En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 5 heures 59 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 7 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 41 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 38 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 13 heures 41 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 17 heures 3 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 28 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 37 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 47 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 17 heures 4 min
© Canal plus
© Canal plus
Campagnes imaginaires

Quand des écrivains inventent une élection présidentielle 2017 qu'aucun candidat véritable pourrait nous offrir

Publié le 06 mai 2016
Dans un livre paru le 4 mai, onze écrivains se proposent d'imaginer la campagne qui aboutira maintenant dans un an. Entre meurtres, situations cocasses et farfelues, la fiction politique semble montrer du doigt un monde politique trop peu imaginatif et ou, paradoxalement, la réalité semble parfois tout droit tiré de cerveaux romanesques.
Arnaud Viviant  est un journaliste, critique littéraire, écrivain et éditeur français. Il est le fondateur et directeur de la rédaction de la revue Charles.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Viviant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Viviant  est un journaliste, critique littéraire, écrivain et éditeur français. Il est le fondateur et directeur de la rédaction de la revue Charles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un livre paru le 4 mai, onze écrivains se proposent d'imaginer la campagne qui aboutira maintenant dans un an. Entre meurtres, situations cocasses et farfelues, la fiction politique semble montrer du doigt un monde politique trop peu imaginatif et ou, paradoxalement, la réalité semble parfois tout droit tiré de cerveaux romanesques.

Atlantico : Pourquoi demander à des écrivains d'imaginer la prochaine campagne présidentielle ?

Arnaud Viviant : Cette publication fait suite à une initiative lancée  il y a deux ans, qui consistait à demander à des écrivains d'imaginer la présidentielle de 2017. Nous en avons déjà publié huit pour le moment, et fort de cette expérience, nous avons décidé de sortir un livre, un an avant la présidentielle. Ce livre, 2017, l'élection improbable, comprend les huit premières nouvelles auxquelles s'ajoutent trois inédites, que nous publierons plus tard. Le livre est d'ailleurs en librairie depuis le 4 mai.

Le but de cet ouvrage répond à la situation actuelle. La présidentielle est absolument improbable si l'on regarde bien. On ne sait pas qui va être candidat, nombreux sont ceux qui prétendent à l'Elysée via les primaires ou autre. Une incertitude plane sur ce scrutin comme sur aucun autre de la Ve République.

Cette improbabilité, nous la vivons dans notre chair (si j'ose dire) depuis 2011 avec l'éviction de Dominique Strauss-Kahn. Lui qui était le candidat que tout le monde attendait a été bloqué dans son ascension dans les conditions que tout le monde connait. Cet événement avait déjà stupéfait le monde entier. L'improbabilité est depuis constitutive du scrutin à cause de cette affaire, qui a changé une donnée dans l'esprit de tous. Depuis, on sait que tout peut arriver. On le voit d'ailleurs avec les élections actuelles du Président américain. Qui donnait Donald Trump comme candidat des Républicains il y a cinq ans ? Personne ! Il y a un dysfonctionnement démocratique maintenant – et pas uniquement en France, mais dans toutes les démocraties du monde – qui fait que l'improbable est probable. Que la réalité dépasse la fiction. D'où l'intérêt de demander à des écrivains, qui sont des spécialistes de la fiction, d'imaginer la présidentielle de 2017 .

Quels sont les scénarios auxquels nous devons (ou pas) nous attendre selon ces écrivains ? 

Chacun des onze écrivains a pris l'affaire à sa façon avec talent, démontrant quelque chose de personnelle. Ce qui ressort, c'est cependant une unité de ton, comique bien plus que tragique, comme s'ils n'avaient pas pu penser ce sujet autrement. Ce comique peut être enrobé de tragique comme souvent.

Marie Desplechin imagine que tous les grands candidats (Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, François Hollande etc. ) trouvent la mort dans des catastrophes naturelles avant le scrutin. C'est en fait une parabole sur l'écologie, qui montre aussi que l'on ne veut plus des candidats que l'on avait déjà précédemment. Or on va se retrouver avec les mêmes qu'en 2012 très certainement.

Thomas Legrand, éditorialiste à France Inter, imagine lui, dans des circonstances extrêmement drôles, que Nicolas Sarkozy est dans le coma et qu'il ne peut plus communiquer verbalement, mais uniquement avec les paupières, pour dire oui ou non. C'est Isabelle Balkany qui vient raconter à l'ancien Président comment se passe l'élection. Cette nouvelle, écrite il y a un an, imaginait que Manuel Valls et Thomas Piketty étaient les candidats du second tour. Un scrutin intéressant qui donc voyait s'affronter les deux idées de la gauche.

Jérôme Leroy, qui écrit des romans policiers très politisés, se met lui dans la peau d'Alain Juppé qui a été battu au premier tour à cause de la présence d'un candidat populiste qui sort de nulle part. On voit là une grande théorie, un grand fantasme que relai d'ailleurs Jacques Attali dans ses chroniques, selon lequel un candidat émergerait d'Internet. Cette idée est très présente.

Quant à moi, j'imagine que Marine Le Pen se retrouve au second tour contre François Hollande ; son père s'est aussi présenté et n'a obtenu que 4% des voix. Il se trouve qu'entre les deux tours, il disparait, et on le retrouve noyé dans 50 cm d'eau comme Robert Boulin. Du coup, cela déstabilise complètement le débat du second tour. Je vous laisse deviner la fin …

La politique fiction à le vent en poupe aujourd'hui, que ce soit sur le petit et le grand écran ou dans la littérature : pourquoi cet intérêt pour ce genre ?

Ce qui est intéressant, avec la politique fiction, c'est de métaphoriser le réel, mais en même temps d'être dans un réalisme signifiant. Parce que le réel n'est pas très signifiant en ce moment. On donne un sens à des situations qui ont le goût et la couleur du réel.

Le pessimisme est de plus en plus marquant dans notre société : comment y réagissent ces écrivains ? Par le rire ?

Le comique employé majoritairement traduit plusieurs choses. Tout d'abord, on peut y diagnostiquer un profond dysfonctionnement démocratique. On pourrait en parler pendant des heures, mais le fait est qu'on en a ici la preuve, si le sujet Donald Trump en tant que tel n'était pas déjà assez suffisant. Il y a donc là sujet à rigolade. Mais ce rire est forcément un peu teinté non pas de désespoir, mais de critique.

Mais en même temps, le fait que les écrivains écrivent sur la politique montre qu'ils ont un peu d'espoir. Un de mes combats en tant que rédacteur de Charles, où la littérature est une composante de l'ADN de la revue, est de maintenir le lien entre politique et littérature. J'ai interviewé ainsi Houellebecq ou Sollers. Le premier numéro était sur un gouvernement des écrivains, où chaque écrivain était ministre et rédigeait son programme… c'est donc une chose importante à mon sens.

Autant au XIXe siècle et dans la prmeière partie du XXe siècle, les écrivains étaient très impliqués dans la politique – Victor Hugo, Camus etc. – autant on a vu à partir des années 70 une désertion de ce champ politique dans notre littérature. Depuis peu de temps, la littérature est de retour, avec des écrivains comme Houellebecq, Despentes etc.

Il me semble important d'opérer cette réconciliation. C'est l'objet de ce recueil, de rappeler que la littérature a son rôle à jouer dans le champ politique car toute littérature est politique !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires