En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 5 heures 57 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 6 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 40 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 37 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 17 heures 56 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 17 heures 2 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 27 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 35 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 46 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 17 heures 3 min
© wikipédia
© wikipédia
Passage à l'action

Sommet de l'ONU sur la COP21 : l'accord de Paris, avancée ou coquille vide ?

Publié le 14 novembre 2016
Ce vendredi 22 avril, les pays signent l'accord sur le climat à l'ONU. S'ouvrira ensuite le processus de ratification. Si la COP 21 représente une étape décisive et nécessaire, elle n'a en rien résolu le problème du changement climatique. Il est maintenant crucial que chaque acteur (Etat, collectivité, association, citoyen) mette en oeuvre des instruments de lutte.
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Landes est Directeur général de la Fondation GoodPlanet. Il enseigne aussi la politique de l’environnement à SciencesPo Paris depuis 2013 et est le cofondateur de CliMates, un think et do tank sur le changement climatique. Il a également cofondé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce vendredi 22 avril, les pays signent l'accord sur le climat à l'ONU. S'ouvrira ensuite le processus de ratification. Si la COP 21 représente une étape décisive et nécessaire, elle n'a en rien résolu le problème du changement climatique. Il est maintenant crucial que chaque acteur (Etat, collectivité, association, citoyen) mette en oeuvre des instruments de lutte.

Atlantico : L'accord de Paris sur le climat doit être signé officiellement ce vendredi 22 avril à New York par les Etats participants. Dans une interview accordée hier au Parisien, Nicolas Hulot jugeait les engagements pris par les parties insuffisants. "Si on additionne les promesses des Etats, nous sommes pour l'instant sur une trajectoire d'augmentation de 3 °C". Est-ce à dire que la COP 21 est encore loin d'avoir résolu le problème du changement climatique ?

Henri Landes : La COP21 est une étape cruciale de la lutte contre le changement climatique. Mais elle n'a pas résolu le problème du changement climatique. Un grand effort doit encore être fait en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d'anticipation des conséquences du changement climatique. 

En effet, les objectifs annoncés par les Etats  signataires de cet accord ne sont collectivement pas suffisamment ambitieux pour rester sous 2 degrés de réchauffement, et encore moins pour atteindre 1.5 degrés, ce qui est nécessaire pour préserver les îles, les zones côtières et les pays les plus vulnérables de notre planète. Il est impératif que dans les prochaines COP, ces objectifs soient revus à la hausse. Chaque Etat, surtout les plus pollueurs, doit s'engager davantage dans la sortie de l'énergie fossile. 

Toujours selon Nicolas Hulot, "la communauté internationale fait une erreur majeure dans sa stratégie de lutte contre le dérèglement climatique. Elle a concentré tous ses moyens dans la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, ce qui est évidemment essentiel. Mais si, dans le même temps, nous baissons la garde sur la destruction de nos écosystèmes, nous perdrons la guerre climatique". Pourquoi selon vous, le problème n'a-t-il été abordé que de façon aussi partielle ?

La préservation de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique sont deux faces de la même pièce. L'une ne peut pas se faire sans l'autre. Les écosystèmes et la biodiversité sont des puits de carbone naturels. Si nous les détruisons, nous réduisons la capacité de notre planète à absorber le CO2 que nous émettons. Ceci augmenterait encore l'effort nécessaire de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre les 2 degrés. 

De manière générale, la biodiversité maintient les équilibres et systèmes naturels sur Terre qui nous permettent de vivre. Les écosystèmes apportent des services à l'humanité. Notre santé, notre bien être et notre économie en dépendent. 

C'est une formidable opportunité de prospérité économique, de progrès social et pour notre santé publique que de préserver la biodiversité. 

 

Quelles avancées a néanmoins permis la COP 21 ? Quelles sont les mesures à mettre en œuvre dorénavant pour lutter contre le changement climatique ? A quel niveau est-il le plus urgent d'agir ?

La COP21 à créé un cadre clair et simple pour que tous les Etats du monde entier participent à l'effort global de lutte contre le changement climatique. L'objectif de 2 degrés, voire de 1,5 degrés, est aussi inscrit dans le marbre. Mais cela ne définit pas une contrainte précise pour chaque pays. Chaque pays dit ce qu'il peut faire et régulièrement il devra revoir ses objectifs à la hausse (précisément, tous les cinq ans au minimum). C'est une approche du bas vers le haut qui a été adoptée.

Tout reste à faire dans la lutte contre la changement climatique au niveau international, national et surtout local. Les collectivités locales, les entreprises, les associations et les citoyens ont un rôle essentiel à jouer dans cette lutte contre le changement climatique. Ce sont eux les vrais acteurs de la transition écologique. 

La signature doit permettre d'ouvrir la procédure de ratification pour chaque pays. Si l'accord n'est pas ratifié par la majorité des états, il ne pourra pas entrer en vigueur. Y a-t-il un risque qu'un tel scénario se produise ? Quelles en seraient les conséquences ?

Il y a un risque que plusieurs pays importants dans la lutte contre le changement climatique ne ratifient pas l'accord. Nous pensons aux Etats-Unis par exemple, qui n'a pas ratifié le protocole de Kyoto. 

Cependant, le risque est moindre car l'accord de Paris n'est pas un traité avec des objectifs chiffrés contraignants - comme l'était le protocole de Kyoto. Ce qui est contraignant dans l'accord de Paris est seulement que les pays annoncent leurs objectifs et les revoient à la hausse de manière périodique. 

Ce type d'accord est plus facile à ratifier, notamment pour les Etats-Unis. Barack Obama est persuadé qu'il puisse ratifier cet accord par décret présidentiel et donc sans le faire voter par le sénat américain. Ce dernier est contrôlé par le Parti Républicain qui est historiquement hostile à un accord sur la lutte contre le changement climatique. 

La non ratification de l'accord de Paris par certains pays auraient des conséquences néfastes, surtout en termes de symbole et d'image. Il est primordial que l'accord de Paris entre en vigueur et que nous maintenions l'élan positif pour la transition écologique au niveau planétaire.

Mais dans la réalité, nous pouvons rester optimistes. Les pays peuvent tout d'abord atteindre leurs objectifs de lutte contre le changement climatique sans que l'accord entre en vigueur. 

Par ailleurs, l'accord de Paris a renforcé le mouvement de la lutte contre le changement climatique, un mouvement qui n'est pas réversible. Le signal a été envoyé à la communauté internationale que l'ère de l'énergie fossile arrivera à sa fin. Ce message est conforté par la baisse constante des coûts des énergies renouvelables, de la prise de conscience du besoin de changer nos modes de production et de consommation. Ce mouvement ne serait pas totalement remis en cause si les Etats prenaient du temps pour ratifier l'accord de Paris. La transition écologique est en marche. Nous ne reviendrons pas en arrière. Ce n'est qu'une question de vitesse de sa mise oeuvre. Nous devons l'accélérer. 

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/04/2016 - 19:27
"Préserver les îles et les zones côtières"????????
Il n'y a que les benêts nuls en physique et les manipulateurs pour croire que, même si toute la banquise fondait, le niveau de la mer monterait d'un seul centimètre....et puis, la banquise antarctique augmente plus vite de taille que la banquise arctique ne fond. Ce qui signifierait donc, si on croyait la secte ecologiste, que le niveau de la mer baissera fatalement, et donc, les îles et les zones côtières seront préservées aussi fatalement...pschhhiiittt, la COP21!