En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 30 min 59 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 49 min 57 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 4 heures 14 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 4 heures 53 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 5 heures 16 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 5 heures 18 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L'habile stratégie de Xi Jinping pour placer la Chine au centre de l'échiquier mondial

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les moyens efficaces pour lutter contre le cancer, LA maladie du XXème siècle qui pourrait être vaincue dans les prochaines décennies

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Environnement
Effet collatéral

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

il y a 5 heures 19 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 42 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 5 heures 16 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le libéralisme : seul véritable humanisme

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Histoire
Ave Zemmour !

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Préjugés

Pascal Salin : "Nombre de Français sont allergiques au libéralisme car ils ignorent l’amélioration de leur vie qu’apporterait un vrai libéralisme"

il y a 5 heures 21 min
© Reuters
© Reuters
Divorce

Amiante : Paris Habitat menacé de poursuites par des locataires inquiets du manque d’information sur les risques qu’ils encourent

Publié le 20 avril 2016
Rien ne va plus entre Paris-Habitat et les locataires du très grand ensemble Erard-Charenton dans le 12 ème arrondissement. Les locataires dénoncent l'absence d'information sur l'amiante découverte à l'occasion de la réhabilitation des 519 logements. Ils s'apprêtent à saisir le procureur de la République de Paris. A cela s'ajoute le seul espace vert de 750 mètres carrés dont les locataires sont privés de jouissance.
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rien ne va plus entre Paris-Habitat et les locataires du très grand ensemble Erard-Charenton dans le 12 ème arrondissement. Les locataires dénoncent l'absence d'information sur l'amiante découverte à l'occasion de la réhabilitation des 519 logements. Ils s'apprêtent à saisir le procureur de la République de Paris. A cela s'ajoute le seul espace vert de 750 mètres carrés dont les locataires sont privés de jouissance.
  • Les hostilités sont déclarées entre le bailleur social Paris-Habitat et le groupement de locataires Erard-Charenton-CLCV dans le 12ème arrondissement (519 logements).

  • Les membres du groupement qui se plaignent de ne pas avoir accès à tous les documents liés aux travaux dans les appartements, aux opérations de désamiantage et à l'amiante présente dans l'ensemble immobilier n'excluent pas de saisir le procureur de la République de Paris. 

  • Autre source de litige : Paris-Habitat a confié la jouissance du seul espace vert à une association de quartier, "La Baleine Verte". 

Bien sûr, on pourra dire que c'est une histoire digne de Clochemerle. Une histoire à la Courteline. Une histoire sans importance, montée abusivement en épingle… Sauf que là, il s'agit d'amiante qui se balade sur les façades et dans un grand ensemble immobilier de 519 logements situé dans le 12ème arrondissement de Paris, dénommé Erard-Charenton. Et géré par Paris-Habitat, la structure remplaçante de l'OPAC, qui connut la célébrité sous Jacques Chirac et Jean Tiberi. Sauf que rue de Charenton, là où se trouve l'ensemble immobilier, incivilités, agressions, cambriolages et trafic de drogue – dans les coursives - sont monnaie courante… Dire qu'au rez-de-chaussée se trouve une antenne du commissariat de police, certes destinée à l'accueil des étrangers, mais commissariat tout de même !  Et à ce titre, gardien de la loi et de l'ordre. Décidément, Paris-Habitat, désormais dirigé par des proches du PS fait beaucoup parler de lui. Avec les salaires coquets de ses dirigeants – 10 000 euros par mois selon le Parisien, ce qui a mis en colère, très en colère, le directeur général Stéphane Dambrine. Lequel a démenti de tels chiffres. Sans oublier, cette affaire de jardin partagé, d'une superficie de 750 m2, situé au pied de l'ensemble immobilier, qui devrait être réservé prioritairement aux enfants ou aux personnes âgées du dit ensemble… Or de partage du jardin partagé, il n'y a que le nom. Nous y reviendrons…

L'affaire de l'amiante. Tout commence à l'été 2015, lorsqu'une locataire s'aperçoit que des tonnes de gravats de poussière sont enlevées à l'air libre par les entreprises chargées de la réhabilitation de l'immeuble. Le tout sans la moindre prudence. Cette locataire, Fatima Chakrani, a des raisons de s'en inquiéter. Scientifique de formation, ancienne du CNRS et de l'INSERM, docteur en génétique et cancers, elle a écrit une thèse sur "l'impact des facteurs environnementaux sur les mutations des gènes impliqués dans le cancers". Cette chercheuse sait de quoi elle parle. Elle a interrogé Paris-Habitat sur ce que pourraient receler ces gravats et poussières. Y aurait-il de l'amiante ? D'autres locataires interrogent également les ouvriers. Impossible d'obtenir la moindre réponse puisqu'ils sont à 90% de nationalité étrangère serbe, polonaise, indienne, pakistanaise... et ne parlant pas bien le français. Par parenthèses, certains ouvriers qui se sont confiés, n'auraient pas été payés depuis 4 mois, l'Urssaf a été saisi et l'inspection du travail a fait une descente sur le site le 11 avril. Au fait, ces derniers savent-ils seulement ce qu'est l'amiante, sont-ils conscients de ses dangers ? Toujours est-il que début 2016, un Groupement de locataires Charenton-Erard affilié à la CLCV, animé notamment par Alain Lafarge, un ancien journaliste, commence à se mettre en place. Les membres du Groupement multiplient les initiatives à propos de ce maudit sujet qu'est l'amiante. Ils alertent l'Agence Régionale de la Santé et la CRAMIF pour qu'elles interviennent sur le chantier.

Le 13 janvier 2016, c'est au tour du directeur Général de Paris-Habitat d'être également alerté. Avec cette triple question récurrente : 1- Le désamiantage du chantier du 163 rue de Charenton s'est-il déroulé, oui ou non, dans les règles ? 2- Locataires, ouvriers, environnement ont-ils pu être exposés ? 3-Pouvez-vous nous transmettre en toute transparence et au regard de la loi les rapports de diagnostic d'amiante préalables, les mesures et leurs suivis? "Nous n'avons eu que des réponses alambiquées. On nous prend pour des incultes" fulmine encore Lafarge. Pas le moindre rapport, rien sur le suivi du désamiantage… Les locataires commencent à être furieux. Car enfin, cette question n'a rien d'anecdotique. Ce ne sont pas les étudiants et professeurs de l'Université de Jussieu qui diront le contraire. Pas davantage les familles des 35 000 personnes décédées entre 1995 et 2005, victimes d'expositions aux fibres d'amiante. Aussi, le groupement accentue-t-il la pression. Le 1er février 2016, à l'occasion du conseil d'arrondissement de la mairie du 12ème, dirigée par la socialiste Catherine Baratti-Elbaz, il demande que le bailleur social – Paris-Habitat- lui remette les documents réglementaires concernant l'opération de désamiantage. Refus de la maire. Laquelle avance comme argument : "les problèmes entre locataires et bailleur social ne sont pas du ressort de la mairie" et que tout est en ordre. Circulez, il n'y a rien à voir. Affaire terminée? Pas le moins du monde. Les membres du groupement ne lâchent rien et récidivent légitimement. Cette fois devant le conseil de Paris. Surprise (énorme) : l'adjoint au Logement d'Anne Hidalgo, Ian Brossat (PC) habitué des joutes publiques lance : "Tous les locataires sont au courant du désamiantage"

Le fait de botter en touche exaspère un peu plus le Groupement de locataires qui décide d'informer, par lettre recommandée au mois de février, le directeur général de Paris-Habitat, avec copies au préfet de police Michel Cadot, aux ministres de la Ville, du Logement et de l'Environnement. Pour faire bonne mesure, Alain Lafarge et Fatima Chakrani préviennent. En substance : puisque la mairie est dans l'affirmation, c'est qu'elle a pris connaissance de documents sur lesquels elle s'appuie (les rapports sur la présence d'amiante, les mesures et leurs suivis y compris dans les appartements) au 163 rue de Charenton. A défaut de toute communication, les membres du Groupement saisiront le procureur de la République de Paris.

Avec l'affaire du jardin partagé, on quitte une grave question de santé publique, pour entrer dans un dossier certes moins important mais qui témoigne d'une pratique a priori critiquable de Paris-Habitat qui consiste, d'une certaine façon, à priver les locataires de Charenton-Erard de la jouissance du seul espace vert de 750 mètres carrés pour lequel ils payaient charges et entretien où il aurait fait bon balader les jeunes enfants ou les personnes âgées…

D'abord, un peu d'histoire. Cet espace vert, alloué à l'origine aux locataires de Charenton-Erard, a été fermé à clé et clos par de hautes grilles il y a plus de 20 ans pour des raisons de sécurité ! Personne donc n'en profitait. Jusqu'à ce que le 1er juillet 2014, Paris-Habitat le rouvre et le donne en jouissance en attribuant un bail à une association de quartier "La Baleine verte" subventionnée par la mairie de Paris. Condition pour faire partie de La Baleine : payer 5 euros de cotisation. Désormais jardin, qui contenait à son origine 16 parcelles, devient un lieu où l'on peut cultiver, tomates, salades etc. Mais pour cela, il faut encore acquitter une cotisation de 20 euros pour cultiver sans parcelle individuelle ou 30 euros si l'on veut cultiver une parcelle individuelle… Là où le bât blesse, c'est que seuls les membres de l'association "La Baleine verte" ont droit de pénétrer dans le jardin partagé… Tout de même généreuse, l'association a permis aux locataires de Charenton-Erard d'y accéder seulement en présence d'un "cultivateur" = "Parisculteur" deux demi -journées par semaine. En tout cas, ce jardin n'a rien de merveilleux puisque on y voit fleurir surtout cabanes et bancs abandonnés fabriqués à partir d'éléments hétéroclites… Quoiqu'il en soit, cet épisode de jardin partagé risque de donner lieu à une belle bataille juridique. Certes, reconnaît le groupement de locataires, Paris-Habitat a parfaitement le droit de privatiser le seul espace vert, en l'espèce le jardin de 750 mètres carrés, mais le bailleur a obligation de proposer aux locataires Erard-Charenton, un espace équivalent. "Nous demandons que cet espace redevienne accessible à tous les locataires, gratuitement, quand bon leur semble" ajoute Nicole Prignet, locataire, membre du groupement et mémoire du site.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires