En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 12 heures 19 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 14 heures 14 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 15 heures 25 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 18 heures 39 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 19 heures 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 20 heures 51 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 12 heures 33 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 43 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 14 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 16 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 21 heures 8 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 22 heures 8 min
La France EST la solution

Frédéric Salat-Baroux : " Pour la droite, le danger c'est le conservatisme."

Publié le 24 avril 2016
Dans son nouveau livre "La France EST la solution" paru, Frédéric Salat-Baroux propose plusieurs pistes pour que la France sorte de son immobilisme politique et économique afin de profiter au mieux de la révolution technologique et de l'ubérisation de l'économie.
Frédéric Salat-Baroux, historien, haut-fonctionnaire, a été secrétaire général de la Présidence de la République de 2005 à la fin du mandat de Jacques Chirac. Il est notamment l'auteur de "De Gaulle-Pétain : le destin, la blessure, la leçon" (Robert...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Salat-Baroux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Salat-Baroux, historien, haut-fonctionnaire, a été secrétaire général de la Présidence de la République de 2005 à la fin du mandat de Jacques Chirac. Il est notamment l'auteur de "De Gaulle-Pétain : le destin, la blessure, la leçon" (Robert...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son nouveau livre "La France EST la solution" paru, Frédéric Salat-Baroux propose plusieurs pistes pour que la France sorte de son immobilisme politique et économique afin de profiter au mieux de la révolution technologique et de l'ubérisation de l'économie.

Atlantico : Selon vous, "la gauche comme la droite sont historiquement étrangères aux questions économiques", alors que ces dernières sont au cœur de votre dernier ouvrage. Comment les remettre au cœur du débat politique ?

Frédéric Salat-Barroux : A la fin du XVIIIème siècle, l'Angleterre devient le moteur de la première révolution industrielle et la diffuse dans le monde. Nous faisons la Révolution française qui, elle, étendra son message politique au monde. Tout est dit dès cet instant. La gauche française est vitrifiée dans son attachement au discours marxiste ou révolutionnaire. Malgré les efforts du trio Hollande-Vals-Macron, elle continue à préférer Jules Guesde l'orthodoxe à Jaurès le réformiste. Pour la droite, le débat est toujours politique : Monarchie ou République, puis quelle République pour la France. La question qui l'obsède, du rapport au Front national, en est l'avatar actuel. 

Mais tout change avec la révolution technologique et l'ubérisation de l'économie. La crise ne va plus frapper les personnes les plus vulnérables du monde du travail - les 10% les moins qualifiés ou les jeunes - mais menace tous les emplois même les plus qualifiés. La question de l'impact de l'intelligence artificielle et de l'économie du partage sur l'emploi est au coeur du débat aux Etats-Unis. Elle doit, elle va le devenir en France. C'est l'objet de mon livre que de contribuer à cette prise de conscience : nous sommes pris dans des bouleversements économiques sans précédents, à la fois terriblement dangereux et riches d'un potentiel extraordinaire, et nous regardons à coté en nous focalisant sur la question identitaire et la préservation du modèle de 1945.

 

Lisez sur notre site un extrait du livre de Frédéric Salat-Baroux, La France EST la solution : "Pourquoi la crise du système scolaire français ne se résume pas à une simple pénurie de moyens"

 

Vous estimez que "la droite française a un problème avec le libéralisme". La réconciliation de la droite avec le libéralisme exige-t-elle une rupture avec le conservatisme ? Quelles personnalités à droite pourraient incarner le libéralisme ?

Pour la droite, le danger c'est effectivement le conservatisme. De Gaulle a cassé ce code génétique en imposant sa vision de la primauté du progrès technologique et projeté la France dans la concurrence européenne et mondiale, tournant radicalement la page du modèle protectionniste et de l'Empire colonial qui nous étouffait. Cette démarche reste totalement d'actualité. Le libéralisme économique n'est pas une fin en soi, c'est un instrument d'efficacité. Mais il doit s'inscrire dans une vision plus large, dans un récit : dire où l'on veut conduire la France et comment notre pays va contribuer à dessiner le nouveau monde dans lequel nous sommes entrés.

Les candidats aux primaires portent aujourd'hui des mesures d'essence libérales. Pour bien les connaître, et surtout Alain Juppé qui est profondément réformateur, j'ai la conviction qu'ils feront ce qu'ils proposent. Ce qui manque encore, c'est l'affirmation d'une direction. Comment allons-nous, par exemple, utiliser le numérique pour permettre à l'école d'armer les jeunes pour ce XXIème siècle si complexe et en refaire l'instrument de l'égalité des chances ? Comment faire pour que l'économie du partage ne débouche pas sur le triomphe des "barbares" avec comme conséquence la flambée de la précarité de travailleurs non-salariés, comme les chauffeurs d'Uber, et totalement soumis à des plate-formes devenues monopolistiques ? Comment, au contraire, faire de l'économie du partage une chance de bâtir un système économique plus sobre, plus juste et tout aussi innovant ? Comment, par exemple, relancer l'Europe par de grands projets, comme la transformation des 180 millions de bâtiments en unité de production d'énergie propre et décentralisée, ou en lançant le Google européen ? 

Selon vous, il faudrait revenir sur les 35 heures, coûteuses et handicapantes pour notre compétitivité. La droite a été au pouvoir durant dix ans, sans toucher à ce dispositif. A-t-elle manqué de courage ?

Ce n'est pas une question de courage. En 2003, nous avons eu le courage de faire une réforme des retraites très difficile. Nous avons, au contraire, pensé que l'assouplissement des 35h, en déverrouillant le recours aux heures supplémentaires, permettrait de répondre au problème. Nous avons eu tort. Le temps de travail n'a pas augmenté. Je donne les chiffres : nous travaillons une semaine et demi de moins que nos concurrents allemands. Il faut en tirer les conséquences et remonter la durée légale du travail à 39 heures. Il faut le faire sans commettre, à rebours, les mêmes erreurs que les lois Aubry : le systèmatisme et l'uniformité. Je propose dans mon livre un dispositif précis associant passage aux 39 heures et négociation en entreprises du bon point d'équilibre entre durée du travail et niveau de rémunérations, avec notamment l'élargissement du recours au referendum d'entreprise.

Mais le principal message du livre est qu'il ne faut pas passer cinq ans à sortir des 35 heures, car l'on risque de se réveiller alors dans une réalité économique dominée par une nouvelle forme de travail n'ayant ni la protection du salariat, ni la liberté du travailleur indépendant, et une ligne de partage entre temps de travail et temps pour soi qui aura totalement explosé sous l'effet des nouvelles technologies de communication. Il faut aller vite sur les 35 heures pour avoir le temps d'anticiper et de mettre en place un cadre qui réponde à ces dangers.

Vous estimez qu’il est "essentiel que [les entreprises] voient leurs charges diminuer et qu’elles gagnent en mobilité et en souplesse". La politique de l'offre amorcée il y a deux ans par le PS ne va-t-elle pas déjà dans ce sens ? Comment la droite pourrait-elle se distinguer sur cette question ? 

Sur le plan idéologique, la conversion du gouvernement socialiste à la politique de l'offre est une avancée pour le pays. Le problème, ainsi que le montrent les travaux de COE-Rexecode, c'est que le CICE et le pacte de responsabilité n'ont fait qu'effacer les hausses de charges qu'ont subi les entreprises entre 2011 et 2013. C'est pourquoi je propose de faire de la baisse des impôts et des charges le premier des investissements publics. J'expose l'équilibre dans le livre : 50 milliards de baisse d'impôts sur le revenu et de CSG, ainsi que la suppression de l'ISF, et passage progressif du taux de TVA à 23% afin de financer des baisses de charges nettes sur les entreprises. Cette logique d'une politique fiscale qui fait le choix de privilégier le travail et la compétitivité a nécessairement pour contrepartie une augmentation des droits sur les successions les plus importantes. Tout ne doit pas être écrit dès la naissance.

Emmanuel Macron a lancé récemment son mouvement intitulé "En marche", qui ne se veut "ni à droite, ni à gauche". Face aux montées des extrêmes et à l'enlisement dans la crise, un rapprochement du centre-gauche et de la droite libérale a-t-elle un jour des chances d'advenir ?

J'ai toujours été pour le Front républicain et contre les gouvernements d'union nationale. Et cela pour les mêmes raisons : il faut faire des choix clairs. On est contre ou pas le Front National. On propose au pays un projet clair et tranché, pas un compromis entre des visions différentes. Je mesure bien que derrière l'idée d'union nationale, il y a la volonté de trouver une méthode nouvelle pour réformer. Dans mon livre, je propose une autre approche : présenter clairement les principales réformes à conduire lors du débat électoral, quitte à mettre en ligne les textes et les faire adopter après les législatives dans le cadre d'un referendum unique, pris sur le fondement de l'article 11 de la Constitution. Mais au-delà des mesures de rattrapage (35 heures, code du travail, retraites, périmètre de l'Etat, baisse des impôts…) qui relèveraient de cette logique et qui pourraient être adoptées sous cette forme, l'essentiel est de travailler au bon point d'équilibre entre capitalisme et économie du partage. La nouvelle frontière entre la droite et la gauche est là.

 

Vous prenez à la fois parti pour un renforcement du pouvoir présidentiel et de la démocratie participative. La primaire à droite pourrait-elle être un moyen d'enclencher ce double mouvement ?

Le changement majeur que nous vivons réside dans la puissance des logiques participatives. La technologie les  rend plus innovantes et performantes que les grandes structures hiérarchisées et pyramidales : le logiciel libre est plus performant que Microsoft. Les entreprises l'ont bien compris et intègrent l'Open Source dans leur processus d'innovation et de fonctionnement. Il faut faire de même pour l'action publique. Avec le recul que me donnent 20 ans d'expérience au service de l'Etat et près de 10 dans le privé, j'ai la conviction profonde que l'intégration des processus participatifs au coeur du fonctionnement de l'Etat est la clé de son efficacité retrouvée et de la réconciliation des citoyens avec la politique.

L'expérience du budget participatif dans le domaine des investissement mis en place par la Ville de Paris en témoigne. Pour cela, il est important de simplifier l'organisation de l'Etat et de nos institutions non pas dans une vision ultra libérale de moins d'Etat, mais pour libérer un espace pour la démocratie participative.  L'objet de mon livre n'est pas de s'immiscer dans la campagne des primaires mais de contribuer au débat citoyen. C'est pourquoi les propositions que j'avance seront mises en ligne afin que ceux qui le souhaitent puissent les critiquer, les amender, les améliorer, dans le cadre de cette démarche participative à laquelle je crois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 25/04/2016 - 08:20
et que fait-il
des syndicats, premier frein de l'évolution ?
sapiensse
- 25/04/2016 - 04:13
gauche toi-même
Salat-Barroux est lui même le symbole de l'immobilisme de la France et de l'incompréhension totale des problèmes de la France, derrière le langage réformateur du gendre parfait.
Ganesha
- 24/04/2016 - 19:37
Marine
Le grand patronat, les 1 % des français les plus riches, semblent vraiment avoir très peur de Marine Le Pen, pour financer en permanence ce genre de guignols pour venir nous servir toujours les mêmes salades ! Moi, cela me donne vraiment envie d'élire Marine : juste pour voir ce qu'elle fera !