En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Trop vert pour être mûr

Énergies renouvelables : ces "légers" problèmes que révèle la journée de dimanche dernier quand l'Allemagne a produit tellement d'électricité qu'elle a dû payer les consommateurs pour l'utiliser

Publié le 12 mai 2016
Le dimanche 8 mai, les conditions climatiques ont permis aux énergies renouvelables de fournir 87% de l'électricité consommée en Allemagne. Mais derrière cette information en apparence réjouissante, se cache une vérité incomplète.
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dimanche 8 mai, les conditions climatiques ont permis aux énergies renouvelables de fournir 87% de l'électricité consommée en Allemagne. Mais derrière cette information en apparence réjouissante, se cache une vérité incomplète.

Atlantico : Le dimanche 8 mai, du fait de conditions climatiques optimales, les énergies renouvelables ont fourni 87% de l'électricité consommée en Allemagne. Cette apparente bonne nouvelle doit-elle néanmoins être relativisée ?

Rémy Prud'homme : Dire que les renouvelables ont fourni le 8 mai 2016 87% de l’électricité consommée est une vérité incomplète qui ressemble à un mensonge publicitaire, mais qui est néanmoins une information intéressante. 

L’information est tronquée pour au moins trois raisons. Tout d’abord, il y a ambiguïté sur la notion de renouvelable. Ceux qui l’emploient veulent que l’on entende éolien et solaire, mais le chiffre donné se rapporte aussi à l’hydraulique et à la bioénergie. Ces différents types de renouvelables ont des caractéristiques bien différentes, et les ajouter est une façon peu recommandable d’embrouiller les problèmes et de cacher les réalités.

Ensuite, la formulation oublie, et sans doute pas involontairement, de préciser que ce pourcentage a été atteint de 13 à 14 heures seulement. A d’autres heures de la journée, il a certainement été bien inférieur. De 20 heures à six heures, lorsque le soleil était couché, on peut être sûr que la production d’électricité solaire a certainement été égale à zéro.

Troisièmement, choisir une journée (sur 365) et a fortiori une heure (sur 8760) est sans signification, et de ce fait trompeur. Prendre l’heure de l’année, par une nuit sans vent, durant laquelle la part de l’éolien et du solaire dans la production d’électricité en Allemagne est de 0%, serait également sans signification et trompeur. En 2014, l’éolien et le solaire ont assuré environ 14% de la production d’électricité en Allemagne. Un peu plus sans doute en 2015 ou 2016. On est loin de 87%. En réalité, 14% est une moyenne entre des heures à 87% et des heures à 0%.

Comment faire face aux difficultés techniques posées par l'exploitation des énergies renouvelables ? Ne faudrait-il pas attendre que ces problèmes soient réglés, notamment la question du stockage d'électricité, avant d'inclure les énergies solaires, éoliennes et autres dans le mix électrique ? 

Ce qui est significatif, est bien connu, est le nombre d’heures annuelles durant lequel une éolienne produit de l’électricité (environ 2600 heures, soit 30% du temps) et durant lequel un panneau solaire produit de l’électricité (environ 1200 heures, soit 15% du temps). On peut, au niveau d’un pays ou d’une ensemble de pays, augmenter ces pourcentages en répartissant éoliennes et panneaux photovoltaïques sur tout le territoire, dans l’espoir que si le vent ne souffle pas en A, il soufflera en B, et en construisant des lignes de transmission de A à B. Mais l’augmentation à attendre de cette dispersion est limitée, et de plus incertaine. En tous cas, multiplier le nombre des éoliennes en A n’augmentera en rien la disponibilité, seulement la production lors des périodes de production. C’est pourquoi les affirmations très courantes dans la presse selon lesquelles telle ferme photovoltaïque ou tel parc éolien va produire la consommation d’électricité d’une ville comme Bordeaux ou comme Paris sont ridicules. Si ces villes n’avaient que ces sources d’électricité, elles seraient sans lumière, sans ordinateur et sans télévision pendant les deux-tiers du temps. Pendant l’autre tiers, il est vrai, elles pourraient vendre leur surplus d’électricité, et d’acheter des bougies.

Le chiffre de 87% a l’intérêt de souligner la variabilité de la production de l’électricité éolienne et solaire. Il implique des heures à 0%. Le plus grave est les 14% produits le sont à heures que l’on ne connaît pas à l’avance et que l’on ne contrôle pas. Si l’on savait stocker de l’électricité en grandes quantités à des prix raisonnables (comme on sait stocker du sucre ou des chaussures) cela ne serait pas trop gênant. On cherche, à grands coups de milliards. On trouvera peut-être, et cette découverte changera profondément la situation des renouvelables. Mais actuellement, on n’a pas encore trouvé. Le seul procédé utilisable est le pompage-turbinage, qui consiste à utiliser de l’électricité excédentaire pour remonter de l’eau dans des lacs de barrage, et à utiliser cette eau pour produire de l’électricité lorsqu’on en a besoin. Encore faut-il avoir des lacs de barrages disponibles à cet effet, ce qui n’est guère le cas de l’Allemagne.

Il faut donc doubler l’éolien et le solaire avec des centrales au gaz ou au charbon pour faire face aux heures sans vent et sans soleil. C’est bien ce qui se passe en Allemagne. Il en résulte que les rejets de CO2 du système électrique allemand ne diminuent pas du tout avec l’augmentation de la part des renouvelables, mais tendent au contraire à augmenter (légèrement, il est vrai).

De quelles façons les énergies renouvelables perturbent-elles le marché de l'énergie, notamment du fait des subventions qui leur sont accordées pour favoriser leur développement au détriment des énergies classiques ?

Le pire est l’impact sur les coûts et les prix. On entre là dans le monde de l’absurde. L’électricité éolienne a une priorité d’accès au réseau. Les gestionnaires sont obligés d’acheter, à des prix très élevés, tout ce qui est produit, au moment où c’est produit, qu’ils en aient besoin ou non. Mais dans le même temps on a un marché de gros de l’électricité qui est inondé par l’offre d’électricité, en particulier d’électricité "renouvelable", et dont les prix baissent constamment. La différence entre le prix d’achat élevé et le prix du marché bas est compensée par une taxe, mise à la charge des consommateurs d’électricité. Elle s’élève actuellement à près de 30 milliards d’euros par an, ce qui mesure l’aide considérable dont bénéficient les renouvelables. De ce fait, le prix payé par les consommateurs allemands est presque le double du prix payé par les consommateurs français.

La politique énergétique allemande est donc désastreuse sur tous les plans. Elle n’est pas écologique, puisqu’elle produit de plus en plus de CO2. Elle n’est pas sociale puisqu’elle débouche sur des coûts de plus en plus élevés pour les ménages. Elle n’est pas économique puisqu’elle a conduit dans le rouge tous les grands électriciens allemands. Elle n’est pas européenne, parce que le marché de gros de l’électricité que cette politique perturbe gravement est un marché européen, qui s’impose notamment à la France, et qui nous pénalise sérieusement.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 13/05/2016 - 10:55
Le vrai but est d'affaiblir les économies européennes
L'escroquerie des énergies "renouvelables" est du même tonneau que celle du réchauffement climatique (qui a provoqué des mesures que seule l'Europe appliquera !) : affaiblir l'économie européenne par des aberrations de ce type. Un autre exemple est le refus en France de l'extraction du gaz de schiste, soi-disant polluant. Résultat des courses : on va acheter du gaz de schiste américains au lieu d'acheter du français ! Les américains et nos politiciens corrompus sont contents. Nous un peu moins !
gebybih
- 12/05/2016 - 11:55
Les 1000 morts par an dans les mines de charbon chinoises
sans compter tous les millions de silicosés sont-ils aussi renouvellables?
tubixray
- 12/05/2016 - 11:32
Merci Anguerrand
De rappeler que l'Allemagne anti nucléaire et pro énergies renouvelables produit l'essentiel de son électricité avec le combustible le plus polluant connu à nos jours .......