En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
La fin de Monsieur propre
Bactéries, nos amies pour la vie : surpoids, maladies cardiaques, addictions, stress... nos ennemies d’hier pourront bientôt remplacer antibiotiques et psychotropes
Publié le 25 mars 2016
Nous serions à l'aube d'une révolution médicale : de nouvelles armes thérapeutiques basées sur des profils de bactéries favorables voient le jour et pourront bientôt aider à guérir des maladies comme la maladie de Crohn, l'obésité, le stress ou le diabète, en remplaçant, dans certains cas, l'utilisation d'antibiotiques ou de psychotropes.
Gabriel Perlemuter est le co-auteur du livre Les bactéries, des amies qui vous veulent du bien (éditions Solar). Il est également Professeur des Universités en hépato-gastroentérologie (maladies du foie et du tube digestif). Il enseigne à l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gabriel Perlemuter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gabriel Perlemuter est le co-auteur du livre Les bactéries, des amies qui vous veulent du bien (éditions Solar). Il est également Professeur des Universités en hépato-gastroentérologie (maladies du foie et du tube digestif). Il enseigne à l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous serions à l'aube d'une révolution médicale : de nouvelles armes thérapeutiques basées sur des profils de bactéries favorables voient le jour et pourront bientôt aider à guérir des maladies comme la maladie de Crohn, l'obésité, le stress ou le diabète, en remplaçant, dans certains cas, l'utilisation d'antibiotiques ou de psychotropes.

Atlantico : Quelles sont les bactéries qui sont bonnes ou mauvaises pour la santé ?

Pr Gabriel Perlemuter : Il n'y a pas de bactéries qui sont bonnes et d'autres moins bonnes pour la santé. Il faut parler de "profil de bactéries".

 

Quels sont les effets positifs des bons profils de bactéries sur notre santé ?

100 000 milliards de bactéries, soit environ 1,5 kilos de microbes, peuplent notre tube digestif pour notre plus grand bien. C'est un univers intérieur qui nous aide à mieux digérer, à fabriquer des vitamines, qui participe au développement de notre immunité et qui explique de nombreuses inégalités entre nous.

 

De bons profils de bactéries ont, par exemple, un effet favorable sur certaines colites inflammatoires ou infectieuses. Lorsqu’on traite une infection par un antibiotique, certaines colites peuvent apparaître, secondaires aux antibiotiques et elles-mêmes très difficiles à traiter. Il y avait un risque de récidive.Depuis deux ans, la recherche s'est rendue compte concernant ce type de maladie qu’un traitement par un tranfert de selles (donc l'ensemble des bactéries) d'une personne qui va bien à la personne qui est malade permet de guérir la personne malade définitivement.

 

Pourquoi ces bons profils de bactéries sont-ils menacés ?

Globalement, plus on a de bactéries, plus elles sont diversifiées, meilleures elles vont être bonnes pour la santé.

 

Le développement d'une excellente hygiène dans les pays occidentaux (grâce la disparition des épidémies comme il y en avait encore il y a 50 ans ou un siècle), une alimentation devenue moins diversifiée, plus riche en graisses, en sucre et moins riche en fibres, souvent industrialisée, constituent des évolutions qui ont modifié notre système immunitaire.

 

D'autres maladies sont donc apparues ou se sont développées suite à la dégradation de nos bons profils de bactéries, comme les allergies, les colites inflammatoires, le surpoids, les maladies cardiaques, les addictions ou l'autisme.

 

Pourquoi dites-vous que nous sommes à l'aube d'une révolution médicale ?

De nouvelles armes thérapeutiques fondées sur des profils de bactéries favorables vont probablement bientôt voir le jour, et pourrons aider à traiter des maladies comme la maladie de Crohn, l'obésité, le stress, le diabète ou des maladies du foie.

 

Concernant le stress par exemple, traité aujourd'hui principalement par des médicaments psychotropes (la France est l'un des pays du monde qui en consomme le plus), des essais sont en cours pour voir s'il y a des bactéries favorables (appelés aussi probiotiques) qui pourrait remplacer ce type de médicament.

 

De plus, si les chercheurs arrivent dans un futur proche à identifier les signatures bactériennes favorables ou défavorables de chacun, il sera possible de dépister les personnes à risque et prendre en charge les maladies plus tôt, avant même la mise en place du traitement.

 

Comment s'assurer d'avoir d'assez bons profils de bactéries ?

Il faut d'abord arrêter les césariennes de convenance, parce que vous pénalisez l'enfant pour toute sa vie (le microbiote nous envahit dès le premier instant de notre vie). Si vous êtes obligé(e) de faire une césarienne, des études en cours suggèrent de mettre l'enfant au contact de l'anus ou du vagin de la maman, ou de badigeonner l'enfant après sa naissance avec les microbes maternels, afin de renforcer son système immunitaire.

 

Il est aussi important de ne pas prendre d’antibiotiques de façon inutile au dernier trimestre de la grossesse et pendant les premières années de vie de l'enfant.

 

Il faut ensuite avoir une alimentation diversifiée, non restrictive, idéalement riche en nourriture pour vos bactéries, appelées prébiotiques. On peut trouver des prébiotiques dans certains aliments, comme en particulier dans : les fibres, les choux, les haricots, le topinambour, les fruits rouges, le blé, l'orge, l'avoine, les pommes et les amandes. Il ne faut pas abuser des viandes.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
07.
Européennes : soulagement teinté d’inquiétude pour les milieux d’affaires français
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
LR : le difficile avenir de la droite française
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires