En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 4 heures 18 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 7 heures 35 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 9 heures 4 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 10 heures 18 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 13 heures 9 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 13 heures 10 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 13 heures 11 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 8 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 9 heures 21 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 10 heures 32 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 11 heures 17 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 13 heures 10 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 13 heures 13 min
© Flickr / William Hamon (aka Ewns)
© Flickr / William Hamon (aka Ewns)
"Je suis malaaaaadeeee"

Alerte aux overdoses de médicaments : Imodium, Mercalm, Codéine…. ces cachets vendus sans ordonnance et de plus en plus utilisés comme des drogues dures

Publié le 23 mai 2016
Les Etats-Unis connaissent une très forte augmentation de morts d'overdose d'Imodium, médicament traitant à la base des diarrhées aiguës et chroniques. Un phénomène que l'on retrouve en France, avec le Mercalm ou la Codéine.
Pascal Vesproumis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Pascal Vesproumis est Spécialiste en Médecine générale, Addictologue Hypnothérapeute, Conférencier en hypnose pour l’AFEHM(association  française Pour l’étude de l’hypnose médicale ) et Membre de la société française d’alcoologie (SFA).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats-Unis connaissent une très forte augmentation de morts d'overdose d'Imodium, médicament traitant à la base des diarrhées aiguës et chroniques. Un phénomène que l'on retrouve en France, avec le Mercalm ou la Codéine.

Atlantico : Quels sont les médicaments dont le mésusage est le plus courant ?

Pascal Vesproumis : Il faut je pense pour comprendre ce phénomène qu'il y a plusieurs types de mésusage de médicament.

Il y a d'abord le mésusage posologique "conscient", c'est-à-dire le fait de prendre trop d'un médicament pour atteindre des effets euphorisants ou hallucinogènes, comme c'est le cas pour l'Imodium ou le Mercalme. Il existe aussi un mésusage posologique "inconscient", notamment pour tout ce qui est anti-douleur, comme avec la codéine par exemple. Le patient cherche juste à soulager la douleur à tout prix, donc augmente les doses, sans tenir compte des effets secondaires, ce qui, toujours dans le cas de la codéine, peut être par exemple très dangeureux quand on prend le volant.

Il y a ensuite le mésusage indicatif, c'est-à-dire le fait de prendre un médicament pour soigner un autre problème de santé que celui pour lequel il est destiné à la base. On peut par exemple commencer à prendre du Lexomil pour se détendre, puis, en se rendant compte qu'on dormait mieux avec, finir par l'utiliser comme somnifère.

Il y aussi par ailleurs le mésusage "cocktail", qui consiste à faire des mélanges de plusieurs médicaments. L'exemple typique de ce genre de mésusage est le Purple drank (ou syzzurp ou lean), qui est le nom donné au mélange de sirops à base de codéine et de prométhazine associés à un soda (comme Sprite ou Mountain Dew). La codéine est un opiacé, tandis que la prométhazine est un antihistaminique. Le purple drank provoque une légère euphorie et un sentiment de bien être grâce à la codéine. L'antihistaminique associé, la prométhazine, diminuerait les effets indésirables dus à l'opiacé : démangeaisons, vomissements… Là aussi, le mésusage "cocktail" peut ne pas forcément être conscient. Je traite actuellement une dame agée qui prenait depuis huit ans du Rizotide et du Laroxyl, à très faible dose. Un jour, elle a changé de médecin traitant qui lui a dit d'arrêter ces médicaments. Elle a alors commencé à ressentir des effets de manque, notamment de l'angoisse, qu'elle a soignés avec un axiolitique, tout en reprenant du Rizotide et du Laroxyl.

Quels sont les signes qui permettent de détecter si une personne se drogue avec des médicaments ?

Les principaux signes d'une dépendance à un médicament sont d'abord les effets de manque que le patient ressent quand il arrête le traitement. Dans le cas de ma patiente citée plus haut, elle avait de réels effets de manque typique d'une dépendance à la drogue dure, comme l'insomnie, l'angoisse et une perte de poids importante.

Ensuite, il faut oberver pour voir si son patient n'a pas des effets secondaires qu'il ne devrait pas avoir, comme une sudation permanente ou une trop grande somnolence, par exemple.

Pour quelles raisons ces personnes choisissent-elles de se droguer avec des médicaments ?

Comme je vous l'ai expliqué plus haut, il y a des mésusages de médicaments qui sont conscients et d'autres inconscients.

Dans le cas du mésusage conscient des médicaments, la première des raisons est la simplicité d'accès, tout simplement. Il est très facile de se faire prescrire des anxiolitiques de nos jours par exemple, tout comme du Mercalm ou de la Codéine, vendue sans ordonnance en pharmacie, sans compter les placards des foyers qui sont remplis de toutes sortes de pilules.

Il y a aussi le prix bien sûr, car cela revient évidemment beaucoup moins cher de prendre une plaquette de Mercalm à 3,95 euros qu'un gramme de cocaine à 80 euros.

Ce phénomène de détournement de médicament de leur fonction initiale pour en faire des drogues dures est-il récent ? Est-il en augmentation ?

Je pense que ce phénomène a toujours plus au moins existé (notamment dans les périodes de guerre, où les patients n'utilisaient au bout d'un moment plus la morphine pour la douleur mais parce qu'ils en étaient devenus dépendants), mais c'est un phénomène qui est en très forte augmentation, en tout cas en France. Il est désormais rare que je reçoive en consultation un adolescent qui n'aurait jamais touché à la cocaine, par exemple.

Cela s'explique d'abord par le fait que les jeunes sont en contact plus facilement avec ce genre de molécule, car la période que nous vivons est très anxiogène, et donc les pousse à consulter des pyschiatres de plus en plus tot. De ce que j'ai retiré de mes consultations, c'est aussi le fait de ne pas avoir de vision sur leur avenir qui poussent les jeunes à tester leurs limites avec des produits de plus en plus forts. C'est par ailleurs un phénomène culturel qui s'est beaucoup développer dans le milieu de la fête, devenant ainsi une sorte de rite initiatique. En prenant tel ou tel médicament ou tel cocktail de médicaments, l'adolescent a l'impression de rentrer dans le monde "des grands".

Quelles sont les populations qui sont le plus touchées par ce phénomène ?

Les jeunes, tout d'abord, qui consomment principalement des médicaments de manière massive pour ressentir de l'euphorie, plus de confiance en soi, de la détente bref, tout ce qui aide à se désinhiber dans une soirée.

Les populations plus âgées, ensuite, qui surconsomment des médicaments principalement pour calmer leurs douleurs.

Le mesusage de médicaments peut-il avoir des conséquences sur la santé, et si oui lesquelles ?

Les dangers du mésusage de médicaments évoluent en fonction du type de mésusage.

Le surdosage expose aux risques de dépression respiratoire et de troubles de la vigilance pour la plupart des psychotropes (Benzodiazepines, Hypnotiques, Neuroleptiques, Antidépresseurs) et dérivés morphiniques (dont la Codéine) ; aux risques de ralentissement cardiaque (voir d'arrêt cardiaque) avec les bêta bloquants et le Loperamide ; aux risques dissociatifs avec délires, hallucinations (Mercalm, Hypnotiques, Morphiniques et dérivés) ; et naturellement, retentissement sur les principaux appareils qui dégradent et éliminent les toxiques du sang (foie et reins).

La mauvaise indication thérapeutique peut entraîner la survenue des effets secondaires prévisibles, qui compliquent la situation en l'absence de traitement adapté.

Comment soigner une personne dépendante de médicaments ?

Face à ces prises associées et massives, l'hospitalisation sera souvent nécessaire pour éviter ou limiter les arrêts respiratoires et les décompensations délirantes.

Mais je pense que des campagnes de santé publique doivent aussi être mises en place sur le sujet. Celle sur les antibiotiques a très bien marché.

Enfin, le dialogue avec une personne droguée aux médicaments doit être rétabli, pour pouvoir identifier les causes du mal-être que cache ce type d'addiction. Le jeunes patients que je rencontre, par exemple, ont profondément besoin d'être rassurés sur leur avenir, qu'on leur montre qu'il y a des échappatoires possibles face au chômage ou aux travails qui ne leur correspondent pas.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 20/05/2016 - 14:43
Le dieu éléphant a parlé
Il nous démontre ce qu’est le mauvais usage des médicaments. Tout ça pour ne pas « faire dans son froc ». Demandez plutôt à votre vétérinaire ! Changez votre avatar en Ganeshia dans sa culotte!!!
jurgio
- 20/05/2016 - 14:05
Nécessaires tout de même !
Nous avons à subir un quinquennat éprouvant.
Ganesha
- 20/05/2016 - 08:48
Imodium
Des médicaments cités, je ne connais que l'Imodium. C'est un moyen extrêmement rapide et efficace de se retrouver ''constipé'' pendant 24 à 48h. En principe, deux gélules suffisent, mais pour être certain, je monte à trois ou quatre. Je tache d'en avoir toujours sur moi quand je sors : cela évite de se retrouver à ''chier dans son froc''. Mais en prendre des doses déraisonnables vous conduirait à une épouvantable constipation, une ''véritable occlusion intestinale'' !