En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 7 heures 37 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 9 heures 3 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 10 heures 4 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 11 heures 29 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 20 heures 1 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 21 heures 31 sec
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 8 heures 31 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 9 heures 30 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 10 heures 46 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 12 heures 8 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 17 heures 20 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 17 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 21 heures 33 min
info atlantico
© Reuters
© Reuters
Gare aux résultats...

Sondage : les Français face aux programmes des candidats de la primaire de droite (attention problèmes en vue...)

Publié le 27 mai 2016
Le dernier sondage Ifop pour Atlantico révèle qu'une majorité de Français sont hostiles à certaines mesures emblématiques de la droite comme la suppression des 35h, le recul du départ de l'âge à la retraite, ou bien la suppression de l'ISF.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tiberj est chargé de recherche à Sciences Po. Diplômé et docteur en science politique de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, il est spécialisé dans les comportements électoraux et politiques en France, en Europe et aux Etats-Unis et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Vincent Tiberj
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tiberj est chargé de recherche à Sciences Po. Diplômé et docteur en science politique de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, il est spécialisé dans les comportements électoraux et politiques en France, en Europe et aux Etats-Unis et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier sondage Ifop pour Atlantico révèle qu'une majorité de Français sont hostiles à certaines mesures emblématiques de la droite comme la suppression des 35h, le recul du départ de l'âge à la retraite, ou bien la suppression de l'ISF.

Atlantico : Quels sont selon vous les principaux enseignements de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : L'un des éléments qui ressort clairement de cette enquête, c'est que l'on voit bien que les Français ne sont pas forcément convertis au libéralisme, en tout cas pas dans tous les domaines. Ils n'y sont pas complètement convertis alors même que les prétendants à la primaire de la droite se livrent une concurrence farouche sur ce terrain-là. L'objectif de l'enquête était de voir s'il y avait adéquation ou pas entre ce qu'attendait le pays (et notamment les électeurs de droite) et les propositions libérales qui fleurissent jour après jour dans les programmes des candidats de la droite.

Autant on observe une adhésion massive à la réduction des dépenses publiques pour un montant de 100 milliards d'euros sur les cinq prochaines années (82%), autant il y a un sérieux bémol à évoquer ici. En effet, c'est une annonce assez technique, qui ne renvoie pas à des réalités très concrètes pour les Français. Rentrer dans le détail de cette réduction de 100 milliards suppose un certain nombre d'arbitrages qui ne seraient pas sans conséquences, d'autant plus pour ce qui concerne les postes non remplacés ou supprimés dans l'Education, la Défense, les hôpitaux, etc. Beaucoup de dispositifs constitutifs du modèle social à la française seraient sérieusement rabotés pour aboutir à de telles économies. Quand on explique concrètement les mesures, les choses peuvent donc se corser un peu.

Le deuxième point allant dans ce sens, c'est qu'une majorité de Français sont opposés à la suppression des 35 heures (56%). C'est une mesure emblématique de la droite, or il n'y a que 44% de Français qui y adhèrent. Pour ce qui est du recul de l'âge du départ à la retraite à 65 ans, l'opposition est encore plus vive (deux tiers des Français sont opposés). Enfin, l'opposition est la même pour la suppression de l'ISF (deux tiers).

 

Certains prétendants actuels à droite indiquent comprendre la mobilisation contre la loi El Khomri, en disant qu'elle existe car François Hollande a été élu par des gens à qui on n'a jamais parlé de ce genre de choses. Ils entendent mener une politique assez semblable, mais pensent avoir avec eux la légitimité populaire parce qu'ils auront tout annoncé à l'avance. Sur ce genre d'annonces très emblématiques (35 heures, retraites, ISF...), une large majorité de Français se prononcent contre. Il est donc important de constater ce décalage entre ces annonces et leur probable réception dans l'opinion.

Néanmoins, on observe que toutes ces mesures évoquées bénéficieraient d'un soutien très massif de la part de l'électorat de droite et du centre-droit (75% favorable à la suppression des 35 heures, deux tiers pour le recul de l'âge de la retraite et la suppression de l'ISF).

On peut y voir les germes d'une situation politique et sociale potentiellement complexe dans les deux prochaines années avec des candidats de droite annonçant des mesures très libérales, soutenus par une majorité de leur électorat. Compte tenu du contexte politique, avec un Front national possiblement qualifié pour le second tour et une gauche possiblement éliminée dès le premier tour, celui qui gagne la primaire de droite peut se retrouver en finale face à Marine Le Pen et être élu au bénéfice du Front républicain. Il serait élu suite à une campagne de primaire très libérale économiquement. Fort de cela, il expliquerait alors qu'il a la légitimité pour mettre en place toutes ces réformes. Sauf qu'au deuxième tour, ce n'est pas pour ces mesures qu'une partie de l'électorat de gauche voterait pour lui. Ce serait pour faire barrage à Marine Le Pen. Ce candidat vainqueur pourrait arguer que le pays est prêt pour ces réformes ; or on constate aujourd'hui que ce n'est pas forcément le cas. Il y a ici un blocage potentiel fort.

C'est une chose de dire que les Français (notamment ceux de gauche) se sont convertis à une politique de l'offre en matière de fiscalité des entreprises. Mais c'en est une autre de dire que la pédagogie a été faite et qu'on peut maintenant réformer à tout-va et dans toutes les directions. Dans le projet de loi El Khomri, la réforme des procédures de licenciements engendre un blocage assez fort dans la rue et dans l'opinion. Or, cela ne peut pas être uniquement dû à l'idée selon laquelle François Hollande a "trompé" son électorat. Il y a sur le fond des choses une majorité de Français qui sont opposés à cela.

On pourrait penser que 44% de Français favorables à la suppression des 35 heures, ce n'est pas si mal. Sauf que si vous regardez dans le détail, sur les tranches d'âge des actifs, les plus directement concernés, il n'y en a que 35% de favorables. C'est encore plus caricatural sur la question du recul de l'âge de départ à la retraite : 24% des actifs français sont pour, contre 68% pour les 65 ans et plus.

Au-delà des grands discours, la réalité des chiffres montre donc que les blocages que nous connaissions bien sont toujours aussi présents.

Il y a un dernier élément à souligner dans ce sondage. La mesure la plus plébiscitée (la réduction des dépenses publiques) est celle que les Français jugent la moins réalisable. Il y a donc un autre hiatus qui se dessine. A l'inverse, les deux mesures dont on pense que la droite pourrait appliquer le plus facilement (la retraite à 65 ans et la suppression de l'ISF) sont les deux mesures les plus contestées dans l'opinion ! Il y a un double paradoxe et un effet trompe-l’œil : ce qui semble le plus facile risque d'être le plus compliqué, et inversement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

82% des Français se disent favorables à la réduction des dépenses publiques pour un montant global de 100 milliards d’euros sur les 5 prochaines années, alors que seuls 36% sont favorables à un recul de l'âge de départ à la retraite à 65 ans. Il est également possible de constater, sur ces deux mesures, un écart important entre le soutien à la réforme et le fait de la considérer comme "réalisable". Ces contradictions mettent-elles en évidence une inadéquation des programmes de la droite avec son électorat ? Ce flou pourrait-il indiquer que ces réformes ne sont pas réellement prioritaires pour les Français ?

Jean Petaux : Le décalage que vous constatez et qui est réel, entre l’adhésion à un projet de réforme et l’appréciation que l’on peut avoir quant à sa faisabilité, ne renseigne pas forcément sur une éventuelle inadéquation entre les programmes de la droite et les attentes de son électorat, ni sur une éventuelle dissonance entre les électeurs et les politiques qui font ces propositions. Ce décalage dit davantage en revanche sur le fait que les Français considèrent dans leur grande majorité que le pays est plutôt non-réformable ou que toutes les réformes engagées se heurtent (et se heurteront), par principe, presque "par nature" à une série d’obstacles tels que chacun s’étonne, finalement, qu’une réforme puisse, une fois, être adoptée et entrer en vigueur. Ce qui devient surprenant, au bout du compte, c’est le succès d’une réforme engagée… 

Reste que la plupart des questions posées portent en elles des biais méthodologiques ou auraient mérité d’être posées différemment. A la question, parfaitement démagogique, portant sur "la réduction des dépenses publiques à hauteur de 100 milliards d’euros sur les 5 prochaines années", 82% des personnes interrogées répondent qu’elles y sont "favorables" (dont 42% "tout à fait favorable"). Si on affine les réponses, on constate que 85% des résidents en "communes rurales" sont favorables (dont 50% "tout à fait favorables"). Il aurait fallu formuler différemment la question pour que les habitants des communes rurales comprennent bien de quoi il retourne quand on parle de "réduction des dépenses publiques" à un tel niveau. Exemples : êtes-vous pour la suppression de la brigade de gendarmerie Sdans votre canton ? Acceptez-vous la fermeture de votre bureau de poste ? souhaitez-vous que la maison de retraite publique située dans votre commune ferme ? Acceptez-vous de payer un service privé de taxis pour que vos enfants aillent tous les jours au collège situé à 15 kilomètres de chez vous puisque le service de ramassage scolaire public financé par le Conseil départemental va être supprimé ? Souhaitez-vous la fermeture de la maternité située à 30 kilomètres de votre village au profit de celle qui existe à 100 kilomètres, au chef-lieu du département ? Voilà ce qui aurait permis aux personnes interrogées de répondre concrètement et pas "en général"… Parce que dans l’absolu, tout le monde est favorable à ce genre de proposition abstraite et creuse. Autres exemples : souhaitez-vous que la France abandonne la dissuasion nucléaire et se mette sous le parapluie nucléaire américain ? Voulez-vous réduire les forces de sécurité ?  Est-il utile d’avoir une armée de l’Air équipée d’avions de combat modernes ou pas ? Faut-il supprimer 30% des enseignants et faire que les classes fonctionnent avec 45 élèves ?...

Autre question encore plus démagogique : la suppression d’un certain nombre d’élus (députés, sénateurs) ou la réduction du nombre de certaines fonctions (Premier ministre, ministres). 90% des personnes interrogées y sont favorables. Voilà typiquement une réforme "cosmétique", totalement inutile et purement destinée à flatter les bas instincts d’une société française qui, depuis la Révolution française, déteste ses représentants élus. L’économie générée par ces suppressions est une véritable goutte d’eau. Pour faire simple, si on supprimait un parlementaire sur deux en France (cela ferait moins de 500 personnes), en additionnant le montant de leur indemnité, celles de leurs collaborateurs, et les frais de fonctionnement qu’ils reçoivent, on n’atteindrait tout juste les 120 millions d’euros d’économie par an, soit 600 millions sur une législature…. A mettre en regard des 100 milliards d’économie dans les dépenses publiques proposés par la droite. Soit 0,6% …

Mais on voit bien que l’essentiel n’est pas dans la réalité des chiffres. L’air du temps est au "caillassage d’élus" et au "cabossage de flics" : pourquoi ne pas joindre sa voix au concert "anti-institutions" ?

Vincent Tiberj : Concernant la baisse des dépenses publiques, tout le monde semble d'accord, mais lorsqu'il va falloir commencer à réfléchir sur ce qu'il va falloir précisément réduire, je pense que les choses vont être un peu plus compliquées. La question me paraît donc quelque peu biaisée, car je ne pense pas que les gens réalisent ce que représente 100 milliards d'euros à l'échelle du budget de l'Etat. Pour cela, il y a la campagne électorale au cours de laquelle les candidats proposant cette mesure pourront expliquer où ils veulent couper et comment.

Ce que révèle ce sondage et contrairement à ce que l'on entend, c'est que nous ne sommes pas dans une droitisation libérale de l'électorat. Les électeurs français sont toujours plutôt attachés à des valeurs de gauche sur la question du temps de travail, du SMIC, etc. Si l'on regarde dans le détail les résultats du sondage, on constate qu'il s'agit là de mesures plébiscitées par l'électorat des Républicains. Si l'on prend la réduction du temps de travail ou le recul du départ de l'âge à la retraite, ces deux mesures suscitent une majorité de refus tant du côté des électeurs de gauche que de ceux du FN ; en revanche, cela renvoie à un certain nombre de demandes de l'électorat de droite.

Ces mesures sont proposées pour satisfaire l'électorat qui va se déplacer pour les primaires, ce qui constitue d'ailleurs, peut-être, le véritable problème. Les primaires sont aussi, et on le voit bien aux Etats-Unis depuis un moment, une compétition interne à un même camp : il y a donc une surenchère qui fait que, plutôt que chercher des mesures qui susciteraient l'adhésion au centre, on propose celles qui visent en priorité l'électorat des primaires. A terme, cela peut d'ailleurs handicaper les candidats qui sortiront de cette primaire. Cela va recréer du clivage gauche/droite, ce qui pourrait être plutôt une bonne nouvelle pour le président sortant.

Ce sondage est également révélateur de la structure générale de l'électorat des Républicains. Quand on considère la question des 35 heures ou de l'âge du départ à la retraite, on se rend compte que ces mesures sont demandées par deux groupes : les retraités et les indépendants. On peut se demander si c'est une bonne chose pour la droite d'avoir un électorat essentiellement constitué de personnes de plus de 65 ans. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La suppression des 35 heures et de l'ISF et le recul de l'âge de départ à la retraite ne sont que peu réclamés par les Français. La droite ne risque-t-elle pas de perdre certains de ses "totems" politiques les plus emblématiques ? Si les Français ne veulent pas de ces mesures, comment la droite pourrait-elle se réinventer ?

Vincent Tiberj : Encore une fois, ce n'est pas l'ensemble des électeurs qui réclame ces mesures mais les électeurs de droite. Une élection se gagne à 50% des voix, plus une. Il ne s'agit donc pas de bénéficier d'un soutien massif : il faut juste parvenir à s'en sortir.

Néanmoins, cela nous raconte quelque chose de l'inadéquation de notre système politique : on élit un président qui propose ce genre de mesures, puisque le candidat qui va sortir vainqueur de la primaire de la droite et du centre aura quand même de très fortes chances de devenir le président par la suite. Le système tend à ne pas réussir à créer le consensus. Cela n'handicapera pas un candidat de droite parce que celui-ci utilisera d'autres propositions de politique publique qui feront que des gens voteront pour lui, même s'ils ne sont pas forcément d'accord sur l'ISF.

 

Ce dernier est effectivement un "totem" pour la droite, bien qu'en termes de rentabilité électorale, cela revient à se tirer une balle dans le pied. La suppression de l'ISF renoue avec l'idée que la droite est le camp des riches, des puissants. Si un président de droite émerge en 2017 et que l'une de ses premières mesures est d'abolir l'ISF, la suite de son quinquennat sera compliquée, comme cela a pu être le cas pour Nicolas Sarkozy, à cause de ce marqueur symbolique faisant de lui le président des riches. Toute l'ambiguïté, qui est un vrai problème institutionnel, réside dans le fait qu'on est dans un système où les alternances sont trop fortes par rapport à ce que demandent les électeurs.

Jean Petaux : Premier constat, pas surprenant : les Français adorent les réformes quand elles concernent le voisin. Pour être plus précis encore : "quand elles emm… le voisin". Supprimer l’ISF ? 67% des sondés y sont opposés. Tout simplement parce qu’une petite partie des Français paient cet impôt (qui coûte cher en perception, au point que les meilleurs fiscalistes considèrent qu’il coûte plus qu’il ne rapporte) et que la majorité des personnes interrogées adorent que les "riches" paient… Il y a sans doute une sorte de jouissance sordide à "faire payer les riches"… La définition du "riche" étant très simple : "toute personne qui gagne plus que moi"… En revanche, une très grande majorité de Français profite des "35 heures" et considère que les RTT sont gravées dans le marbre, qu’il est donc inenvisageable de les supprimer : 56% des sondés sont contre leur suppression. Même cause, même motif : la retraite à 65 ans. Là encore, une très grande majorité de Français sont concernés : 64% se déclarent hostiles au recul de l’âge de la retraite à 65 ans…

Finalement le sondage exclusif que l’IFOP a conduit pour Atlantico aurait pu se résumer à une seule question : "Etes-vous d’accord avec les réformes qui vous épargnent ?"

Cette situation est assez problématique pour toute équipe politique qui se trouve ou souhaite se trouver aux commandes de l’exécutif et du législatif. Elle ne peut ignorer ce contexte très particulier dont la traduction est, c’est le moins que l’on puisse dire, désespérante : "La réforme oui, mais surtout pas pour moi ".

La droite peut-elle ignorer cet état de fait ? Il semble que pour l’instant, aussi bien dans le programme de François Fillon que dans celui d’Alain Juppé, elle ait choisi de ne pas sans préoccuper. Les propositions qui ont été soumises aux personnes sondées dans l’enquête IFOP/Atlantico sont bel et bien présentes dans les programmes de Fillon et de Juppé. Est-ce qu’ils vont en payer le prix dès les primaires ? La réponse est sans doute "non" quand on regarde dans le détail des "préférences partisanes" la ventilation des réponses. Les trois propositions "phares" (suppression de l’ISF, suppression des 35 heures et recul de l’âge de la retraite à 65 ans) sont des propositions largement acceptées par les sympathisants "LR" et "UDI". Autrement dit, ces propositions fonctionnent toujours comme des "totems" pour les électeurs de droite. En revanche, dans une campagne de second tour de la présidentielle, là où l’hypothétique candidat LR qualifié devra éventuellement rassembler au-delà de la droite, et plutôt du côté de la gauche pour contrer Marine Le Pen (dans le cas où elle se qualifierait elle aussi), la situation sera toute différente… Pour les trois propositions totémiques de la droite précédemment citées, le sondage IFOP/Atlantico révèle que les sympathisants FN y sont très opposés et qu’ils partagent cet opinion avec ceux du PS et du Front de Gauche avec des taux de réponses parfois très proches. Un seul exemple (mais il y en a pléthore) : sur le recul de l’âge de la retraite à 65 ans : 70% des sympathisants de gauche y sont "opposés", dont 39% "tout à fait opposés" et 74% des sympathisants FN y sont "opposés" dont 45% "tout à fait opposés"….

En toute logique, si les électeurs écoutaient les candidats et lisaient leurs programmes, ceux de gauche devraient s’allier à ceux du FN…

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 23/05/2016 - 21:29
Ce qui est assez interessant aussi,
C'est de voir que dans le même temps ils louent l'apprentissage. Il faut deux conditions pour l'apprentissage, un tissus industriel qui les reçoivent (pas gagné), ET des salaires décents en perspective. Pas un avenir de smicardisation.
Jardinier
- 23/05/2016 - 20:53
C'est une logique de deflation salariale
.
Jardinier
- 23/05/2016 - 20:44
Je voudrais quand meme insister, malgré les insultes.
La logique des deux mesures phares de LR, 35 heures et retraite à 65 ans, c'est a dire augmentation du temps de travail (sur la semaine et sur la durée de vie) est une pure logique libérale. Elle consiste a jouer sur l'offre et la demande de travail en augmentant l'offre pour pousser celui ci à la baisse. Plus de bras pour la même demande de main d’œuvre égal moindre exigence de ces bras. Je ne polémique pas, je dis la réalité qui est derriere ces mesures.