En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Le fossé se creuse
La nouvelle bombe humaine : le monde face à une rupture démographique sans précédent dans l’histoire de l’humanité (et non, on ne vous parle pas du nombre d’habitants de la planète)
Publié le 08 avril 2016
D'ici 2050, le nombre de personnes ayant plus de 65 ans devrait doubler selon le Bureau du recensement américain. Une tendance observable à l'échelle mondiale, qui résulte de l'allongement de la durée de vie associé à une diminution de la fécondité.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Guérin est professeur au Groupe INSEEC, où il dirige le MSc Directeur des établissements de santé. Il est l’auteur d'une vingtaine d'ouvrages dont La nouvelle société des seniors (Michalon 2011), La solidarité ça existe... et en plus ça...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Xuan est économiste et déléguée générale de la chaire Transitions démographiques, transitions économiques. Elle est également l’auteur de Vivre un siècle (Editions Descartes, 2011) et co-auteur de France, le désarroi d’une jeunesse (Eyrolles, 2016).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Serge Guérin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Guérin est professeur au Groupe INSEEC, où il dirige le MSc Directeur des établissements de santé. Il est l’auteur d'une vingtaine d'ouvrages dont La nouvelle société des seniors (Michalon 2011), La solidarité ça existe... et en plus ça...
Voir la bio
Hélène Xuan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Xuan est économiste et déléguée générale de la chaire Transitions démographiques, transitions économiques. Elle est également l’auteur de Vivre un siècle (Editions Descartes, 2011) et co-auteur de France, le désarroi d’une jeunesse (Eyrolles, 2016).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'ici 2050, le nombre de personnes ayant plus de 65 ans devrait doubler selon le Bureau du recensement américain. Une tendance observable à l'échelle mondiale, qui résulte de l'allongement de la durée de vie associé à une diminution de la fécondité.

Atlantico : Le Bureau du recensement américain a récemment publié une étude selon laquelle d'ici à 2020, la population âgée de plus de 65 ans sera plus nombreuse que celle inférieure à 5 ans dans le monde. Toujours selon cette étude, cette tendance devrait s'amplifier dans les décennies qui suivent, et les plus de 65 ans représenteront 17% de la population totale en 2050 (contre 8,5% actuellement). Quelles sont les causes de cette séniorisation de la population mondiale ? Observe-t-on des disparités géographiques ? Où les populations seront-elles les plus âgées ? Et les plus jeunes ?

Laurent Chalard : La séniorisation de la population mondiale est une conséquence logique du processus de vieillissement de la population généralisée que connaît la planète, qui a deux principales causes. La première, que l’on dénomme vieillissement par le haut, est l’augmentation de l’espérance de vie, passée d’une moyenne de 48 ans en 1950 à environ 71 ans en 2015, qui entraîne une progression du pourcentage de personnes âgées dans la population totale, réduisant donc mécaniquement le pourcentage de jeunes. La seconde cause, que l’on dénomme vieillissement par le bas, est l’abaissement quasi généralisée de la fécondité sur l’ensemble de la planète, passée d’environ 5 enfants par femme en 1950 à environ 2,5 enfants par femme en 2015, qui devrait se poursuivre dans les prochaines décennies, conduisant à un nombre de nouveaux-nés moins important qu’auparavant, ce qui va accentuer l’abaissement du pourcentage de jeunes dans la population mondiale.

Si le processus de vieillissement de la population est généralisé à l’ensemble de la planète, on observe cependant des disparités géographiques considérables entre les Etats, liées aux dates d’entrée et de fin de la transition démographique. Les pays qui ont terminé cette dernière depuis longtemps sont beaucoup plus concernés par le phénomène, que ceux qui sont toujours dans la deuxième étape de la transition, où le pourcentage de jeunes va continuer à demeurer très élevé dans les prochaines décennies.

En conséquence, le vieillissement de la population est, et demeurera plus important dans les pays européens, les plus vieillis du monde à l’heure actuelle avec le Japon, et dans les pays d’Asie orientale, où l’effondrement de la fécondité va conduire à une accentuation du vieillissement dans les prochaines décennies. A l’autre extrémité de l’échelle, les pays les moins vieillis se situent et se situeront en Afrique noire, avec seulement 3 % de 65 ans ou plus en 2015, et potentiellement dans certains pays du Golfe, les plus jeunes au monde à l’heure actuelle (1 % de 65 ans ou plus aux Emirats arabes unis et au Qatar en 2015), si l’immigration de masse venait à se poursuivre, ce dont rien n’est moins sûr, d’autant que les données démographiques concernant la région ont toujours été jugées peu fiables.

Hélène Xuan : L’humanité vit une révolution de la longévité et l’histoire de cette petite méduse Turritopsis Nutricula nous le rappelle. Elle vit dans les mers du Sud et se régénère au lieu de mourir. La découverte d' " Indy " ( I am not dead yet), le gène du vieillissement chez la mouche, permettrait de reprogrammer la date de sa mort. Au-delà de l’anecdote, les chiffres de l’Institut national d’études démographiques (INED) prévoit une croissance sensible du nombre de centenaires: 15 000 aujourd’hui en France, 200 000 en 2060. Ce qui signifie qu’un quart des cinquantenaires d’aujourd’hui parviendrait (avec une probabilité plus grande) à l’âge de cent ans. Un enfant sur deux qui naît aujourd’hui sera (peut-être) centenaire et pourrait (peut-être) dépasser largement cet âge.

Depuis le début des années 1960, la baisse de la mortalité aux âges élevés est le principal facteur de l’allongement de l’espérance de vie. Cette espérance de vie a connu plusieurs phases d’expansion tout au long du xxème siècle. Aujourd’hui, une Japonaise de 80 ans a autant de chance d’atteindre 90 ans que de mourir avant. Sur les trente dernières années, on observe donc une convergence progressive et marquée des espérances de vie dans le monde, y compris dans les pays pauvres.

En 2050, les taux de dépendance -  part des plus de 65 ans sur les 15-64 ans - pourront atteindre 85% au Japon. La moyenne sera de 61% dans les pays d’Europe de l’Ouest. L’Afrique (11%), l’Inde (25%) et le monde méditerranéen (25%) connaîtront un vieillissement beaucoup plus tardif et beaucoup plus faible. Le taux de dépendance du monde chinois sera au maximum de 51%, soit dix points de moins que les pays d’Europe de l’Ouest selon les chiffres des Nations Unies.

Mais en matière d’espérance de vie, les moyennes nationales masquent une trop grande diversité de situation. Le " bien vieillir " dépend beaucoup des territoires de vie. Des villes comme Shanghai ont déjà comblé l’écart de santé avec les pays dits développés : les Shanghaiens ont un meilleur niveau de santé que les Américains. L’Inde a connu la même évolution : le Kérala rivalise avec les Etats-Unis, et notamment l’Etat de Washington D.C : - 13°/°° de taux de mortalité infantile et une espérance de vie de 74 ans contre 76 ans. C’est assez remarquable si on regarde l’écart de revenu qui est de 1 pour 100 entre ces deux Etats.

Serge Guérin : On assiste à une mondialisation du vieillissement ! L’allongement de la vie associé à une diminution de la fécondité se conjuguent pour produire cette transformation majeure de la société. Et cela est le cas dans pratiquement le monde entier. Avec une grande différence : dans la majeure partie de l’Afrique et sur une large part du monde arabe, la fécondité continue d’être très forte alors que la population senior augmente. Aux Etats-Unis, d’une certaine manière, l’immigration remplace la fécondité. Le mouvement est donc mondial mais différent. Reste que c’est dans une grande partie de l’Asie - le Japon depuis longtemps, la Corée et la Chine aujourd’hui - et en Europe, que la nouvelle donne démographique est la plus marquée.  Je rappelle d’ailleurs un autre chiffre très symbolique : en France, à la fin 2015 pour la première fois, on a compté plus de personnes âgées de plus de 60 ans que d’individus de moins de 20 ans.

 

Soins médicaux, retraites, monde du travail, transports ou logement... Quels nouveaux défis, qu'ils soient d'ordre économique, politique, voire idéologique, ce phénomène nous obligera-t-il à relever ? Des exemples à une échelle plus restreinte, comme le Japon, peuvent-il nous aider à faire des prévisions ?

Hélène Xuan : Cette transition démographique vers des sociétés de la longévité nous amène à penser la transformation de nos territoires, plus que des politiques nationales du " bien vieillir ". Chaque territoire devrait devenir un territoire d’innovations sociales pour que le vieillissement produise des transitions positives.  Les défis sont ceux du financement : retraite, dépendance, etc., et aussi celui " culturel " de nos modes de vie.

Un des défis concerne le marché du travail. Comment financer 25 années, un bout de vie supplémentaire pour la société ? Pour la première fois dans l’Histoire, les Français vont collectivement partir en bonne santé à la retraite. Cette période de retraite qui s’allonge nous oblige à penser sa contrepartie, qui est le travail : les conditions d’insertion, les modalités de poursuites d’activité, la prévention et la formation pour se maintenir en bonne santé et productif sur presque 45 années. Cette transition pose à la fois, une question intergénérationnelle, celle de la contribution de toutes les générations qu’ils soient jeunes, actifs ou séniors au financement de ces 25 années, et celle de la politique économique : la transition vers la fléxi-sécurité. A ce titre, la contribution et le rôle des deux générations pivots- les jeunes qui s’insèrent et les séniors appelés à travailler plus longtemps - sont fondamentaux pour repenser le contrat social.

Mais le plus grand défi est probablement, celui de l’évolution de la place de chaque génération au sein de la société, et plus précisément dans le contrat social. Comment passer d’un système linéaire où l’âge est la variable qui régit nos vies, vers un système " sans âge " où la métrique serait l’autonomie ?Un jeune actif devrait pouvoir basculer de ses études vers le marché du travail, être bénévole et bénéficier d’indemnités et vice et versa, sans que cela ne marque au fer rouge son parcours de vie. De même qu’il est de plus en plus courant qu’un jeune retraité, continue à travailler, s’investisse dans l’associatif, coure le Marathon de Paris, et soit à la retraite. Les chemins de l’autonomie sont multiples.

Changer de regard sur la vieillesse, nous permettra aussi de " sortir " de la politique des âges. Prenons l’exemple de la dépendance, et de la maladie d’Alzheimer. Aujourd’hui, toutes les initiatives en faveur de la prise en charge de la dépendance, vise à compenser la perte d’autonomie. Si vous tombez en dépendance, vous serez en mobilité restreinte temporaire et des propositions de services telles les livraisons de repas, seront disponibles. Si vous avez Alzheimer, et que votre grand plaisir est de cuisiner, la livraison de repas ne vous procurera aucune satisfaction et vous enlèvera cette liberté de cuisiner. Les grandes innovations sociales à attendre dans ce monde de l’économie collaborative seront celles qui permettront de continuer à cuisiner, de maintenir son autonomie et ses libertés (au lieu de trouver des moyens qui s’y substituent). De même que la Google Car va révolutionner la mobilité des vieux centenaires afin qu’ils continuent à conduire. 

Serge Guérin : Cette rupture démographique se produit sur fond de mondialisation, d’affrontement culturel et de transformation des activités et des emplois. Ne l’oublions pas. En outre, Il faut aussi comprendre que les plus de 60 ans ne sont pas une catégorie homogène : ce n’est pas la même chose d’avoir 65 ou 95 ans, de vivre seul ou en couple, dans une grande métropole ou dans une zone rurale ou en tout cas éloignée des transports, d’avoir des revenus importants ou le seul minimum vieillesse…. Avoir 65 ans en Finlande, au Japon ou en Guinée, ce n’est pas la même chose.

Le principal défi ce sera d’inventer une société vivable pour l’ensemble des âges : inventer une société de la longévité, qui concerne l’ensemble des générations, plutôt qu’une politique de la vieillesse. Pour une large part, il importe d’adapter l’environnement (transport, logements, pratiques de santé, prévention…) à l’allongement de la vie. Une démarche globalisée comme celle initiée par l’OMS depuis le début des années 2000, et reprise en France via le Réseau francophone "Villes amies des aînés", qui pousse les territoires à aborder la question sous des angles multiples, me semble être une bonne approche.

En fait, je propose un parallèle entre transition démographique et transition écologique. La transition énergétique comporte deux idées. D’une part, elle devrait conduire à de nouveaux emplois verts et s’accompagner d’un changement de comportement dans notre consommation. Quand on compare avec les seniors, des similitudes apparaissent. Ce qu’on appelle la silver économie crée des emplois et la transition démographique demande un changement d’attitude, une manière de privilégier la prévention et l’accompagnement. Dans les deux cas, il y a une vision économique et une vision sociétale.  

Laurent Chalard : Avant de pouvoir relever les défis d’ordre économique et politique que posent cette nouvelle donne, il s’agit avant tout d’un défi idéologique, qui est un changement complet de la conception de l’âge et de la durée de vie de l’espèce humaine par nos sociétés. La perception de la vieillesse va se décaler dans le temps, processus déjà en marche, comme en témoigne le fait que l’on parle désormais des 65 ans ou plus et non plus des 60 ans et plus pour désigner les personnes âgées dans les statistiques internationales. Cette évolution devrait conduire à la distinction entre un troisième âge (60 – 80 ans) et un quatrième âge (plus de 80 ans). D’une certaine manière, l’humanité a gagné un âge supplémentaire, qui doit se traduire sur le plan sociétal, par une nouvelle organisation. En effet, la jeunesse ne correspondra plus qu’à une part minoritaire de la vie d’un individu, alors que la vieillesse, à proprement parler, ne devrait être perçue comme une charge qu’en fin de vie et non en fonction d’un âge révolu, contrairement à la tendance actuelle.

Sur le plan économique, le troisième âge sera de plus en plus un âge de poursuite de l’activité, probablement à un rythme moindre que le deuxième âge (25-60 ans), pour la bonne raison que pour l’équilibre des comptes budgétaires des pays, il n’est pas possible qu’une part trop importante de la population ne travaillant pas soit financée par des populations en activité de moins en moins nombreuses. L’augmentation de l’âge de départ à la retraite est donc inéluctable dans le monde entier.

Sur le plan politique, la bonne nouvelle est que le risque révolutionnaire de la part des jeunes sera amoindri, car ils ne seront plus assez nombreux pour pouvoir faire basculer la société, contrairement à ce qui était le cas dans le monde ancien, où la pyramide des âges était réellement en forme de pyramide. A l’autre extrémité du spectre de la pyramide, la mauvaise nouvelle est que le poids de plus en plus important des personnes d’âge mur et âgées signifie que le conservatisme sous toutes ses formes a de beaux jours devant lui, ce qui pourrait constituer un frein à l’innovation.

Le Japon, pays le plus vieilli du monde, avec 26 % de sa population ayant plus de 65 ans en 2015, et des projections qui portent ce chiffre à 40 % en 2060, constitue le laboratoire de la séniorisation, d’autant que c’est une société riche, disposant des moyens financiers pour s’adapter à la nouvelle donne. Cependant, c’est un mauvais exemple car le vieillissement par le bas y est très important, conduisant au dépeuplement du pays. Or, pour qu’une société soit viable à long terme, le vieillissement ne doit se faire que par le haut, permettant la poursuite d’une légère croissance de la population. En conséquence, les premiers effets de cette situation au Japon sont plutôt négatifs : fermeture des écoles remplacées par des maisons de retraite, désertification des zones rurales, explosion du budget de l’Etat consacré aux retraites et aux dépenses de santé, moindre croissance économique. C’est donc tout sauf un modèle !

Le vieillissement de la population concernera plus spécifiquement l'Asie et l'Europe (25% de la population européenne sera âgée de plus de 65 ans), même si les Etats-Unis seront également touchés. Doit-on prévoir des grands mouvements de population liés aux pénuries de main d'oeuvre ?

Serge Guérin : Je ne suis pas économiste, mais ce que l’on peut voir, c’est que le développement économique version XXIème siècle est peu producteur d’emplois. C’est sans doute dans le domaine du care, de l’accompagnement social, des services… que résident le gros des emplois. Il y a aussi la tentation de vouloir remplacer l’activité humaine par des solutions technologiques. Il faut donc aussi prendre en compte que les zones géographiques marquées par une forte natalité ne sont pas en capacité de trouver des débouchés en termes d’emplois à ces populations croissantes.

Laurent Chalard : Il n’y a pas de réponse globale à la question : tout dépend des pays et de l’ampleur de leur vieillissement par le bas, c’est-à-dire de leur dénatalité, voire du volume de départ de la population.

En effet, dans un pays surpeuplé tel que la Chine, le vieillissement de la population ne sera pas un problème aussi important qu’ailleurs, étant donné sa masse démographique. Au contraire, ce sera plutôt une chance car il y aura moins de monde sur le marché du travail, contribuant à l’élévation du niveau de vie grâce aux gains de productivité. Rappelons que les autorités chinoises considèrent qu’il faudrait que le pays soit moitié moins peuplé pour pouvoir espérer avoir un niveau de vie à l’occidentale !

Cependant, la Chine constitue une exception, pour les autres pays, la situation dépend uniquement de l’ampleur de la dénatalité.

Un moindre pourcentage de jeunes ne signifie pas forcément un moindre nombre en valeur absolue, ce qui veut dire que les Etats qui se retrouvent dans cette situation n’auront guère besoin de main d’œuvre, puisque les nouvelles générations qui arriveront sur le marché du travail seront approximativement équivalentes à celles le quittant. C’est plus ou moins le cas des Etats-Unis et de la France.

Par contre, pour les pays qui ont connu une dénatalité sévère, soit une fécondité inférieure à 1,5 enfant par femme, depuis plusieurs décennies, la question de la pénurie de main d’œuvre va se poser car les nouvelles générations entrant sur le marché du travail seront largement moins nombreuses que celles en sortant. Dans un contexte d’une économie dynamique, telle que l’Allemagne, l’import d’une main d’œuvre étrangère s’avérera probablement nécessaire, les gains de productivité et l’augmentation de l’âge de départ à la retraite ne permettant pas de combler totalement les besoins en main d’oeuvre.

Hélène Xuan : Les mondes chinois, africain, méditerranéen, indien, ainsi que l’Amérique centrale et du Sud sont les principaux pourvoyeurs de main-d’oeuvre, avec des taux de croissance de la population en âge de travailler très au-dessus de la moyenne mondiale. Les taux d’émigrations les plus élevés (entre 9% et 4%) se retrouvent aussi parmi ces pays avec une émigration très qualifiée plus le pays est pauvre. Pour la Chine, l’Inde et le Brésil, la fuite des cerveaux représente en moyenne 5 à 6 % de leur population contre 1 % pour la France. Les femmes migrent aujourd’hui autant que les hommes (Nations Unies,  2005) avec une sur-représentation des diplômées.

La part de la population immigrée (née à l’étranger de parents étrangers) représente aujourd’hui près de 10% de la force de travail des pays de l’OCDE, proportion qui a doublé au cours des vingt dernières années et plus que triplé pour ce qui est de la population immigrée qualifiée.

Pour comprendre les grands mouvements de population, on distingue généralement 4 grands régimes de migration. Les pays dits " attractifs mais sélectifs " dont fait partie l’Europe, les Etats-Unis par exemple, qui mènent des politiques sélectives en faveur des qualifiés et des migrations à des fins d’emplois. L’ensemble de ces pays ont des besoins de remplacement de leur population vieillissante qui les incitent à poursuivre une politique d’ouverture régulée à l’immigration, à l’exemple de l’Allemagne. Les pays dit d' " immigration de masse " tels que l’Irlande ou les pays du Golfe qui mènent des politiques d’ouverture et d’accueil actives et qui ont des besoins de main d’œuvre dans les secteurs de l’industrie, les services, la construction et l’agriculture. Les pays " d’immigration de masse en devenir "  sont la Chine, l'Inde, l'Amérique du Sud et l'Europe de l’Est, qui bénéficient pour un moment encore de réservoir de main d’œuvre interne. Et les pays exposés aux chocs (guerre, catastrophes naturelles, etc.) qui vivent des migrations forcées.

Les grands mouvements de population sont déjà en cours. Ce sont les politiques migratoires qu’il s’agit de penser pour tirer le meilleur parti d’une immigration qui a fait ses preuves. L’immigration a des effets positifs sur la croissance, et c’est aussi le cas pour la France. Ces effets sont d’ailleurs neutres sur les comptes de la protection sociale.

 

Au-delà des aspects pratiques, dans quelle mesure la face du monde s'en trouvera-t-elle changée ?

Laurent Chalard : La face du monde s’en trouvera changée dans le sens où pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les jeunes seront minoritaires, les individus d’âge mûr dominants. Est-ce une chance ou une calamité ? C’est normalement une chance puisque vivre plus longtemps a toujours été le rêve de l’humanité, mais c’est aussi un défi car c’est la manière dont la société se pense dans son ensemble qui est entièrement à revoir. Le jeunisme ambiant, typique de l’Occident, devra laisser place à une société où la vie vaut le coup d’être vécue au-delà de sa jeunesse ! Néanmoins, si la dénatalité à l’allemande devait se généraliser à l’ensemble de la planète, le vieillissement de la population pourrait se transformer en calamité. Il convient donc à ce que les niveaux de fécondité soient surveillés dans chaque pays de la planète pour éviter qu’ils tombent trop bas, au risque sinon que le vieillissement soit synonyme de dépeuplement et tout simplement de déclin, scénario qui semble malheureusement se dessiner au Japon.

Serge Guérin : On assiste de fait à un bouleversement des rapports de force au sein du monde, les ruptures démographiques participent de cette mutation. Dans les pays occidentaux, il est nécessaire de comprendre que l’avancée en âge peut être une opportunité économique mais aussi une aubaine sociale par l’engagement des seniors dans l’associatif, les solidarités de proximité, le fait d’être aidant d’un proche en grande fragilité... Elle pose la question de penser un monde où emploi, travail et activité se recoupent de moins en moins. Il importe aussi de mettre au cœur du projet de société, les notions de transmission et d’échanges intergénérationnels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 04/04/2016 - 19:11
Les maux qui menacent l'humanité
Le premier mal n'est pas la "surpopulation". Les maux qui sont réellement "maux" sont d'ordre idéologique et de "pouvoir", pas de l'ordre du "matériel", dont l'abondance et la distribution pâtissent grandement du désordre. Il est inutile d'aller plus avant : ce sont les idéologies et les relations humaines exacerbées par le mépris (supériorité en particulier et égoïsme) et par la haine qui sont les tous premiers maux. Aplanissons les relations humaines et le reste suivra.... avec une planification de l'espèce et une adaptation à son environnement. Mais là, je suis déjà bien loin dans l'utopie...
Le gorille
- 04/04/2016 - 19:02
Intelligence de l'espèce
L'intelligence de l'espèce n'existe pas ou alors on entre dans un autre plan, à n'aborder qu'avec des bases solides et bien définies. Par contre, la prise en compte d'une civilisation par une personne ou une organisation de personnes conscientes qui en ont la capacité, oui. C'est le cas, plus ou moins performant, depuis des générations et des générations. Le hic, c'est à la fois de respecter la liberté de leur part et des autres de garder la confiance en eux : ce ne sont que des hommes, qui se trompent surtout quand ils n'ont pas un idéal élevé... Un cas plus que fréquent. L'intelligence de l'Homme est limitée. Bref, l'Homme peut réfléchir et agir avec de bonnes intentions, mais il n'a qu'une vue partielle du problème, et il devrait remettre sa confiance dans la Vie, pas dans Malthus ou ses clones.
Démographie Responsable
- 04/04/2016 - 11:37
+ 1 milliard
« Cela fait au moins 200 ans que la Chine sait que sa population est trop nombreuse »... et il y a 200 ans, la population chinoise était de 330 millions d'habitants. Entre temps, le pays en a donc "gagné" 1 milliard d'autres ! Et il ne fallait donc rien faire ? Au delà de l'intelligence individuelle bien réelle, si une intelligence de l'espèce existe, ce dont on peut malheureusement douter, elle doit se pencher aussi sur ces questions démographiques pour éviter à l'humanité les maux qui la menacent...