En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 7 min 18 sec
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 39 min 45 sec
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 41 min 39 sec
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 16 heures 32 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 18 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 19 heures 34 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 20 heures 31 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 22 heures 26 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 14 min 52 sec
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 38 min 46 sec
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 40 min 41 sec
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 16 heures 7 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 16 heures 51 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 19 heures 19 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 20 heures 3 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 20 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 22 heures 10 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 22 heures 33 min
© Flickr
© Flickr
Atlantico Business

Les grands patrons français souhaiteraient que les hommes politiques, eux aussi, s’inscrivent dans des logiques d'offre

Publié le 18 avril 2016
Les milieux d’affaires veulent convaincre les hommes politiques de formuler des offres de programme plutôt que de piloter l’Etat les yeux braqués sur les sondages.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les milieux d’affaires veulent convaincre les hommes politiques de formuler des offres de programme plutôt que de piloter l’Etat les yeux braqués sur les sondages.

"La France va crever du clientélisme politique et de la démagogie. La France va s’asphyxier d’être gouvernée, avec comme seul radar, l’intérêt immédiat de l’électeur, nous avons besoin de responsabilité et de stratégie. Ce qui se passe est aberrant. Le gouvernement a enfin compris que la machine économique ne pouvait fonctionner que sur des innovations. Il a essayé de favoriser la prise en compte des logiques d’offre pour les entreprises. Le comble c’est que ni le gouvernement, ni l’opposition ne sont capables de s’inscrire dans des logiques d'offres pour leur propre fonctionnement".

Ce patron lyonnais (200 salariés dans la mécanique de précisions, pour 70 millions de chiffres d’affaires), membre d’un club d’entrepreneurs du Rhône, ne mâche pas ses mots ; et il rejoint une grande majorité de ses confrères qu’on retrouve dans les syndicats professionnels, les chambres de commerce ou les think-tank

Leur état d’esprit est très simple. Ils sont tous très attachés à la démocratie, ils admettent évidemment qu’un homme politique doive être élu pour exercer le pouvoir, mais ils ne supportent plus qu’un homme politique fasse des promesses irréalisables et surtout irresponsables pour être élu. Ils ne supportent plus qu’on demande aux chefs d’entreprise de travailler à long terme et de sécuriser l’avenir quand les responsables politiques ne fonctionnent qu'au jour le jour.

Les hommes politiques sont devenus les plus gros consommateurs de sondages d’opinion, parce que leur obsession est de coller à cette opinion publique.

Pour le monde des affaires, cette situation n’est plus tenable. Alors que la France est encore plantée pour au moins un an, les milieux d’affaires voudraient obliger les responsables politiques à changer leur logiciel…

Dans la plupart des organisations professionnelles, les clubs d’entrepreneurs et les chambre de commerce, on estime en effet que si la France ne réussît pas à se reformer et à s’adapter au monde tel qu’il bouge, c’est que les gouvernances politiques successives fonctionnent essentiellement pour optimiser une forme de satisfaction court terme des intérêts clientélistes. 

L’accumulation des rentes, la multiplication des régimes particuliers, des exemptions de contraintes, répondent aux intérêts particuliers mais se paient par une multitude et un surcroit d’impôts et taxes payées par tout le monde et qui alourdissent le système. 

Pour beaucoup de chefs d’entreprise, les responsables politiques devraient s’inspirer des règles qui s'imposent dans la gestion d’une entreprise.

Première série de règles : sortir des a prioris idéologiques et revenir aux fondamentaux de la gestion des affaires publiques. Les fondamentaux de la gestion publique aujourd'hui sont d’affronter des contraintes nouvelles de la mondialisation, de l'Europe et du progrès technologique. Tout faire, aujourd’hui pour créer des emplois, ça n’est ni de droite, ni de gauche. C’est un impératif.  

L'ADN français ne nous prédispose pas à assumer une évolution néo-libérale, une approche mondialisée et une Europe organisée en fédération d’états. Les Français rêvent sans doute d’un autre système sans savoir exactement ce qu’il serait et du coup refusent le monde tel qu’il est, tout en souhaitant profiter des avantages de cette modernité

Les responsables politiques n’ont jamais eu le courage de faire la pédagogie de cette modernité. Et pourtant, il faudra la faire. Ces contraintes-là sont incontournables. 

Seconde série de règles : abandonner les facilités du clientélisme politique et vendre de véritables stratégies d’évolution. La politique peut prendre quelques points de repères pour caler un projet, mais l’essentiel du travail de l'homme politique est de tracer des lignes, d’indiquer une direction et d’inventer le futur. La responsabilité d’un politique est de proposer une offre politique, une stratégie sur la base des convictions qu’il peut avoir pour la crédibiliser et la faire accepter. Les hommes politiques d’aujourd'hui sont coincés par leur marketing. Ils font des études de marches comme de vulgaires commerçants pendant les Trente Glorieuses, et à partir de ces études marketing, fabriquent un projet qui va répondre à cette demande. D’où la dérive démagogique à droite comme à gauche. 

Les grands hommes d’Etat qui ont assumé les contraintes de la démocratie en apportant des solutions et des réponses, n’utilisaient pas de sondage et n'avaient pas des réseaux sociaux pour leur renvoyer une image.

Le Général de Gaulle, tout comme Winston Churchill, n'ont jamais fait de marketing politique. Ils développaient une offre

Sur la vingtaine de candidats possibles à la présidentielle, combien ont travaillé à une offre politique originale et surtout combien sont capables de répondre aux contraintes de la mondialisation, de l'Europe, ou du progrès technologique ?

A droite, le seul qui a véritablement travaillé depuis deux ans à un programme cohérent, est sans doute François Fillon, mais beaucoup considèrent qu’il n'a pas le pouvoir de séduction suffisant pour emporter l’adhésion. Ça n'est pas faux. 

A gauche, le seul qui apporterait quelque chose de nouveau et de responsable techniquement, c’est évidemment Emmanuel Macron, d’où son succès rapide dans toutes les couches de la population. Ceci dit, on lui fera toujours le procès de n’être ni à droite, ni à gauche. A moins que la gauche, (c’est à dire les militants et les apparatchiks du parti) se rende compte que le seul capable de la sauver du désastre, c’est lui. 

Trosième série de règles : ne communiquer que si on a quelque chose à dire. Le management de l'entreprise comme le management des affaires publiques passe évidemment par la communication. Laquelle a beaucoup changée dans ses modalités. Mais si la politique se résume à de la communication, si le responsable politique ne fait que de la com', ses clients s’en apercevront et le rejetteront.

La semaine dernière, François Hollande a fait de la communication, mais n’avait rien à dire de précis. Il n’avait ni projet, ni programme, ni stratégie, ni ambitions pédagogiques. Le résultat, c’est que le président de la République a raté son exercice. Il est tombé encore plus bas dans l’estime des Français qu’il ne l'était avant cette émission. Peu d’hommes politiques sont capables d'apporter des réponses aux inquiétudes de l'opinion sans pour autant tomber dans la promesse en sucre d’orge. C’est-à-dire sans hypothéquer l‘avenir ?

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 18/04/2016 - 10:44
Le court terme voilà l'ennemi
L'intérêt immédiat de l'électeur qui dicte la politique , mais aussi sans doute en économie l'intérêt immédiat de l'investisseur qui n'est pas un intérêt collectif plus rentable à long terme .
Ganesha
- 18/04/2016 - 07:43
Propagande Débile
Dans un article voisin (''Croissance en berne…''), je me réjouis de l'intelligence et de l'objectivité de ce qui est énoncé. Et je fais la comparaison avec la propagande stupide que mr. Sylvestre a l'habitude de nous proposer. Aujourd'hui, l'équipe de notre grand journaliste s'est surpassée : quand on lit son appel aux ''Urgentes Réformes'', c'est à dire l'appauvrissement des classes populaires et une nouvelle augmentation des dividendes du CAC 40... Promouvoir la politique de l'Offre ! C'est tellement débile qu'on a vraiment l'impression de lire la Pravda à l'été 1989, juste avant la Chute du Mur !