En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > France
Vie politique

Sénatrice Jacqueline Eustache-Brinio : La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique

il y a 1 min 59 sec
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 17 heures 27 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 18 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 19 heures 17 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 20 heures 46 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 22 heures 5 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 22 heures 43 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 23 heures 17 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Rapport sur l'islam politique : un nouveau ministre arrive à l'intérieur mais a-t-il le courage de mettre en place une nouvelle politique ?

il y a 22 min 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 17 heures 12 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 18 heures 38 sec
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 18 heures 44 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 19 heures 6 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 21 heures 48 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 22 heures 22 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 23 heures 7 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 23 heures 29 min
Atlantico Business

Après Uber, la guerre est déclarée contre Airbnb : en France, tout se passe comme si on ne supportait pas le succès

Publié le 04 mai 2016
Le Sénat vient de s'y mettre. Après avoir pris le parti de défendre les chauffeurs de taxis contre Uber, la chambre haute du Parlement vient de voter un amendement pour obliger les loueurs qui passent par Airbnb à déclarer leur locataire.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Sénat vient de s'y mettre. Après avoir pris le parti de défendre les chauffeurs de taxis contre Uber, la chambre haute du Parlement vient de voter un amendement pour obliger les loueurs qui passent par Airbnb à déclarer leur locataire.

On marche sur la tête. Dès qu'un entrepreneur a une idée neuve et qu'il rencontre du succès, on lui tape dessus. Le succès de quelques-uns en dérange tellement d'autres, que le gouvernement ou les élus passent à l'action pour protéger leurs électeurs.

Que les politiques protègent leurs électeurs, c'est un peu logique, mais qu'ils le fassent pour obtenir une adhésion à court terme au prix de mettre en retard la mise en place d'innovations qui sont facteurs de progrès à moyen terme est un peu moins intelligent.

Il faudrait que les hommes politiques se rendent compte que leurs électeurs sont aussi des consommateurs et que personne ne les oblige à monter dans un Uber, ni même à mettre leur appartement sur la plateforme de Airbnb. Le débat autour des Uber va se calmer depuis que le gouvernement a annoncé qu'il allait racheter les licences de transports (les fameuses plaques) dont il avait organisé lui-même la rareté pour renchérir les prix.

En fait, l'Etat a créé des rentes pour les chauffeurs de taxis et celles-ci sont tellement encombrantes et paralysantes qu'il est obligé de les racheter pour avoir la paix et fluidifier la circulation automobile.

Le problème des taxis à peine réglé, voilà que le dossier Airbnb va empoisonner les propriétaires, les investisseurs, les hôteliers et les municipalités.

Le succès d'Airbnb est tel en France et dans le monde que la formule pourrait profiter au plus grand nombre, mais les gouvernements ont tellement peur des lobbys qu'ils réglementent à outrance et du coup freinent l'innovation.

L'innovation est simple. Par une plateforme numérique, Airbnb et ses confrères mettent en contact des gens, (qu'ils soient touristes ou hommes d'affaires), qui cherchent à se loger pour un, deux ou trois jours avec des propriétaires (ou des locataires) qui, au même moment, n'occupent pas leur appartement ou leur maison.

C'est la plateforme digitale qui se charge des modalités pratiques de mise à disposition et de paiement.

Le succès est considérable. A New York comme à Berlin, on estime que le nombre de nuitées gérées par Airbnb atteint aujourd'hui 20% des nuitées d'hôtel, alors que le système a commencé à fonctionner à plein régime il y a moins de 5 ans. Paris est devenue la ville au monde la plus équipée en "Airbnb". C'est la ville au monde où le parc d'appartements à louer via cette entreprise serait le plus important et le plus fréquenté.

Alors ce qui est intéressant, c'est qu'après un moment d'affolement, du côté des loueurs traditionnels et des hôteliers, les réactions à cette concurrence se sont multipliées. Les réponses concurrentielles sont de deux types. Comme souvent, les unes sont très positives et imaginatives. Les autres très protectionnistes et négatives.

Les réactions les plus intelligentes finiront par améliorer le fonctionnement global du secteur.

D'abord, les grandes chaînes d'hôtels, un moment assommées par la concurrence, d'un côté de Booking, et de l'autre d'Airbnb, ont réagi. Elles ont constitué des centrales de réservations et ajusté leurs prix. Parallèlement, beaucoup d'hôteliers sont ouverts en marge de leur activité hôtelière classique, des locations de meublés, exactement comme on pourrait en trouver sur Airbnb. Une chaîne comme Accor va sans doute aller plus loin, en ouvrant sa propre plateforme de location d'appartements.

Les grandes chaînes de résidences hôtelières comme Pierre et Vacances n'offrent pas un service très différent de celui d'Airbnb. Le contenu et la qualité du service sont différents, mais le concept de base est le même.

Ensuite, apparaissent aujourd'hui des investisseurs qui ouvrent à la location des unités de luxes avec des services correspondants et les installent dans l'environnement d'un hôtel. Les Sofitel, le Club Méditerranée ou le groupe Barrière expérimentent la location d'unités immobilières dont ils ont assuré la promotion et la vente à des investisseurs particuliers et se chargent de la location.

Enfin, à côté d'Airbnb, quelques plateformes se sont développées qui offrent non seulement le gîte, mais aussi le couvert, et toutes sortes de services hôteliers. Il existe une clientèle prête à payer pour cela. Les propriétaires quant à eux y voient le moyen de mieux surveiller leurs biens que dans un Airbnb classique.

Toutes ces formules contribuent à élargir le marché, à prendre de nouveaux clients et finalement à créer de la valeur.

Il y a malheureusement des réactions beaucoup plus négatives et destructrices de valeur globale qui visent à freiner Airbnb et toutes les innovations de ce type de se développer.

Quand la ville de Berlin veut un état précis des locations et des prix pour pouvoir limiter les hausses de prix, elle empêche le marché de fonctionner librement et détruit de la valeur.

Quand la ville de Paris s'inquiète de voir une partie de son parc locatif utilisé finalement par Airbnb, elle ne voit pas qu'une telle pratique crée de la valeur et du pouvoir d'achat, donc de la croissance.

Quand les sénateurs votent un amendement permettant aux municipalités de plus de 200 000 habitants de demander à ce que les locations de courte durée soient déclarées à la mairie, on détruit une activité. Pourquoi ? Pour qui ? Personne n'est capable de le justifier correctement.

La première des justifications apportées consiste à dire que les activités déclarées paieront l'impôt. Mais ces activités le paient déjà, puisque les plateformes travaillent en toute transparence.

En fait, les plateformes facilitent l'intermédiation et freinent le travail au noir. Quand on passe par Airbnb ou Uber, il n'y a aucun transfert d'argent.

Ce qui motive les politiques, c'est qu'ils pourront contrôler l'activité, percevoir des impôts et chasser le travail au noir.

Le résultat n'est pas garanti. La surveillance fiscale, la multiplication des contrôles tatillons et la complexité administrative n'ont jamais encouragé les initiatives, ils ont plus souvent tué ou asphyxié l'activité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 04/05/2016 - 17:48
Et a t on songé
À la facilité pour la plate forme de blanchir l'argent des mafias ?
Plongeur
- 04/05/2016 - 16:57
à zen aztec
Vous savez ce qu'ils vous disent les taxis ?
Cochon de zen aztec.
zeliclic
- 04/05/2016 - 14:23
@zen aztec
j'ai expliqué dans mon commentaire que Uber, dans sa version actuelle, ne me gênait pas; Modulo le sandwich néerlandais. Mais soyez réaliste, les investissement d'Uber dans la recherche pour les voitures sans chauffeur nous montrent très précisément là ou ils veulent en venir. Zero chauffeur = plus de marge = zéro rentrée pour la France. Concernant les taxis, sachez qu'il existe desormais une application équivalente à Uber (Taxiconnect) qui devrait rapidement équilibrer le débat.