En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

07.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 8 heures 21 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 12 heures 33 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 13 heures 11 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 15 heures 6 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 16 heures 24 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 18 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 20 heures 31 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 8 heures 36 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 12 heures 48 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 14 heures 15 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 15 heures 45 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 18 heures 47 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 19 heures 16 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 20 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Vigilance constante

L’aéroport Charles-de-Gaulle sous les projecteurs : mais au fait, 10 ans après les "mosquées de Roissy" de Philippe de Villiers, qu'en est-il du risque terroriste dans le plus grand carrefour aérien de France ?

Publié le 20 mai 2016
Il y a près de 10 ans, Philippe de Villiers pointait du doigt le risque sécuritaire lié à la montée de la radicalisation islamiste au sein du personnel de Roissy-Charles-de-Gaulle. Au lendemain d'un crash qui fait beaucoup parler en Egypte comme en France, l'aéroport est de nouveau sous le feu des projecteurs.
Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Denécé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a près de 10 ans, Philippe de Villiers pointait du doigt le risque sécuritaire lié à la montée de la radicalisation islamiste au sein du personnel de Roissy-Charles-de-Gaulle. Au lendemain d'un crash qui fait beaucoup parler en Egypte comme en France, l'aéroport est de nouveau sous le feu des projecteurs.

Atlantico : Il y a près de 10 ans, Philippe de Villiers avait beaucoup fait parler de lui en pointant du doigt (dans un livre intitulé "Les mosquées de Roissy") les risques sécuritaires liés à la radicalisation islamiste d'une partie du personnel de l'aéroport de Roissy. Aujourd'hui, même si l'enquête sur le crash du vol Paris-Le Caire n'en est qu'à ses balbutiements, des procédures de vérification ont été lancées à Roissy. Concrètement, comment a évolué la situation dans cet aéroport ces 10 dernières années ?

Eric Dénécé : La situation a évolué positivement car les mesures de sécurité se sont considérablement renforcées. Depuis 10 ans, régulièrement, à chaque nouvel attentat terroriste n'importe où dans le monde et en particulier dans les aéroports, les leçons sont tirées et de nouvelles dispositions sont mises en place pour renforcer la sécurité.

A chaque fois que des nouvelles technologies apparaissent (de nombreuses sociétés sortent des produits de surveillance faciale, de morpho-reconnaissance, de surveillance périmétrique, de détection des explosifs…), elles sont appliquées immédiatement. Systématiquement, dans tous les aéroports et notamment à Roissy, il y a désormais des gens qui contrôlent de manière aléatoire les passagers en cherchant à détecter les traces d'explosifs sur vos mains. Ces choses ne se faisaient pas il y a encore deux ou trois ans.

Roissy fait en permanence un suivi extrêmement pointilleux de l'évolution de la menace et de la sécurité. Sur cet aspect de renforcement sécuritaire, il y a indéniablement eu des choses qui se sont faites. Il n'y a d'ailleurs eu aucun incident majeur à Roissy en matière de sécurité de passagers.

Un deuxième effort a été fait dans l'identification des personnes dangereuses parmi les salariés, pour éviter que certains radicalisés accèdent à certaines zones. Le livre de Philippe de Villiers mettait le doigt sur quelque chose de réel. Il reprenait d'ailleurs beaucoup un rapport que nous avions fait quelques années auparavant.

Il y a eu aussi une amélioration en ce qui concerne l'accès à certaines zones. Il y a de plus en plus de filtres en interne, y compris pour le personnel travaillant sur l'aéroport.

Toutefois, il reste une problématique non encore résolue : la présence d'islamistes radicaux au sein du personnel. Pas nécessairement des bagagistes, mais à tous les niveaux : entretien, services, distribution de boissons… C'est une réalité. Un certain nombre d'individus sont fichés S (pas forcément des terroristes, cela peut être des islamistes radicaux, des criminels qui ont un casier judiciaire et qui n'ont pas commis d'exactions depuis quelques temps), et cela reste toujours préoccupant.

C'est typique de la société française, pas forcément de l'aéroport de Roissy. La montée en puissance d'un phénomène islamiste radical dans les entreprises est visible depuis une quinzaine d'années. Malheureusement, notre droit du travail et nos lois sur la sécurité ne permettent pas d'écarter un islamiste radical avéré d'une entreprise sensible pour des raisons de respect religieux. Il y a ici un dysfonctionnement du système, que ce soit à Roissy ou dans une entreprise du Limousin.

Il faut bien prendre conscience que Roissy est l'aéroport français le plus protégé, et probablement dans le top 5 ou top 10 au niveau mondial.

Certains islamistes radicaux ont été écartés de zones sensibles, mais au-delà de l'islamiste radical dont on sait qu'il est proche d'un groupe terroriste, il y a tous les autres qui font du prosélytisme religieux, qui refusent de s'associer au deuil des victimes du 13 novembre, etc. Ces gens-là travaillent toujours dans l'aéroport.

Qu'est-ce qui n'a pas été fait ? Que pourrait-on faire de plus ?

Nous sommes aujourd'hui à Roissy, comme dans la grande majorité des aéroports internationaux occidentaux, en état de sécurité maximale. Néanmoins, il y a une menace qui perdure aujourd'hui et qui est difficile à prendre en compte :la menace des drones (on l'a bien vu l'an dernier lors de survols de centrales nucléaires ou de l'Elysée). Les responsables sécuritaires des aéroports connaissent cette menace, mais il n'y a pas encore aujourd'hui de moyens suffisants car il est très dur d'empêcher le vol d'un petit drone envoyé depuis un véhicule posté au bout des pistes de Roissy ou d'Orly par quelqu'un qui peut lui-même être un salarié de l'aéroport et qui saurait qu'à tel endroit il n'y a pas de caméra. Il est possible que cette personne fasse en sorte que son drone transporte un kilo ou 500 grammes d'explosif quelque part sur le tarmac ou près des bâtiments. On a donc beau fouiller tous les individus quand ils rentrent et s'assurer qu'ils ne portent pas d'explosifs, cela peut arriver. C'est un scénario catastrophe bien sûr, mais c'est une réalité. Pour l'instant, personne n'a encore mis en place de dispositif qui permettrait d'arrêter tous les drones.

Les enquêteurs français ont eu la confirmation que le 12 novembre 2015, la veille des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud est passé par l'aéroport Charles-de-Gaulle. Est-il possible que sa cellule possède des membres, ou au moins peut-être des sympathisants, à Roissy ?

Les services policiers ont indiqué qu'Abdelhamid Abaaoud était effectivement passé par l'aéroport. Mais je ne sais pas s'il y est passé avec sa vraie ou une fausse identité. Deuxièmement, s'il est passé avec sa vraie identité, était-il à ce moment-là sur une liste de personnes recherchées ou devant être arrêtées ? Je ne pense pas du tout qu'il dispose de personnes lui permettant de sortir clandestinement d'un aéroport français. Aujourd'hui, les listes de passagers sont vérifiées à l'embarquement, par l'équipage, et transmises avant l'atterrissage aux autorités françaises. Après, s'il utilise un faux nom, un faux passeport, ou si la DGSI décide de ne pas l'arrêter pour le prendre en filature dès qu'il sortira de l'aéroport… Il y a plusieurs cas de figure qui ne permettent pas de répondre facilement à la question.

Il y a des sympathisants islamistes à Roissy, mais ce ne sont pas, à ma connaissance, des sympathisants terroristes. La DGSI et la sécurité des aéroports ont quand même beaucoup fait le ménage en ce qui concerne les gens éminemment dangereux.

Selon nos informations, à l'été 2015, 8 avions ont été tagués sur le tarmac de Roissy, censé être une zone ultra-sécurisée. Alors que l'attentat de l'aéroport de Zaventem en Belgique a remis sous le feu des projecteurs la sécurité dans les aéroports, est-il vraiment possible d'atteindre le risque zéro d'un point de vue sécuritaire ?

Le risque zéro n'existe pas. Mais le fait que ces avions ont été tagués montre que malgré les contrôles extrêmement sérieux qui ont été mis en place, il y a des gens qui rentrent. Il faudrait avoir ici les éléments de l'enquête. A-t-on des éléments pour savoir qui a tagué ? Les forces de l'ordre doivent le savoir. Ou bien ce sont de petits tagueurs de l'extérieur qui ont pu rentrer, et c'est très grave, ou alors ce sont des salariés qui ont fait ça pour une raison ou pour une autre.

Il est également important de savoir où ces avions ont été tagués. Dans les aéroports, il y a des zones de posé et des zones de maintenance. Tout est important. On peut mettre une bombe dans un avion en maintenance sans que personne ne s'en aperçoive jusqu'à l'explosion le jour où l'avion prend des passagers.

Si l'avion était en bout de piste près des barrières, avant de passer en maintenance, totalement fermé et hermétique, et qu'une bande de zozos a pu passer outre les barrières quelques minutes, ce n'est pas la même chose que si l'avion avait été tagué alors que la passerelle était mise, avec des individus en train de monter à bord.

C'est en tout cas le signe que malgré les mesures de sécurité, des gens peuvent passer.

L'état d'urgence et l'arsenal législatif déployés dans le cadre de la lutte antiterroriste ont-ils selon vous contribué à améliorer, dans les faits, la sécurité en France ?

Cela contribue à l'améliorer un peu. Pourquoi je ne dis que "un peu" ? Car une fois que l'on a décidé d'appliquer l'état d'urgence – qui ne devrait être établi que pour une durée limitée –, il faut savoir qu'il génère pour les forces de l'ordre énormément plus de travail. L'état d'urgence entraîne donc aussi une saturation. Ils vont multiplier par deux ou trois les possibilités d'action, ils peuvent faire des perquisitions, des arrestations, des enquêtes, des écoutes qu'ils ne pouvaient pas faire avant. Tout cela nécessite énormément de personnel. La paperasse administrative est décuplée (PV, compte-rendus, etc.).

Vous avez deux fois plus de possibilités d'actions, mais étant donné que vous n'avez pas deux fois plus de personnel, vous ne parvenez pas à exploiter toutes les opportunités que l'état d'urgence apporte.

C'est efficace, mais cela devrait presque systématiquement s'accompagner d'une augmentation des effectifs. Ces derniers étant très mobilisés aujourd'hui avec la lutte antiterroriste, les Black Blocks, Nuit Debout, c'est compliqué… On s'aperçoit d'ailleurs que même en situation d'état d'urgence, les juges administratifs ont retoqué les interdictions de manifester émises par le préfet de police de Paris. Soit les gens ont mal rédigé les ordonnances sous la pression des événements, soit le travail n'a pas été suffisamment bien fait en raison de la saturation des effectifs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
viandapneu
- 22/05/2016 - 01:34
Bizarre cet article. Selon
Bizarre cet article. Selon lui Roissy est un des dix aéroports les plus sûrs du monde....mais 8 avions ont été tagués !!! Un tag ne se fait pas en quinze secondes, et si on n'a pas d'engin pour s'élever au niveau du fuselage, on ne tague que les roues...c'est donc extrêmement grave...quant aux contrôles de police, pour y passer dix fois par an environ, il me semble qu'ils sont les champions pour vous enquiquiner si vous avez 1 kg de bagage en trop, ou pour faire jeter à la poubelle la bouteille d'eau que vous venez d'acheter, mais le contrôle d'identité lui-même me parait plus que léger : un coup d'oeil en oblique de la part de personnes qui ont votre passeport en mains pas plus de cinq secondes, sans scannage de celui ci, sans comparaison à un fichier comme ça se fait à l'arrivée (et au départ des grands aéroports russes, ou brésiliens), ça ne fait pas se sentir en sécurité !
langue de pivert
- 21/05/2016 - 17:32
Fermer les mosquées, rouvrir le SDECE !
Pas d'islam = pas de musulman = pas d'islamiste = pas d'attentat. Le faire en France, le faire faire en Europe ! Le reste c'est du vent ! L'exécutif de merde se planque derrière des lois inadaptées au lieu de les faire changer ! A quoi bon être au pouvoir ? Neutraliser les fichés S, pourrir la vie aux autres jusqu'à ce qu'ils partent...ou alors commander des bougies pour les prochaines pleurnicheries nationales ! Pas besoins de modifier la constitution, de prolonger encore et encore l'état d'urgence, juste une loi d'exception écartant TOUS les musulmans des emplois sensibles en attendant la solution finale ci-dessus ! Ça c'est pour l'opposition de retour aux affaires ! Pour les morts qui arrivent personne ne peut plus rien pour eux, l'exécutif actuel a fait une croix dessus : rubriques "pas de bol", "on a fait ce qu'on a pu", "le risque 0 n'existe pas" QUAND ON A QUE L'AMOUR on ne peut pas régler ce genre de problème où il faut "se salir les pattes".
genbea75018
- 21/05/2016 - 16:50
Ph. de Villiers avait compris avant tous les politiques
que certaines choses se passaient à Roissy. Il y a plus de 35 ans, les politiques n'ont pas voulu voir, ni entendre ce que leur rapportaient des habitants d'Aulnay-sous-Bois, de Sevran, de Saint-Denis, sur ce qu'il voyaient, ce qu'ils entendaient, sur ce qui se passait dans ces communes : on voit où on en est, communautarisme, islam radical et ça prend, de plus en plus, des proportions très inquiétantes et irréversibles. Que n'ont-ils fait ces politiques qui savaient et qui n'ont rien anticipé. Ils auront sur la conscience les conséquences de leur laxisme. Mais au fait, ont-ils une conscience ?.