En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Eva Joly fait de l'anti-corruption son axe de campagne, mais n'a pourtant pas tout dit sur le gouvernement de Marc Ravolamanana à Madagascar.
Ca c'est pas choly choly

Eva Joly : les casseroles malgaches de "Madame Morale"

Publié le 14 janvier 2012
Eva Joly, candidate EELV à l'élection présidentielle, a fait de "l'anti-corruption" son cheval de bataille. Mais pourquoi cette ex-consultante justice à Madagascar a-t-elle couvert -au moins tacitement- le régime autoritaire de Ravolamanana ?
"24heuresactu.com est un média impertinent de droite, radical (sans être extrême), et dans une France bâillonnée par le discours convenu de certaines élites, ça fait du bien !"
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
24 heures Actu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"24heuresactu.com est un média impertinent de droite, radical (sans être extrême), et dans une France bâillonnée par le discours convenu de certaines élites, ça fait du bien !"
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eva Joly, candidate EELV à l'élection présidentielle, a fait de "l'anti-corruption" son cheval de bataille. Mais pourquoi cette ex-consultante justice à Madagascar a-t-elle couvert -au moins tacitement- le régime autoritaire de Ravolamanana ?

Eva Joly a fait de la défense de la morale publique son credo politique ultime et sa marque de fabrique personnelle dans cette campagne présidentielle. Jamais avare d’une critique acerbe sur le système judiciaire français et sur la corruption de nos élites, la candidate écologiste a pourtant officié comme conseillère justice auprès du président malgache Marc Ravalomanana… un autocrate notoire qui avait pour autre spécificité d’être l’homme le plus riche de Madagascar.

Peu de pays au monde peuvent se targuer d’un niveau de corruption comparable à celui de Madagascar (123e pays mondial selon le classement 2010 de Transparency International). Et le régime de l’ex-chef d’État Marc Ravalomanana (2002-2009) s’est particulièrement distingué en matière de népotisme et de détournements de fonds publics.

Pas de quoi refroidir Eva Joly, qui se réjouissait récemment de la condamnation de Jacques Chirac pour une poignée d’emplois politiques fictifs. Pendant deux ans, l’ancienne juge est intervenue (2004-2006) auprès du régime de Marc Ravalomanana comme consultante justice par le biais de l’Agence norvégienne de développement et de coopération.

Officiellement, le gouvernement malgache avait fait appel à la Saint-Just des prétoires pour l’assister dans ses efforts en faveur de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption… Mais, qu'elle en ait eu conscience ou non, dans les faits, la mission d’Eva Joly aura surtout été d’apporter une caution morale occidentale au système de prévarication mis en place par les proches de Marc Ravalomana au détriment de la population locale.

Outre une corruption généralisée, Eva Joly n'a pas réagi à la condamnation à mort d’une dizaine de paysans malgaches, accusés de s’être opposés aux expropriations foncières du régime de Ravolamanana. Des peines heureusement jamais exécutées. Eva Joly n'a plus donné de la voix à Antanarivo lorsque plusieurs personnalités politiques ont été expulsées du pays car jugées hostiles au régime.

Autant d’évènements couverts (au moins tacitement) par une Eva Joly qui ne les a jamais remis en cause publiquement… ce qui n’empêche pas la "Madame Morale" de la vie politique française d’expliquer doctement que la justice malgache est "plus indépendante que la justice française" !

Mais Eva Joly, récemment condamnée pour diffamation par la justice française pour avoir affirmé sans preuve que David Douillet était "l’heureux détenteur de comptes au Liechtenstein", n’en est pas à une contradiction près. C’est manifestement plus facile d’appeler les autres à la morale, la transparence et l’exemplarité que de se l’imposer à soi-même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 15/01/2012 - 16:31
SVP, ne tirons pas sur une ambulance!
On savait déjà que, pour une juge Gauchiste, il y a deux poids-deux mesures selon sa position sur l'échiquier politique. Cet article ne fait que confirmer la réalité et la Gauche a déjà commencé à enlever les boules Quies qu'elle a dans les oreilles depuis trente ans! Espérons que cette prise de conscience ne vienne pas trop tard!
ulysse
- 15/01/2012 - 01:09
Pour Crédit Jean-Paul Pelissier / Reuters
Merci d'avoir parlé d'Eva Joly et de Ravalomanana et ses pratiques mais n'oublions pas non plus qu'entre Sarkozy et Rajoelina, il y a un complot qu'aucun journaliste ni rédacteur n'a évoqué dans aucun article ni presse...Peut être que Ravalomanana n'était pas parfait mais la situation actuelle cautionnée par Sarkozy est pire encore...Merci
Eric-06
- 14/01/2012 - 22:26
La chute....
Au début on la croyait incorruptible et inflexible, peut être un peu originale mais globalement respectée de tous.
Et maintenant après toutes ses déclarations à l'emporte pièce et ses dérapages francophobes on commence à compatir au sort de Loik Lefloch Prigent pdg d'Elf.
Elle aura tout gagné : son discrédit et la sympathie pour ceux qu'elle accusait.