En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Bonnes feuilles

Comment le fait de se sentir coupable est devenu synonyme de "névrose"

Publié le 06 mai 2016
Assumer les sources religieuses de la responsabilité, éclaircir les polémiques contemporaines sur l'amour et le mariage, sur l'écologie, l'éducation, comprendre les insuffisances idéologiques actuelles pour retrouver le sens du pardon, la noblesse perdue du respect et de la dignité, telles sont les pistes proposées par André Guigot, pour qui l'espoir renaîtra par l'esprit de responsabilité. Extrait de "Pour en finir avec l'irresponsabilité" d'André Guigot, aux éditions Desclée de Brouwer 2/2
André Guigot est professeur à Nantes et essayiste. Il est l'auteur du très remarqué Pour en finir avec le « bonheur », mais aussi de Qui pense quoi ? (Bayard), Sartre, liberté et histoire(Vrin) et du Petit dictionnaire de l'amour (Milan). Il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Guigot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Guigot est professeur à Nantes et essayiste. Il est l'auteur du très remarqué Pour en finir avec le « bonheur », mais aussi de Qui pense quoi ? (Bayard), Sartre, liberté et histoire(Vrin) et du Petit dictionnaire de l'amour (Milan). Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Assumer les sources religieuses de la responsabilité, éclaircir les polémiques contemporaines sur l'amour et le mariage, sur l'écologie, l'éducation, comprendre les insuffisances idéologiques actuelles pour retrouver le sens du pardon, la noblesse perdue du respect et de la dignité, telles sont les pistes proposées par André Guigot, pour qui l'espoir renaîtra par l'esprit de responsabilité. Extrait de "Pour en finir avec l'irresponsabilité" d'André Guigot, aux éditions Desclée de Brouwer 2/2

La culpabilité de bonne ou de mauvaise foi

La culpabilité doit être revalorisée. Se sentir coupable est devenu synonyme de «névrosé». Par un retournement de sens consécutif à la sous-culture d’une psychanalyse mal digérée, les médias éclairés par l’armée mexicaine des chercheurs en «sciences sociales» excusent les violences urbaines par des explications sociales en vantant les mérites des revendications culturelles identitaires pourvu qu’elles soient immigrées, et ricanent de l’amour au nom de la «sexualité décomplexée». Confronté au constat accablant d’une société avide d’un bonheur matériel fondé sur la réussite économique, le pouvoir médiatique, les classes dirigeantes et nombre de professeurs optent pour une culpabilité de mauvaise foi consistant à s’autoflageller en essentialisant les délinquants, histoire de leur ôter suffisamment d’autonomie pour transférer leur responsabilité au déterminisme social. Si l’idéologie de la conso-performance se marie très bien avec la culture de l’excuse et de l’irresponsabilité, c’est qu’elle y trouve son compte. L’une des contradictions de l’idéologie laxiste réside dans le refus d’aborder la question sécuritaire autrement qu’au cas par cas au nom du refus (en lui-même justifié) des amalgames, puis à opter pour la justification collective déterministe lorsqu’il s’agit de trouver des excuses à la violence.

La culpabilité peut être de mauvaise foi. L’impatience à se sentir coupable est un mauvais symptôme pour la responsabilité. Qu’y a-t-il derrière cette impatience, si ce n’est l’évitement de la tâche d’exister elle-même? Le mensonge est un refus de la vérité, la mauvaise foi est un refus de la liberté, et donc de la responsabilité qu’elle engage. Plus l’auteur du mal est conscient du caractère fini et contingent de son existence, plus la mauvaise foi apparaît comme un choix possible. C’est dans le cadre de ce «savoir» que l’impatience à se sentir coupable peut se glisser, puis s’exprimer. Cas particulier et conduite exemplaire, l’impatience est à la fois surjouée et recherchée pour elle-même. Le gain de cette responsabilité inauthentique dont l’impatience à se sentir et à se dire coupable concerne l’absence de distance, et donc une proximité avec le monde qui cesse magiquement d’être un environnement dans lequel se réinventer. Les jeux sont faits : le monde devient un prolongement pâteux affligé de soi-même, il suffit alors de mimer la tristesse de la victime dans une empathie reversée, mais dont les effets visibles trompent malheureusement tout le monde. C’est que le coupable pressé semble bien souffrir. Il faut que la douleur soit jouée. Tout son contenu réside dans son expression et dans la reconnaissance visée. D’où l’excès, les larmes un peu trop faciles, la compassion un peu trop vite exprimée aux victimes, d’où ce trop-plein de sens projeté à la face du monde. C’est pourquoi la pudeur est l’ennemie du coupable de mauvaise foi. On mesure mal les effets désastreux de cette responsabilité inauthentique, tant elle est préconisée comme stratégie judiciaire par les avocats, certes, mais aussi par les jurys, le public venu assister au spectacle douteux de la contrition. L’empathie n’est pas un droit, et l’absolution qui s’y gagne transparaît dans l’impatience à être jugé. Un « bon coupable» reconnaît à haute voix sa culpabilité, peu importe qu’il ressente effectivement sa responsabilité. Les victimes ayant autre chose à faire que d’être attentives à la sincérité des personnes jugées, il appartient à tous les autres d’exiger autre chose qu’une théâtralisation de la culpabilité.

Cette attention relève alors d’une autre responsabilité, à la fois philosophique et médiatique, et s’apparente très simplement au refus de toute complaisance.

Extrait de Pour en finir avec l'irresponsabilité d'André Guigot, publié aux éditions Desclée de Brouwer, 11 mai 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires