En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 34 min 57 sec
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 1 heure 12 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 8 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 55 min 9 sec
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 2 heures 57 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 4 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 5 heures 51 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 8 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 9 heures 4 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 9 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 3 sec
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Bonnes feuilles

Le rôle du médecin n'est pas de donner la mort, mais d'accompagner au mieux la fin de vie

Publié le 23 avril 2016
Aujourd'hui, la mort ne présente plus ce caractère inéluctable qui, par nature, est le sien. Des médecins, assistés par un personnel soignant dévoué, luttent pour en repousser les limites, voire la vaincre. Un médecin, un chirurgien et une philosophe relatent ici leur expérience au chevet des malades et ont à coeur de méditer le rôle de la main comme prolongement du cerveau dans la relation à l'autre…. Extraits de "La vie au bout des doigts" d'Henri Joyeux, Laurence Vanin et Jacques Di Constanzo, aux éditions Desclée de Brouwer 1/2
Laurence Vanin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Vanin est philosophe, docteur en philosophie politique et épistémologie. Elle enseigne à l'université de Toulon où elle est directrice pédagogique de l'université du Temps Libre. Elle est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages...
Voir la bio
Pr Henri Joyeux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Joyeux est chirurgien cancérologue et chirurgien des hôpitaux, professeur honoraire de chirurgie digestive et de cancérologie à la faculté de médecine de Montpellier. Il a publié de nombreux ouvrages consacrés à l'écologie humaine, notamment...
Voir la bio
Jacques di Costanzo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques di Costanzo est docteur en médecine, docteur en sciences, praticien hospitalier, spécialiste en médecine interne, en réanimation médicale et gastroentérologie. Il est également directeur de recherche en chirurgie expérimentale et médecin en chef...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui, la mort ne présente plus ce caractère inéluctable qui, par nature, est le sien. Des médecins, assistés par un personnel soignant dévoué, luttent pour en repousser les limites, voire la vaincre. Un médecin, un chirurgien et une philosophe relatent ici leur expérience au chevet des malades et ont à coeur de méditer le rôle de la main comme prolongement du cerveau dans la relation à l'autre…. Extraits de "La vie au bout des doigts" d'Henri Joyeux, Laurence Vanin et Jacques Di Constanzo, aux éditions Desclée de Brouwer 1/2

La mort, un problème pour le médecin ?

Pr Henri Joyeux : Nous percevons toujours la mort comme un non-sens quand elle survient trop tôt. 

Je ne suis pas d’accord pour cette réduction à deux choix, acharnement thérapeutique ou euthanasie. Il peut nous arriver de nous acharner contre l’avis de la famille ou même d’un membre de l’équipe médicale trop jeune, car notre expérience et de nombreux paramètres nous donnent le droit, et je dirais même le devoir, de poursuivre les soins. L’espérance est motivée. On a des éléments qui, synthétisés dans un coin de notre tête, nous donnent des arguments pour poursuivre la lutte, les soins. On peut gagner la situation et même obtenir la guérison.

Un cas précis qui a longuement occupé mon esprit vient à ma mémoire. J’ai opéré un homme obèse d’un cancer de l'oesophage à un stade qui permettait d’espérer le guérir. Il a bien perdu quelques kilos, mais est resté vraiment obèse. Il est donc immunologiquement affaibli et, même s’il a un peu maigri, on ne peut attendre plus longtemps sans risquer de voir évoluer la maladie vers un stade plus avancé où nous ne pourrons plus le guérir.

Huit heures d’intervention viennent à bout de cette tumeur. Je remplace l’oesophage – en partie enlevé avec la tumeur – par l’estomac tubulisé, ce qui impose deux temps, un premier abdominal et un deuxième thoracique. Le patient se réveille parfaitement. Le lendemain, nous lui expliquons ainsi qu’à sa famille que tout s’est passé au mieux et que, s’il supporte la période délicate des suites opératoires, il pourra guérir.

Vu et revu en salle de surveillance continue, tout se passe bien jusqu’au cinquième jour après l’opération où apparaissent des troubles respiratoires et une forte fièvre. Agité, le patient arrache un des drains chargés d’assainir une éventuelle fistule digestive. Le scanner pratiqué en urgence démontre une infection probable autour de la suture digestive. Un nouveau drain est mis en place en passant par l’orifice de celui parti dans l’agitation. Je décide de muter le patient nettement affaibli et aggravé en service de réanimation intensive. Il est mis sous respiration artificielle.

Le service d’accueil fait la grimace en l’accueillant et j’explique à mes collègues réanimateurs son état et l’acte chirurgical qui peut l’avoir guéri. Je promets que je passerai matin et soir le voir et dis à l’équipe qu’ils peuvent m’appeler sur mon portable jour et nuit.

C’est ce que je fis, matin et soir, sauf une journée, vers le dixième jour de réanimation car j’étais en conférence loin de Montpellier mais dans la région. Ce jour-là, je suis justement appelé en urgence car, me dit le réanimateur, l’état du patient s’est aggravé. Un jeune collègue d’une autre équipe chirurgicale pense qu’il faut le réopérer. Je réponds que je passerai voir le patient dès mon retour… J’y suis donc vers 1 heure du matin et on m’explique la situation. Je l’apprécie avec tous les paramètres biologiques et j’en conclus que les risques sont trop grands si on le réopère, il pourrait mourir pendant l’opération. Je refuse donc l’acte chirurgical et explique à l’équipe que je joindrai mon collègue le lendemain matin.

Mon collègue reste sur sa position, je reste sur la mienne. Étant le chirurgien référent, j’emporte la décision. Je continue à voir le patient deux fois par jour et à soutenir l’équipe des réanimateurs pendant plus de deux mois. Cinq ans plus tard, le patient est en vie, guéri. Nous avons pu sabler le champagne ensemble, avec son épouse et sa fille.

Voilà donc un exemple concret où l’expérience l’a emporté et où l’acharnement a permis de gagner. Quel était le pourcentage de chances de guérison au moment le plus dur ? À mon avis, pas plus de 10 %, mais ce dont je suis certain, c’est qu’une nouvelle intervention l’aurait envoyé dans l’au-delà.

Voici un autre cas, fort différent, chez un nouveau-né.

L’un de mes assistants étrangers était parti avec son épouse sur la Côte d’Azur où elle accoucha prématurément. L’enfant né vers le sixième mois de la grossesse fut mis sous respirateur et sauvé. Mais quinze jours après, les pédiatres se rendirent compte qu’il avait une grave anomalie qui ne lui permettrait pas de vivre très longtemps. Réanimé et sevré de la machine, il vivait et il n’était plus possible d’arrêter la vie de cet enfant gravement handicapé. Voilà un acharnement thérapeutique stupide lié à une grave et impardonnable erreur de diagnostic. En effet, si le diagnostic avait été correctement établi dès la naissance, cet enfant n’aurait pas été réanimé et se serait éteint tranquillement naturellement.

Évidemment, depuis ma spécialisation en cancérologie en 1972, je n’ai cessé d’accompagner des malades en fin de vie. C’est toujours difficile, car tous les malades sont différents et il n’y a pas de recette à l’accompagnement de fin de vie.

Une malade que je suivais régulièrement et qui était dans un centre de soins palliatifs à la périphérie de Montpellier a demandé à son médecin l’euthanasie. Celui-ci m’a appelé un dimanche soir pour me demander conseil. Ne pouvant me libérer avant, je suis allé la voir le mercredi soir. Son fils était présent. Elle était parfaitement consciente, rendue aveugle par la maladie et impotente. Après l’avoir saluée – elle avait l’air contente de me voir –, je me suis assis auprès d’elle, j’ai saisi ses mains et ses bras pour les caresser doucement, avec son fils je l’ai aidée à mieux s’asseoir dans son lit, j’ai essuyé son front et nous avons bavardé :

« Alors, lui dis-je, vous voulez qu’on arrête tout ? (Je n’aime pas le mot euthanasie car il signifie tuer délibérément un être humain.)

– Eh oui, je n’en peux plus, je suis prête, mon fils est là, il sait tout.

– Je vous comprends très bien. Est-ce que vous souffrez, avez-vous des douleurs…

– Non, je ne souffre pas, mais c’est la fin.

– Oui, vous le savez, je ne vous ai jamais menti, c’est formidable que votre fils soit là. Oui, la fin approche et vous êtes prête. Mais vous le savez bien, un médecin, le médecin que je suis, le personnel de soins n’est pas fait pour donner la mort. Nous sommes là pour vous aider, calmer la douleur, vous apaiser, vous aider à dormir. Il n’est pas question de prolonger votre vie en nous acharnant pour gagner quelques heures ou quelques jours. »

Je l’ai aidée à boire à la pipette en lui tenant le verre.

Avec elle et son fils, nous avons bavardé, nous avons eu une merveilleuse conversation, sur la vie, sur la mort qui est toujours difficile à accepter. À aucun moment, elle ne m’a demandé l’euthanasie. Je suis resté plus d’une heure auprès d’elle. Je lui ai dit que le départ était proche. Je n’ai parlé ni de mort ni de décès. Nous nous sommes dits adieu, et elle savait parfaitement ce que cela voulait dire. Je l’ai embrassée sur le front, essuyé une dernière fois. J’ai salué son fils et j’ai rejoint ma voiture en priant pour elle avec émotion. J’ai appelé son médecin pour le tenir au courant et l’ai rassuré sur sa fin naturelle très proche, sans brutalité. Elle est partie trois jours plus tard paisiblement.

On pourra me dire que ces trois jours de vie supplémentaires ont eu un coût pour la société, qu’elle a souffert trois jours de plus, que je n’ai pas été compatissant… J’entends ces reproches, je les accepte et les assume humblement. Je maintiens que le rôle du médecin n’est pas de donner la mort, d’arrêter la vie brutalement. Je sais pourtant que, dans certains pays, l’euthanasie est légalisée, en Belgique ou en Suisse, par exemple, où l’on parle de suicide assisté.

Extraits de "La vie au bout des doigts" d'Henri Joyeux, Laurence Vanin et Jacques Di Constanzo, publié aux éditions Desclée de Brouwer, avril 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires