En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 2 heures 36 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 31 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 9 heures 44 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 11 heures 7 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 14 heures 14 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 14 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 3 heures 38 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 5 heures 53 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 13 heures 4 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 14 heures 31 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 15 heures 2 min
© Allociné
© Allociné
Fais pas ci, fais pas ça

Oui, les parents ont bien un enfant préféré dans la fratrie (preuves à l'appui)... devinez lequel

Publié le 22 avril 2016
L'étude de la sociologue américaine Katherine Conger, dans le Journal of Family Psychology, révèle que le favoritisme des parents vis-à-vis d'un enfant n'est pas un mythe. Ce favoritisme serait même dans 70% des cas tournés vers les aînés, ce qui aurait des répercussions sur les plus jeunes.
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Voir la bio
Eric Trappeniers
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'étude de la sociologue américaine Katherine Conger, dans le Journal of Family Psychology, révèle que le favoritisme des parents vis-à-vis d'un enfant n'est pas un mythe. Ce favoritisme serait même dans 70% des cas tournés vers les aînés, ce qui aurait des répercussions sur les plus jeunes.

Atlantico : Si on suit attentivement l'étude de Katherine Conger, "Reciprocal Links Among Differential Parenting, Perceived Partiality, and Self-Worth: A Three-Wave Longitudinal Study" l'ordre de naissance des enfants joue toujours un rôle clé dans la perception que les parents ont d'eux. L'aîné aurait toujours une position privilégiée par rapport à ses frères et sœurs plus jeunes. Et par position privilégiée, on entend de plus fortes attentes. Est-ce une situation que vous avez pu constater au cours de vos consultations ?

Pascal Anger : L'aîné, c'est la réalisation de l'enfant imaginaire que nous portons tous en nous. C'est une place à part dans l'imaginaire des parents. Pourquoi ? Parce que c'est celui qui va construire la famille, pour qui on va faire les premiers biberons, assister aux  premières marches et faire tout ce qu'on fait avec un bébé qu'on n'a jamais pu réaliser jusqu'à présent. C'est lui qui va nous permettre "d'essuyer les plâtres" comme on dit, car quand on devient parent, on ne sait pas trop comment s'y prendre.

L'aîné est toujours porteur d’un espoir plus grand par rapport aux autres. Mais alors, qui dit espoir dit dette de cet aîné parce que plus les parents vont mettre d'espoir dans cet enfant et plus l'enfant va se sentir en dette par rapport à ses parents. A ceux qui vont venir après, on va être plus détendu, vraisemblablement vis-à-vis d'eux parce qu'on saura comment ça se passe.

L'étude affirme également que l'aîné a, par sa position privilégiée dans la famille, une meilleure opinion de lui-même et  une meilleure confiance en lui. Confirmez-vous cette analyse ? Si oui, pouvez-vous expliquer pourquoi ?

Pascal Anger : C'est quelque chose que l'on rencontre assez souvent, mais à condition qu'ils aient été aimé. Après tout, ce sont eux qui construisent et personnifie la famille. Du coup, les parents vont idéaliser cet enfant. On est toujours dans un imaginaire parce qu'on n'est pas sûr du résultat.

Mais tous les parents ne sont pas des parents aimants pour le premier enfant parce que parfois il est arrivé par accident ou dans un moment ou le couple n'était pas au diapason. Il va être porteur d'une répétition des qualités et des défauts propre à l’éducation de ses parents. Cela n'est pas plus vrai pour l'aîné que pour les autres. C'est en fonction d'eux. Vous savez bien que de toute manière, on peut avoir des préférences ou aimer d'avantage l'aîné à un moment donné. Et puis on peut perdre cette image de l'amour de l'aîné parce qu'il nous a déçus à un moment donné pour x raisons.

Les parents vont aussi être amenés à profiter des choses sur cet enfant. C'est important que tous les enfants entendent des mots d'amour, peu importe leur ordre dans la fratrie. Si l'aîné n'a pas entendu des paroles d'amour fortes de la part ses parents, il n'est pas pour autant en difficulté car il peut avoir des personnes "ressources" autour de lui qui vont les lui donner et lui permettre de se sentir aimé. Ça peut être la famille, les amis, l'école, les oncles, les tantes ou les grands-parents. Toutes les personnes qui entourent la famille.

Eric Trappeniers : Dans la pratique qui est la mienne, je ne suis pas convaincu que le premier enfant ait plus confiance en lui. Au contraire, il accumule dans son histoire toutes les incertitudes parentales. Par contre, il est certain qu’il fasse l’objet d’une attente très importante de ses parents.

 L'étude souligne que cette position privilégiée de l'aîné dans la famille a un impact sur ces frères et sœurs, en particulier sur le cadet. A savoir que celui-ci perd l'estime de soi, ai moins de confiance en lui et ne se développe pas mentalement de manière équilibrée. Est-ce quelque chose que vous confirmez ? Infirmez ? Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Pascal Anger : L'éducation du premier enfant est souvent toujours très cadrée. Les parents font alors moins attention aux cadets car ils ont l'impression que leur éducation coule de source et que ça va aller tout seul. Tout dépend à quel moment on vient encore une fois dans la fratrie de là ou en sont les parents et de la manière dont s’articule la relation parent-enfant. Cette relation est à deux, voire à trois voies. C'est-à-dire que c'est l'enfant qui fait le parent.

Concernant la valorisation des parents vis-à-vis de l'aîné, tout dépend du ressenti du cadet et de l'aîné. Tout dépend de ce qu'il en sera dit. C'est-à-dire: est-ce que tout se passe dans du non-dit ou est-ce qu'à un moment donné, les parents peuvent reconnaître là où ils en sont dans leurs attentes et dans leurs besoins du côté des enfants. Et si il y a un impact négatif, Il y a le risque que le cadet se sente moins aimé que l'autre, qu'il se sente plus dévalué par rapport à l'autre et ne sente pas du tout entendu.

Eric Trappeniers : Effectivement. Dans une famille avec plusieurs enfants, si les enfants investissent beaucoup dans le premier, on peut imaginer que le second peut se sentir abandonné. Ce dernier passerait au second plan plutôt qu’au premier et cela peut entraîner chez l’enfant des comportements divers et variés. Il peut par exemple reprocher à son frère de prendre toute la place et à ses parents de ne pas exister. Ce sont des choses que l’on voit fréquemment.

Ce favoritisme envers l'aîné, peut-il entraîner des situations pathogènes au sein de la sphère familiale, au point d'aller consulter un thérapeute ?

Pascal Anger : Bien sûr que ça peut. C'est important. Ce n'est pas pour rien qu'il existe justement des thérapies familiales. Il faut qu’à un moment donné, chacun reprenne sa place. J'ai connu une situation où un des enfants était brillant au niveau des études, l'autre beaucoup moins mais possédait néanmoins un talent en musique. Les parents n'avaient jamais pris conscience de cela. La thérapie lui a donc permis de se faire entendre, de mettre en lumière ses capacités et son besoin de faire de la musique. Il s'est tourné vers la musicologie et est devenu un brillant musicien. L'optique d'une thérapie familiale, c'est de créer de la communication et de l'écoute, de rééquilibrer chacun dans une harmonie qui permette de tisser des liens de complicité. Qu'on puisse comprendre que chacun souhaite retrouver l'amour perdue d'un père ou d'une mère par exemple. Les parents ne sont pas toujours conscients de ce favoritisme envers l'ainé, mais ce qui est important, c'est qu'ils puissent développer chez chacun de leurs enfants sa propre créativité et que cette créativité soit entendue. Chaque histoire est singulière et le talent de chacun est singulier.

Eric Trappeniers : C’est tout à fait possible, oui. Cela pourrait être les causes réelles. Mais en général, les parents ne consultent pas à propos de ça. Ils peuvent consulter parce que les enfants se disputent, parce qu’ils pensent que le cadet a des problèmes ou qu’il est renfermé sur lui-même.

A partir de quel moment conseillez-vous de consulter un spécialiste ?

Pascal Anger : C'est différent pour chacun. Quand on se trouve dans une impasse et qu’on ne parvient pas à trouver par soi-même l’issue de secours. Ou quand on sent qu’un certain membre de la famille souffre, voire tous les membres de la famille. C’est important de se dire qu’il y a quelque chose à faire ensemble.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires