En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Les opérations américaines "étranglent" l'Etat islamique.
Nerf de la guerre

Étranglement : les finances de l’Etat islamique accusent sérieusement le coup des opérations américaines

Publié le 10 avril 2016
Depuis l'automne 2015, l'opération américaine Tidal Wave II cible les installations pétrolières de l'Etat islamique. Cela a provoqué une baisse de la production, de l'exportation et des revenus pétroliers du groupe terroriste. Daech est très affaibli mais n'est pas vaincu pour autant.
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis l'automne 2015, l'opération américaine Tidal Wave II cible les installations pétrolières de l'Etat islamique. Cela a provoqué une baisse de la production, de l'exportation et des revenus pétroliers du groupe terroriste. Daech est très affaibli mais n'est pas vaincu pour autant.

Atlantico : Selon des agents américains en charge du contre-terrorisme, les frappes menées depuis des mois contre les installations pétrolières et les institutions financières de l’Etat islamique (EI) ont considérablement affaibli ce dernier. Quelles sont les cibles visées ? A quel point ces frappes ont-elles affecté les finances de l’EI ?

Francis Perrin : Il est exact que l'EI a été significativement affaibli par les frappes aériennes réalisées par la coalition occidentale et arabe dirigée par les États-Unis. Les territoires contrôlés en Syrie et en Irak diminuent et la production pétrolière de ce groupe a chuté de même que ses exportations et ses revenus pétroliers. Il y a eu une montée en puissance des frappes visant des objectifs pétroliers depuis l'automne 2015 avec le lancement d'une opération militaire dont le nom de code est Tidal Wave II.

Les cibles pétrolières visées et détruites ou endommagées incluent les appareils de forage et les pompes, certains puits (mais pas beaucoup), des usines de séparation du gaz et du pétrole, des raffineries artisanales, des oléoducs et des camions-citernes et des installations de stockage et points de collecte du pétrole. Les cibles sont donc très diversifiées mais les deux maillons clés de cette chaîne de valeur du pétrole de l'EI sont le raffinage et le transport.

La production contrôlée par l'EI en Syrie et en Irak ne dépassait sans doute pas 30 000 barils par jour au début 2016, contre 50 000-70 000 b/j probablement à l'été 2014, et le chiffre a encore baissé depuis. Cela signifie que cette organisation n'a plus beaucoup de pétrole/produits pétroliers à vendre sur les marchés régionaux pour obtenir du cash, donc des dollars. Ses revenus pétroliers ne devaient guère dépasser $1 million par jour au début 2016 et la chute n'est pas terminée. Cela dit, son budget comprend plusieurs sources, pas seulement le pétrole.

L’EI jouant en grande partie le rôle d’un Etat auprès des populations qu’il contrôle, quelles pourraient être les conséquences de cette diminution des revenus ? Y-a-t-il un risque de désertion ou de soulèvement des populations administrées et des combattants ?

Il semble établi que l'EI a réduit de façon importante le salaire de ses combattants et qu'il y a parfois des pénuries de produits pétroliers. Si l'on ajoute à cela les nombreuses pertes humaines au sein de l'EI, du fait des frappes aériennes et des offensives des forces qui lui sont hostiles en Syrie et en Irak, le fait que beaucoup de ceux qui l'ont rejoint se rendent compte que ce n'est pas exactement le paradis qu'on leur avait promis et les recrutements forcés auxquels cette organisation a recours au sein des populations sunnites sous son contrôle, on comprend aisément que cet ensemble de facteurs conduise à de sérieux mécontentements et à des désertions. On ne peut les chiffrer mais tout ceci existe bel et bien.

Assistera-t-on à un soulèvement des populations concernées ? On ne peut pas l'exclure mais ce n'est pas encore le cas. L'EI règne aussi et d'abord par la terreur. Par contre, au fur et à mesure que cette organisation sera de plus en plus affaiblie, il est probable que les mouvements de protestation ou de fuite seront de plus en plus importants.

Cette pression sur les finances de l’EI, combinée aux pertes territoriales (suite à la reprise de Palmyre notamment), pourrait-elle, de façon paradoxale, accroître la dangerosité et l’imprévisibilité du groupe terroriste et le pousser à multiplier les attentats en Europe et ailleurs ? 

Difficile à dire. Il n'y a pas forcément de lien direct et inverse entre la force ou la faiblesse de l'EI au Moyen-Orient et au Proche-Orient et le nombre d'attentats qu'il commet ou que ses partisans commettent en Europe, en Afrique du Nord, en Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient, en Amérique du Nord ou ailleurs. Ce qui est sûr, plus globalement, c'est qu'un groupe terroriste est plus dangereux dans la durée s'il contrôle une base territoriale car il peut plus facilement préparer des attaques de grande ampleur, attirer des combattants et avoir accès à des financements plus importants. Il y a aussi la dimension du symbole et de la communication/propagande. Chasser l'EI de l'Irak et de la Syrie représenterait sur tous ces points une défaite d'une ampleur considérable pour cette organisation même si cela ne marquerait pas son acte de décès et, encore moins malheureusement, la fin des attentats dont il serait responsable.

Propos recueillis par Emilia Capitaine

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/04/2016 - 22:22
Baisse de salaire drastique à l'entreprise E.I....
Mais que font les syndicats goooooooooochiiistes, putain!