En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 1 heure 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 6 heures 25 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 6 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 8 heures 22 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 59 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 3 heures 37 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 59 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 6 heures 32 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 7 heures 7 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 51 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 8 heures 58 sec
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 8 heures 30 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 9 heures 26 sec
© Reuters
Le fumeur alcoolique qui a une voiture rouge et qui habite Saint Denis pourrait se voir refuser l’accès à toute assurance.
© Reuters
Le fumeur alcoolique qui a une voiture rouge et qui habite Saint Denis pourrait se voir refuser l’accès à toute assurance.
Nouvelles inégalités

Finies les assurances à la papa et leur principe de mutualisation : le Big data pourrait bien sévèrement vous pénaliser si vous avez une maladie chronique ou des comportements à risques

Publié le 15 mars 2016
L'arrivée du Big Data dans l'univers des assurances ne se fait pas sans heurts... pour les assurés. Si elles permettent clairement une meilleure personnalisation du service, elles risquent également de mettre en place un système d'assurance à deux vitesses, excluant tous les clients potentiellement risqués.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'arrivée du Big Data dans l'univers des assurances ne se fait pas sans heurts... pour les assurés. Si elles permettent clairement une meilleure personnalisation du service, elles risquent également de mettre en place un système d'assurance à deux vitesses, excluant tous les clients potentiellement risqués.

Atlantico : Dans la mesure où l’assurance repose sur le principe de la mutualisation, l’arrivée du Big Data, permettant de cibler au mieux les profils de risque des assurés, est-elle une menace ou une opportunité pour les clients des compagnies d’assurance ?

Philippe Crevel : La multiplication des données permet d’affiner les tarifs. Ainsi, grâce au recueil d’informations, il est possible de mieux appréhender la sinistralité d’un logement. En étudiant des données météorologiques, des données liées aux catastrophes naturelles ou à la sécurité, les compagnies d’assurance peuvent mieux évaluer les risques. Il en est de même pour les facteurs liés aux comportements de l’assuré. A partir des données collectées, les compagnies sont de plus en plus tentées de constituer des catégories homogènes permettant de créer des produits adaptés avec une tarification spécifique. Côté avantage, il y a une meilleure connaissance du client et de ses besoins. En ayant des informations précises, la couverture assurantielle est personnalisable. Elle suit au plus près l’assuré. Une assurance pour les motards propriétaires de grosses cylindrées est différente de celle des conducteurs de scooter urbain. Cette différentiation est sans nul doute un avantage. Par ailleurs, l’assurance suppose une population homogène et responsable. Il est connu que des individus qui ont les mêmes passions sont plus responsables que la moyenne de la population. Ainsi, les amateurs d’équitation, habitués à gérer des chevaux et devant se plier à une certaine discipline, sont considérés comme des bons risques. En outre, leur pouvoir d’achat est supérieur à la moyenne. Ils sont donc recherchés par les compagnies d’assurance.

Côté inconvénients, à force de raffiner, la mutualisation voire l’aléa disparaît. Or l’assurance repose sur ces deux concepts. L’assurance ne vise qu’à couvrir un aléa modélisable faisant l’objet de probabilités clairement exprimés. Si l’aléa devient une certitude, il n’y a plus d’assurance. Si chacun paie pour sa propre couverture, il n’y a plus mutualisation et donc il n’y a plus d’assurance. Au temps des Phéniciens, le système d’assurance dit de "bonne fortune" des bateaux a été institué entre les armateurs afin de leur permettre de faire face à un naufrage. Grace à une cagnotte, la victime se voyait rembourser son bateau et la marchandise.

Du point de vue des assurances elles-mêmes, quels sont les avantages procurés par cet amas de données ? Concrètement, quelle sont les nouvelles informations auxquelles ont accès ces compagnies ?

Les compagnies d’assurance utilisent un nombre croissant de données. Ainsi, pour l’assurance dommage, elles recourent aux informations sur les inondations, sur les sécheresses, sur les tempêtes… Elles réalisent des cartes qui leur permettent d’analyser les risques et de calculer leur probabilité. Elles exploitent également les données sur les cambriolages pour déterminer la tarification des primes d’assurance habitation. Sur les voitures, elles savent les risques d’accidents en fonction des modèles et en fonction du lieu de résidence du propriétaire. En santé, elles commencent également à accéder à des informations anonymes sur la prévalence de certaines maladies et sur les traitements.

Si un tel système conduit à introduire une meilleure connaissance des profils de risque des assurés, et ainsi la possibilité de sélectionner les "meilleurs" profils, ne serait-il pas également souhaitable de permettre une plus grande concurrence dans le secteur des assurances en France ?

Les compagnies d’assurance pourraient être tentées de refuser les mauvais risques. Le fumeur alcoolique qui a une voiture rouge et qui habite Saint Denis pourrait se voir refuser l’accès à toute assurance. Les compagnies pourraient, à défaut, faire payer des surprimes qui pourraient inciter certains à ne plus s’assurer ou à frauder. La segmentation à outrance est une source d’inégalités et d’injustices. L’assurance suppose de large population ; elle suppose certes la responsabilisation de tous les acteurs mais elle ne peut pas aboutir à une exclusion de toutes les sales gueules. L’augmentation de la concurrence est souhaitable mais attention à ce qu’elle ne concerne pas exclusivement les bons risques. Il ne faudrait pas un système d’assurance à deux vitesses, les bons d’un côté et les mauvais de l’autre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires