En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 min 37 sec
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 1 heure 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 3 heures 47 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 4 heures 28 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 6 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 7 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 11 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 1 heure 13 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 4 heures 2 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 5 heures 47 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 7 heures 17 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 8 heures 10 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 9 heures 56 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 11 heures 45 min
© Reuters
Le norvégien Statoil a découvert une réserve de 200 à 300 millions de barils dans la mer des Barents.
© Reuters
Le norvégien Statoil a découvert une réserve de 200 à 300 millions de barils dans la mer des Barents.
Faux espoirs

La ruée vers l’or noir de l’Arctique ne suffira pas à éviter la pénurie de pétrole

Publié le 16 janvier 2012
Le groupe norvégien Statoil vient de mettre la main sur un nouveau gisement de pétrole dans la mer de Barents. Mais si l'Arctique est un nouvel eldorado pour l'or noir, la ruée est freinée par des barrières environnementales, politiques, juridiques, technologique enfin.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Gaulthier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le groupe norvégien Statoil vient de mettre la main sur un nouveau gisement de pétrole dans la mer de Barents. Mais si l'Arctique est un nouvel eldorado pour l'or noir, la ruée est freinée par des barrières environnementales, politiques, juridiques, technologique enfin.

Atlantico : Bonne nouvelle pour le norvégien Statoil qui a découvert une réserve de 200 à 300 millions de barils dans la mer des Barents. Le groupe annonce un "eldorado" pétrolier. Y a-t-il encore beaucoup de ces eldorados cachés dans le monde ?

Jean-Michel Gauthier : Il faut rester prudent sur la notion d’eldorado. Nous n’allons pas retrouver un nouveau Moyen-Orient demain. Par contre, nous pouvons peut-être trouver une nouvelle Mer du Nord. Et encore ! L’Arctique est clairement l’un de ces nouveaux « eldorados ». Il pourrait également y avoir la Mer de Chine méridionale et peut-être l’offshore brésilien.

200 à 300 millions de barils, c’est beaucoup pour un seul champ mais ce n’est qu’une petite partie des réserves estimées de l’Arctique. C’ est une grosse découverte pour Statoil.  On ne trouve pas tous les jours des champs de cette taille.

Nous savions déjà que l’Arctique regorgeait de réserves d’hydrocarbures considérables. Des rapports de l’US Geological Survey et de l’Agence internationale pour l’énergie (AIE) évoquent 300 à 350 milliards de barils dans cette région. Selon les études, les experts évoquent des chiffres qui peuvent aller de 10 à 15 % des réserves conventionnelles mondiales de pétrole , selon les normes utilisées,  pour ces analyses. 

On ne peut en dire autant du gaz. Il y aurait dans l’Arctique des réserves de l’ordre de 50 000 milliards de mètres cubes de gaz.  Ce serait quelque chose comme un quart des réserves mondiales.

Atlantico : Pourquoi ne se précipite-t-on pas sur ces réserves ? 

Jean-Michel Gauthier : En ce qui concerne l’Arctique, il y a trois principales barrières : environnementale, politique et juridique; technologique enfin.

Sur le plan environnemental, les raisons sont évidentes. L’Arctique et l’Antarctique sont les ultimes réserves d’eau potable non salée dans le monde. Ces régions sont devenues des sanctuaires de l’eau potable. Il y a donc une restriction forte et naturelle quant à la mise en exploitation industrielle des  ressources énergétiques dans cette zone.

L’exploitation de l’Arctique est aussi conditionnée à la levée des revendications territoriales et autres disputes sur les limites des eaux territoriales entre les Nations concernées : les Etats-Unis, le Canada, le Danemark, la Norvège et la Russie. Sans parler de l’’Islande qui, bien qu’absente à la table des négociations, aimerait avoir son mot à dire. Et puis  Il y a également Les Groenlandais, très attachés à la reconnaissance du sol pour les Inuits, mais qui dépendent encore du Danemark. Tous ont des disputes territoriales. En particulier les deux alliés nord-américains, les Etats-Unis et le Canada, qui vont vers une dispute frontale. Pour l’instant, seules la Norvège et la Russie ont réussi à trouver un consensus en partageant la zone disputée dans leurs eaux territoriales.

L’exploitation du pétrole et du gaz ne peut aller sans un cadre juridique reconnu par toutes les parties concernées. La Convention de Montego (1982)  sur le  droit de la mer définit la notion de droits territoriaux sur l’espace maritime.. Mais celle-ci  a été ratifiée par tous les pays concernés sauf les Etats-Unis qui restent hors-jeu depuis le début et refusent de reconnaître ces accords. Pour le moment, nous ne savons donc pas quelles ressources appartiennent à qui ni qui peut forer où. Les pétroliers raisonnent simplement : ils  ne peuvent pas engager  des investissements dans des périmètres sur lesquels ils n’ont pas de droits et où leur présence pourrait être remise en cause par la suite.

 D’un point de vue technique, nous avons ici un besoin d’infrastructures qui sont confrontées à des zones climatiques extrêmes. C’est une spécialité qui ne peut pas être improvisée par n’importe quelle compagnie de forage ou d’exploitation pétrolière. De plus, nous sommes dans de l’offshore  profond : plusieurs milliers de mètres d’eau et plusieurs milliers de mètres de plus à creuser dans le sol. Le tout dans un environnement particulièrement difficile. Les dernières estimations de l’AIE penchaient pour un rapport allant du simple à un facteur dix en termes de coûts de production dans cette région.

Atlantico : Ces réserves remettent-elles en cause le besoin de trouver rapidement d’autres sources d’énergie ?

Jean-Michel Gauthier : Ce n’est pas parce que l’on découvre un nouvel eldorado pétrolier que le pétrole devient inépuisable et infini. Mais aujourd’hui, même sans l’Arctique, nous pouvons dire qu’il reste des réserves tout à fait considérables. La difficulté n’est pas là.

Aujourd’hui, le problème, c’est l’envolée des coûts de production du fait de structures géologiques de plus en plus complexes. Le pétrole, ressource limitée, est aujourd’hui  largement disponible … à des coûts croissants.

D’un point de vue géopolitique et géoéconomique, les décideurs financiers et les économistes ont un horizon à 25 ans. Il serait intéressant de savoir quand Statoil prévoit de tirer les premiers barils de cette dernière réserve qu’ils ont découverte. Les premières productions en provenance de l’Arctique sont attendues pour dans une vingtaine d’années. Elles ne remettent donc pas du tout en cause les équilibres entre pays producteurs et consommateurs. Au cours des 20 prochaines années, le Moyen-Orient restera la région avec les réserves les plus abondantes et les plus disponibles à un coût de production le plus bas . 

Propos recueillis par Romain Mielcarek

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
adieux
- 17/01/2012 - 15:11
Plancton toi.
le problème est le cout financier et énergétique de l'extraction des gisements marin car c'est de cela qu'on parle. non s'était plus simple les invasions géo-politique.

Le plus prometteur actuellement est de récupérer le méthane qui sort du cul des vaches et de nationalisé TOTAL pour récupérer un peu de marge sur le vous ne viendrez plus chez nous par hasard.
le Gône
- 16/01/2012 - 17:02
l'or noir dejà dépassé!!
Nous sommes dans l'ere des Hydrates de methane..c'est la combinaison energetique "ecologique"(réutilisation des oxydes de carbonne pour l'extraire) la plus fantastique, et il y a des reserves pour des centaines d'années!!
Manuman
- 16/01/2012 - 16:46
200 à 300MBarrils......
çà fait entre 3 et 4 jours de consommation mondiale...................................................