En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 5 heures 58 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 heures 18 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 9 heures 51 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 15 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 29 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 3 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 23 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 25 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 12 heures 53 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 14 heures 52 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 28 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 25 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 21 min
© Allociné
© Allociné
Sans armes ni haine ni violence

Dilma Roussef est-elle aux prises avec le dernier avatar de cette longue tradition sud-américaine qu’est le coup d’Etat (quelles que soient ses propres casseroles) ?

Publié le 20 avril 2016
Le week end du 16 avril, le Parlement brésilien a voté la destitution de Dilma Roussef. La chef d'Etat s'est déjà plainte à plusieurs reprises d'un "coup d'état politique". Le Washington Post et l'ancien Président Lula abondent dans son sens : les bases juridiques invoquées ne tiennent pas.
Pierre Salama
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Salama est professeur émérite des universités, professeur et chercheur au Centre d'Economie de Paris-Nord où il est spécialiste des économies sud-américaines. Il a publié de très nombreux livres traduit en espagnol et en portugais dont Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le week end du 16 avril, le Parlement brésilien a voté la destitution de Dilma Roussef. La chef d'Etat s'est déjà plainte à plusieurs reprises d'un "coup d'état politique". Le Washington Post et l'ancien Président Lula abondent dans son sens : les bases juridiques invoquées ne tiennent pas.

Atlantico : A plus d'une reprise, Dilma Roussef et Lula ont souligné être les victimes d'une forme de coup d'état, et le Washington Post lui-même évoque le "coup d'Etat politique" qui aurait lieu au Brésil. Dans quelle mesure peut-on effectivement utiliser cette expression au sujet de la situation brésilienne actuelle ?

Pierre Salama : Le terme "coup d’état" choque dans la mesure où il est toujours associé au coup d’état militaire, ce que le Brésil a malheureusement connu à de nombreuses reprises, tout comme d’autres pays d’Amérique latine.

Dans le cas présent, le Washington Post utilise l’expression de "soft coup d’etat " (coup d’état doux). Au Brésil, l’expression de coup d’état médiatico-juridique est également utilisée. Il s’agit en réalité d’un détournement de l’esprit de la loi : l’impeachment (destitution) a été pratiquée sur des bases juridiques qui ne tiennent pas. La corruption est une base juridique qui existe. Mais Dilma Roussef n’est pas accusée de corruption contrairement au président Collor, lui aussi destitué au début des années 1990. Elle est accusée d’avoir fait des reports de dépense, qui est une pratique malheureusement assez courante et que l’on voit même en France mais qui, il est vrai, a pris une plus grande ampleur au Brésil. Cela n’a toutefois jamais constitué un argument possible pour une destitution.

Les deux appelations évoquées précédemment ont du sens : pour la destitution de Dilma Roussef, la loi a été détournée, on peut donc qualifier cela de "coup d’etat soft", on peut aussi parler de coup d’état médiatico-juridique car les grands organes de presse écrite et télévisée sont (et certains très fortement) aux mains de l’opposition.

Le Washington Post explique les manipulations immorales et parfois même illégales auxquelles s'adonnerait la droite brésilienne. Quels sont ces méthodes utilisées pour tenter d'abattre le socialisme local ? En quoi sont-elles discutables, voire condamnables ?

La première méthode est celle à laquelle a eu recours le juge Moro : il a écouté l’ex président de la République et il a immédiatement donné les enregistrements à la presse d’opposition. Un juge qui ferait cela en France serait immédiatement démis de ses fonctions. Le juge Moro a été démis quelques jours plus tard mais le malheur était fait.

Deuxièmement, comme cela a été observé dans la plupart des cas, les enquêtes n’ont été orientées que vers le Parti des travailleurs (PT) alors que des noms de personnels politiques issus de l’opposition circulaient également. En effet, toute la campagne anti-corruption a été concentrée sur Lula et sur le personnel politique du PT, ce qui montre bien une sorte d’instrumentalisation de la corruption.

En ressort toutefois un éléments positif : il y a aujourd’hui en Amérique latine, de la part de la base, de la population, un refus du système de corruption qui domine.

Il y a un donc d’un côté ce refus de la population du système de corruption (d’autant plus en période de crise) et de l’autre une instrumentalisation par l’opposition. La bataille ne repose que sur des arguments partiaux.

Par ailleurs, semble se dessiner un début de complot, d’après ce que j’ai entendu dire et tels que les arguments du Washington Post le montrent. En effet, des fractions de l’opposition cherchent à tendre des pièges en écoutant de manière totalement illégale le gouvernement, en orientant les recherches et en utilisant la presse pour déstabiliser complètement ces gouvernements qui sont déjà fragilisés par la crise et par la politique d’austérité qu’ils menée. Rappelons qu’un hacker n’est pas difficile à acheter, il suffit d’avoir de l’argent. Le Washington Post fait d’ailleurs référence aux confessions d’un hacker qui explique qu’il travaille pour des organes de déstabilisation.

Enfin, les réseaux sociaux ont une grande importance : toute une série de fuites ont montré que l’enquête qui concerne l’opération Lava Jato (centrée autour de Petrobras et des grandes compagnies de travaux public) a révélé que tout le monde est impacté par la corruption. Cela va bien au-delà de la petite maison ou du petit duplex de Lula : on parle de millions de réals. Le poids grandissant des réseaux sociaux a entraîné une prise de conscience chez les gens d’une certaine tromperie, instrumentalisation.

Avant même que se développe cette campagne de dénonciation de la corruption, Dilma Roussef était très bas dans les sondages à cause de la politique économique qu’elle a menée et de la façon dont elle l’a menée. En effet, pour parler de façon caricaturale, elle a menti pendant les élections et une fois au pouvoir, elle a pratiqué la politique économique de son adversaire. Cela a été un choc pour beaucoup de gens : elle a chuté très rapidement dans les sondages et a perdu sa légitimité, ce qui a provoqué une ingouvernabilité. Toutefois, après cette instrumentalisation de la corruption par l’opposition, de nombreux gens qui dénonçaient Dilma Roussef se sont mobilisés pour le PT.

Au-delà des méthodes douteuses de l'opposition, que peut-on dire du Parti des travailleurs et de Dilma Roussef ? Sont-ils davantage victimes que coupables de corruption ? Quel impact a eu leur politique dans l'amélioration ou la détérioration des conditions de vie des Brésiliens ?

La corruption est un phénomène suffisamment complexe pour ne pas se lancer dans des arbitrages rapides de la sorte. Le système brésilien et le fonctionnement de la politique au Brésil impliquent la corruption : il y a une trentaine de partis politiques et les alliances sont achetées. Il y a quelques années, le scandale du Mensalão a fait du bruit : lorsque Lula était Président, certains de ses ministres ont acheté les voix des députés pour faire passer des lois. Les partis politiques n’ayant pas d’argent public, ils cherchent de l’argent un peu partout. A partir de ce mode de fonctionnement qui implique certaines formes de corruptions, pour des partis politiques, c’est la loi de la capillarité : ceux qui souffrent de ce type de pratiques cherchent par la suite à s’enrichir pour eux-mêmes. L’enrichissement personnel prime sur le reste et de nombreux cas de ce type concernant des députés, des ministres (quels que soient leurs partis) ont été révélés. Le fonctionnement des partis, au Brésil et en Amérique latine doit absolument être réformé.

Pour connaitre l’impact sur les conditions de vie des Brésiliens, il faut remonter à Lula. Le Brésil a bénéficié de toute la période de hausse du cours des matières premières. Le pays a été frappé par ce que les économistes appellent la "maladie hollandaise" : cela a donné lieu à une désindustrialisation et les augmentations de salaires qui ont été faites se sont traduites par des augmentations d’importations. Lula qui a pratiqué cette politique retirait une certaine légitimité auprès des pauvres parce qu’il a satisfait un certain nombre de besoins essentiels mais aussi auprès des plus riches. Il était à la fois le père des pauvres et la mère des milliardaires.

Quand Dilma Roussef est arrivée au pouvoir, la situation s’est dégradée car la chute des matières premières commençait à apparaître à la fin de ses deux premières années au pouvoir. La crise s’est développée car le secteur industriel, affaibli par les politiques qui avaient été menées sous Lula, ne pouvait pas répondre : cela s’est traduit par de l’inflation et une hausse des taux d’intérêt. Aujourd’hui, le Brésil a 10 points de PIB de déficit budgétaire, d’où les politiques d’austérité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 20/04/2016 - 15:29
L'Amérique aux Américains.
L'Amérique aux Américains. Soit. Mais le Brésil semblerait vouloir larguer les amarres pour mieux co-naviguer avec la Chine, ce qui ne serait pas du gout de l'Oncle Sam bien sûr. Alors, la remise en ordre est facile par le biais du chantage à la corruption, généralisée dans ce pays. Du vrai "Panama papers".