En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 7 heures 45 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 8 heures 16 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 14 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 15 heures 56 sec
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 15 heures 55 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 15 heures 58 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 7 heures 59 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 8 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 9 heures 36 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 10 heures 6 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 15 heures 55 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 15 heures 58 min
© Reuters
Philippe Genuit : "Cela ne posait pas problème avant. Le rapport à l'enfant n'était pas le même, donc ce n'était pas spécialement un tabou."
© Reuters
Philippe Genuit : "Cela ne posait pas problème avant. Le rapport à l'enfant n'était pas le même, donc ce n'était pas spécialement un tabou."
Tabous à gogo

Pédophilie féminine, gérontophilie, abus sur handicapés : ces nombreuses violences sexuelles qu’on refuse de regarder en face

Publié le 18 mars 2016
Alors que les affaires de pédophilie dans l’Église ou l'éducation font les gros titres actuellement, la question de la pédophilie dans notre société reste encore délicate à aborder. D'autant plus qu'en termes d'abus sexuels, d'autres tabous sont encore loin d'être levés.
Jean-Pierre Bouchard est psychologue et criminologue spécialiste des agresseurs et des victimes. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Genuit est psychologue clinicien au Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (Criavs) de Midi-Pyrénées à Toulouse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Bouchard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Bouchard est psychologue et criminologue spécialiste des agresseurs et des victimes. 
Voir la bio
Philippe Genuit
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Genuit est psychologue clinicien au Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (Criavs) de Midi-Pyrénées à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les affaires de pédophilie dans l’Église ou l'éducation font les gros titres actuellement, la question de la pédophilie dans notre société reste encore délicate à aborder. D'autant plus qu'en termes d'abus sexuels, d'autres tabous sont encore loin d'être levés.

Atlantico : A l'heure où l'on entend dans l'actualité beaucoup de discours affirmant que les tabous concernant la pédophilie sont en train d'être levés (avec les affaires touchant l'Eglise, l'école, etc.), est-ce vraiment le cas selon vous ?

Jean-Pierre Bouchard : Une partie du tabou est levée, mais l'on s'aperçoit que c'est toujours pour les mêmes raisons : quand les affaires arrivent devant la justice et que les victimes dévoilent des faits avec des preuves. Après, il se peut que ces phénomènes-là aient une ampleur plus grande. Il y a une délinquance, une criminalité cachée, noire, inconnue, dont nous ne sommes pas certains qu'elle soit révélée un jour. Oui, les tabous sont partiellement levés, mais uniquement quand il y a déjà des poursuites engagées. Ce ne sont pas les auteurs ou leurs connaissances qui dénoncent ces faits. On trouve toujours ce phénomène de contrainte judiciaire. Les victimes prenant de plus en plus d'assurances, avec des délais de prescriptions de plus en plus longs, elles peuvent évidemment porter plainte.

Il s'agit ici d'un thème grave, ce sont des crimes. Le viol est un crime, qu'il soit à caractère pédophile ou non. Souvent, dans le tabou, le silence et le non-dit, ces gens passent à l'acte pendant très longtemps. Ce sont des criminels en série qui dorment et sont méconnus. Et quand on parle de criminels en série, c'est qu'il y a un minimum de trois crimes commis.

Philippe Genuit : C'est le terme "tabou" qui me gêne un peu. Pas au niveau moral ou quoi que ce soit, mais je pense que chaque société fabrique ses exutoires, et il y a des choses auxquelles on ne pense pas. Je ne pense pas que c’était un tabou au sens où c'était complètement interdit et refoulé, je pense juste que cela ne posait pas problème avant. Le rapport à l'enfant n'était pas le même, donc ce n'était pas spécialement un tabou.

Aujourd'hui, cela pose problème. C'est plus une question sociologique ou anthropologique que politique ou morale. Attention, cela ne veut pas dire que des personnes n'ont pas souffert ! Mais plus on met ce phénomène en exergue, plus les personnes qui avaient mis ça de côté se dévoilent et se découvrent. C'est plus une question de société et de problématisation de rapports sociaux qu’un tabou qui aurait gêné la divulgation de ces choses-là. Ces choses étaient connues, mais la société n'en faisait pas un plat.

Quand j'étais petit, j'étais en internat chez les Jésuites, et on savait entre nous qu'il y avait des curés qui avaient la main leste. En même temps, on se passait le mot et si on ne voulait pas, on ne voulait pas. Mais on connaissait les petits copains qui avaient plein de bonbons dans les poches. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas qui n’ont pas souffert, c’est juste que cela ne posait pas du tout les mêmes problèmes qu’aujourd’hui.

Les tabous n'étaient pas si tabous que ça. Cela se savait, mais cela se traitait différemment. Il y avait d’autres problèmes, et personne n’aurait mis l’autorité des curés ou des professeurs en question. Même si certaines choses se disaient, les parents avaient vécu des choses équivalentes et cela faisait partie de l’initiation de l’humanité. Donc pour moi ce n’est pas un tabou, mais une problématisation différente.

Par ailleurs, cette focalisation sur ces abus pédophiles ne cache-t-elle pas d'autres tabous selon vous ? Que dire notamment de la pédophilie féminine, phénomène qui existe mais qui n'est pas forcément présent dans le débat public ?

Jean-Pierre Bouchard : A mon avis, c'est une toute petite partie du voile qui est levée aujourd'hui. En matière de pédophilie sur des garçons, que ce soit dans le contexte ecclésiastique, éducatif ou autre, il y a de grandes chances qu'on ne sache pas tout. Il y a d'autres thématiques évidemment tabous.

On sait par exemple par des victimes que certaines femmes, et certaines mères en particulier, peuvent avoir des conduites pédophiliques vis-à-vis de leurs enfants ou d'autres enfants en bas âge, quand ils ne peuvent pas révéler les faits. C'est plus rare, mais les victimes peuvent aussi révéler ce genre de faits en grandissant. On trouve rarement ces femmes devant les tribunaux. C'est un tabou supplémentaire qui n'est pas encore levé.

Philippe Genuit : C’est un autre phénomène qui n’est pas problématisé. Cela fait des années que j’en parle (et je ne suis pas le seul), depuis les années 1980-1990. L’une de vos consœurs, Anne Poiret, avait écrit L’ultime tabou sur cette question-là. Pour l’instant, ce n’est pas quelque chose qui pose problème à la société car ce n’est pas pensé et élaboré comme question.

En termes juridiques, ces femmes sont beaucoup moins nombreuses que les hommes à être incarcérées. Mais si l’on parle de pédophilie dans le sens d’un rapport sexualisé avec l’enfant, on parle alors souvent d'inceste, et c'est dans la famille que la majeure partie des cas se font, ainsi que dans d’autres institutions où l’on retrouve ce rapport parental délégué (éducation, clergé…).

Pour l'instant, la question de la pédophilie féminine n'a pas été problématisée socialement au niveau judiciaire, sociétal, etc., alors qu'elle est bien présente.

Y a-t-il d'autres tabous que la société a encore du mal à lever ? Qu'en est-il par exemple de la gérontophilie ou de l'abus de personnes handicapées, faibles ou malades ? Même s'il est difficile d'avoir des chiffres précis, a-t-on une idée de l'ampleur du phénomène ?

Jean-Pierre Bouchard : Tous ces phénomènes existent. Pour ce qui est de la gérontophilie, il faut savoir ce qu'on entend par là. A partir de quel âge est-on considéré comme une personne âgée ? Pour ce qui est des handicapés ou des personnes âgées, pas forcément à même de se défendre ou d'avoir un consentement éclairé, c'est ce qu'on appelle l'abus de personnes vulnérables ou dépendantes. Il y a plusieurs variantes : rechercher le comportement sexuel, utiliser la crédulité d'une personne âgée (cela a toujours existé), etc. Si les personnes sont très âgées ou très vulnérables, elles peuvent ne pas se rendre compte de l'exploitation qui est faite.

Les abus sur personnes vulnérables existent vraiment. Quand les victimes sont riches, cela peut être pour de l'argent, quand elles ne le sont pas forcément, cela peut être tout simplement pour de la consommation sexuelle. Elles sont influençables, ne savent pas vraiment se défendre, n'ont pas beaucoup de famille pour les entourer… Ce n'est pas quantifiable, mais c'est quelque chose qui existe.

Philippe Genuit : Je ne pense pas qu'on ait une idée de l'ampleur du phénomène, d’autant qu’on commence seulement à problématiser la question des maltraitances envers les personnes vulnérables. Cela peut concerner l'enfant, l'handicapé, le vieillard, celui qui n’est pas en position de pouvoir répondre, en quelque sorte.

Ces questions arrivent aujourd’hui du fait qu’on institutionnalise beaucoup avec les maisons de retraite, etc. C’est-à-dire qu’avant, les vieillards étaient dans le milieu familial, donc on s’en occupait à l’intérieur de la famille et on ne s’intéressait pas à ce qu’il se passait chez le voisin. Aujourd'hui, on a des aides soignantes qui font des selfies avec des vieux, etc. Du coup, on s’aperçoit du phénomène. Mais ces choses-là ont toujours existé. On se retrouve avec une forme d’hospitalisme chez des personnes vulnérables, handicapées ou âgées, et des maltraitances institutionnelles. Le sexuel est convoqué dans ces cas-là et fait encore plus honte ou choque davantage. Là encore, pour moi ce n’est pas un tabou qui se lève : chaque société aura toujours ses exutoires. Pour l'instant, l'exutoire c'est le pédophile. Et en disant cela, il ne s’agit surtout pas de minimiser la souffrance des victimes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 21/03/2016 - 15:53
Garçons et filles ne sont pas identiques, malgré la gauche
Laissons tomber les films, c’est-à-dire la fiction, et revenons à la réalité. Dans l’affaire Gabrielle Russier, le garçon s’était enfui en Allemagne et la jeune femme refusait de dire où il était : il y avait donc détournement de mineur et j’avais bien écrit : « dans la mesure où elle ne chercherait pas à l’arracher à ses parents… ». Convenez qu’il s’agit de tout autre chose dans l’affaire dont nous parlons. Dans les commentaires d’un article déjà ancien (http://www.atlantico.fr/decryptage/institutrice-condamnee-comment-misogynie-aveugle-delinquance-sexuelle-feminine-daniel-zagury-471780.html) un lecteur qui signe « Le passant ordinaire » assure d’ailleurs qu’il « ne regrette point d'avoir été déniai[sé] à 13 ans ». Je crois que bien des hommes auraient voulu avoir sa chance ; moi-même je n’avais pas une mère assez large d’esprit. Je me demande, il est vrai si ce « passant ordinaire » ne fantasme pas un peu puisqu’il nous dit dans ce message qu’il a été marié à deux reprises et dans un autre (cliquez sur son nom) : « Je ne me suis jamais marié ni vécu [sic] avec une compagne car j’attache beaucoup d’importance à ma liberté. »
Septentrionale
- 21/03/2016 - 12:56
@ Outre- Vosges, le titre exact "Un été 42"
Summer of 42 de Robert Mulligan
Septentrionale
- 21/03/2016 - 12:39
Outre-Vosges ne vous fachez pas. Je récapitule.
Je me suis sans doute mal exprimée. Ce n'est pas ce que vous affirmiez avec justesse que je mettais en cause. Le comportement sexuel d'un homme avec une adolescente de -18 ans est considéré comme un détournement de mineure, la loi est claire et punit. Les parents, tout le monde en fait est unanimement d'accord. Pour la sexualité d'un jeune adolescent et sa relation avec une femme la chose est plus nuancée, comme à l'appréciation des parents quand elle est constatée . Avec 2 films intéressants très illustratifs " 1942 " et "Mourir d'aimer " Pour en revenir à mon commentaire, je voudrais préciser d'abord que les hommes "pédophiles" ne peuvent plus dorénavant être "protégés". Et c'est une grande avancée. ~~~ A présent il y a des comportements de pédophilie féminine à surveiller -chez les nounous pour être claire- . Ce grave problème, dernier bastion de cette sale déviance sexuelle, n'est pas encore sous contrôle. Elle existe et doit être affrontée, traquée pour la protection de l'enfance. Voilà ce que je voulais dire.