En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 4 min 47 sec
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 13 heures 13 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 37 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 48 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 heures 1 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 33 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 40 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 21 heures 4 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 42 min 5 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 23 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 15 heures 19 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 51 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 19 heures 3 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 36 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 51 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 21 heures 12 min
© Reuters
Le squelette d'un adolescent incas d'environ 14 ans sacrifié par son peuple.
© Reuters
Le squelette d'un adolescent incas d'environ 14 ans sacrifié par son peuple.
Vous avez dit civilisation ?

Pourquoi vous devez beaucoup plus aux sacrifices humains pratiqués dans l’Antiquité que vous ne l’auriez jamais imaginé

Publié le 07 avril 2016
Une nouvelle étude publiée dans le journal scientifique Nature montre que les cultures qui pratiquaient le sacrifice humain avaient une organisation sociale plus rigide. Une découverte qui appuie les travaux de plusieurs historiens et intellectuels.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude publiée dans le journal scientifique Nature montre que les cultures qui pratiquaient le sacrifice humain avaient une organisation sociale plus rigide. Une découverte qui appuie les travaux de plusieurs historiens et intellectuels.

Le sacrifice humain nous fascine, nous qui sommes, à l'autre bout du grand arc de la modernité, aussi loin culturellement que possible de cette pratique. Nous apprenons peut être encore à l'école que le roi grec Agamemnon a sacrifié sa fille Iphigénie pour obtenir des vents favorables pour emmener l'armée grecque aux rives de Troie, mais cet acte nous semble incompréhensible.

A quoi servait cette institution terrible ?

L'étude qui montre la stratification sociale chez 80 cultures antiques

Selon une équipe de chercheurs dont les travaux ont été publiés dans le prestigieux journal scientifique Nature, cette institution avait un effet très simple : de stratifier les sociétés, en renforçant la position des couches sociales élevées et en maintenant celles des couches sociales basses.

Leur étude porte sur plus de 80 cultures australasiennes qui ont pratiqué le sacrifice humain, et chez qui le développement de cette pratique a tendu à donner à ces sociétés des classes sociales plus rigides. En clair, le sacrifice humain y était utilisé par les riches et puissants pour protéger leur pouvoir et faire en sorte que personne ne sorte du rang.

Les scientifiques se sont penchés sur ces cultures car elles sont toutes issues au départ de Taiwan et se sont ensuite répandues dans de nombreuses îles et archipels de la région australe du Pacifique ; partant d'un socle culturel et ethnique commun, les branches se sont ensuite développées chacune de leur côté, avec des niveaux différents de recours au sacrifice humain. De plus, les scientifiques ont eu recours à une technique appelée l'analyse phylogénique pour décortiquer les relations entre ces cultures et leur évolution et ainsi voir ce qui relevait de la relation de cause-à-effet et ce qui relevait de la coïncidence.

L'équipe a réparti les cultures en fonction de leur pratique du sacrifice humain et de leur niveau de stratification.

Dans les cultures classées comme "égalitaires", car elles interdisaient l'héritage des biens et la transmission du statut social dans les familles, seules 25% pratiquaient le sacrifice humain ; par contre, 37% des cultures "modérément stratifiées" — qui autorisaient l'héritage mais n'avaient pas de système de caste rigide — le pratiquaient, et 65% des cultures fortement stratifiées. L'analyse phylogénique a montré que dans ces sociétés, le sacrifice humain a précédé la stratification, et qu'une fois que cette stratification était en place, il était très difficile de revenir dessus, comme les scientifiques l'ont expliqué au Washington Post.

Si, comme les scientifiques l'expliquent au site The Conversation, les méthodes et les raisons des sacrifices pouvaient varier, cette dynamique se retrouvait presque partout.

Presque toujours, les victimes de sacrifice étaient issues des classes sociales les plus basses, et les sacrifices étaient très ritualisés. "Il y avait une maximisation de la terreur et de l'effet de spectacle", a expliqué Joseph Watts, directeur de l'équipe, dans une interview au Smithsonian Magazine.

Le sacrifice dans les sociétés indo-européennes, aussi un instrument de politique sociale

Tout cela est très intéressant, mais est-ce généralisable à l'institution du sacrifice en général, et notamment dans les sociétés occidentales dont nous sommes issus ?

S'il n'existe aucune étude aussi détaillée pour nos sociétés, il y a néanmoins certaines indications. Comme l'a écrit l'historien Karl Galinsky, dans le monde païen méditerranéen, la religion était "la poursuite de la politique sociale par d'autres moyens". Tous les offices publics étaient également des offices religieux, et le sacré et le politique étaient intrinsèquement entremêlés. Même à Rome, dont on pense qu'elle était déjà loin du sacrifice humain, les exécutions d'esclaves rebelles (le plus souvent par crucifixion) étaient vues comme des sacrifices divins. Après avoir écrasé la révolte de Spartacus, le général romain Crassus obtint un Triomphe, et l'allée de son défilé était ornée de 6000 croix… De même, l'exécution des prisonniers de guerre était aussi considérée comme un sacrifice au dieu de la guerre Mars.

Pour les auteurs de l'étude sur le sacrifice chez les cultures australasiennes, cette institution du sacrifice humain a permis l'émergence de la civilisation moderne, car la stratification sociale qu'elle a permis a permis le développement d'empires qui ont pu construire des routes et autres ouvrages qui nécessitaient un gouvernement central fort.

Pour le théologien, historien et expert des religions David Bentley Hart, il y a une vision du monde qui sous-tend toutes les cultures païennes indo-européennes, qu'on retrouve à la fois dans les mythes gréco-romains et dans certains passages du Mahabharata, texte sacré hindou : comme le montre le monde naturel et son cycle de prédateurs et de proies, le cosmos entier est un cycle de sacrifice où chacun, humains et dieux compris, est à la fois auteur et victime ; le cosmos entier est régi par le Destin, souvent vers un déclin depuis l'Âge d'Or passé, et le sacrifice permet de gagner du temps en obtenant la faveur des dieux, mais pas d'arrêter le Destin. Le sacrifice est donc à la fois un instrument de contrôle politique mais également psychologique, puisqu'il se retrouve au centre de la vision du monde.

Le sacrifice et le bouc-émissaire

Difficile de voir cela et de ne pas penser à la fameuse théorie de René Girard du bouc-émissaire : dans les sociétés primitives, le conflit est vite arrivé et vite envenimé ; le seul moyen d'éviter l'auto-destruction du groupe est de trouver un bouc-émissaire, qui sera rendu responsable du conflit et massacré. L'efficacité du mécanisme du bouc-émissaire fait croire à une intervention divine, qu'il faut donc continuer de susciter avec le sacrifice humain, pour maintenir la paix sociale, un sacrifice humain qui ensuite est sublimé en sacrifice animal (même si on a vu, avec l'exemple des prisonniers à Rome que le sacrifice humain ne reste jamais très loin).

Girard voyait dans le mythe d'Œdipe une mythologisation d'un événement sans doute historique. Dans la pièce, le roi Œdipe a couché avec sa mère et tué son père ; les dieux le punissent de son crime en faisant tomber une peste sur sa ville de Thèbes ; une fois qu'il se rend compte de son crime, il se crève les yeux et fuit ; la peste se lève, l'ordre est restauré par l'élimination de la victime expiatoire. Ce mythe aurait pu être inspiré d'un épisode réel d'épidémie où la populace terrifiée aurait massacré son roi ; après la fin de l'épidémie par coïncidence, ils auraient attribué au massacre du roi, donc sans doute coupable d'un grand sacrilège, la fin de la punition divine.

Le phénomène du bouc-émissaire, donc du sacrifice humain, se retrouve donc ainsi, comme dans l'étude sur les peuples australasiens, à la source de l'organisation sociale, et utilisé comme mécanisme de contrôle social. Un mécanisme cruel, puisqu'il est fondé sur une injustice, le bouc-émissaire étant innocent. Pour Girard, le seul moyen de combattre le mécanisme du bouc-émissaire est justement de dévoiler le mensonge sans lequel ce mécanisme n'a plus de force. Un mécanisme qui, même si nous ne pratiquons plus le sacrifice humain en tant que tel, existe encore de nos jours…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gebybih
- 08/04/2016 - 13:39
Et ca continue...
De nos jours c'est le sacrifice fiscal qui permet de startifier la société et de maintenir les inégalités: les classes moyennes financent les plus pauvres pour permettre aux riches de le rester...
MONEO98
- 08/04/2016 - 10:15
sacrifices humains anciens?
POL POT, MAO , STALINE ,HITLER , ETAT ISLAMIQUE,MUSULMANS FANATISEES ?c'est une plaisanterie cette étude;Parlons d'aujourd'hui...
l('Homme n'a toujours pas changé il est toujours aussi C...
emem
- 08/04/2016 - 08:18
Curieux !
Pourquoi sait-on des choses si précises sur l'antiquité et la préhistoire et si peu sur ce qui se passe aujourd'hui ?