En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 9 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 10 heures 47 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 14 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 15 heures 42 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 16 heures 46 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 17 heures 39 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 18 heures 43 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 7 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 9 heures 40 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 21 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 15 heures 57 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 26 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 17 heures 53 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 18 heures 37 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 34 sec
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 8 min
© Flickr
© Flickr
Les yeux plus gros que le ventre

Explosion des cultures et commerces bio : le marché pourra-t-il en absorber autant ?

Publié le 21 avril 2016
Avec un taux de croissance de 10% par an, le bio est un secteur en plein développement. Auparavant plébiscités par une élite bobo urbaine, les produits bio, désormais vendus dans tous les supermarchés, séduisent le grand public.
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec un taux de croissance de 10% par an, le bio est un secteur en plein développement. Auparavant plébiscités par une élite bobo urbaine, les produits bio, désormais vendus dans tous les supermarchés, séduisent le grand public.

Atlantico : En l'espace de quelques années, le nombre d'ouvertures de magasins bios ou de rayons bios dans les grandes surfaces a explosé. Dispose-t-on de chiffres précis ? Peut-on aujourd'hui parler d'un marché du bio ? Quelles transformations a-t-il connu au cours des dernières années ?

Bruno Parmentier : L’Agence française bio finance des études chaque année pour observer l’évolution du marché du bio. Son développement est incontestable ; en 2015, il a pesé 5,5 milliards d’euros, avec un taux de croissance de 10 % par an, bien rare par les temps qui courent. 2/3 des français déclarent dorénavant manger du bio au moins une fois par mois, dont 10 % tous les jours.

Coté agriculture, l’évolution va dans le même sens : la production bio a concerné en 2015 28 725 fermes, une augmentation de 8,5 % en un an, et 1,3 millions d’hectares.

Mais on peut également observer que tout cela reste néanmoins très minoritaire. En surface, on en est toujours à une peu moins de 5 % du territoire agricole, et les 5,5 milliards de chiffre d’affaires sont à comparer aux 140 milliards de nourriture dépensés à domicile augmentés de 58 milliards au restaurant (le tout hors boissons). Bref on parle là d’environ 4 % de la nourriture des français : le non-bio continue donc à représenter 96 % de la nourriture des français et 95 % des surfaces agricoles !

Il s’agit d’une consommation intermittente. Dans le temps : le dimanche midi quand on reçoit des amis, on est nettement plus regardant que le lundi soir quand on rentre crevé du boulot ! Mais aussi suivant les produits : les produits bios les plus consommés sont les légumes, et un peu moins les fruits (pour 78 % des personnes interrogées, mais ce chiffre est en baisse) ; suivent les produits laitiers (65 %) et les œufs (53 %). Mais ces chiffres  baissent à 31 % pour le pain, 20 % pour l’huile ou le bœuf, et 16 % pour la charcuterie et le vin.

On peut noter que le bio dépasse maintenant la consommation alimentaire ; il concerne également la lessive, les produits vaisselle, les produits d’hygiène ou de jardinage, et progressivement le textile. 82 % des "consommateurs de bio" déclarent avoir acheté au moins un produit bio non alimentaire dans l’année (ce qui néanmoins représente encore une très faible part de marché !).

Que sait-on des consommateurs de bio ? Dans quelle mesure s'agit-il encore avant tout d'une élite "bobo" ? Quels éléments permettent de mieux identifier le profil sociologique de ces consommateurs ? A-t-il évolué ?

Le changement essentiel de ces dernières années est que le bio sort du cercle restreint des "intellos-bobos" de centre-ville fréquentant les magasins spécialisés et les marchés ou acheteurs de "paniers" puisque dorénavant 81 % des consommateurs disent en acheter en grandes surfaces, lesquelles vendent dorénavant près de la moitié du bio. Elles s’y sont toutes mises, même en banlieue… où le rayon "halal" leur rapporte en général davantage.

Bien évidemment les différences sociales, générationnelles et géographiques perdurent. Les plus gros consommateurs sont les plus de 50 ans, à revenus supérieurs à la moyenne, habitant Paris et sa banlieue ouest, le Sud-est ou l’Ouest, et les femmes un peu plus que les hommes. A l’inverse les non consommateurs les plus fréquents sont des 25-49 ans à revenus faibles habitant la banlieue est de Paris, le Nord et l’Est… Mais ces différences s’estompent année après année, en particulier depuis que ces derniers croisent régulièrement ces produits dans leurs supermarchés.

Mais il faut quand même distinguer les puristes des occasionnels (comme je l’ai fait dans mon ouvrage Manger tous et bien). Les bio "puristes" ou exclusifs considèrent cette forme de consommation comme un mode de vie. Valorisant au plus haut point la nature et le naturel, l’artisanal et le rustique, la pureté, la solidarité, la santé et l’écologie, il s’agit d’une petite minorité dont les pratiques et le style de vie se veulent d’abord en rupture avec les normes dominantes. On peut réellement parler dans leur cas de "conversion" au bio, et c’est parmi eux qu’on trouve les consommateurs quotidiens. Mais la majorité des consommateurs peuvent être qualifiés de "bio intermittents" ; il s’agit chez eux d’inflexion vers le bio plutôt que de conversion. Par exemple, ils mangent bio chez eux le week-end, mais ils sont nettement moins regardants au restaurant en semaine ; ils cuisinent différemment les produits bio des autres, réservant par exemple au bio la consommation de légumes crus ; ou encore ils privilégient le bio pour certains types de produits, par exemple la viande, le lait et les œufs, s’ils ont été impressionnés par certains scandales touchant les produits animaux (voire les œufs bio pour manger à la coque, et les ordinaires, moins chers, pour les autres formes de consommation), ou bien les légumes et les fruits s’ils sont plus sensibles aux campagnes contre l’utilisation des pesticides. Ces gens-là mangent souvent "de tout" : du local, de l’équitable, du label, du traditionnel, du vite fait, du pas cher, de l’exotique, du pratique, etc.

A quels arguments sont sensibles les différents publics qui se tournent vers le bio ? Quelle est la marge de progression de ce marché dans les années qui viennent ?

Auparavant on se mettait au bio à la suite d’un événement personnel : accident, maladie, déménagement, départ à la retraite, naissance d’un enfant, etc. Le bio faisait partie des bonnes résolutions pour tenter de reprendre le contrôle de sa vie. La motivation essentielle était la santé. Et de fait 89 % des consommateurs de bio estiment toujours que les produits biologiques sont meilleurs pour la santé, alors qu’ils ne le sont que… par ricochet. L’agriculture biologique a d’abord pour but de mieux respecter la planète. Et donc ces consommateurs estiment qu’une terre plus saine produira nécessairement un produit plus sain, lequel nous donnera une meilleure santé ; ce qui reste un raccourci souvent vérifié, mais pas automatique : les produits "naturels" peuvent aussi avoir des maladies "naturelles" qui restent de vraies maladies (n’oublions pas que le dernier scandale alimentaire en Europe été celui des graines bios germées allemandes, qui ont tué plus de 50 personnes en 2011, nettement plus que la célèbre "vache folle" !). Sans oublier que les bios utilisent également des pesticides "autorisés" comme le soufre et le cuivre, qui n’ont rien de "naturel"…

Mais cette motivation de santé a été dorénavant rejointe par celle de la préservation de l’environnement, citée par 90 % des consommateurs, preuve qu’elle devient un souci de plus en plus largement partagée dans notre société. Les débats incessants comme celui autour du réchauffement climatique provoquent donc une prise de conscience plus importante.

Les autres arguments sont l’hédonisme (72 % des consommateurs de bios estiment que ces produits ont un meilleur goût), et… l’emploi, cité également par 72 % ; cette évocation d’un problème majeur de notre société est parfaitement légitime puisque le bio représente déjà 100 000 emplois en France et qu’on produit bio "contient" presque deux fois plus d’emploi qu’un produit conventionnel ! Actuellement on estime que la filière représente 10 % de l’emploi agricole sur ses 5 % de surface, et emploie également davantage de main-d’œuvre dans la transformation et la distribution… d’où le prix en général sensiblement plus élevé pour le consommateur, qui est ainsi solidaire de la planète, de sa région et de ses contemporains. D’autant plus que nos producteurs ont rattrapé leur retard : alors qu’en 2009 la France importait 62 % de ses produits bios, on n’en est plus en 2015 qu’à 24 %, et pratiquement plus d’œufs, de laitages ni de viandes…

Mais au total, il faut bien se dire que le bio, tout comme le "local" et "l’équitable", sont beaucoup plus des mouvements culturels que des secteurs économiques. Ils restent très minoritaires dans l’économie française, comme on vient de le voir, mais pas du tout dans les conversations des français. En caricaturant on pourrait dire que 5 % de la nourriture représente 70 % des conversations ! Ils sont une réponse à l’artificialisation de nos vies urbaines coupées de la nature et de nos racines, et représentent avant tout une recherche de sens et de réappropriation de notre vie morcelée, déshumanisée et une réponse au sentiment d’impuissance par rapport à la mondialisation et la financiarisation de nos sociétés. Plus on estimera nos gouvernements incapables de peser sur les vrais problèmes, et la société injuste, et plus on aura envie de manger "bio-local-équitable". Même si dans les faits, on se laisse quand même aller trop souvent au trio concurrent : "vite fait-pas cher-pratique" !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 21/04/2016 - 19:15
Le bio , la cuisine et moi
J'ai toujours adoré faire mes achats sur un marché (et la cuisine ...) privilégiant l'agriculture dite raisonnée au bio ainsi que le contact avec le commerçant ou producteur .Ce qui importe avant tout c'est la qualité ;La encore notre société a perdu les pédales on ne cultive plus comme dans les années 50 . On veut assister les gens qui exigent une traçabilité alors que ces mêmes consommateurs ne sont pas cohérents dans leur façon de s'alimenter .Bref comme je l'ai déjà dit emmener vos enfants faire le marché le dimanche matin au lieu d'aller courir , cela sera utile pour nos agriculteurs et cela fortifiera l'esprit de vos têtes blondes . Mais ce n'est pas si facile...