En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 3 min 21 sec
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 36 min 19 sec
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 16 heures 53 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 18 heures 55 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 23 heures 43 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 19 min 25 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 8 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 17 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 18 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 22 heures 17 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 23 heures 49 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Duel au sommet

Quel avenir pour la vie éternelle ? Le match “Mystère de Pâques et de la résurrection” contre fantasmes d’immortalité de la Silicon Valley

Publié le 01 avril 2016
Pâques commémore la résurrection de Jésus et célèbre la promesse pour les chrétiens d'une vie éternelle malgré la mort. En concurrence sur ce terrain depuis quelques années avec le transhumanisme, le christianisme critique fortement un progrès technique devenu sans limites.
Né en 1968, ingénieur des mines et spécialiste en physique nucléaire, Frédéric Louzeau est prêtre du diocèse de Paris depuis 1998. Docteur en philosophie et en théologie, il préside la Faculté Notre-Dame au Collège des Bernardins depuis 2007. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Louzeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Né en 1968, ingénieur des mines et spécialiste en physique nucléaire, Frédéric Louzeau est prêtre du diocèse de Paris depuis 1998. Docteur en philosophie et en théologie, il préside la Faculté Notre-Dame au Collège des Bernardins depuis 2007. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pâques commémore la résurrection de Jésus et célèbre la promesse pour les chrétiens d'une vie éternelle malgré la mort. En concurrence sur ce terrain depuis quelques années avec le transhumanisme, le christianisme critique fortement un progrès technique devenu sans limites.

Atlantico : A l'heure où Google ouvre des universités pour tenter de créer un être en perpétuelle évolution, perfectible et modifiable jour après jour par lui-même, que fêtent les chrétiens du monde entier le jour de Pâques ? Pourquoi s'agit-il de l'événement le plus important de l'année spirituelle du croyant ?

Frédéric Louzeau : Ce que nous voyons avec le transhumanisme est le symptôme d’un mouvement de fond des sociétés modernes, quelque chose de la modernité qui s'est radicalisée. A partir du XVIème siècle, on a progressivement transformé l'espérance chrétienne, celle du Royaume de Dieu, qui est l’espérance d'une libération du mal, du péché et de la mort, pour rentrer dans la pleine communion avec Dieu. Cette espérance s’est sécularisée sous la forme de l'idée de progrès indéfini. 

Le progrès, tel que nous le comprenons aujourd'hui comme capacité indéfinie de l'homme à maîtriser toujours plus sa situation, est une traduction terrestre, séculière, d'une espérance qui d'abord fut chrétienne, une espérance dans la victoire définitive de Dieu sur les forces du mal. Cette espérance a donc été progressivement transposée sur la Terre, et nous la retrouvons non seulement dans le mouvement transhumaniste, mais aussi sous toutes les formes que prend l'application du mythe du progrès. 

Par ailleurs, la transformation de l’espérance en progrès indéfini a rencontré un autre mouvement, celui qui a promu une maîtrise totale de l'esprit humain sur la matière, sur la nature. Cette maîtrise est passée par le développement de plus en plus impressionnant des pouvoirs techniques de l'homme. Il s'agit dès lors pour lui de maîtriser toujours davantage la nature, le corps et la matière. Depuis au moins trois siècles, ce mouvement a pris une ampleur considérable. 

L’humanité est arrivée aujourd'hui aux limites profondes de ce double mouvement. Je voudrais en noter deux qui me semblent très importantes. D'abord, la crise écologique qui est une crise majeure. Ici, le projet de progrès indéfini rencontre une limite fondamentale qui est la planète elle-même. La Terre est trop fragile pour ce que l'on veut lui faire faire, et elle ne peut plus soutenir le projet du Royaume de Dieu. Il semble qu'aujourd'hui, il nous faille quatre ou cinq planètes pour réaliser le programme que nous avons. 

L'autre limite est plus ancienne, ce qui fait qu'on s'y est peut être habitués malheureusement sans qu'elle ne s'estompe : la poursuite du progrès s'est toujours accompagnée de disparités sociales et économiques terribles. Qu’il s’agisse d’inégalités entre les peuples ou à l'intérieur même d'un peuple. 

Si on veut le dire autrement, notre style de vie actuel est insoutenable pour la planète dans laquelle nous vivons, et continue à laisser des millions et des millions de personnes sur la marge. Ce développement ne concerne au fond qu’un petit nombre au détriment de presque tous. 

Ces deux limites, sociale et environnementale, sont telles qu'il est essentiel aujourd'hui que le projet moderne se réinvente, si l'on ne veut pas que cela aboutisse tout simplement à une destruction de l'humanité et de son environnement. 

Si l'on veut éclairer le problème du transhumanisme avec l'événement qu'est Pâques, on pourrait dire que l'homme est d'une certaine façon en train de se bâtir un nouveau tombeau. C'est-à-dire de faire de la Terre, mais aussi de la condition humaine telle que nous la connaissons, marquée par le mal et la mort, un tombeau pour l'individu. L'immortalité que prétendent obtenir les projets transhumanistes est une immortalité qui nous laisse dans la condition humaine telle que nous la connaissons aujourd'hui. C'est un prolongement indéfini (qui a donc trait au projet plus général de progrès indéfini) de l'expérience que nous faisons de la vie humaine, comme une sépulture définitive. 

Cette prétention est pulvérisée par l'annonce du mystère pascal du Christ. Car ce que nous annonçons à Pâques, c'est une victoire définitive du Christ, non seulement sur la mort (seul objectif du transhumanisme), mais aussi sur le péché. Ce que le Christ a obtenu sur la Croix, par son sacrifice, c'est une victoire sur le péché et la mort et il vient, dans sa résurrection, communiquer cette victoire à tous ceux qui la désirent, à tout ceux qui la cherchent et la demandent. L'humain qui embrasse le Ressuscité change de vie, au contraire du transhumain ; il abandonne la haine, le mensonge et la violence, ce que les augmentations techniques ne pourront jamais lui procurer mais que la résurrection lui donne. 

C'est pour cela que c'est dans la nuit du Pâques que les adultes sont baptisés, et que les chrétiens déjà baptisés professent à nouveau leur foi. C'est le jour où les chrétiens changent de vie pour vivre comme le Christ. Là où le transhumaniste, mettant son espoir dans le progrès, reste dans l'état dans lequel il est aujourd'hui et pour toujours. 

La vie éternelle, pour un chrétien, commence dès aujourd'hui par cette communion, c'est-à-dire une vie simple, transformée par le Christ ressuscité, et qui au-delà de la mort corporelle, débouche sur une communion définitive et pour toujours, dans un autre monde, le monde de Dieu, le monde du Père. 

Cette question de l'éternité promise par la technologie révèle un autre point d'ombre dans le projet transhumaniste : entre notre société où nul n'est immortel et celle dans laquelle des gens sont  censés vivre plusieurs centaines d'années, voire à jamais, on ne nous parle jamais de l'état de transition. Pour avoir accompagné des malades qui ont des prothèses, comme un bras après la perte de celui-ci, ou encore un anus artificiel, il faut savoir que ces gens sont atteints dans leur corps très profondément. Outre les souffrances physiques que l'on pourrait tenter d’atténuer, il y a une souffrance psychique sur laquelle la morphine ne fait rien. Je me demande ce que deviennent les êtres humains dans le projet transhumaniste, au fur et à mesure qu'on leur greffe des organes de plus en plus perfectionnés, que ce soit pour guérir ou pour augmenter leurs capacités. Ces mouvements transhumanistes sous-estiment totalement la dépression, ou plutôt le choc que ces prothèses ou organes techniques insérés dans l'homme provoquent sur eux. On voit cette réalité chez les malades d'aujourd'hui, et il faut bien affirmer que c'est tout sauf anodin.  

Que veut dire l’Église quand elle affirme que le Christ nous a donné la vie éternelle "par son sacrifice" ? Ne pourrait-on pas imaginer une vie sans souffrances, voire débarrassée de la mort elle-même ?

C'est une des questions les plus profondes de la foi chrétienne. La résurrection est une venue du Christ qui nous rejoint pour nous apporter ce qu’il a acquis sur la Croix. Une des choses les plus importantes à comprendre dans le mystère de la Croix est la suivante : alors que le Christ est injustement condamné, alors qu'il fait face à la haine du monde contre lui, il ne se rebelle pas ; il ne choisit pas la vengeance, mais demande le pardon de ses bourreaux, demeure uni à son Père. Car le Christ a choisi d'affronter la haine du monde sans pécher, sans céder lui même à la haine du monde. L'épitre aux Hébreux, un texte du Nouveau Testament, a cette expression ahurissante : "  par les souffrances de sa croix, le Christ a appris l'obéissance ". Ainsi, l'humanité du Christ a-t-elle acquis une sainteté parfaite à travers l'expérience de sa Passion. Son humanité a été rendue parfaite par l'épreuve de la souffrance, et c'est cette perfection que vient nous donner le Christ. Si nous acceptons le Christ, il nous donne la force d’assumer notre existence où il y aura haine, tentations et obstacles, avec un cœur saint et miséricordieux. Cette vie miséricordieuse, c'est celle dont témoignent les Saints tout au long de l’Histoire. 

Pouvoir vivre toutes les difficultés de la vie, les souffrances et la folie du monde, dans une existence miséricordieuse et bienfaisante, c'est cela que nous apporte le Christ en ce jour de Pâques, et qu'aucune thérapie, ni aucune technique ne peuvent nous donner. 

La résurrection nous annonce non seulement que la mort est vaincue, que le péché est vaincu, que nous rejoindrons Dieu après notre mort, mais que la logique de haine de ce monde n'a plus le dernier mot. 

En quoi Jésus, le "Dieu fait homme", est-il pour les chrétiens à l'opposé de l'homme-Dieu qui voudrait aujourd'hui se créer lui-même ? Comment se positionne l’Église vis-à-vis des courants de pensée transhumaniste ?

Le transhumanisme, c'est l'enfermement dans notre condition de pêcheur. Cette condition pécheresse (le fait que le mal habite le cœur de chaque homme) ne peut être guérie par des solutions techniques ou économiques. Et pourtant, le projet de Dieu est que nous en guérissions dès maintenant. 

En attendant la vie éternelle promise par les Évangiles après la mort, dans quelle mesure la science, la technologie et la médecine nous rapprochent-elles d'une forme d'éternité ici-bas ?

Imaginons que ce projet transhumaniste soit repris par les grands criminels ou les chefs de l'Etat Islamique : on peut voir ce qu'a de terrifiant une telle perspective. On éterniserait la violence, la volonté de tuer l’impur ou l’impie... Le projet transhumaniste, contrairement au projet chrétien, ne promet aucune transformation de fond de l'humanité. L'humanité reste ce qu'elle est ; elle est seulement prolongée dans le temps, sans que le cœur de l'homme soit guéri. 

L'annonce de Pâques, c'est que la situation de mort dans laquelle nous sommes, celle d'un homme portant en lui sa propre mort et son propre péché, n'est pas définitive. Le Christ ressuscité vient mettre un terme à cette extension sans but et nous fait rentrer en communion avec lui, ayant lui même communié avec nous en se faisant homme jusqu’à l’extrême. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 30/03/2016 - 02:51
Christianisme contre paganisme
Je ne peux que vous approuver Aldebarran45. Pire j'en ai la preuve.... En Océanie ! Théâtre d'un cannibalisme extraordinaire, qui n'a pas disparu, lire "Océanie, la grande mer Cannibale, 400 ans d'anthropophagie en 43 récits" par Daniel Pardon, Editions L'Ancre de Marine, l'arrivée des missionnaires catholiques et protestants l'ont fait reculer partout, et au passage, a civilisé certaines pratiques, notamment vis-à-vis de la femme et des enfants, effrayantes... Et les autochtones eux-mêmes ont dit que cette christianisation a été un soulagement pour eux. Un autre livre va être imprimé ces jours ci, en deux tomes, "La vie de Mgr Jaussen, 1er Vicaire apostolique de Tahiti", livre qui raconte la vie de tous les missionnaires à Tahiti, dans les atolls et l'île de Pâques, et ce qu'ils ont découvert. Sur documents datant du XIXe siècle. Editions Univers Polynésiens. L'auteur est mort en 1921.
kaprate
- 28/03/2016 - 11:08
Vivre ensemble
Oui, je pense que l'on peut dire qu'au delà des excès et des violences perpétuées en son nom, les fondements de la morale et du vivre ensemble nous viennent essentiellement du religieux et qu'il n'est vraiment pas certain que d'autres référentiels, qui sous tendent pareillement un Idéal ou une idéologie, ce qui aussi est le cas du transhumanisme ou de doctrines politiques, soient aussi structurant individuellement et sociétalement. On peut en douter. Il est désolant de constater que la science, le sens critique, l'autonomie, la laÏcité, ne nous aient pas permis de faire et d'imaginer pour l'avenir un monde meilleur que celui ci. C'est pour cette raison que je pense que la disparition de l'humanité, en libérant l'environnement et les autres espèces de son emprise mais aussi les humains eux mêmes, serait une forme de salut. Une autre forme de vie et d'organisation du monde pourraient avoir leur chance.
Aldebaran45
- 28/03/2016 - 02:17
pourquoi je crois
J'ai vécu de nombreuses années an Asie dans un pays majoritairement athée et j'ai vu comment les gens s'y traitaient les uns les autres. Les anciens se souviennent en France d'une société courtoise où on était poli les uns avec les autres, où on avait des manières. Je suis convaincu que la déchristianisation explique en partie l'érosion des valeurs civiques. Toutes les sociétés ex communistes ont eu ce problème de délitement sociétal et d'explosion des égoïsmes avec la progression de l'athéisme. L'essentiel d'une religion ce n'est pas la promesse d'une vie éternelle, l'essentiel c'est d'enseigner une morale publique et privée, qui ne peut jamais être innée ni purement rationnelle. Je suis persuadé que la moralité publique, pour les caméras, qui prévaut dans notre société athée ne compensera jamais l'explosion des vices privés, car la morale c'est essentiellement mettre l' intérêt des autres avant les siens propres ce qui est par essence contre notre tendance naturelle. Ce qui me déplaît le plus dans le transhumanisme, c'est l'absence d'interdits, l'absence de tabous, l'absence de limites à l'expression des désirs égoïstes. L'extrême occident va dans le mur à vitesse V et nous avec!