une sortie de l'Union européenne. 

Depuis, c'est l'escalade, l'inflation rhétorique sur les craintes et les peurs. Le camp du Brexit a mis l'accent sur ces craintes non-argumentées. On peut l'expliquer par le fait que le camp du Brexit n'a pas vraiment de modèle économique convaincant à proposer, d'ailleurs l'équivalent du Medef britannique, tout comme le FMI, s'est déclaré contre un Brexit. Boris Johnson représente bien cette escalade rhétorique, lorsqu'il a évoqué le fait que l'Union européenne pouvait s'apparenter à un projet "nazi", qu'il y aurait un projet millénaire pour l'Europe continentale dont l'objectif serait d'unifier le continent, Grande-Bretagne inclue. Nous sommes très loin des prérequis d'un échange rationnel... 

Arrive-t-on à séduire les mêmes électeurs en fonction de l'argument qui est utilisé ?

Normalement en Angleterre, les débats restent extrêmement terre-à-terre, mais la caractéristique de ce débat-ci est qu'il est ouvert à l'émotion. Les rapports du FMI, et les différentes études qui pointent les risques économiques d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne ne trouvent pas beaucoup d'écho auprès des électeurs moyens. Ils sentent que dans un sens ou dans un autre, on ne connaît pas les conséquences réelles d'une sortie, et que la question est trop complexe. C'est pour cela que ces arguments irrationnels sont les plus efficaces. Mais au fond leur caractéristique et leur problème est qu'ils ne convainquent que ceux qui le sont déjà. 

Depuis 30 ans en Angleterre, les britanniques voient dans leurs journaux les problèmes de Calais, de Sangatte...

Les débats sont éminemment orientés vers des questions techniques et économiques, avec un calcul de part et d'autre des gains ou des pertes potentielles en cas de victoire du "Oui". La dimension politique a-t-elle été oubliée par les acteurs du débat au détriment du technique ?

Le problème c'est que l'Europe n'est pas un projet politique pour les Britanniques, c'est une zone de libre-échange, un projet économique donc. En France oui, elle est un projet politique. Le seul projet politique porté est qu'il faut être capable d'être souverain, protégé. Si projet politique il y a, c'est le camp du Brexit qui pourrait en profiter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 29/05/2016 - 17:03
A valancia77
Stupide de comparer la GB à la Suisse , leurs économies sont si différentes que toute comparaison est hasardeuse. De plus la Suisse entourée de pays de l'UE commerce avec tous ces pays, l'€ est accepté à peu près partout y compris à la douane ( taxes autoroutes ) ou dans les commerces. De fait la Suisse est pratiquement intégrée à l'UE. Pas besoin de passeport, ni de change en franc suisse, cela ne sera pas possible avec la GB. Il devront avoir un passeport, le CI n'existe pas, et ils devront faire du change pour venir en UE.
valencia77
- 29/05/2016 - 16:14
Suisse
Comment fait la Suisse?
zouk
- 29/05/2016 - 12:00
Brexit
Si les Britanniques sont capables de penser à leurs intérêts au delà des slogans, le Brexit devrait être repoussé. Mals ils sont capables de passions irrationnelles. Un exemple: pour empêcher l'exportation de veaux vers la France et l'Italie, certains se sont jetés sous les roues des camions, il y eut des morts.