En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 6 heures 58 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 9 heures 16 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 10 heures 7 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 12 heures 44 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 14 heures 51 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 19 heures 34 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 8 heures 51 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 9 heures 37 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 12 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 9 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 15 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 17 heures 15 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 20 heures 29 min
Perte nette

Chute du nombre de gros contribuables : pourquoi les explications avancées par Bercy pour tenter de masquer le coût du choc fiscal ne tiennent pas la route

Publié le 18 avril 2016
La fiscalité très importante place les revenus les plus riches dans une situation particulièrement inconfortable en France. Si l'on veut éviter de voir se poursuivre la fuite des gros revenus, qui rapportent déjà beaucoup à la France, il serait temps de penser sérieusement à une réforme fiscale.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fiscalité très importante place les revenus les plus riches dans une situation particulièrement inconfortable en France. Si l'on veut éviter de voir se poursuivre la fuite des gros revenus, qui rapportent déjà beaucoup à la France, il serait temps de penser sérieusement à une réforme fiscale.

Atlantico : Selon un rapport de Bercy le nombre de foyers fiscaux dont les revenus sont supérieurs à 1 million d'euros a augmenté de 11% sur trois ans. Soit une baisse de 32%. Quelle est la contribution des tranches supérieures de l'impôt dans les recettes totales de l'IR ?

Philippe Crevel : L’impôt sur le revenu, qui est acquitté par moins d’un foyer fiscal sur deux – 17,5 millions sur 37,1 millions – est un impôt très concentré : c’est-à-dire qu’un nombre très réduit de contribuables en paie une grande partie. Ainsi, 10 % des contribuables les plus aisés acquittent plus des deux tiers de l'impôt sur le revenu (67 %), 1 % en paient 30 %. Les 0,4 % des contribuables dont les revenus excèdent 200 000 euros en paient 20 %. Enfin 1 pour mille soit 37 000 contribuables acquittent à eux-seuls 10 % de l’impôt sur le revenu. Or, il y a de la perte en ligne depuis 2013. Selon les données de Bercy, le nombre de foyers dont le revenu fiscal de référence est supérieur à 200 000 euros annuels a diminué de 8 %. Pour les tranches de revenus plus élevés, la contraction est encore plus nette. Ainsi, les foyers ayant déclaré entre 800 000 et 3 millions d’euros sont 30 % de moins en 2014 par rapport à 2013. Entre 5 et 7 millions, la chute atteint 40 %. Il y avait e 2013 144 contribuables qui déclaraient plus de 9 millions d’euros. Ils ne sont plus que 93 en 2014. Si la tranche la plus rentable de l’IR se dérobe, à force il pourrait y avoir péril en la demeure…

Bercy justifie ces "sorties" par une volatilité dans les très hauts revenus, qui peuvent être confrontés à des cessions d'entreprise ou à des départs à la retraite. Au regard du niveau d'imposition en France, ces raisons vous semblent-elles satisfaisantes ? Quelle est la part de raisons liées à la conjoncture économique, et celle liée aux politiques fiscales menées dans ces évolutions ? 

Pour expliquer cette contraction subite du nombre des contribuables aisés, les services fiscaux mettent en avant que "la population des contribuables déclarant des revenus très élevés n’est pas stable dans le temps". Comme les effectifs sont réduits, quelques départs à la retraite, quelques cessions des entreprises modifieraient la donne. Certes, ce n’est pas faux ; mais cela ne saurait expliquer la totalité de la chute. Nul n’ignore qu’en 2012, le Gouvernement a décidé d’accroître fortement l’imposition sur les revenus du capital et sur les plus-values. Il en a résulté une forte augmentation du rendement de l’impôt sur le revenu.  Il a progressé de 35 % entre 2011 et 2015, passant d’environ 51 milliards d’euros à près de 70 milliards d’euros. Il en a résulté le mouvement des "pigeons" et des "bonnets rouges". Si certains contribuables ont par la parole exprimé de leur opposition à ce tour de vis fiscal, d’autres ont opté pour d’autres solutions…

Le contribuable aisé se distingue des autres par sa mobilité tant géographique que fiscale. Il peut s’expatrier ou se faire conseiller pour diminuer son empreinte fiscale. Le contribuable aisé s’est fait cueillir à froid pour l’impôt sur les revenus de 2012. Dès 2013, il s’est adapté et a réussi à diminuer ses revenus fiscaux. Première solution, le départ. En 2013, Bercy a enregistré officiellement 659 expatriations de foyers ayant des revenus de plus de 300 000 euros. Des contribuables se sont délocalisés en Belgique, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Portugal, à Singapour… D’autres contribuables se sont organisés pour réduire leur revenu fiscal de référence, soit en vendant leur entreprise, soit en réduisant sciemment la voilure. Ils ont pratiqué l’attrition fiscale. Ils ont pu grâce à de bons conseils utiliser les arcades de la fiscalité française pour diminuer leurs revenus fiscaux. Plus un système est complexe, plus il comporte de recoins. Par ailleurs, la dégradation de la conjoncture économique a également pesé sur les revenus des plus aisés. Le montant des revenus du capital a diminué en 2013 et 2014.

3 - Création de taxes, ajustements budgétaires, emprunts... Par quoi ces baisses de recettes sont-elles par ailleurs compensées ?

Le Gouvernement a décidé de réduire, depuis deux ans, le nombre de contribuables modestes soumis sur l’impôt sur le revenu. En 2014, la première tranche du barème de 5,5 % a été supprimée quand en 2015, le système de la décote a été réaménagé avec conséquences une réduction au totale de plus de 3 millions du nombre de contribuables. L’impôt est un panier percé à sa base comme à son sommet. Ce sont les classes moyennes qui paient la note. A défaut d’être exonérés et à défaut de pouvoir fuir, elles ont dû encaisser de fortes augmentations d’impôt. Elles ont supporté la diminution du plafond du quotient familial, la réduction du plafond des niches fiscales…
 
La réduction du nombre de contribuables aisés signifie une perte d’assiette fiscale, ce qui signifie qu’il y a moins de création de richesse. Le manque à gagner pour l’Etat est pluriel. Il y a des pertes non seulement pour l’impôt sur le revenu mais aussi pour les cotisations sociales, la TVA, l’ISF… En effet, si les riches s’expatrient ou se corsettent pour échapper à l’impôt, ce sont moins d’emplois, moins d’entreprises et donc moins de croissance.
 

La structure fiscale française pourrait-elle s'inspirer de celle de ses voisins européens pour être optimisée ?

Un bon impôt est un impôt à assiette large et à faibles taux. Il est certain que la France en est loin avec l’impôt sur le revenu. Pire que cela, ces derniers, nous avons reculé dans l’application de ce principe simple avec l’augmentation du nombre de contribuables exonérés.

Nos voisins ont des impôts sur le revenu qui rapportent plus mais qui sont moins anti-économiques que le nôtre. Pour compenser la forte progressivité de notre impôt sur le revenu, les gouvernements ont multiplié les niches fiscales qui s’adressent à un public averti. Il en résulte un évident manque de transparence et une réelle iniquité de traitement. L’instauration de la retenue à la source aurait dû être l’occasion de remettre à plat l’impôt sur le revenu ; or le Gouvenerment de Manuel Valls a décidé de simplement la plaquer sur l’existant. De ce fait, il n’y aura pas de réelle avancée en matière de simplification. Sans nul doute, il faudrait revoir le système du quotient familiale et du quotient conjugal qui ne répond plus aux objectifs initiaux d’aider les familles du fait de leur plafonnement. Aujourd’hui, ce dispositif pénalise le travail féminin comme l’a récemment souligné une étude de l’OCDE. Le second apporteur de revenus est dans notre pays est taxé au taux marginal. En Allemagne, en Espagne, en Norvège, aux Etats-Unis, il y a une possibilité d’imposition individuelle.

La France par sa fiscalité dissuade les particuliers à investir dans les entreprises et les créateurs d’entreprise de rester en France. Ainsi, l’investissement dans les entreprises a connu au moins sept réformes fiscales en dix ans, les prélèvements sociaux ont été multipliés par 13. Les bénéfices distribués sont plus taxés que les revenus d’activités professionnelles, et ce à tous les niveaux de revenus. Ce n’est pas l’impôt sur le revenu qui est le plus préjudiciable, c’est l’accumulation des prélèvements. En effet, par exemple, le chemin de croix des dividendes comportent un nombre infini d’étapes : impôt sur les sociétés, contribution exceptionnelle sur les bénéfices, prélèvements sociaux, impôt sur le revenu et ISF pour la détention. Pour 100 euros de dividendes, un Français n’en perçoit que 40 quand un Allemand perçoit 51 et un Britannique 53. Les plus-values sur les actions sont moins bien traitées en France que celles issues de l’immobilier.

Plus de stabilité, une plus grande neutralité économique, des assiettes plus larges, moins d’exception, une reconnaissance réelle de l’entreprise comme centre de création de richesses et d’emplois, telles devraient être les orientations d’une réforme fiscale attendue de longue date mais reportée de quinquennat en quinquennat….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

03.

Et si Trump avait raison sur la Chine

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

06.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kaprate
- 19/04/2016 - 12:53
@Liberdom
C'est ce que nous avons fait, comme de nombreux confrères et amis. En plus de vendre les fonds de commerce en dessous de la limite d'imposition des plus-values (faut pas être trop gourmand et ça permet de vendre vite), sans distribuer aux associés, plus aucun salaire, pas de dividendes distribuées, vente des actifs immobiliers pour investir ailleurs et vivoter dessus en attendant des jours meilleurs en réduisant la voilure mais avec la satisfaction de ne pas avoir le sentiment terrible tous les jours en allant faire tourner les petites entreprises, 14 heures par jours week-end compris, que l'on bosse à perte en étant pris pour des cons, méprisés, spoliés, détestés, en s'usant la santé et sous le stress mortel de l'attente du prochain contrôle. Sans magouille et sans paradis fiscal. Décourager les bonnes volontés de ceux qui investissent, développent et s'assument sans aide était le meilleur moyen d'appauvrir le pays. Le patriotisme eut été de remercier et d'encourager ceux qui investissent en France, créent de l'emploi et ne vivent pas aux frais de la collectivité.
Liberdom
- 19/04/2016 - 09:52
En restant dans la légalité....
Facile de couper les vivres au gros Sapin : achetez tous vos biens durables dans un autre pays de l'Union Européenne et pan ! plus de TVA pour Bercy, plus de charges sociales pour engraisser les syndicalistes franchouillards. Si vous êtes indépendant réduisez vos revenus en travaillant moins et pan : plus d'IR (avec une petite niche), et une meilleure qualité de vie. Cette résistance passive, parfaitement légale est pratiquée par nombre d'indépendants (ceux qui ont payé leur logement et dont les enfants sont casés)et c'est ça qui coûte cher à l'Etat qui sanctionne sans raison une partie des citoyens. Et merde pour le patriotisme.
kaprate
- 18/04/2016 - 21:04
@xxLOiZERxx
Si vous aimez les voitures allemandes, vous pouvez acheter une BMW Série 5 (une grosse de riche donc) moins de 10 000 km, moins de 30 000 euros, à crédit si besoin, en passant par une centrale d'achat belge ou allemande qui vous livre en France. C'est un préjugé. Et non, la plupart des riches (pas les plus de 4000 euros par mois selon le gouvernement mais les gros patrons dont vous semblez parler) ne s'enrichissent pas en vendant des produits en France. Ceux là sont plutôt ceux qui exportent. Les petits patrons qui vendent en France, ils ne partent pas, sont étranglés d'impôts, bossent 14h par jour, n'ont aucun droit au chômage, risque leurs biens et ne se payent pas si l'argent manque. Et les expatriés ne bénéficient plus de la Sécu française. Et oui, la France est un paradis fiscal... pour les qataris. Je suis pour l'abolition des paradis fiscaux et pour que chacun paie sa contribution mais assez de la lutte des classes et de taper toujours sur les mêmes qui, soit dit en passant, fournissent du boulot et produisent de la richesse!