En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 9 heures 25 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 9 heures 58 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 11 heures 2 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 12 heures 43 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 15 heures 52 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 16 heures 41 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 9 heures 40 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 10 heures 25 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 49 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 15 heures 45 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 16 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Voilà, c’est fini

Chute du pétrole : pourquoi les prix ne tomberont pas plus bas

Publié le 02 mars 2016
Les cours du pétrole ont atteint leur prix plancher à 30$ le baril ce qui impacte l'équilibre budgétaire des Etats pétroliers. Si tous les acteurs concernés souhaitent faire remonter les cours, peu se montrent disposés à faire baisser leur production.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cours du pétrole ont atteint leur prix plancher à 30$ le baril ce qui impacte l'équilibre budgétaire des Etats pétroliers. Si tous les acteurs concernés souhaitent faire remonter les cours, peu se montrent disposés à faire baisser leur production.

Atlantico : Au cours des 11 dernières séances, le prix du baril de pétrole s'affiche à 34$, soit un rebond de près de 30% depuis début février. Est-il possible d'en conclure que le pétrole a trouvé son prix plancher ? En quoi l'accord du 17 février dernier, entre OPEP et Russie, a pu permettre aux opérateurs de retrouver leur sang froid ?  Le fléchissement des perspectives économiques mondiales n'est-il pas susceptible d’entraîner les cours vers de nouveaux prix plus bas ?

Stephan Silvestre : Pour être exact, il n’y a pas eu d’accord entre l’OPEP et la Russie, mais une déclaration d’intention entre l’Arabie Saoudite, le Venezuela, le Qatar et la Russie. Or, si ces pays ont un très fort poids sur le marché mondial (environ 1/3 de la production et des exportations), ils n’ont toujours pas l’adhésion de l’ensemble de l’OPEP et ne sont pas près de l’obtenir. Toutefois, ce qui a rassuré les marchés, ce sont des déclarations concordantes sur ce projet d’entente, en particulier de la part des Émirats Arabes Unis et des compagnies pétrolières russes. Il est vrai que les cours ont effectivement atteint leur plancher à 30$ le baril : à ce prix, la majeure partie de la production mondiale est encore rentable (les 2/3), mais aucun État pétrolier ne parvient à équilibrer son budget. Tout le monde est donc d’accord pour faire remonter les cours, mais il y a peu de candidats pour baisser leur propre production. L’autre possibilité serait une forte reprise de la demande. Mais elle est peu probable en 2016 : entre un Occident qui cherche sa transition énergétique et un Orient qui marque une pause dans sa croissance, la demande ne fléchira pas, mais elle ne risque pas de s’envoler. Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que cette modération fasse rechuter les cours : le surplus entre l’offre et la demande est actuellement de l’ordre de 2 millions de barils par jour (Mbbl/j) ; or, c’est entre 0 et 1,5 Mbbl/j que les prix s’emballent et au-delà de ce chiffre, les prix restent sur leur plancher.

A l'inverse, l'Iran a pu qualifier l'accord précité de "blague". Faut-il s'attendre à une contre-offensive de la part de l'Iran ou d'autres pays, qui souhaiteraient profiter de la situation pour augmenter leurs parts de marché ?

Oui, clairement l’Iran ne souhaite pas coopérer avec son ennemi saoudien. L’Iran, qui a produit autant que son rival dans les années 1980, entend reprendre sa place sur le marché mondial à l’occasion de la levée des sanctions qui le frappait. Si l’Arabie saoudite et ses alliés modèrent leur production, l’Iran se fera un plaisir de servir leurs clients à leur place. C’est d’ailleurs en raison de cette mésentente que le régime saoudien s’est tourné vers la Russie. Mais l’entente avec ce nouvel "ami" n’est pas acquise non plus en raison des tensions sur le terrain syrien. Entre la peste et le choléra, l’Arabie Saoudite ne peut choisir que le moindre des maux. Quant aux autres pays, notamment les Africains, ils n’ont guère de marges de manœuvre pour augmenter leur production. 

Les états des stocks de pétrole sont aujourd’hui à leur plus haut niveau, allant jusqu'à provoquer des problèmes de stockage. En pratique, quels sont les facteurs qui forceront les différents acteurs à réduire leur niveau de production ?

Les stocks de pétrole explosent aux États-Unis, mais aussi dans d’autres pays, notamment en Arabie Saoudite. Aux États-Unis, c’est l’envolée de la production de pétroles non conventionnels qui en est la cause. Mais il existe aussi des raisons techniques. En particulier, les raffineries américaines n’étant pas adaptées à la qualité des condensats ultralégers issus de l’exploitation des schistes, les producteurs doivent les envoyer à l’étranger (en Amérique centrale) pour les raffiner. Or, pour cela, ils avaient besoin d’autorisations administratives que le gouvernement américain n’a délivrées qu’au compte-gouttes. Le déblocage de nouvelles licences d’exportation dans les mois à venir sera nécessaire pour dégonfler ces stocks. La production américaine elle-même a déjà baissé depuis l’été dernier, mais elle reste à un niveau très élevé, au-delà de 9 Mbbl/j. De son côté, l’Arabie Saoudite est prête à geler son niveau de production, mais pas à le baisser. Pour cela, il faudrait que l’ensemble des autres producteurs agissent de concert, mais, on l’a vu, on en est encore loin. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 02/03/2016 - 11:41
Prix du pétrole
Certes, nombre de pays producteurs, dont surtout la Russie, mais d'autres aussi: Algérie, Vénézuela...souhaitent une remontée. MAIS, comment va évoluer la rivalité plus que millénaire entre Arabes et Persans? Elle porte sur bien plus que le cours du pétrole.