En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

04.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

05.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Mesures pour lutter contre le virus
Coronavirus : la Chine confine 20 millions d’habitants autour de Wuhan, les festivités du Nouvel an chinois annulées à Pékin
il y a 34 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Ritals", adaptation théâtrale de Bruno Putzulu : il était une fois les immigrés italiens de Nogent-sur-Marne

il y a 1 heure 17 min
Electrocutions et incendies
L'UFC-Que Choisir alerte sur les dangers des chargeurs de smartphones
il y a 1 heure 44 min
pépites > Santé
Origines du virus
Wuhan : des serpents pourraient être la source de l'épidémie du coronavirus chinois
il y a 3 heures 16 min
pépites > Politique
Loi bioéthique
Le Sénat vote la PMA pour toutes, mais pas le remboursement pour toutes
il y a 7 heures 13 min
décryptage > France
ONDRP

Fermeture de l’Observatoire national de la délinquance : et hop, un thermomètre de moins !

il y a 8 heures 36 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’affaire Yasser Arafat : polémique et émergence d’accusations "d’empoisonnement par les Juifs"

il y a 9 heures 36 min
décryptage > Société
Tribunal du net

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Science
Big Bang

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

il y a 10 heures 41 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

il y a 11 heures 24 min
pépites > Justice
Soupçons de financement libyen
La justice britannique va remettre Alexandre Djouhri à la France
il y a 56 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Messiah" de Michael Petroni : quand le doute s’insinue et ne vous lâche pas

il y a 1 heure 30 min
light > High-tech
"C'est toi dans cette vidéo ?"
Facebook : la gendarmerie de l'Indre alerte sur une arnaque avec une vidéo qui aurait déjà fait un grand nombre de victimes
il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Mode
Une page se tourne
Les images de l'ultime défilé de Jean-Paul Gaultier
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Histoire
Mémoire

75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz : l’histoire de la Shoah prise au piège des réinterprétations politiques d’aujourd’hui

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Santé
Menace de pandémie

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Terrorisme
Voilà comment on fabrique les crétins

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
Loi Avia

Pourquoi le projet de loi de lutte contre la cyber haine représente une menace aussi grave que la réalité qu’il entend combattre

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Politique
Objectif 2022

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

il y a 11 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express pense qu'il n'y a plus de plafond de verre au-dessus de Marine Le Pen ; L'Obs s'éveille aux violences policières ; Valeurs Actuelles se shoote à Yassine Belattar ; Copé épargné par LREM à Meaux ; vins "naturels" et biodynamie à tort et à travers
il y a 11 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Poids des mots

Ces nouveaux consultants qui se font payer très cher pour que vous ne compromettiez pas les chances de votre enfant en vous “trompant” de prénom

Publié le 30 septembre 2016
Khaleesi, Nutella, Djihad, Périphérique sud... Afin d'éviter le choix peu judicieux d'un prénom pour votre futur enfant, des agences spécialisées en marketing vous offrent désormais leurs services moyennant rémunération, afin de ne pas plomber votre petit pour la vie et maximiser ses chances de réussite.
Patricia Réveillaud est éditrice et la responsable éditoriale de BabyCenter pour la France et les pays francophones.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patricia Réveillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patricia Réveillaud est éditrice et la responsable éditoriale de BabyCenter pour la France et les pays francophones.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Khaleesi, Nutella, Djihad, Périphérique sud... Afin d'éviter le choix peu judicieux d'un prénom pour votre futur enfant, des agences spécialisées en marketing vous offrent désormais leurs services moyennant rémunération, afin de ne pas plomber votre petit pour la vie et maximiser ses chances de réussite.

Atlantico : De nouvelles agences se développent aux Etats-Unis et en Europe pour aider les parents à choisir le prénom de leur enfant moyennant rémunération. Que proposent-elles exactement et comment fonctionnent-elles ?

Patricia Réveillaud : Des agences privées sont en train de naître aux États-Unis et en Europe pour aider les parents à choisir le prénom de leur enfant. L'agence Erfolgswelle, basée en Suisse, propose par exemple de nommer votre enfant pour 29 000 dollars, en consacrant trois semaines au processus de réflexion, soit environ 100 heures de travail.

 

Pour ce faire, ces agences appliquent les mêmes méthodes marketing qui sont utilisées pour choisir des noms de produits ou de marques. Comme lorsqu'il s'agit de yaourts ou de voitures, elles visent à ce que le prénom soit le plus "vendable" ou "populaire" possible au sein de la société dans laquelle l'enfant va grandir, et qu'il soit le moins discriminant possible.

 

Ces agences justifient leur existence par le fait qu'un "mauvais" choix de prénom peut avoir de très lourdes conséquences sur la vie de l'enfant. Quels sont les pièges à éviter lorsque l'on choisit le prénom de son enfant ?

Il y a selon moi cinq grands pièges à éviter lorsque l'on choisit le prénom de son enfant. Il est important de les connaître, car les parents qui nomment mal leur enfant n'ont pas de mauvaises intentions, mais ne se rendent pas compte de la manière dont un prénom peut être perçu par autrui (d'où l'intérêt parfois de l'intervention d'une tierce personne, d'ailleurs).

 

1) Choisir un prénom à la mode, issue d'une série à succès ou de nouvelles technologies. Aux Etat-Unis, une nouvelle tendance consiste à appeler son enfant comme son filtre Instagram, ce qui donne des "LUX" ou "Ludwig". C'est un peu comme si on avait appelé nos enfants dans les années 80 "Minitel" ou "3615". On constate le même phénomène avec la célèbre série "Games of Thrones", qui a donné naissance a plein de petites "Khaleesi", une des héroines de la série. Il faut essayer de prendre du recul avec ces effets de mode, car ces prénoms peuvent apparaitre comme un peu connoté quelques années plus  tard, sans compter que dans le cas des séries, on vous associe toujours à un personnage, ce qui n'est pas très agréable. 

 

2) Inventer un prénom, ce qui peut par exemple donner à partir du prénom Loana, des "Liouana" ou des "Lovana". Ce sont des noms qui sont trop difficiles à retenir et qui finissent très souvent mal orthographiés ou déformés, et qui amènent l'enfant à devoir le répéter sans arrêt.

 

3) Donner un prénom trop lourd de sens. Je pense notamment à tous les bébés nommés "Charlie" pour rendre hommage aux victimes des attentats terroristes de janvier 2015.  Même si l'intention est louable, le prénom de l'enfant sera toute sa vie associé à une tuerie. C'est la même problématique pour des parents qui donnent le prénom de leur enfant lié à un ouragan ou tempête (aux conséquences parfois terribles), ou encore cette pratique ancestrale qui consistait à donner le nom d'un membre de la fratrie mort au nouveau-né, comme c'était par exemple le cas pour Van Gogh. On déconseille également aux parents d'appeler deux frères "Caïn" ou "Abel", car cela fait référence à une histoire atroce de fratricide. Le prénom "Djihad" est aussi à proscrire de nos jours. 

 

4) Se renseigner pour savoir si le prénom que vous avez choisi se trouve ou pas dans le top 10 des prénoms les plus à la mode du moment. Les parents pensent souvent avoir trouver un nom original, alors qu'ils ont été influencés inconsciemment par un effet de mode. Non pas que ce soit vraiment handicapant d'être dans le top 10 des prénoms les plus populaires, mais il faut quand même en avoir conscience, car certains parents détestent cette idée.

 

5) Faire attention à l'association du prénom avec le nom. Parfois, cela peut donner des effets de prononciation disgracieux, ou de mauvais jeux de mots.

 

Ce type d'agence existe en Suisse et en Allemagne, mais pas encore en France. Pensez-vous qu'il y aurait un marché pour cela ?

 

Oui, tout à fait.

 

Sur le site de Baby Center France, la rubrique qui aide les parents à choisir le prénom de leur futur enfant est une des plus consultée.

De plus, nous sommes dans une époque que je qualifierais "de coaching", c'est-à-dire qu'il y a désormais des coachs pour tout : le sport bien sur, mais aussi le choix de sa maison, de son travail... Donc pourquoi pas un coach pour les prénoms, oui.

 

Enfin et paradoxalement, avec Internet, il n'y a jamais eu autant de choix de prénoms possible, mais les futurs parents semblent s'y perdent un peu et on effectivement besoin de conseils.

 

De quels conseils les parents français peuvent-ils bénéficier pour choisir le prénom de leur enfant à l'heure actuelle ?

Une fois qu'on a bien pris la peine d'éviter les écueils décrits plus haut, il y a d'abord tout simplement tous les ans de nombreux livres sur les prénoms sont édités en France. Ils permettent de découvrir l'origine et permet de découvrir l’origine, la signification, les variantes, les tendances et les fréquences d’attribution de plus de 12 000 prénoms féminins et masculins.

 

Ensuite, des sites comme le site de Baby Center France propose aussi un guide des prénoms, qui permet d'en chercher par pays, signification, lettre, etc.

 

Enfin, on peut, en sollicitant son entourage familial, trouver des idées de prénoms qui seront peut-être le reflet de ce vous êtes, de la famille que vous représentez.

 

Existe-t-il un système administratif chargé de valider ou de censurer le choix d'un prénom ? Si oui, pour quelles raisons ?

 

Le contrôle du choix du prénom ne se fait qu’après l’inscription de celui-ci dans l’acte de naissance, par l’officier de l’état civil. Si les prénoms ou l'un d'eux, seul ou associé aux autres prénoms ou au nom de famille, lui paraissent contraire à l’intérêt de l’enfant, il se doit d’aviser le procureur de la République. L’officier de l’état civil ne serait donc qu’ « un juge de l’apparence » de la contrariété à l’intérêt de l’enfant du prénom. Le parquet aura l'initiative d'une procédure de suppression du prénom devant le juge aux affaires familiales. À son tour, le procureur de la République devient  juge de l’apparence, et « juge de l’opportunité ».

 

Le juge aux affaires familiales (ou JAF), peut ensuite décidé si les parents doivent changer le prénom de l'enfant, comme cela a été récemment le cas pour une petite fille que ses parents avaient appelé "Nutella", ou encore d'autres parents qui avait nommé leur "Périphérique sud" car les parents en route pour la maternité étaient restés bloqués sur le périphérique sud.

 

Est-ce difficile de changer de prénom en France si celui que nous a donné nos parents ne nous convient pas ?

 

Toute personne peut demander à changer de prénom si elle justifie d'un intérêt légitime. C'est le cas si son prénom ou la jonction entre son nom et son prénom est ridicule ou peut lui porter préjudice. L'adjonction ou la suppression de prénoms peut également être demandée.

 

L'intéressé doit adresser sa demande, en précisant les motifs, auprès du juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance. Le tribunal compétent est celui du lieu de naissance du demandeur ou de son domicile. Lorsque l'acte de naissance du demandeur est détenu par le service central d'état civil du ministère des affaires étrangères, la demande peut aussi être présentée au juge du tribunal de Nantes. C'est le cas des personnes nées à l'étranger.

 

L'assistance d'un avocat est nécessaire. Le demandeur peut, sous certaines conditions, demander l'aide juridictionnelle

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

04.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

05.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 23/04/2016 - 09:58
Prénoms
Quels imbéciles incultes acceptent-il de payer pour le choix d'un prénom?