En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 4 heures 17 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 7 heures 15 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 8 heures 17 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 13 heures 1 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 14 heures 38 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 3 heures 34 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 5 heures 37 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 7 heures 47 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 8 heures 53 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 14 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
229 - Une nouvelle histoire de Sapiens

Révolution cognitive : Toba, la méga éruption volcanique d’il y a 70 000 ans qui a failli entraîner l’extinction de l’espèce humaine mais l’a finalement sauvée

Publié le 10 avril 2016
Dans son nouveau livre "229- Une nouvelle histoire de Sapiens", Serge Federbusch revient sur l'éruption du volcan Toba survenue il y a 70 000 ans, et qui a failli provoquer l'extinction de l'espèce humaine. Un événement qui, au contraire, permit à l'homme de repenser sa relation à l'action et à son environnement.
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son nouveau livre "229- Une nouvelle histoire de Sapiens", Serge Federbusch revient sur l'éruption du volcan Toba survenue il y a 70 000 ans, et qui a failli provoquer l'extinction de l'espèce humaine. Un événement qui, au contraire, permit à l'homme de repenser sa relation à l'action et à son environnement.

Atlantico : 229 - Une nouvelle histoire de Sapiens : derrière ce titre étrange, pouvez-vous résumer votre livre ?

Serge Federbusch : 229, c’est le nombre de propositions logiques qui s’enchaînent, phrase après phrase, pour tenter de répondre à une très vielle question : qu’est-ce qui différencie l’homme des autres animaux ? Mon intuition est que ce problème, s’il est clairement traité, permet de clarifier beaucoup de débats philosophiques ou politiques, même très concrets et très actuels, sur les comportements dits égoïstes ou altruistes.

En résumé, je me suis rendu compte que, dans l’ensemble des espèces animales, l’homme est celle qui peut le plus facilement se mettre en situation de péril face au risque de chuter et, en même temps, est physiquement la plus fragile en cas de chute. Les autres singes par exemple, sont le plus souvent quadrumanes, c’est-à-dire qu’ils utilisent leurs mains et leurs pieds avec une égale dextérité et sont plus souples ou plus robustes s’ils chutent dans leurs escalades. Les autres animaux peuvent beaucoup plus difficilement grimper et le font très rarement, ou alors sont nettement plus résistants en cas de chute. 

Et alors ?

L’homme des origines va développer un rapport particulier, aigu pourrait-on dire, face à ce danger. Lorsqu’il grimpe à des arbres, ses sens ne lui permettent pas de circonvenir ce risque. Odorat, vue ou toucher sont défaillants pour apprécier les limites et contours de la menace qui l’entoure et qui est pourtant beaucoup plus grande que celle auxquels sont confrontés les autres animaux placés dans une situation semblable. Comment percevoir correctement un espace, un phénomène sans consistance physique et qui pourtant est lourd de périls ? L’immatériel acquiert ainsi une forme de substance via sa dangerosité. Pour y faire face, l’homme va inventer la notion de vide, un espace neutre et identique pour tous où aucun élément physique n’altère la perception des objets. Les hommes vont conceptualiser l’espace et ce qui le remplit en élaborant des idées qui toutes font implicitement référence à un vide universel dont elles s’extraient. 

En quoi est-ce un raisonnement nouveau ?

La philosophie, dès ses origines, s’est effectivement interrogée sur ce sujet. Démocrite ou Leucippe, par exemple, ont déclaré l’être du vide indispensable à l’existence de tout autre être. Mais ils étaient piégés par le fait que le vide n’était lui-même qu’un concept, un référent. Pour aller au-delà, il fallait intégrer les enseignements de la paléontologie contemporaine, à savoir que l’homme est un animal comme les autres, au léger détail près de son rapport au vide, en réalité à la chute. 

Et donc ?

Dès lors, le sable mouvant dans lequel la métaphysique s’enfonce, en particulier la distinction entre idée et matière, peut être consolidé. 

C’est bel et bien une caractéristique physique qui est à l’origine de la capacité humaine à conceptualiser, mais cette capacité échappe à l’homme qui conçoit et acquiert une sorte d’autonomie dès qu’elle devient collective. Je l’ai nommée " sublimation ". Les premiers philosophes furent conduits à considérer que les concepts devaient être intangibles.

Leurs successeurs en ont tiré les notions d’ "être", d’ "essence" ou de "divin" ; de "conscience" ou d’ "inconscience" dont néanmoins ils ne parvenaient pas à comprendre pourquoi et comment elles échappaient à la volonté humaine.

C’est donc un ouvrage philosophique ?

C’est une passerelle entre les progrès récents de la paléontologie et les questions classiques de la métaphysique.

Mais cette évolution ne s’est pas faite en un jour ?

Certes. Je la relie à la catastrophe qui, nous en sommes désormais sûrs, s’est abattue il y a environ 70 000 ans sur l’espèce humaine, laquelle a alors frôlé l’extinction. Au moment de l’éruption du super-volcan Toba sur l’île de Sumatra, une sorte d’hiver de plusieurs années a affamé les animaux vivant entre les tropiques, notamment l’homme, qui fut contraint à de plus longs déplacements et à grimper plus haut dans les arbres, accentuant la fragilité précédemment évoquée.

Les hommes ont dû améliorer leurs processus de communication dans ce qu’ils ont nommé "espace" et "temps" ; élaborer des concepts reproductibles même sans contact physique direct entre eux, imaginer et décrire des situations où ils ne sont pas présents, etc. A partir de ce traumatisme initial, l’espèce humaine s’est engagée sur le chemin d’une relation toujours plus complexe entre son action et son environnement.

Du reste, la "révolution cognitive" mentionnée par les anthropologues et qui correspond à une rupture où Sapiens va faire des progrès énormes dans tous les domaines - langage, habitat, pratiques de chasse ou élaboration d’outils - est tout à fait contemporaine de cette période.

Les mythes fondateurs - l’arbre de la connaissance dans la Bible, le manguier de Bouddha ou l’envol d’Icare par exemple - portent la trace de ce traumatisme collectif initial. L’arbre est une figure symbolique au centre de la métaphysique, qu’on retrouve jusque chez Descartes ou Heidegger.

En quoi est-ce d’un intérêt actuel ?

Les institutions humaines et leur fonctionnement, y compris contemporains, conservent comme une sorte de carburant, cette relation où des individus, via les objets et les idées qu’ils produisent, peuvent interagir en tirant parti de leurs forces comme de leurs faiblesses, de leur étendue ou de leur limite. La plupart des notions qui nous embarrassent encore aujourd’hui comme celles de "liberté", de "marché", d’ "état", de "démocratie", de "beau" ou de "bien" peuvent être redéfinies de manière originale.

C’est un vaste sujet pour un ouvrage bref et synthétique !

Mon propos était d’ouvrir, dans le langage le plus simple et abordable possible, des débats et des chemins sur cet ensemble de questions. Nous sommes toujours dépassés et souvent perplexes face à nos propres idées, justement parce qu’elles naissent dans ce qui fait notre fragilité intrinsèque, dans ce qu’on nommait autrefois le " propre de l’homme ".

Ce n’est pas très grand public ?! 

A bon entendeur salut !

 

Pour commander le livre 229 - Une nouvelle histoire de Sapiens, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 10/04/2016 - 21:34
Le vide
eh oui de Lao Tseu au vide qantique ...
zouk
- 10/04/2016 - 11:19
Histoire de l'Humanité
Quelle réception est-elle prévisible pour ce livre de bon sens en face de la trans-humanité tant promue par Google? Comme je souhaite que nous revenions au bon sens: l'homme est un animal au physique fragile. Et nous y ajoutons la fragilité psychologique, ne l'oublions pas.