En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

02.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

03.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

04.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

05.

Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde

06.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

07.

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Virus des forêts

Epidémies à tous les étages : les virus qui s’attaquent aux forêts sont en nette augmentation à travers la planète

il y a 12 min 7 sec
décryptage > Politique
Nouvelles restrictions

Covid-19 : ce que le gouvernement devrait faire d’urgence pour sauver la crédibilité de la parole publique

il y a 44 min 27 sec
décryptage > France
Paradoxes de la société française

La France, cette grande malade de la liberté

il y a 1 heure 10 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 19 heures 8 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 19 heures 48 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 20 heures 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 21 heures 37 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Fortnite part à l’attaque de Google et de Apple et sonne l’heure de la révolte contre les GAFA

il y a 33 min 17 sec
pépites > High-tech
Téléphonie
Nice : une élue écologiste soutient ceux qui ont incendié une antenne 5G
il y a 51 min 18 sec
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 14 heures 50 min
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 17 heures 9 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 19 heures 30 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 19 heures 59 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 22 heures 11 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 22 heures 32 min
© Reuters
Les adolescentes se sentent obligées d'adopter des postures trop sexy pour leur âge sur les réseaux sociaux.
© Reuters
Les adolescentes se sentent obligées d'adopter des postures trop sexy pour leur âge sur les réseaux sociaux.
Pression numérique

Génération narcissexe : comment la surexposition de leur image sur les réseaux sociaux en vient à empoisonner la vie amoureuse des jeunes filles d’aujourd’hui

Publié le 08 avril 2016
Deux études américaines viennent de démontrer le rôle très négatif des nouvelles technologies sur la sexualité des jeunes filles, qui se voient dans l'obligation de se sexualiser comme des femmes expérimentées.
Frédéric Six
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sexologue et Thérapeute en HypnosePrésident de la Société des Sexologues Universitaires de Belgique (SSUB)Membre des praticiens certifiés en Thérapie Brève du TraumaMembre des praticiens dans l'équipe Sexopositive Chroniqueur "Intime" en 2014 et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux études américaines viennent de démontrer le rôle très négatif des nouvelles technologies sur la sexualité des jeunes filles, qui se voient dans l'obligation de se sexualiser comme des femmes expérimentées.

Atlantico :  Selon deux nouvelles études américaines (voir ici), l'omniprésence des réseaux sociaux numériques dans le quotidien des adolescentes entraîne une hyperconscience de leur image de femme sexualisée. Comment réagissent-elles face à cette pression constante du regard social ?

 

Frédéric Six : Déjà dans tous les magazines à destination des adolescents, on voit beaucoup de discours concernant cette façon de se présenter, de se mettre en valeur. L'utilisation à outrance d'images de femmes magnifiées, souvent par modification artificielle comme avec le logiciel Photoshop (cette pratique s'est généralisée). C'est aussi liée à la demande des garçons, qui valorisent cette image de la femme très sexy. La nécessité de l'attrait, qui parfois est poussé jusqu'à l'aguicheur, créé une compétition dans la fille elle-même. Face à l'image que véhicule les médias, la jeune femme doit affronter la pression du groupe qui la pousse à être attractive. Il y a le risque des moqueries qui joue énormément. S'habiller d'une certain manière en décalage peut entraîner des brimades difficile à supporter. Rentrer dans le cadre quand ce cadre est hypersexualisé devient alors une nécessité difficile mais en même temps socialement apaisante.

La pression de l'apparence physique est conséquente.

 

On constate qu'un autre facteur chez les jeunes femmes importe de plus en plus dans la définition et l'apprentissage de cette identité sexuelle : la pornographie. Quel rapport entretient aujourd'hui la jeune fille à ces médias que l'on pourrait considérer plus destiné aux garçons ?

 

Dans le processus d'hypersexualisation de la jeunesse, le porno joue un rôle très important. Cela se vérifie évidemment chez les jeunes garçons, mais aussi chez les jeunes filles aujourd'hui. Cet accès rapide et facilement trouvable pour ces jeunes suréquipés en moyen de navigation sur le net encourage cette fréquentation dès le plus jeune âge. D'autant plus que les jeunes gens sont particulièrement habitués à consommer de courte vidéo, c'est la génération Youtube.

 

Dans les milieux familiaux, et encore plus à l'école, on sait qu'il est très compliqué de parler de sexualité. Les cadres d'expression sont souvent limités ou encore totalement freiné par l'importance d'une certaine pression du groupe avec lequel la question est abordé (le regard des parents, la classe ou l'instituteur est vécu souvent comme pesant). Il faut bien noter que quand elle est abordée, la sexualité est le plus souvent abordée sous l'angle de la peur. On demande de faire attention aux maladies sexuellement transmissibles, on demande de se protéger, on prévient contre les conséquences sociales et médicales d'une sexualité inconsciente et irresponsable... On éduque sans expliquer l'importance de l'émotion dans cette sexualité, c'est-à-dire des enjeux affectifs que cela peut entraîner. La pornographie devient un modèle éducateur sans ces enjeux là, et en plus permet une figuration anatomique complexe et diverse. On apprend que l'on peut faire l'amour à plusieurs, dans des positions différentes, avec des rapports de force différents, avec des pratiques moins évidentes, comme par exemple l'éjaculation faciale. L'éjaculation faciale, qui n'était pas un lieu commun devient ainsi un lieu commun, car tout le monde en parle.

 

Je pars du principe que ce genre de pratique un peu plus déviante peut être effectuée à partir du moment où les partenaires sexuels sont d'accord. A partir du moment où la femme (ou l'homme d'ailleurs) se sent obligée de faire tel ou telle chose parce que c'est ainsi dans un film pornographique, il y a un problème. Car dans la sexualité, il ne faut jamais se forcer, c'est un motif de peur et de déstabilisation, surtout chez les jeunes filles qui découvre cela de plus en plus jeune et n'ont pas la maturité pour prendre du recul sur ces questions. Le dégoût profond qui peut apparaître peut être destructeur, d'autant plus quand il a été fait par affection pour ne pas déplaire au petit ami et donc essayer de coller avec les critères affirmés par une génération nourrie à une pornographie très libérée.

 

La jeune femme qui est en construction se voit dans l'obligation de se sexualiser comme une femme expérimentée à des âges peu élevés. Ce processus est-il subi ? En quoi les réseaux sociaux jouent-ils un rôle déterminant dans ce processus ?

 

Les jeunes filles cherchent généralement à trouver un prince charmant, qui les serviraient et pratiqueraient une sexualité très idéalisée. Face à l'émergence d'une sexualité très mature dès les débuts, il y a en effet une déstabilisation, et une recherche consécutive de normes. C'est a posteriori que les femmes regardent leur jeunesse aujourd'hui en observant qu'elles ont parfois eu des relations sexuelles en dehors de leur propre désir par simple pression. Et donc parfois par pression appliquée par leur propre vision de la sexualité déformée par le visionnage de pornographie.

 

Comment débrancher les jeunes filles de ce genre de modèles sociaux relayés par internet aujourd'hui ?

 

Il existe un excellent livre sur ce sujet que je tiens à recommander. Il s'agit d'Ados, amour, sexualité du docteur Sylvain Mimoun. C'est un livre très bien fait qui donne à des enfants, ados et pré-ados des informations à leur niveau sur leur propre sexualité. Cela donne des repères dans la façon d'envisager la relation sexuelle. Il s'agit de trouver l'information judicieuse et juste et surtout de sortir de la spirale de compétition et de désinformation que constitue les cours de récréation ou le chats sur internet. Et bien sur du porno.

Introduire une lecture scientifique quelque peu vulgarisée est essentiel. Les parents doivent transmettre ce genre de savoir quand ils se rendent compte que leur enfant n'en est plus totalement un. Et cela demande de bien observer que l'enfant se pose ces questions souvent plus jeune que l'on pense. Ça bouillonne dans leur tête.

 

L'autre possibilité est de parler. C'est difficile, mais trouver une personne de confiance pour exprimer ces questions là est essentiel. Cela doit être un proche, quelqu'un dont la jeune fille ne doit pas avoir peur. Parfois cela peut être un parent, même si c'est évidemment difficile, car le sujet est bien souvent tabou. Sinon, cela peut être le partenaire sexuel. Si cela peut enlever l'imprévu romantique du rapport sexuel, cela rassurera de dire quels sont les limites que l'on veut se donner. C'est à l'opposé du sans limite un peu frondeur et irresponsable que propose la pornographie et la compétition sociale juvénile en la matière. Ainsi, une sexualité plus apaisée est envisageable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 09/04/2016 - 12:36
Impossible de lutter contre
Impossible de lutter contre un mouvement de fond aussi séduisant pour les esprits faibles. Ce qui est devenu important pour l'avenir, c'est d'évaluer dans la jeunesse actuelle le taux de pertes définitives, celui de récupérations possibles, et celui des valeurs traditionnelles et sûres. Car les jeunes filles les plus atteintes ont hélas un avenir d'éducatrices, ce qui est inquiétant pour les générations de leurs enfants et de leurs petits enfants...et des nôtres.
zouk
- 07/04/2016 - 18:28
Jeunes filles et réseaux sociaux
Selfies, confidences entre amies, retransmises sans contrôle à grand nbre d'individus pour la majorité inconnus, avec commentaires: vous n'avez aucun contrôle sur votre image. Plus de retenue dans ce que vous publiez de vous même = beaucoup moins de problèmes. phegp cite un exemple m^me pas extrème. Discrétion,svp! Il n'est même pas besoin d'en appeler à la défaillance des parents: du BON SENS SVP!
zouk
- 07/04/2016 - 18:27
Jeunes filles et réseaux sociaux
Selfies, confidences entre amies, retransmises sans contrôle à grand nbre d'individus pour la majorité inconnus, avec commentaires: vous n'avez aucun contrôle sur votre image. Plus de retenue dans ce que vous publiez de vous même = beaucoup moins de problèmes. phegp cite une exemple m^me pas extrème. Discrétion,svp! Il n'est même pas besoin d'en appeler à la défaillance des parents: du BON SENS SVP!