En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

05.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 4 heures 19 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 6 heures 15 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 6 heures 29 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 9 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 9 heures 53 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 5 heures 22 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 6 heures 17 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 6 heures 49 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 9 heures 30 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 9 heures 58 min
Grand manitou

Plus de 20 ans après son attaque (réussie) contre la Livre Sterling, le financier George Soros pourrait réitérer son "exploit" en s’attaquant à la Chine

Publié le 26 février 2016
Le financier George Soros, qui avait mené un raid contre la Livre Sterling en 1992, s'attaque désormais à la Chine en pariant sur une baisse du Yuan. Une action qui a suscité la réaction des médias locaux qui dénoncent une déclaration de "guerre" contre la Chine. Mais, au fond, le financier parie sur une attitude rationnelle des autorités chinoises et entre en guerre contre les taux de changes fixes.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le financier George Soros, qui avait mené un raid contre la Livre Sterling en 1992, s'attaque désormais à la Chine en pariant sur une baisse du Yuan. Une action qui a suscité la réaction des médias locaux qui dénoncent une déclaration de "guerre" contre la Chine. Mais, au fond, le financier parie sur une attitude rationnelle des autorités chinoises et entre en guerre contre les taux de changes fixes.

Atlantico : Plus de 20 ans après son attaque contre la Livre Sterling, le financier George Soros aurait décidé de parier à la baisse sur la monnaie chinoise ; le Yuan. La presse locale a ainsi pu s'indigner face à ce qu'elle appelle une "déclaration de guerre contre la Chine". (voir ici) Alors que les autorités chinoises sont régulièrement accusées de manipuler leur monnaie, comment expliquer cette décision de George Soros ?

Nicolas Goetzmann : La réaction de la presse chinoise est naturelle, mais elle est irrationnelle. Car George Soros, malgré des moyens financiers très importants, est incapable de provoquer à lui seul une baisse de la monnaie chinoise. Les montants en jeu sont bien trop importants pour qu'un seul acteur puisse influer sur le résultat. De son côté, George Soros ne fait que parier sur une faille béante de la Chine actuelle, qui repose sur un problème d'ordre monétaire. Le point crucial, ici, est que le Yuan est une monnaie qui est liée à l'évolution du dollar, les autorités chinoises ajustent leur politique monétaire pour que le cours du Yuan s'aligne sur les mouvements de la monnaie américaine. C'est un taux de change fixe (pour être précis, le Yuan évolue dans une bande restrictive autour du dollar). Le problème avec une telle politique est que le destin des deux économies est donc lié, mais ce sont les Etats Unis qui en fixent les règles.

Tout se passe bien aussi longtemps que la politique américaine sert les mêmes intérêts que ceux de la Chine, mais les problèmes peuvent vite arriver lorsque les Etats Unis changent de cap. C'est ce qui a pu se passer lorsque les Etats Unis ont choisi de resserrer leur politique monétaire voici deux ans, ce qui a entraîné une hausse du dollar, et en conséquence, une hausse du Yuan.  Or, cette hausse est insoutenable pour la Chine, ce qui apparaît très clairement au regard des actions des autorités. Alors que la Chine avait accumulé 4 000 milliards de dollars de réserves au cours de la dernière décennie, la tendance s'est inversée depuis la mi 2014. Depuis lors, la Chine a vu ces réserves de change fondre de plus de 700 milliards, et le rythme actuel est supérieur à 100 milliards par mois. La Chine vend des dollars et rachète des Yuans, ce qui soutien sa monnaie à la hausse, pour que celle-ci reste bien "collée" au dollar. Le pari de George Soros est que la Chine ne va pas pouvoir pratiquer une telle politique indéfiniment, et que les autorités, un jour ou l'autre, seront obligées de cesser la politique de taux de change fixe. Ce qui aura pour effet de voir le Yuan perdre une partie de sa valeur, et de faire la fortune, une nouvelle fois, de George Soros.

Quels sont les moyens dont disposent la Chine pour contrer cette spéculation à la baisse sur sa monnaie ? Une telle politique pourrait-elle être efficace ?

La Chine se moque de George Soros. Ce dernier ne fait qu'identifier une anomalie dans la politique menée par les autorités. Tout au plus, les chinois fustigent une personnalité qui met en avant un profond dysfonctionnement interne, et qui va chercher à en profiter. Et tout le problème est là. Si la Chine veut faire perdre George Soros en continuant de soutenir sa monnaie à la hausse, et ce, contre toute logique, elle aggravera sa situation économique. Finalement, le pari du financier est que les autorités chinoises vont agir raisonnablement, c’est-à-dire soutenir leur économie en laissant leur monnaie évoluer selon un régime de taux de change libre.

Pour Soros, le risque le plus sérieux provient des Etats Unis. Car si la FED décide d'en finir avec sa politique de restriction monétaire, et commence à soutenir massivement son économie, le dollar pourrait suivre une nouvelle tendance à la baisse, ce qui permettra aux autorités chinoises de souffler un peu, et d'éviter la dévaluation. Toutes les autres solutions sont mauvaises, notamment celles visant à mettre en place des politiques de contrôle de capitaux, ce qui nuirait aux intérêts du pays.

En quoi est-il possible de dresser un parallèle entre la situation du Royaume Uni des années 90 et celle de la Chine contemporaine ? S'agit-il des mêmes mécanismes ?

Le mécanisme initial est identique, puisqu'il s'agit de lutter contre l'aberration que peut représenter un taux de change fixe. A cette époque, le Royaume Uni tentait de se qualifier dans la course à l'euro, ce qui supposait des efforts importants pour rester dans le couloir de qualification à la monnaie unique. A cette même époque, la France menait en parallèle sa politique du Franc fort. George Soros avait jugé cet espoir irréaliste au regard des fondamentaux de l'économie du Royaume, ce qui s'est avéré exact. Mais la différence importante entre le Royaume Uni de 1992 et la Chine de 2016 est que les opérations menées il y a plus de 20 ans sur la livre Sterling étaient suffisamment importantes pour avoir un impact réel sur cette monnaie.

Soros a ouvert une brèche et a été suivi par d'autres. Ce qui n'est pas le cas avec la Chine d'aujourd'hui, qui est la seconde économie mondiale. Il est possible d'en conclure que George Soros est, au moins en partie, personnellement responsable de l'absence du Royaume Uni au sein de la zone euro. Le point à retenir de ce type de raids financiers est que si l'analyse de départ est erronée alors le pari sera perdant et coûtera très cher à ses initiateurs. Ces grands fonds d'investissement sont là pour identifier des failles et les exploiter, et si les gouvernements peuvent les accuser de tous les maux, pour trouver des boucs émissaires, cela ne change pas la réalité de l'existence d'une faille. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 26/02/2016 - 20:54
Assez d'accord avec Soros, sur ce coup-là...
l'arrivée de Trump comme President des USA va fortement ébranler le sud-est asiatique. La Chine était déjà concurrencée sévèrement par ses voisins Philippins, vietnamiens, coréens, taïwanais...Le protectionnisme de Trump va sélectionner les meilleurs, les moins copieurs, ceux qui savent produire sans obsolescence programmée...les produits à forte valeur ajoutée repartiront vers les usines américaines. Dommage pour les mondialistes qui avaient misé sur la dispersion économique et la dilution ethnique, car ils sont à la veille de tuer la poule aux œufs d'or...la Chine sait faire de la mauvaise copie, et n'a aucune inventivité. Elle sera larguée par les Coréens, les Taiwannais...elle ne pourra soutenir sa monnaie indéfiniment, sauf si...elle choisit la fuite en avant de toutes les dictatures socialistes: la militarisation, la provocation de ses voisins et la création d'une zone d'instabilité commerciale qui pèsera sur toute l'Asie, ce qui lui permettra de prendre le contrôle de ses concurrents...
de20
- 26/02/2016 - 17:32
Le roseau se plie mais rompt
Le roseau se plie mais rompt pas ce n est pas comme le pain benit à la city.
Phlt1
- 26/02/2016 - 10:54
Il devrait
rajouter à sa propre philosophie issue des idées de Karl Popper une plus grande connaissance du Tao. Sinon, cette fois il pourrait bien avoir quelques surprises.