En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 46 min 31 sec
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 7 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 8 heures 29 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 8 heures 46 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 1 heure 6 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 4 heures 48 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 9 heures 37 sec
© wikipédia
© wikipédia
Bonnes feuilles

A l'origine de l'islamisme politique contemporain, l'ambivalence de l'Occident à l'égard de la chute de l'empire ottoman

Publié le 21 mai 2016
Le Moyen-Orient est entré dans une zone de tempêtes sans précédent où toutes les cartes menacent d'être bientôt redistribuées. Cette grande menace – incarnée par l’Etat islamique – vient sans doute clore un cycle : tout semble détruit et angoissant, mais la fabrique de l’Histoire est à l’œuvre : l’hésitation de l’Amérique ; la force de l’arc chiite ; le nouvel Iran et la nouvelle Egypte ; le jeu des grands voisins... Extrait de "Daech l'équation cachée" d'Alexandre Adler, aux éditions l'Archipel. Extrait 1/2
Alexandre Adler est historien et journaliste, spécialiste des relations internationales.Il est l'auteur de Le monde est un enfant qui joue (Pluriel, 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Adler
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Adler est historien et journaliste, spécialiste des relations internationales.Il est l'auteur de Le monde est un enfant qui joue (Pluriel, 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Moyen-Orient est entré dans une zone de tempêtes sans précédent où toutes les cartes menacent d'être bientôt redistribuées. Cette grande menace – incarnée par l’Etat islamique – vient sans doute clore un cycle : tout semble détruit et angoissant, mais la fabrique de l’Histoire est à l’œuvre : l’hésitation de l’Amérique ; la force de l’arc chiite ; le nouvel Iran et la nouvelle Egypte ; le jeu des grands voisins... Extrait de "Daech l'équation cachée" d'Alexandre Adler, aux éditions l'Archipel. Extrait 1/2

Nous nous heurtons, dès que l’on considère le devenir de l’islamisme politique contemporain, à une ambiguïté qui, pour s’être prolongée si longtemps, ne peut plus être imputée au hasard. Dès la chute brutale de l’Empire ottoman en 1918, en effet, l’ambivalence des puissances occidentales à l’égard de cette faillite retentissante est immédiate. Rappelons que, depuis le début du XIXe siècle, l’avenir de la construction ottomane est très largement compromis. Ce qui va empêcher l’explosion finale jusqu’à la révolution jeune-turque de 1908, c’est en réalité la rivalité vis-à-vis de la poursuite du modèle ottoman des quatre grandes puissances, devenues bientôt cinq avec l’émergence de l’Allemagne unifiée de Bismarck (Angleterre, France, Russie, Autriche-Hongrie, rejointes par l’Allemagne, après 1871).

Si la France napoléonienne, et plus tard, la monarchie de Juillet qui en prend ici la suite se révèle initialement favorable à la dissolution de l’Empire ottoman au profit d’une Égypte modernisatrice et francophile, celle des Khédives, elle change ensuite de point de vue avec la guerre de Crimée, à l’occasion de laquelle elle met, avec l’Angleterre, un verrou aux ambitions russes dans les Balkans et, à un moindre degré, dans le Caucase. Puis, à mesure que l’Allemagne de Guillaume II entreprend d’installer un protectorat de fait sur ce qui reste du califat de Constantinople, le balancier de la politique française revient vers une hostilité de principe à la conservation de l’Empire ottoman, laquelle ne sera jamais totale, en raison d’intellectuels français proturcs tel Pierre Loti et de dirigeants politiques turcs passionnément francophiles, comme Mustapha Kemal. Mêmes oscillations pour l’Angleterre, qui bande toutes ses énergies pour préserver l’Empire ottoman de Napoléon Bonaparte et récidive à plusieurs reprises, organisant des expéditions de secours contre la France puis contre la Russie, pour évoluer peu à peu vers l’idée d’un partage de l’Empire ottoman après 1907, lorsque Londres envisage de plus en plus favorablement la création d’une entité arabe de Damas à Bassorah, rattachée politiquement à l’Empire des Indes.

La Russie ne change guère dans l’objectif géopolitique majeur que lui fixe Catherine II dès la fin du siècle des Lumières, qui aurait dû aboutir à la conquête des Balkans slaves, à la soumission du Caucase multiethnique et, pour couronner le tout, à la prise de Constantinople et des Détroits, tout en ranimant les espoirs de rédemption des principales communautés chrétiennes d’Orient, les Grecs, les Arméniens et les Assyriens – ces derniers de langue araméenne mais déjà fortement arabisés. L’Autriche-Hongrie en revanche, puis l’Allemagne qu’elle entraînera dans la même voie après 1871, adopteront presque continûment une vision conservatrice visant à faire de l’ensemble ottoman une entité maintenue et à peine un peu plus réformiste. Mais, au lendemain de l’effondrement de la plus grande structure politique du monde musulman, des voix conservatrices s’élèvent çà et là pour tirer la sonnette d’alarme: l’Occident est allé trop loin dans sa soif de destruction et il devient nécessaire, particulièrement avec l’émergence d’une révolution russe qui s’installe au sommet de l’édifice à Bakou, en Azerbaïdjan, de redonner espoir à ces forces traditionnelles appelées à être, demain, le meilleur rempart contre l’implosion totale de la région.

C’est évidemment à Londres, sur laquelle reposent les responsabilités les plus lourdes, que ce courant d’idées philoconservateur commence à trouver des oreilles complaisantes. Face aux sympathies communistes toujours possibles de la nouvelle révolution turque de Kemal, il devient nécessaire de rebâtir une conscience arabe pleinement musulmane et hostile aux changements trop rapides. Et devant l’édification rapide d’un foyer national juif en Palestine, où les mêmes influences marxistes en provenance de la fournaise russe commencent à s’exprimer, elles aussi rapidement, une consolidation arabo-musulmane s’impose de la même manière.

Extrait de "Daech l'équation cachée" d'Alexandre Adler, publié aux éditions l'Archipel, mai 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires