En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 13 heures 35 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 17 heures 12 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 17 heures 24 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 18 heures 24 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 21 heures 16 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 21 heures 16 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 14 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 17 heures 16 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 17 heures 53 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 19 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 20 heures 20 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 21 heures 16 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 21 heures 16 min
© Flickr
© Flickr
Attrape-moi si tu peux

Comment Google et le fisc français jouent au chat et à la souris depuis 2011 (et ça va encore durer longtemps ?)

Publié le 26 février 2016
Alors que la France a réclamé ce jeudi près d'1,6 milliard d'euros à Google sur fond de redressement fiscal, de pénalités de retard et d'amende, le géant américain suscite toujours autant de controverses autour de sa politique fiscal en Europe.
Thomas Carbonnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Carbonnier est avocat associé au sein du Cabinet Equity Avocats. Il intervient en droit des affaires et fiscalité pour une clientèle composée de chefs d’entreprises et de PME. Il enseigne la fiscalité en DSCG à l’INTEC (CNAM) et le droit de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la France a réclamé ce jeudi près d'1,6 milliard d'euros à Google sur fond de redressement fiscal, de pénalités de retard et d'amende, le géant américain suscite toujours autant de controverses autour de sa politique fiscal en Europe.

Atlantico : Bercy réclame aujourd’hui 1,6 milliard d’euros à Google au titre d’arriérés d’impôts, de pénalités de retard et d’amende à régler. Ce feuilleton entre la France et le géant américain dure depuis 2011. Concrètement, qu’est-ce qui est reproché à Google ?

Thomas Carbonnier : Tant Google que le fisc français se montrent particulièrement discrets sur le sujet. Toutefois, quelques informations ont transpiré.

En 2011, l’administration fiscale française avait mené des perquisitions et des saisies dans les locaux parisiens de Google. Cette procédure s’inscrivait dans le cadre d'une enquête sur les prix de transfert entre la branche en France du géant américain et sa holding irlandaise. Autrement exprimé, l’administration fiscale française considérait que les prix pratiqués pour les prestations de services entre Google France et Google Irlande n’étaient pas un prix de pleine concurrence, un prix normal de marché.

Grâce à une série de schémas fiscaux bien connus (sandwich hollandais / double irlandais), Google paie un montant d’impôt sur les sociétés relativement faible en France. L’essentiel de ses bénéfices imposables sont déclarés en Irlande après un passage aux Pays-Bas puis sont remontés aux Bermudes, où est située la filiale Google Ireland Holdings.

Juridiquement parlant, comment expliquer que Google arrive à s’en sortir ? Le droit fiscal français n’a-t-il pas les moyens d’imposer les demandes de Bercy aux puissantes multinationales ?

Faute de connaître les détails de l’affaire, il est difficile de répondre avec précision. Le géant du web ne fait qu’appliquer des règles de fiscalité bien connues pour optimiser son bénéfice imposable en France.

Google France a toutefois généré 225 millions d’euros et s’est tout de même acquitté de 5 millions d’euros en 2014 au titre de l’impôt sur les sociétés. Ces montants sont loin d’être négligeables même si le groupe affiche 14,4 milliards de dollars de bénéfices nets annuels à l’échelon mondial.

Le fisc français a toutefois décidé de frapper très fort en réclamant une somme de 1,6 milliards d’euros. C’est bien plus que son homologue britannique qui avait réclamé 165 millions d'euros d'arriérés couvrant les dix dernières années.
 

Où en est la législation européenne sur ce sujet ? L’Irlande et la France font toutes deux partie de l’Union européenne : la fiscalité est-elle un vecteur de frictions au sein des 28 Etats membres ?

Les membres du G20 ont adopté un plan de lutte contre la fraude fiscale, baptisé BEPS (érosion de la base d’imposition et transfert de bénéfices). Ce plan prévoit d’imposer aux entreprises de détailler leurs revenus et charges par pays afin de les obliger à payer la juste part d’impôts due.

En 2011, la Commission européenne avait proposé un système commun pour le calcul de l'assiette imposable des entreprises opérant dans l'UE. La France et l’Allemagne avaient tenté de faire converger leurs systèmes respectifs de fiscalité des entreprises.

L'assiette commune consolidée pour l'impôt sur les sociétés (ACCIS) est un ensemble unique de règles de détermination du résultat imposable, susceptibles d’être utilisées par les sociétés exerçant leur activité au sein de l'UE. En d'autres termes, une société ne devrait se conformer qu’à un seul régime au sein de l’Union pour calculer son résultat imposable, plutôt qu'aux différents régimes propres à chacun des Etats membres dans lesquels l’activité est exercée.

En outre, les groupes soumis au régime ACCIS auraient la possibilité de ne remplir qu’une seule déclaration fiscale consolidée pour l’ensemble de leurs activités au sein de l'UE. Les résultats imposables consolidés du groupe seraient répartis entre chacune des sociétés qui le constituent par application d’une formule simple permettant à chaque Etat membre de soumettre les bénéfices des sociétés résidentes de cet Etat à son propre taux d'imposition.

La Commission européenne a présenté en juin 2015 une stratégie pour relancer le projet ACCIS. Ce projet vise à devenir instrument puissant pour lutter contre la fraude fiscale des entreprises en supprimant les disparités entre les systèmes nationaux et en établissant des dispositions communes en matière de lutte contre la fraude fiscale.

La Commission présentera une nouvelle proposition en 2016 afin de redynamiser l’ACCIS.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 26/02/2016 - 21:23
Et pendant ce temps Orange et Google devraient signer un accord
Accord annoncé pour développer téléphonie et data en Afrique où Orange est déjà bien représenté.Mais de faire de l'antiaméricanisme et de l'anticapitalisme primaires ça permet de se donner une apparence de la vieille gauche française !
john mac lane
- 26/02/2016 - 15:42
Baratin et chiffres sortis du chapeau d'Enarque...
Google ne paiera pas cette somme. Somme que jamais personne ne peut vérifier et qui est destinée à ripoliner les services fiscaux en joyeux serviteurs de l'anti-capipitalisme de bien séance. Dans cet univers de haut fonctionnaires Troskistes, un effet d'annonce d'un Enarque pour se faire mousser de en mal de reconnaissance sociale veut démontrer qu'il est un gentil pourfendeur des pires capitalistes de la terre....Alors il "invente" un chiffre ubuesque pour avoir sa prime et sa promotion de carrière. Chiffre qui se terminera dans un couloir dans 5 ou 6 ans diminué de 95% quand l'Enarque aura disparu et passé ministre de gôche. Ça ne serait pas grave, si ce signal n'agissait pas comme un repoussoir envoyé aux investisseurs du monde entier pour ne "surtout pas investir en France"....Qui chiffre les "nons investissements" à cause de ce énième signal anti-investisseur en France?