En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 56 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 39 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 18 heures 7 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 51 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 59 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 22 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 57 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 14 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 20 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 22 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 20 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 27 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Au secours ?

Jean-Marie Le Pen sans le FN devant la statue de Jeanne d’Arc pour le 1er mai : retour à la case départ pour l’extrême-droite française

Publié le 01 mai 2016
Ce 1er mai, Jean-Marie Le Pen défilera seul devant la statue de Jeanne d'Arc tandis que sa fille a renoncé à cette démonstration de force. Le signe d'une rupture consommée. Désormais exclue du discours frontiste de Marine Le Pen, l'extrême-droite française se retrouve à nouveau orpheline.
Bruno Larebière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste indépendant, spécialisé dans l’étude des droites françaises, Bruno Larebière a été durant dix ans rédacteur en chef de l’hebdomadaire Minute. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Jean-Paul II (éd. Chronique, 1998) et De Gaulle (éd....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce 1er mai, Jean-Marie Le Pen défilera seul devant la statue de Jeanne d'Arc tandis que sa fille a renoncé à cette démonstration de force. Le signe d'une rupture consommée. Désormais exclue du discours frontiste de Marine Le Pen, l'extrême-droite française se retrouve à nouveau orpheline.

Atlantico : Le 1er mai 2016 confirmera la rupture père-fille au sein du Front national amorcée il y a un an. Jean-Marie Le Pen sera cette année seul devant la statue de Jeanne d'Arc aux Tuileries, quand Marine Le Pen rassemblera son parti autour d'un banquet. Jean-Marie Le Pen ne reprend-il pas la place qu'il occupait il y a 44 ans, lorsqu'il a fondé le Front national en fédérant une poignée de nationalistes d'extrême droite ?

Bruno Larebière : Votre question amène plusieurs précisions liminaires.

La rupture entre Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen s’est amorcée depuis bien plus longtemps que cela, dès après la présidentielle de 2002, lorsque Marine Le Pen a compris que les propos de Jean-Marie Le Pen – ses "petites phrases", dont elle ne partageait d’ailleurs ni la forme, ni le fond –, obéraient tout espoir d’accéder au pouvoir. Dès cette époque, la rupture était amorcée et il suffit de se souvenir des bouderies de Marine Le Pen, partant s’isoler à La Trinité-sur-Mer et le faisant savoir, après une énième saillie de Jean-Marie Le Pen, ou de ses diverses tentatives, tout au long des années 2000, pour monter des structures parallèles au Front national et visant à le contourner.

Dès cette époque, les rapports père-fille s’en sont trouvé altérés et c’est donc bien en toute connaissance de cause, même s’il n’en a pas mesuré toutes les conséquences, que Jean-Marie Le Pen a favorisé l’accession de sa fille à la présidence du Front national. 

D’autre part, Jean-Marie Le Pen n’a pas fondé le Front national. On peut dire tout au plus qu’il l’a cofondé. Comme le rappelle très justement Grégoire Kauffmann dans la dernière livraison de la revue Pouvoirs, dans sa contribution consacrée aux origines du FN, ce sont les dirigeants d’Ordre nouveau qui, ayant décidé, en 1972, de la nécessité stratégique de fonder un outil électoral qui porterait le nom de Front national, se mirent en quête d’une personnalité capable de l’incarner et portèrent leur choix sur Jean-Marie Le Pen, jugé respectable et, ce qui était encore plus important à leurs yeux, manipulable. A la constitution du FN, Jean-Marie Le Pen est vu par ceux qui le portent à la présidence comme une potiche !

Le défilé du 1er mai, associant Fête du Travail et Fête de Jeanne d’Arc, est de création récente dans l’histoire du Front national, puisqu’il date de 1988. Ce premier défilé eut lieu entre les deux tours de l’élection présidentielle, après que Jean-Marie Le Pen avait obtenu 14,38 % des voix et recueilli 4 376 000 voix. Il y eut ce jour-là un monde considérable, de plusieurs dizaines de milliers de personnes, affluence que l’on retrouvera entre les deux tours de la présidentielle de 2002. Jusqu’alors, le Front national célébrait Jeanne d’Arc beaucoup plus discrètement, le deuxième dimanche de mai, au jour de sa fête officielle instaurée par une loi de 1920, ce qu’ont toujours continué de faire des mouvements classés à l’extrême droite.

Ce qui fait la singularité de ce 1er mai 2016 est que Marine Le Pen a renoncé à cette démonstration de force, arguant de menaces proférées par l’Etat islamique, et que les Le Pen père et fille célèbrent Jeanne d’Arc chacun de leur côté : la présidente du FN déposera une gerbe au pied d’une des statues parisiennes de Jeanne d’Arc, accompagnée du bureau exécutif du parti, avant de prononcer un discours lors d’un banquet sur réservations, tandis que l’ex-président d’honneur – qui considère qu’il l’est toujours et a engagé à ce sujet une action en justice – prononcera un discours au pied de la statue de Jeanne d’Arc la plus connue, celle de la place des Pyramides. Pour ajouter à cet éparpillement, on peut ajouter que le Siel de Karim Ouchikh, parti associé au Rassemblement Bleu Marine, appelle, lui, à se rassembler devant la statue de Jeanne d’Arc de la place Saint-Augustin en un hommage qui sera suivi d’un banquet distinct. Heureusement qu’il n’y a que trois statues de Jeanne d’Arc à Paris !

Jean-Marie Le Pen a fait de "Jeanne, au secours !" son cri de ralliement. C’est la formule qu’il avait lancée l’an dernier place de l’Opéra, à l’issue du défilé de Jeanne d’Arc, lorsqu’il était monté sur le podium où Marine Le Pen s’apprêtait à prendre la parole, sans y avoir été invité. Cet appel à l’intercession de sainte Jeanne d’Arc pour sauver la France et guider le peuple de France vers son salut est aussi, plus prosaïquement, un appel au rassemblement du "camp national", expression qui, dans la terminologie usitée dans ces rangs, désigne l’ensemble de l’extrême droite. Jean-Marie Le Pen considère que le premier des devoirs d’un homme d’Etat patriote est de rassembler ce camp avant de pouvoir partir à la conquête de l’ensemble de l’électorat, ce en quoi à mon sens il se trompe car on ne réunira pas une majorité de Français en s’appuyant sur un noyau dur qui a un effet repoussoir.

D’autre part, Jean-Marie Le Pen devrait se souvenir que ce rassemblement du "camp national" a toujours été une chimère et que l’histoire du Front national est bien plus marquée par les scissions que par l’unité. Lui-même l’a éprouvé très tôt puisqu’il n’a pas fallu un an pour que le Front national, fondé en 1972, connaisse sa première scission, dès après les législatives de 1973, avec le départ des militants d’Ordre nouveau et la création de Faire Front, qui a débouché sur le Parti des forces nouvelles (PFN).

Certes, au fil de ses succès, le Front national de Jean-Marie Le Pen a agrégé un grand nombre de personnalités du "camp national" hors FN, qui ont fini par venir au FN où ils ont cohabité en raison de l’état d’esprit de Jean-Marie Le Pen, peu dogmatique et plus tolérant qu’on ne l’imagine dès lors que son leadership n’est pas remis en cause, mais ils ont presque tous fini par partir ou par être exclus, et cela avant la prise de pouvoir par Marine Le Pen.

Le véritable rendez-vous de l’extrême droite pour célébrer Jeanne d’Arc est le 8 mai. Il y aura, ce jour-là, le cortège traditionnel des royalistes de l’Action française, et il y aura, surtout, le défilé organisé par l’association catholique traditionaliste Civitas, qui vient de se constituer en parti, auquel se joignent tout un tas de personnalités et d’organisations, du Parti de la France au Renouveau français, de Pierre Sidos à Roland Hélie, et auquel Jean-Marie Le Pen a été convié, sans que l’on sache s’il viendra.

Ce qui porte chez Le Pen, aujourd’hui, ce n’est plus sa capacité de fédérateur. C’est sa parole de visionnaire. Au commencement de Le Pen était le Verbe, au crépuscule aussi.

Que reste-t-il de cette extrême-extrême droite aujourd'hui ? Dans quelle mesure est-elle orpheline depuis que le Front national n'entend plus officiellement la représenter ? Et par conséquent, pour qui votent désormais ses sympathisants ?

Je ne partage pas la formule d’"extrême-extrême droite" qui me semble avoir pour seul objet de maintenir le Front national dans l’extrême droite.

L’extrême droite a toujours existé de façon autonome par rapport au Front national dont elle s’est toujours méfiée, quand bien même telles de ses personnalités l’avaient rejoint. Les structures politiques de l’extrême droite n’ont jamais cessé d’exister. Elles ont pu être vidées de leur substance durant un temps, elles ont pu être renouvelées, mais les principaux courants ont toujours entretenu la flamme. Elle n’est pas vraiment orpheline car Jean-Marie Le Pen n’a jamais été qu’un père de substitution durant un laps de temps déterminé. Ses vrais pères sont ses grandes figures intellectuelles et ses grands ancêtres, ceux qui lui ont indiqué les combats à mener, qu’ils perpétuent.

Ce qui a évolué, c’est le discours frontiste sur l’extrême droite, exprimé par Marine Le Pen et par Florian Philippot principalement, qui, en un étonnant retournement, est devenu un discours d’exclusion à leur encontre.

En l’état de l’offre électorale, le sympathisant d’extrême droite n’a d’autre choix que de voter pour Marine Le Pen à la présidentielle ou de se réfugier dans l’abstention – ou le vote blanc. Cela dépendra de la tournure que prendra la campagne présidentielle de la présidente du Front national et des éléments de langage qu’elle glissera ou non à l’égard de ce segment de l’électorat. Elle avait su le faire, lors d’une Fête de Jeanne d’Arc justement, le 1er mai 2011, à l’égard des homosexuels, et cela a précisément amené le "camp national" à prendre un peu plus ses distances avec ce qu’il appelle le "néo-FN", affublé de qualificatifs que je vous épargnerai.

Jean-Marie Le Pen n'est pas éternel. Sa fille étant spirituellement déshéritée, quels seront les héritiers de la ligne politique originelle du FN ? Marion Maréchal-Le Pen, qui tente de maintenir les liens entre les deux bords ? L'un des membres de sa garde rapprochée (Bruno Gollnisch, Carl Lang) ? Une nouvelle figure comme le très polémique Henry de Lesquen ?

Je ne suis même pas certain qu’Henry de Lesquen soit en mesure de se fédérer lui-même, ce qui impliquerait qu’il commence par faire l’unité des deux comptes Twitter qui sont supposés exprimer sa pensée et qui sont par ailleurs tout à fait distincts des positions de la quasi-totalité des animateurs de la radio qu’il préside, Radio Courtoisie, à laquelle il ne faut pas l’assimiler.

Plus sérieusement, il ne peut pas y avoir d’héritier de la ligne politique "originelle" du Front national dans la mesure où celle-ci était inscrite dans son époque et donc marquée par l’anticommunisme. Plus on s’éloigne du Front national de Jean-Marie Le Pen – et plus le Front national de Marine Le Pen évolue –, plus on a tendance à en faire le dépositaire de la pureté d’une ligne politique, alors que celle-ci fut évolutive en bien des domaines, tant sur le plan de la politique internationale que sur le plan économique – et même de l’organisation de la société.

Si l’on prend votre question comme celle de la possibilité que l’extrême droite soit fédérée sur le plan électoral, c’est Carl Lang, ancien secrétaire général du FN qui a fondé le Parti de la France (PDF), qui me semble le mieux placé pour réussir cette synthèse. On aura une première occasion de la mesurer avec les élections législatives de 2017, où il est probable qu’il présentera un nombre de candidats suffisant pour partir en quête du financement public et lancer véritablement son parti.

Si on ne peut pas exclure des candidatures dissidentes de ces dissidents du Front national, Carl Lang est le seul à avoir une personnalité reconnue, en raison de son absolue fidélité militante, et à tenir un discours qui fait consensus dans le "camp national", en plus de disposer de la structure qui lui permettra de partir au combat électoral.

Jean-Marie Le Pen, isolé, semble sortir du grand jeu politique pour revenir à une position plus confidentielle. Considéré par tous – adversaires compris – comme un rhéteur sans pareille et comme un stratège génial, JMLP est-il le dernier monstre sacré politique, typique du début de la Ve République (après le retrait de Chirac et la mort de Séguin, Pasqua, Mitterrand) ?

Je dirais même que Jean-Marie Le Pen est le dernier monstre sacré des deux dernières Républiques, la IVe et la Ve, rôle dans lequel François Mitterrand était son dernier rival. Jean-Marie Le Pen, élu député pour la première fois en 1956, est, comme Mitterrand, un rescapé du changement de République – presque un miraculé.

Jean-Marie Le Pen, qui est profondément un homme de la IVe, avec ce que cela suppose de goût pour l’éloquence parlementaire et pour les jeux de partis, avec ce que cela implique aussi de liberté de ton, a mis beaucoup plus de temps que François Mitterrand pour rebondir mais je ne crois pas que ce soit un hasard s’il l’a fait en partie grâce à lui, grâce au coup de pouce que Mitterrand lui a donné en 1984 pour lui permettre d’accéder à L’Heure de vérité sur Antenne 2.

Relire à l’aulne de cette IVe République injustement méconnue la carrière politique de Jean-Marie Le Pen permet de mieux comprendre, et de relativiser, les libertés qu’il a prises, avec insolence, avec les convenances d’une époque qui n’est pas la sienne et le désarroi qui a dû être le sien d’avoir été banni de la vie politique alors qu’il y avait été parfaitement intégré.

Je lisais récemment, pour un travail historique, Etoile au grand large, de Guy de Larigaudie, écrit en 1939, et j’ai pensé à Jean-Marie Le Pen en lisant un passage qui rend hommage à ces hommes qui "ont pris plaisir à lire dans le texte Virgile ou Tacite" et "dont les descendants auraient quelque peine […] à comprendre à livre ouvert même César". Le côté tragique de la carrière politique de Jean-Marie Le Pen me semble figurer là.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 02/05/2016 - 16:13
Quand je suis dans une association @Anguerrand
Je suis membre de plusieurs assoces et fait partie du Bureau dans l'une d'elle. Quand je m'inscrit dans une asoce "je suis OBLIGE" de penser comme le Bureau puisque j'ai accepté les statuts.
Quand nous renouvelons le mandat du président et que personne ne se présente contre lui à l'Assemblée générale, il est élu à 100% (pas 99,9%, c'est crétin). Ce n'est que lorsqu'il y a plusieurs candidats que le meilleur gagne, ce qui fut le cas de Marine Le Pen lors du Congrès du FN en 2011 quand elle fut élue avec 67,65% des voix.
En tant que présidente du FN, MLP n'a aucun compte à rendre à son père, pas plus que dans une assoce le nouveau Bureau et le nouveau président n'a de compte à rendre à l'ancien président.
Il est par ailleurs mal vu que l'ancien président s'accroche et vienne ramener sa science. A un moment ou un autre, le Bureau lui signifie de s'occuper de ses oignons.
Ganesha
- 02/05/2016 - 09:02
Brigitte
La génération qui est entrée dans la ''vie adulte'' en admirant Brigitte Bardot dans les pages de Lui, est désormais constituée de gentils papys qui se soulagent en fantasmant sur Marion...
Anguerrand
- 02/05/2016 - 07:49
La democratie et le FN
Si vous êtes encartés au FN , vous êtes OBLIGÉE de penser comme MLP et Philippot, sinon c'est l'exclusion. Ce jour il est questions de ceux qui ont été au défilé de JMLP entre autre Golnisch. Il ne faut pas s'étonner ensuite que MLP ait été elu à 99,9% des votes. Il etait INTERDIT d'y être. Non seulement elle a trahi papa apres l' avoir soutenu durant des annees mais maintenant elle interdit toute fidélité à son père. Bien sûr papa ne veut pas d'une politique de gauche, une bien belle famille. SEULE Marion est credible.