En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 31 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 19 heures 4 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 20 heures 9 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 21 heures 2 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 22 heures 6 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 30 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 13 heures 3 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 44 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 19 heures 20 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 49 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 21 heures 16 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 31 min
Misère du festivisme

Fête des voisins : pourquoi une invitation de l’Etat à socialiser entre inconnus sur un palier n’aura jamais autant de succès qu’un dîner entre amis

Publié le 27 mai 2016
Inventée il y a 16 ans, la Fête des voisins est l'occasion, chaque dernier vendredi du mois de mai, de prendre un verre et d'échanger avec ses voisins. Le but : renouer un lien social de proximité profondément émoussé dans nos sociétés modernes. Mais nombreux sont ceux qui se refusent à participer à un tel événement, ou ne se sentent pas concernés.
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Inventée il y a 16 ans, la Fête des voisins est l'occasion, chaque dernier vendredi du mois de mai, de prendre un verre et d'échanger avec ses voisins. Le but : renouer un lien social de proximité profondément émoussé dans nos sociétés modernes. Mais nombreux sont ceux qui se refusent à participer à un tel événement, ou ne se sentent pas concernés.

Atlantico : Selon un sondage mené par le site d'annonces en ligne Vivastreet, seulement 11% des Français ont prévu de participer à la Fête des Voisins ce 27 mai. Le peu d'engouement pour cet événement, dont le but est de renforcer la bonne entente et le lien social avec son voisinage, signifie-t-il que les Français détestent ce type de relations de proximité ? Comment celles-ci ont-elles évolué ces dernières années ?

Michel Maffesoli : Remarquons d’abord que 11% de Français ont prévu de participer à cette fête, l’une des nombreuses fêtes qui ponctuent maintenant l’année : fête des mères, des pères, des grands-mères, fête de la musique, du livre, de la science, fête des jardins, des musées, etc. Notre époque postmoderne renoue d’une certaine manière avec la pré-modernité : en effet, aussi bien au Moyen-Age que pendant l’Empire romain, l’année civile était ponctuée d’innombrables jours de fête. Les fêtes en l’honneur de tel ou tel saint étaient aussi une manière d’honorer les charpentiers ou les mineurs, les agriculteurs ou les forgerons.

Je trouve donc que ce pourcentage n’est pas nul, loin s’en faut, et traduit l’aspiration d’un grand nombre (11% des Français, cela représente presque 6 millions de personnes !) à ces moments de partage festif.

42% des Français interrogés se disent "pas intéressés" par la Fête des voisins et 47% ne comptent pas y participer. Pourquoi est-ce que cette fête ne séduit pas aujourd'hui ? Peut-on parler de rejet de l'événement en tant que tel ?

Michel Maffesoli : Je pense que vous retrouveriez ce pourcentage pour presque tous les évènements organisés. Et l’on ne peut vraiment pas dire que ceci représente un rejet de cet événement. Encore une fois, il s’agit d’une coutume récente, je ne sais même pas si une date identique (le dernier samedi de mai) lui a été octroyée.

De manière générale, la société postmoderne se caractérise par l’extrême différenciation entre les diverses tribus qui la composent : diversité des modes d’habitat, qui ne favorisent pas tous les tablées dans la rue (ainsi des blocs d’immeubles ou des pavillons), diversité des modes d’agrégation, des manières de faire la fête, etc. Les innombrables fêtes qui ponctuent maintenant le calendrier ne peuvent pas prétendre chacune intéresser tout le monde ou même un très grand pourcentage de la population. De la même manière que les fêtes religieuses rassemblent les fidèles des diverses croyances et obédiences (chrétienne, musulmane, juive, boudhiste indien, japonais ou chinois, cultes afro-brésiliens, fêtes laïques etc.), les fêtes non religieuses agrègent un certain nombre de personnes cultivant la même passion ou se reconnaissant dans les mêmes pratiques.

La Fête des voisins est-elle vraiment une solution sérieuse à l'affaiblissement du lien social de proximité, bien identifié depuis des années ? Un tel événement, festif et ponctuel, ne risque-t-il pas de produire des résultats inverses au but initalement recherché, qui est de mettre en place des liens sociaux pérennes et ordinaires ?

Michel Maffesoli : Tout d’abord je ne pense pas qu’il y ait un affaiblissement du lien social de proximité, j’ai même dit et écrit le contraire. Il y a un affaiblissement du lien social sociétaire, celui du contrat social, du lien politique, celui qui fait que je me sens représenté par mes élus et que je suis lié aux autres citoyens par le biais de ce contrat.

Les grandes institutions de la République moderne, celles que nous avons héritées de la Révolution française, sont effectivement sinon affaiblies, du moins saturées. Les partis, les syndicats, les groupes institués et organisés peinent à rassembler. Même les Eglises sont moins pleines : moins de 10% des catholiques vont à la messe chaque dimanche.

Est-ce à dire qu’il n’y a plus de lien social, qu’il y a un développement de l’individualisme ? Je ne le crois pas. En fait, le lien social, la médiation entre les personnes qui vivent en un même lieu, a changé de forme : là où la Nation rassemblait des individus en quelque sorte identiques et libérés de toute autre forme d’appartenance, la société postmoderne agrège de multiples communautés (les tribus, comme je l’ai écrit dans mon livre Le temps des tribus, 1988). Il ne s’agit cependant pas d’un système de castes (comme en Inde) avec des frontières étanches entre communautés. Non, chacun peut appartenir selon les moments de l’année, de la journée, de sa vie, à diverses communautés et c’est cet agrégat qui fait société. De manière plus ou moins facile, plus ou moins conflictuelle, plus ou moins harmonieuse. Je ne dis pas que c’est bien ou mal, mieux ou pire, je dis que c’est ainsi. Dès lors, la Fête des voisins peut aussi être entendue comme une sorte de "récupération" par l’Etat de mouvements communautaires spontanés (les diverses fêtes des voisins qui ont éclot ça et là dans les dix dernières années) ; je ne saurais dire si cette institutionnalisation a renforcé ou au contraire affaibli l’intérêt pour cette forme de rassemblement festif. Mais il est clair que les rassemblements festifs de tous ordres continueront à se développer, avec ou sans l’aide de l’Etat.

Quelles alternatives à une telle fête pourrait-on imaginer pour parvenir aux résultats escomptés ? Ne voit-on pas par ailleurs émerger de plus en plus d'initiatives spontanées à l'échelon le plus local (immeuble, quartier, allée, village...) ? N'est-ce pas finalement la preuve que rien ne vaut l'initiative privée ? 

Michel Maffesoli : C’est un paradoxe et peut-être même une aporie que de vouloir organiser la spontanéité ! Cette fête ainsi organisée existe, les personnes qui souhaitent faire la fête ensemble l’utiliseront, saisiront l’occasion. Je ne crois pas que cette organisation puisse tuer la pulsion festive.

En revanche, il est certain que ce n’est pas là que réside l’énergie innervant un fort vouloir vivre collectif.

En général, on distingue dans toute évolution sociétale deux phases, celle de l’instituant et celle de l’institué.

L’instituant c’était, il y a une dizaine d’années, ces rassemblements au pied des immeubles de tablées de voisins. L’institué, c’est de décréter, par tout le pays, la Fête des voisins.

L’instituant, vous avez raison, est multiple, foisonnant. Tout est occasion à se rassembler et à éprouver ensemble des émotions : flashmob, marches blanches, mouvements du type Nuit debout, rassemblements commémoratifs, sans compter les innombrables concerts et autres évènements culturels ainsi que les vide-greniers, les braderies, les fêtes scolaires… Le début de l’été est particulièrement riche en telles occasions d’occuper un territoire qui n’est ni entièrement privé, ni entièrement public : les trottoirs sont appropriés par la communauté, le lieu fait lien.

Je ne crois donc pas que la distinction à faire soit entre public et privé, mais bien entre instituant et institué ou entre culture et civilisation. La culture, c’est l’invention, c’est la création commune, le partage esthétique : la civilisation, c’est la muséification, l’inscription des événements dans des dates et des cadres définis.

Mais bien sûr, quand les initiatives ont été figées et bureaucratisées, elles ne remplissent plus leur fonction d’événement rassembleur. Dès lors, d’autres formes sont inventées.

La puissance sociétale déborde toujours le cadre du pouvoir organisateur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires