En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

05.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

06.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

07.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 3 heures 10 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 7 heures 19 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 10 heures 43 min
pépites > Politique
Violence
Elections municipales : la permanence de l'ancien candidat Pierre-Yves Bournazel a été vandalisée
il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Grands moyens
Lutte contre le coronavirus : la Chine va construire un hôpital en dix jours afin de faire face à l'épidémie
il y a 12 heures 42 min
pépites > Faits divers
Enquête en cours
Plusieurs morts dans une fusillade en Allemagne à Rot am See
il y a 13 heures 35 min
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 19 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 6 heures 23 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 10 heures 53 min
light > Insolite
Psychose ?
Coronavirus : le jeu vidéo "Plague Inc." rencontre un franc succès
il y a 12 heures 28 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la souris fait un sourire et quand le soleil fait sa ronde : c’est l’actualité des montres garantie sans coronavirus
il y a 12 heures 59 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les chrétiens d'Afrique subsaharienne menacés par le terrorisme islamiste
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 19 heures 11 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 19 heures 43 min
Atlantico Business

Le Conseil d’administration de Renault a finalement voté le salaire de Carlos Ghosn que Bercy avait refusé (alors que le patron de Renault n’est pas le mieux payé)

Publié le 03 mai 2016
Les représentants de l'Etat avaient refusé d'entériner le projet de salaire de Carlos Ghosn, mais ils étaient incapables d'expliquer pourquoi.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les représentants de l'Etat avaient refusé d'entériner le projet de salaire de Carlos Ghosn, mais ils étaient incapables d'expliquer pourquoi.

Que les gros salaires lèvent le doigt. La relation que nous entretenons avec l'argent est tellement malsaine que pour les politiques, la chasse aux gros salaires est devenue un sport national. Au fur et à mesure qu'on va approcher de la présidentielle, les gros salaires vont avoir intérêt à lever le doigt s'ils ne veulent pas être lynchés par les militants des partis politiques en mal de bouc-émissaire.

François Hollande avait ciblé la finance comme adversaire de la France, on est bien parti pour placer les PDG dans le collimateur des discours électoraux.

Aussi curieux que cela puisse paraître, c'est le ministère de l'Economie, que dirige Emmanuel Macron, qui a lancé les premières bombes en dénonçant publiquement la rémunération du PDG de Renault, puis quelques mois plus tard celui de Carlos Tavares, le PDG du groupe PSA (Peugeot-Citroën).

En général, les choses se calment assez vite, sauf que là, on entre en pleine saison des assemblées générales d'actionnaires et qu'on peut poser la question publiquement. Les responsables politiques ne vont pas hésiter à s'offrir quelques succès d'estrade à défaut de communiquer un programme. C'est plus facile et plus utile politiquement. 

Du coup, les représentants de l'Etat ne manquent pas de s'opposer aux augmentations de salaires des PDG... ce qui n'a, en général, que peu d'effets. Le comité de rémunération revient sur cette opposition et entérine le projet. C'est exactement ce qu'il vient de se passer chez Renault.

En attendant, les responsables politiques ont pu montrer à l'opinion qu'ils surveillaient les dérives. Ils ont assez peu de pouvoir pour changer l'ordre des choses et l'effet de leurs diatribes sera de ternir un peu l'image du groupe.

L'impact de ce type d'attitude provient moins des montants qui sont révélés que du silence coupable sur les raisons de la remontrance.

Les représentants de l'Etat sont en général incapables de donner les raisons qu'ils avancent pour revendiquer la liberté de réguler les salaires dans le secteur concurrentiel.

Que les salaires en question soient fixés par les administrateurs, qu'ils correspondent en gros aux prix du marché international, ou mieux, que ces rémunérations se composent d'une partie fixe et d'une partie variable, que cette partie variable soit ajustée sur la performance globale de l'entreprise, toutes ces raisons objectives qui servent à calculer la rémunération ne sont jamais prises en compte par les représentants de l'Etat.

Ce qui obsède les représentants de l'Etat, c'est l'impact que peuvent avoir ces chiffres sur l'opinion publique.

La seule liste des dix plus grosses rémunérations des PDG français est pourtant lourde d'enseignements.

1.     Olivier Brandicourt, le PDG de Sanofi (laboratoire pharmaceutique) arriverait en tête de ce hit parade avec 16,80 millions d'euros l'année dernière. Dont, 4,4 millions en salaire fixe et 12,3 millions en salaire variable avec le cours de bourse. La plus grosse partie provient de la revalorisation boursière.

2.     Bernard Arnault serait, d'après les études faites par les cabinets d'expert comptables, le deuxième plus gros salaire avec 9,40 millions d'euros dont 3,35 millions pour la partie fixe et 6,05 millions pour la partie variable en fonction de la valeur boursière.

3.     Jean-Paul Agon, le PDG de l'Oréal, serait logé à la même enseigne avec 4 millions d'euros pour la partie fixe et 5 millions d'euros pour la partie variable.

4.     Carlos Ghosn, le PDG de Renault, pointe donc à la 4e place avec 7,25 millions dont la moitié en fixe, la moitié en variable. Le CA vient d'accepter ces chiffres qui étaient refusés par Bercy.

5.     Thomas Enders, le PDG d'Airbus, touche au total 6,50 millions d'euros dont 3 millions de fixe.

6.     Rajeev Suri, le PDG de Nokia (ex-Alcatel) qui vient de rentrer au Cac 40, a touché 6,40 millions d'euros dont 2,5 millions de fixes, le reste en valorisation de titres cotés.

7.     Jean-Pascal Tricoire, le PDG de Schneider Electric, émarge à hauteur de 5,73 millions d'euros dont 2 millions de fixe.

8.     Henri de Castries, PDG d'Axa jusqu'au mois dernier, touchait l'année dernière 5,34 millions d'euros.

9.     Carlos Tavares, le PDG de PSA groupe, a communiqué sur la base d'une rémunération globale de 5,25 millions d'euros. Ce qui a crée une belle émotion compte tenu de la hausse. Cette hausse était prévue en fonction des résultats et du redressement. L'essentiel de la rémunération provient donc des actions de performance valorisées plus de 2 millions d'euros alors qu'il n'en avait pas au titre de l'exercice 2014.

10.   Lakshmi Mittal, le patron d'Arcelor Mittal, arrive en fin du Top 10 à 5,23 millions d'euros. 

Ces chiffres sont ceux qui sont déclarés par les entreprises elles-mêmes. Ils représentent des montants qui sont en général dans la partie basse des rémunérations versées sur le marché international des grands patrons.

Cela dit, dès qu'elles sont comparées à l'ensemble des salaires versés dans l'industrie ou les services, elles créent une émotion légitime. Même si la plupart des patrons n'ont pas été augmentés en fixe, compte tenu de la crise, tous sont, plus ou moins, indexés sur le cours de la Bourse, lequel a remonté rapidement depuis deux ans, d'où les revalorisations importantes.

Mais ce qui suscite aussi des commentaires critiques et sévères, c'est que ces chiffres (qui sont juridiquement inattaquables) sont moralement difficiles à accepter sans une explication de texte complète.

Or, l'explication n'est jamais complète parce que la rémunération d'un PDG ne s'arrête pas à la rémunération communiquée aux actionnaires et aux salariés.

D'abord, elle peut être complétée par des traitements versés par des filiales étrangères, c'est le cas de Carlos Ghosn. Ce qui énerve Bercy, c'est de savoir que Carlos Ghosn cumule deux jobs de patron. Celui de Renault et celui de Nissan. Ce qui énerve Bercy, c'est que le ministre français ne peut pas mettre le nez dans les comptes de Nissan. Mais ce qui énerve encore plus Bercy, c'est que Nissan est beaucoup plus puissant que Renault.

Ensuite, si pour les patrons-managers qui ne sont pas propriétaires de l'entreprise, les chiffres livrés aux actionnaires correspondent à la réalité, pour les patrons actionnaires majoritaires de l'entreprise, la partie salaire (fixe et variable) est sans doute marginale par rapport au total des revenus. Le salaire de Martin Bouygues par exemple serait de 1 million d'euros si l'on en croit les documents remis aux investisseurs. C'est évidemment dérisoire par rapport à ce que Martin Bouygues doit recevoir comme revenus du capital détenu dans le groupe (environ 30%), dérisoire par rapport à ce qu'il touche au titre des activités hors périmètre du groupe coté et logées dans la holding familiale non cotée.

Le cas de Bernard Arnault est plus spectaculaire encore. Au-delà du groupe LVMH coté en bourse dont il est le PDG, il en est aussi le principal actionnaire avec des activités qui lui appartiennent en propre et sur lesquelles il n'a aucun compte à rendre. Ce n'est évidemment pas avec les revenus dont ont connaissance les actionnaires de LVMH que Bernard Arnault a pu accéder au club des 10 plus riches de la planète.

Même phénomène pour Mme Bettencourt, la femme la plus riche du monde qui ne doit recevoir aucun salaire, mais dont les revenus doivent dépasser et de loin, les salaires fixes et variables du premier des PDG français. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

05.

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

06.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

07.

Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Arbannais
- 04/05/2016 - 17:36
Personnellement, quand je
Personnellement, quand je vois Monsieur Ghosn, j'avoue que je l'envie... mais à la différence de beaucoup, JE NE LE JALOUSE PAS. Je pense être incapable de faire le travail de ce Monsieur, ce serait alors une catastrophe. Ils doivent être au plus quelques milliers au monde, ceux qui sont capable de piloter de telles entreprises sans les envoyer dans le mur (coucou Anne Lauvergeon... entre autres), c'est pourquoi je pense que ce genre de forte rémunération n'est que mérite.
Anguerrand
- 04/05/2016 - 07:28
Vaut il mieux un patron bien payé comme
Carlos Ghosn et qui redresse d'une manière spectaculaire, qu'un patron mal payé et qui casse l'entreprise. Son salaire représente qq € par voiture vendue. Quid des sportifs qui n'ont qu'un probleme leur baballe d' élus qui vont jusqu'à cumuler 27 mandats, la c'est le silence. Les français sont restés marxistes sans vraiment s'en rendre compte, les medias les confortent tous les jours dans ce sens.
OLYTTEUS
- 03/05/2016 - 22:09
Qui veut du travail de Carlos Ghosn?
Ce type de dirigeant de multinationales ont une vie de chien:passant leur temps en avion,sillonnant le monde pour résoudre les problèmes,etc...
Fontanet, ancien excellent dirigeant d'Essilor a renoncé à continuer en expliquant la dureté de leur vie. Qui en parle de celà ? Qui parle de leurs performances? Carlos Ghosn est un excellent dirigeant comme Carlos Tavarès qui a redressé PSA. Le Macron ne se grandit pas sur ce coup là:avec ses idées libérales, il devrait faire la pédagogie sur ces grosses rémunérations.