En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 37 min 55 sec
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 16 heures 26 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 20 heures 8 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 20 heures 30 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 22 heures 36 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 23 heures 10 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 23 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 23 heures 55 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 16 heures 6 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 17 heures 7 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 22 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 23 heures 15 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 23 heures 49 min
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 1 jour 6 min
© Atlantico
© Atlantico
La porte étroite

2ème tour 2017, J-365 : ce qu'il faudrait qu'il se passe pour que François Hollande parvienne à être réélu

Publié le 07 mai 2016
Dans un an aura lieu le second tour de l'élection présidentielle. Trop d'adversaires à droite, aucun à gauche, ou même une embellie économique... Plusieurs scénarios hypothétiques semblent devoir se réaliser pour que François Hollande soit encore à l'Elysée en mai 2017.
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un an aura lieu le second tour de l'élection présidentielle. Trop d'adversaires à droite, aucun à gauche, ou même une embellie économique... Plusieurs scénarios hypothétiques semblent devoir se réaliser pour que François Hollande soit encore à l'Elysée en mai 2017.

Atlantico : Dans un an jour pour jour aura lieu le deuxième tour de l'élection présidentielle. François Hollande, ces derniers temps, a donné tous les signes permettant de constater qu'il croit encore en ces chances. Aujourd'hui pourtant, peu semblent aussi optimistes que lui, tant son bilan est décrié, même dans son propre camp. Quels scénarios doit-on envisager pour que François Hollande reste à l’Élysée ? Et d'abord, puisque le Président paraît miser sur cette hypothèse : une reprise fulgurante de l'économie suffirait-elle ?

Jean Petaux : Sans vouloir simplifier à l’extrême la situation de François Hollande, j’aurais tendance à dire que si lui-même ne croit pas en ses chances (ou ne fait pas semblant d’y croire, puisque dans ce genre d’exercice nul ne peut connaître et sonder les âmes) je ne vois pas qui pourrait encore y croire. Essayons donc, même si l’exercice est par définition voué à être démenti par les faits, de nous mettre "dans la logique de François Hollande".

La conjoncture économique totalement embellie du fait d’une reprise brutale de l’économie pourrait de facto constituer un élément de contexte favorable à François Hollande. Même si l’on peut raisonnablement s’interroger sur les effets tangibles et ressentis par les électeurs d’une telle amélioration substantielle de la conjoncture économique. Imaginons donc que "ça aille effectivement mieux" : même dans ce contexte positif, les Français, pour changer radicalement leur opinion sur la politique gouvernementale et sur l’action du président de la République, ne vont pas se contenter de "mots". Il leur faudra des faits tangibles et matériels. Et pas seulement une hypothétique "inversion de la courbe du chômage". En clair, il faudrait que le chiffre global mensuel des chômeurs recensés en avril 2017 repasse sous la barre des 3 millions de chômeurs. L’emploi est la préoccupation numéro 1 des Français. C’est à l’aune de la statistique du chômage qu’ils se détermineront en grande partie dans l’isoloir. Il faudra que cette baisse spectaculaire du chômage (- 500 000 par rapport à aujourd’hui) soit très amorcée en décembre 2016 pour que François Hollande puisse s’appuyer sur cette "décrue".

Un autre élément peut jouer aussi en faveur de François Hollande en 2017 : un contexte de violence extrême consécutivement à une multiplication des actes de terrorisme sur le territoire national ou par une série d’attentats "ciblés" conduisant le président à être le seul et dernier rempart possible face au chaos créé par cette déflagration. Pour cela, il faudrait être dans un contexte qui mélangerait les attentats des 7 et 8 janvier 2016 et ceux du 13 novembre 2016, pas seulement à Paris mais dans plusieurs grandes villes de province ou dans des endroits jusqu’alors totalement épargnés (villes moyennes par exemple).

Dans quelle mesure et à quelles conditions pourrait-il profiter d'une absence de concurrents sérieux à gauche, si la primaire n'avait finalement jamais lieu comme il paraît le souhaiter ?

En fixant le terme de l’annonce de son éventuelle décision de se représenter en décembre 2016, François Hollande change totalement de stratégie par rapport à ses prédécesseurs. Tous (hormis Valéry Giscard d’Estaing pour 1981) ont annoncé tardivement (entre la mi-janvier et la mi-février de l’année de l’élection) leur intention de se présenter pour un second mandat élyséen. S’il choisit de ne pas repartir et s’il l’annonce vers le 15 décembre 2016 (comme il l’a indiqué très clairement lors de sa dernière intervention télévisée), François Hollande met le PS dans la même situation que celle où l’a placé Jacques Delors en décembre 1994 quand il informa les Français au micro d’Anne Sinclair, sur le plateau de "7 sur 7" qu’il ne se présenterait pas à la présidentielle d’avril-mai 1995. Le PS organisa alors une "primaire fermée", réservée à ses seuls adhérents, qui vit s’affronter Lionel Jospin et Henri Emmanuelli. Ce ne fut pas du tout une catastrophe d’ailleurs pour le PS puisque Lionel Jospin sortit en tête des urnes au soir du premier tour, devançant Jacques Chirac et son rival éliminé Edouard Balladur (pourtant donné comme grand gagnant, sans aucun doute, une année auparavant, en mai 1994…). Donc en agisant comme il l’a indiqué, François Hollande ne "condamne" pas le PS s’il choisit de raccrocher les gants en décembre 2016… Que la situation soit difficile alors, elle le sera forcément. Au point d’ailleurs que les socialistes se prendront à regretter que le président de la République sortant ne se représente pas… Autrement dit, François Hollande sait parfaitement qu’il sera espéré comme candidat en décembre 2016 bien plus qu’il ne l’est aujourd’hui pour défendre ses propres couleurs dans la compétition de 2017. Ne serait-ce que parce que les différents candidats putatifs trouveront dans sa candidature l’occasion de neutraliser leur concurrent éventuel et "renonceront pour mieux sauter" en... 2022.

La primaire à gauche n’aura pas lieu tout simplement parce que des personnalités comme Mélenchon n’en veulent pas et que personne à gauche (en-dehors des socialistes) n’acceptera de se rallier à la règle du "on soutient le vainqueur". Aucun candidat éventuel à gauche (Laurent, Duflot, Hamon, Montebourg, etc.) ne voudra se "griller" à soutenir un François Hollande, vainqueur de la primaire, et donc se condamner à défendre celui qui incarnera en 2017 toute la politique qu’ils ont refusé de soutenir pendant 5 ans. Dans ces conditions, la seule "corde" sur laquelle peut jouer François Hollande est celle du "vote utile" au premier tour de la présidentielle pour éviter de rééditer l’épisode du 21 avril 2002 où les quatre "petits" candidats de gauche (Hue, Mamère, Chevènement et Taubira) ont fait plus que Lionel Jospin (16,2% des suffrages exprimés). Si François Hollande ne pourra pas enrayer la multiplication des candidatures sur "sa gauche", il n’aura d’autre choix politique que de jouer sur la "peur" d’un nouveau "coup de tonnerre" et d’une élimination de la gauche au soir du premier tour, le 23 avril 2017. En croisant les doigts pour que ce réflexe qui a joué en 2007 et 2012 fonctionne encore 15 ans après le 21 avril 2002…

Comment l'hypothèse d'une droite qui se fractionne, et d'un Front national toujours aussi fort, pourrait-elle éventuellement lui permettre de remporter encore une fois la présidentielle ?

Le principal atout dans le jeu de François Hollande est constitué par la faiblesse du jeu de ses adversaires. Il ne faut jamais oublier que la présidentielle n’est pas un "examen de passage" où on serait "reçu" ou "recalé". C’est un concours. Cela n’a donc rien à voir. Il n’est pas question d’être exceptionnel pour l’emporter. Il faut "seulement" être meilleur que les autres. Il faut faire moins d’erreurs que ses concurrents. Si ceux-ci sont très affaiblis par des luttes fratricides intenses et violentes qui rendront totalement improbable une "réconciliation" post-primaires, si les coups portés pendant la campagne des primaires ont révélé des "affaires" lourdes et injustifiables, alors ce qui devait être une saine émulation et une pré-mobilisation électorale pour la droite républicaine va tourner au fiasco intégral. En 2007, Ségolène Royal a peut-être "terrassé" ses deux adversaires lors des primaires de novembre 2006 (Fabius et DSK) mais elle a été incapable de "se relever de sa victoire". A partir de janvier 2007, au retour des congés de Noël, il était clair que lorsque la "firme Sarkozy" donnait sa pleine puissance de machine à gagner, les "Désirs d’avenir" de Ségolène Royal sonnaient de plus en plus creux, révélant la vraie personnalité de la candidate socialiste. Il devint évident qu’elle était "différente".

François Hollande n’ignore rien de tout cela. Il figure parmi les plus fins analystes politiques français et connaît tout et plus que tout des histoires qui opposent les uns et les autres. Il sait aussi que la droite n’a pas la culture des primaires. Que certains des "battus" de novembre 2016 deviendront  pour lui des "alliés objectifs" en mars-avril 2017. Et peut-être même Nicolas Sarkozy lui-même si, d’aventure, il n’est pas choisi par une majorité des sympathisants de droite pour être leur candidat à la présidentielle. Un Sarkozy qui n’aura de cesse de faire chuter celui qui l’aura humilié lors des primaires. Et si c’est ce même Nicolas Sarkozy qui sort vainqueur des "urnes des primaires", il se trouvera bien un Fillon ou un Copé (sans parler d’un Bayrou) pour faire trébucher celui qui fut président de 2007 à 2012… Bref, gaullien dans la stratégie (le général de Gaulle a publié en 1924 La discorde chez l’ennemi) et mitterrandien dans la ruse manoeuvrière, François Hollande peut parfaitement bénéficier d’une conjoncture favorablement créée par une droite indécrotablement prisonnière de ses rancunes tenaces et de ses guerres intestines. Quant au FN, rien n’indique que Marine Le Pen sera qualifiée d’office au second tour. D’une part parce que son père n’a pas fini de lui nuire, d’autre part parce que la mobilisation électorale au premier tour de 2017, si elle est forte (ce qui ne fut pas le cas en 2002), jouera contre la présidente du parti d’extrême-droite.

Voyez-vous d'autres possibilités ou scénarios envisageables, notamment liés à des événements imprévisibles sur la scène européenne ou internationale ?

Tout est possible et tout peut advenir. Y compris la victoire d’un Donald Trump à la présidentielle américaine de novembre 2016 et une crise internationale majeure dès le mois de février 2017 du fait de l’arrivée de ce fou furieux à la tête de la première puissance mondiale. Une succession d’événements géostratégiques peut se produire, mettant en cause (directement ou par effet de cascade dû au jeu des alliances) la souveraineté nationale. Nous savons désormais que les frontières du "sanctuaire national" sont poreuses et fragiles. Les événements passés, y compris la tragédie de Montauban et Toulouse en mars 2012, un mois presque jour pour jour avant le dimanche du premier tour de la dernière présidentielle, n’ont pas impacté le résultat final. Parce qu’ils étaient trop éloignés de l’élection. Parce qu’ils ont concerné des victimes que les Français dans leur grande lâcheté collective et dans ce vieux jus antimilitariste et antisémite qui remonte des égouts, ne considèrent pas vraiment comme des "victimes "(des militaires et des enfants juifs). Mais si un événement de type 11 septembre 2001 se produisait à Paris (un attentat de masse contre une tour de la Défense par exemple), alors là, bien évidemment, le sort de l’élection pourrait être totalement impacté par ce traumatisme, tout comme il y eut un "avant" et un "après" 11 septembre aux USA.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mymi
- 08/05/2016 - 15:53
Bonne synthèse vauban
D'accord aussi avec : petaux le peteux.
C'est du grand n'importe quoi
vauban
- 08/05/2016 - 09:05
Mr Petaux
Prends ces désirs,pour des réalités et rêve éveillé sur son petit strapontin de sciences pot!
Ganesha
- 08/05/2016 - 08:03
Grand Revirement
Quelques grosses erreurs dans le raisonnement de mr. Petaux. Donald Trump qui, élu, déclenche une guerre mondiale ! Au contraire, ce candidat semble bien décidé à sortir son pays de trente ans de bourbier Moyen-Oriental et de se désintéresser des problèmes qui ne concernent pas son pays ! Donald Trump déclarera-t-il la guerre à la Russie ou à la Chine ? Quant à ''Sarko qui soutient le PS et Hollande'' : ce n'est pas du tout ce que ce petit mandataire privé a fait aux Régionales : exactement le contraire ! En fait Sarko attend simplement un accord secret avec Marine Le Pen, où celle-ci le rassurera : non, elle ne mettra jamais en danger les privilèges de l'Oligarchie ! Et Sarko se verra promettre un poste de ministre dans le premier gouvernement Le Pen. Ce qui sera amusant, ce sera alors d'assister un ''Grand Revirement'' de tous les médias, qui, en France, sont entre les mains de quelques milliardaires !