En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Pas clair
La Turquie, ce nouveau Pakistan : pourquoi il sera difficile de vaincre l’Etat islamique tant qu’Erdogan sera au pouvoir
Publié le 02 avril 2016
Au début du conflit syrien, la Turquie a mobilisé différentes factions islamistes arabes et a laissé certaines de ses bourgades limitrophes de la Syrie devenir des bases arrière de ces mouvements djihadistes. Cette compromission de l'Etat turc dans des opérations terroristes rappelle en bien des aspects le jeu pakistanais vis-à-vis des talibans.
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au début du conflit syrien, la Turquie a mobilisé différentes factions islamistes arabes et a laissé certaines de ses bourgades limitrophes de la Syrie devenir des bases arrière de ces mouvements djihadistes. Cette compromission de l'Etat turc dans des opérations terroristes rappelle en bien des aspects le jeu pakistanais vis-à-vis des talibans.

Atlantico : Le président turc Recep Tayyip Erdogan était à Washington jeudi et vendredi pour un sommet consacré à la sécurité nucléaire. Une large partie des discussions ont été consacrées à la lutte contre la menace djihadiste et les stratégies à mettre en œuvre face à l'Etat islamique. Au début du conflit syrien, Recep Tayyip Erdogan s'est vu reprocher son double jeu et sa complicité "passive" dans le passage de djihadistes à la frontière turco-syrienne. Allié officiel de l'Occident dans la lutte contre le terrorisme islamiste mais soupçonné d'une certaine indulgence à son égard, dans quelle mesure les évolutions de la Turquie sous Erdogan peuvent-elles évoquer la situation pakistanaise ? 

Laurent Leylekian : Il me semble que c’est déjà le cas et depuis longtemps. Il est peut-être utile de rappeler ce que signifie la "pakistanisation". Il s’agit de ce processus par lequel le complexe de sécurité national d’un Etat comptant interférer et arbitrer diverses factions insurrectionnelles dans un Etat voisin – pour le Pakistan, il s’agissait bien sûr de l’Afghanistan – se trouve lui-même contaminé et compromis dans des opérations terroristes. On finit alors par ne plus distinguer un service étatique censé assurer la sécurité de ses citoyens d’un mouvement terroriste qui les menacerait. Corrélativement, le pouvoir central de l’Etat en question, loin de sécuriser les territoires limitrophes au sein de l’Etat failli voisin, finit par perdre le contrôle sur des pans entiers de son propre territoire ou de celui qu’il revendique comme tel. 

C’est bien là où nous en sommes en Turquie. Ankara a mobilisé différentes factions islamistes arabes – notamment Jabhat al-Nosra au début du conflit syrien. D’innombrables témoignages attestent que des bourgades limitrophes comme Reyhanli ou Kilis ont constitué des plaques tournantes ou des bases arrière de ces mouvements terroristes. En outre, dans un pays fondé sur une identité ethnique comme la Turquie, il est significatif que des mouvements nationalistes turcs aient servis de courroie de transmission entre les services secrets d’Ankara et les mouvements djihadistes syriens. Dans un tel contexte belliqueux, il était quasiment inévitable que la mobilisation de forces souterraines débouche sur des accès de violence contre les citoyens turcs qui ne partagent pas les conceptions militaristes et impérialistes de ces forces ou qui sont perçus par elles comme des corps étrangers à une société fantasmée comme homogène. D’où les attentats d’Ankara, de Suruç et de Diyabakir voilà plus d’un an pour ne rien dire de l’état de guerre civile imposée par le pouvoir aux régions à dominantes kurdes comme celles des villes de Cizre, Sirnak ou Diyarbakir. La seule question qu’on peut se poser, c’est celle de l’implication délibérée ou non du gouvernement et du Président Erdogan dans les attentats initiaux. Mais quelle que soit la réponse, leur responsabilité politique est écrasante.

Outre cette absence de contrôle de la frontière avec la Syrie, de quelle(s) autre(s) façon(s), la politique et les choix d'Erdogan ont-ils profité à l'Etat islamique ? 

C’est un jeu de dupe qui s’est joué et qui continue de se jouer. Erdogan entendait se servir de l’Etat islamique pour asseoir sa domination sur l’Irak et la Syrie. C’est un échec pour différentes raisons mais le fait est que le soutien de la Turquie à l’Etat islamique ne s’est pas limité à fermer les yeux sur les transferts de combattants et de matériel militaire. Plusieurs rapports documentés montrent que l’Etat islamique a bénéficié de la complicité d’institutions financières turques. 

En avril 2015, Jonathan Schanzer, le vice-président de la Fondation de Recherche pour la Défense des Démocraties, a déclaré devant le Congrès américain que "les activités financières illicites de la Turquie […] ont permis la croissance de groupes de djihadistes tels que Jabhat al-Nosra et l’Etat islamique" et que "la frontière sud-orientale de la Turquie ressemble à ce qu’était Peshawar dans les années 90, la principale passerelle pour l’actuelle génération de djihadistes". Mais surtout, il ajoute plus loin que la Turquie "a été impliquée dans le financement de l’EI par le biais du trafic illicite de pétrole" et que cet or noir de contrebande a été négocié par des intermédiaires turcs jusqu’à hauteur de un à deux milliards de dollars par jour ! On ne parle pas d’une paille. Le rapport de Schanzer mentionne également le trafic d’antiquités via Tel Abyad – dont 36 millions de dollars pour les seules pièces en provenance d’Al Nabouk.

Il y a quelques jours, Reza Zarrab, un "homme d’affaires" turco-irano-azerbaïdjanais a été arrêté par la justice américaine pour avoir illégalement contourné l’embargo iranien, pour fraude fiscale et pour blanchiment d’argent. Cet homme est apparemment un tout proche d’Erdogan et plusieurs ministres turcs ont dû démissionner suite à des scandales liés à ce Zarrab. Son arrestation aux Etats-Unis n’est a priori pas liée aux relations avec l’Iran ni avec l’Etat islamique. Toutefois, je ne serais pas surpris que cette arrestation conduise aussi à des révélations sur l’enrichissement de membres du clan Erdogan à travers les trafics menés par la Turquie en Syrie et en Irak. Du reste, son arrestation a fait grand bruit en Turquie.

Quel rapport Erdogan entretient-il aux autres groupes terroristes dans le monde ? Et au radicalisme sunnite en général ?

Votre question est délicate et la réponse est à nuancer. Il y a deux choses à distinguer : la Turquie est d’abord et avant un Etat qui, comme je l’ai déjà dit, fonde son identité sur des concepts raciaux. En conséquence, les opérations illégales qu’elle peut mener – en d’autres termes, des attaques terroristes qu’elles soient externes ou internes – ne concernent que les groupements qui sont perçus à tort ou à raison comme constituant une menace pour son intégrité raciale. Ce sont généralement des groupements kurdes, des partisans de l’extrême gauche turque ou, par le passé, des groupes arméniens. Lorsqu’elle agit ainsi, souvent par l’entremise de l’extrême-droite turque, Ankara présente toujours les groupes ciblés comme étant du PKK ou de l’ASALA. C’est normal car dans cette logique folle, être kurde, c’est être une menace pour la Turquie donc c’est être du PKK ; et pour la même raison, être arménien c’est être de l’ASALA même si ce groupe n’existe plus depuis plusieurs décennies. Parfois, les mouvements kurdes et turcs sont accusés d’être des instruments dans les mains des Arméniens ! C’est un peu la version turque du complot judéo-maçonnique.

Pour en revenir aux affaires religieuses, l’AKP et Erdogan se sont servis des mouvements fondamentalistes arabes pour tenter de pousser leurs revendications territoriales sur la partie septentrionale de Syrie et d’Irak. Mais il faut bien voir que la relation entre Erdogan et ces mouvements djihadistes est ambiguë, même en laissant de côté le ressentiment historique entre Turcs et Arabes et les questions personnelles de leadership entre al-Baghdadi et Erdogan. En fait, le radicalisme sunnite s’exprime actuellement par le biais de trois offres qui ne se distinguent pas dans leurs objectifs mais qui diffèrent dans leur tactique respective : l’offre djihadiste "révolutionnaire" qui est actuellement sous les feux de la rampe avec les attentats de Paris et Bruxelles, l’offre réactionnaire dépourvue d’ambitions extraterritoriales, incarnée par les puissances du Golfe ; et l’offre politique des Frères musulmans qui visent à subvertir les démocraties occidentales en utilisant leurs propres instruments. 

C’est ce dernier modèle qui a constitué le logiciel de l’AKP et de Recep Tayyip Erdogan. Et, avec le coup d’Etat en Egypte, la Turquie aurait pu en assurer seule le leadership comme elle l’a fait du reste avec succès jusqu’en 2005-2006. La dérive autoritaire d’Erdogan signe l’échec de la Turquie à assurer le leadership sur cette offre politique qui est aujourd’hui orpheline – à l’exception d’Ennahdha en Tunisie. Il n’en reste pas moins que – prise globalement – la tactique des Frères musulmans reste à mon avis la plus dangereuse – notamment en Occident – précisément par qu’elle est la moins violente et qu’elle s’insinue facilement dans nos sociétés démocratiques et rongées par l’atomisation individualiste. En ce sens, la dérive d’Erdogan et l’explosion de la violence en Turquie peuvent être également interprétées comme marquant l’impossibilité de faire coexister démocratie et conception théocratique de la société au-delà d’un certain stade.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 04/04/2016 - 16:20
Le clan Erdoğan...
...et le népotisme est déjà connu depuis 2013 au moins. L'aîné des fils est à la tête des supermarchés BIM entre autres. Les membres du clan sont, à la lumière de ce qui s'est passé au Pakistan, à la tête d'un racket organisé, les marché publics sont entre leurs mains. La bourgeoisie conservatrice turque a fait allégeance au clan pour décrocher des marchés publics. Exactement comme au temps de Tansu Ciller, qui prélevait 10% de commission.
Rappelons que l'AKP a été élu en 2002 avec comme thème "lutte contre la corruption".
Ce clan, non content d'avoir mis le pays sous dictature, avoir réislamisé la société, anéanti l'opposition et la presse, l'armée et soutenu les salfistes et Frères Musulmans, réprimé les populations kurdes, étouffé les minorités ethniques et religieuses, non content d'avoir été pris la main dans le sac en utilisant les services secrets pour acheminer des armes à Daesh, se remplit les poches sur le dos des populations.
La Turquie devient une dictature à l'instar des républiques d'Asie Centrale.
Vous parlez fort justement des trafics du clan, ils sont avérés depuis longtemps. Sans parler de la revente du pétrole syrien revendu par Daesh. Dites le plus fort!
zouk
- 03/04/2016 - 09:44
Erdogan islamiste?
Il s'efforce en tout cas de nus le prouver: hostilité active aux Kurdes (euphémisme) contrebande du pétrole venu des vols de l'Etat islamiste, chantage à l'UE sur les réfugiés.... le plus fiable des alliés, vous dis-je.
valencia77
- 02/04/2016 - 22:28
Mais avant tout
Riyad, Medina et Mecca effaces avec 5 megatonnes chaque.
Erdogan elimine et le pouvoir repris par l'arme. Le reste des musulmans comprendront qu'il ne faut pas faire chier l'occident.
L'europe doit acheter le petrole russe et arreter tout commerce avec les arabes et iraniens. On va essayer de voter pour Trump ici.