En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Edgar Su / Reuters
Nouvelle ère
Singapour veut devenir la ville la plus intelligente du monde...mais à quel prix ?
Publié le 08 mai 2016
Des caméras et des capteurs gouvernementaux ont été déployés pour recueillir et coordonner une quantité sans précédent de données sur la vie quotidienne à l'intérieur de la ville.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des caméras et des capteurs gouvernementaux ont été déployés pour recueillir et coordonner une quantité sans précédent de données sur la vie quotidienne à l'intérieur de la ville.

Cette place financière extrêmement riche est connue dans le monde entier pour ses rues proprettes et ses contrôles très stricts des comportements individuels, comme l'interdiction de la vente de chewing-gum pour garder la ville propre. Désormais, Singapour pourrait bientôt être connue pour autre chose : sa volonté de recueillir d'innombrables données sur la vie quotidienne de ses citoyens. Dans le cadre d'un programme lancé fin 2014 par le Premier ministre Lee Hsien Loong, Singapour a déployé un nombre immense de capteurs et de caméras à travers la cité-État et île de 5 millions d'habitants qui permettra au gouvernement de tout surveiller, de la propreté des espaces publics, à la densité des foules et au mouvement précis de chaque véhicule immatriculé.

Un regard sans précédent sur le fonctionnement du pays en temps réel

Dans cet effort de tout contrôler, toutes les applications ne sont pas encore mises en œuvre. Mais déjà les autorités élaborent des systèmes qui permettent de savoir quand des gens fument dans des zones interdites ou jettent des ordures du haut des logements nichés dans les gratte-ciels. Dans une phase suivante, les données recueillies iront bien au-delà, explique le Wall Street Journal. La plupart des données seront stockées dans une plate-forme en ligne, baptisée Virtual Singapore, qui donnera au gouvernement un regard sans précédent sur la façon dont le pays fonctionne en temps réel. Ce qui permettra de prévoir, par exemple, comment les maladies infectieuses pourraient se propager ou comment les foules pourraient réagir face à une explosion dans un centre commercial. De plus, le gouvernement envisage de partager ces données, dans certains cas, avec le secteur privé. Par exemple, des capteurs seront déployés par des entreprises privées dans des maisons de retraite du secteur public pour alerter les familles si les personnes âgées ne bougent plus et même enregistrer leurs allers-retours aux toilettes, le tout dans une optique purement sanitaire.

Les données seront anonymisées... dans la mesure du possible

Le gouvernement explique également qu'il ne sait pas encore quels types d'applications seront possibles une fois que le système sera construit. Il n'a pas décidé non plus où seront situés les capteurs, ce qui soulève des problèmes de confidentialité. Mais le gouvernement se veut rassurant et dit qu'il ne désire pas espionner ses concitoyens et que les données seront anonymisées... dans la mesure du possible. Le projet semble être populaire à Singapour, où la confiance dans le gouvernement est élevée et où les citoyens ont accepté de restreindre leurs libertés publiques en échange d'un État plus efficace. D'autres villes, comme New York et Barcelone, ont utilisé des capteurs et des réseaux informatiques pour analyser certaines habitudes de vie et les places disponibles dans les parkings. Mais ces projets ont généralement une portée étroite, sont très cloisonnés, et réservés à des organismes de recherche. A Singapour, le programme est centralisé. Les différents projets sont coordonnés par le bureau du Premier ministre Lee et une douzaine de projets pilotes ont été lancés jusqu'à présent. Le coût total n'a pas été divulgué.

Un Google Maps puissance 10

Le gouvernement veut également se donner une chance de devenir le pionnier dans le domaine de ces applications afin d'en tirer des bénéfices en exportant son savoir-faire. Le marché de ces technologies est estimé, juste pour l'Asie, à 1 000 milliards de dollars par an d'ici 2025, selon IDC Government Insights. Les projets réalisés ou en cours de réalisation concernent tous les secteurs de la vie. Le système numérique va pouvoir devenir un super Google Maps en stockant les dimensions exactes des bâtiments, le placement des fenêtres et les types de matériaux de construction utilisés. Le gouvernement a déjà mis en ligne une carte 2 D de Singapour qui permet au public de visualiser des images télévisées des niveaux d'inondation et de surveiller les places libres dans les parcs de stationnement. Singapour a également testé des systèmes qui utilisent les smartphones des citoyens pour mesurer les soubresauts lors de trajets en bus, ce qui pourrait donner des indications pour la réfection des routes. "Nous essayons de virtualiser l'ensemble de la ville, se félicite le professeur Low Teck Seng, directeur général de la National Research Foundation dans les colonnes de Wired. Nous allons construire des modèles 3D de chaque bâtiment, y compris le verre, le ciment et la géographie interne du bâtiment. Nous allons intégrer des données en direct à partir de caméras et l'utiliser pour le trafic ou la gestion des catastrophes", dit-il.

Connaître le passage des bus et métros à la minute près

Dans un quartier test, à Jurong Lake à l'Ouest de Singapour, des applications informent les habitants du passage des transports en commun à la minute près et du taux d’occupation précis des rames et des bus, explique Arte. Une autre application vise à optimiser le nettoyage des parties communes des HLM en renseignant en temps réel le volume de déchets à traiter pour chaque bloc, chaque rue, chaque quartier. Enfin, un dispositif de captation des données de températures, d’humidité et de qualité de l’air, baptisé uClim, va permettre de cartographier en temps réel les micro-climats du quartier, et aider les urbanistes à planifier en conséquence les prochains bâtiments pour économiser l’énergie, une denrée rare sur une île sans ressources naturelles.

Les possibilités offertes par ces technologies semblent infinies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 08/05/2016 - 12:14
Singapour
C'est une ville vertueuse dans le bon sens du terme , le contraire d'une ville dédadente
zouk
- 08/05/2016 - 11:11
SINGAPOUR
Incontestable prospérité, en liberté surveillée. Au plan économique, nous ferions bien d'aller prendre quelques leçons.