En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Stanley Kubrick vu par Michel Ciment

02.

« Arrêt sur idées »

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 15 min 59 sec
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 4 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 6 heures 19 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 4 heures 23 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 5 heures 2 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 5 heures 58 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 20 heures 14 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 1 jour 35 min
© Reuters
© Reuters
Techno-banditisme

Demandes de rançons en bitcoin : la menace qui fait trembler les autorités, et va les obliger à se mettre à la page

Publié le 21 février 2016
Monnaie virtuelle très peu connue du grand public, le bitcoin a fait parler de lui récemment dans un hôpital de Los Angeles. L'occasion de rappeler que ce système est aujourd'hui prisé des pirates et malfaiteurs en tous genres.
Jean-Paul Pinte est docteur en information scientifique et technique.Maître de conférences à l'Université Catholique de Lille, il est expert en cybercriminalité.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Pinte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Pinte est docteur en information scientifique et technique.Maître de conférences à l'Université Catholique de Lille, il est expert en cybercriminalité.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Monnaie virtuelle très peu connue du grand public, le bitcoin a fait parler de lui récemment dans un hôpital de Los Angeles. L'occasion de rappeler que ce système est aujourd'hui prisé des pirates et malfaiteurs en tous genres.

Atlantico : Un hôpital de Los Angeles vient de verser une rançon de 40 bitcoins (17000 dollars) à des pirates informatiques qui avaient pris le contrôle de son système informatique pendant plusieurs jours. Pourquoi des malfaiteurs utilisent-ils cette monnaie virtuelle pour effectuer leurs transactions ? Qu'est-ce qui les motive ?

Jean-Paul Pinte : Le Bitcoin reposait sur une technologie qui certifiait que cette monnaie ne pourrait pas être dupliquée, et qui s’assurait donc que cette dernière ne serait pas falsifiable : cette technologie s’est appelée la blockchain.

Avec la blockchain, une technologie associant la cryptographie et l’échange de "pair à pair" décentralisé, déjà utilisée pour le bitcoin depuis 2009, on a vu venir "l’Internet des transactions", totalement sécurisé.

Les bitcoins, on le sait maintenant, permettent d'acheter toutes sortes de choses telles que des logiciels, des produits réels et même... de la drogue ou des armes. Il reste fortement lié à la face sombre d’Internet qu’est le Darknet. Ils garantissent l'anonymat de l'acheteur, contrairement à une carte bancaire. Une belle aubaine pour les cyber-délinquants qui peuvent pratiquer le Kidnapping and Ransom en toute impunité voire opérer des opérations de chantage dans le cadre du mal de ce début de siècle : le vol de données.

Pour ses promoteurs, le bitcoin était destiné à devenir un système alternatif de paiement, peut-être même la vraie monnaie mondialisée qu’attendait notre XXIème siècle. On en parle encore comme le futur cash de l’Internet et sa seule légalité reposerait sur son existence ; son prix sur un strict mécanisme offre-demande.

En fait, le Bitcoin a d’abord intéressé les criminels puis les cybercriminels, car il était fondé sur un système de pénurie organisée, intraçable et géré par un vaste réseau centralisé. Le Bitcoin ne dépassera jamais les 21 milllions d’unités d’où sa forte volatilité… En juin 2014, on comptait quelque 13 millions en circulation et un Bitcoin valait environ 600 dollars. Il s’affiche actuellement autour de 376 € sur les principales plateformes de trading.

Dans un entretien retranscrit sur Knack.beMichèle Coninsx, présidente d’Eurojust, vient de mettre en cause Bitcoin, accusé une nouvelle fois d’être utilisé par l’Etat islamique. Aucune adresse Bitcoin n’a été révélée, mais l’agence européenne aurait convié des spécialistes afin "d’acquérir une meilleure compréhension de la façon de détecter et d’identifier les transactions en bitcoins."

L’absence d’autorité centrale facilite la tâche et dans ce cadre les cybercriminels ciblent aujourd’hui les porte-monnaie bitcoins. Ceux-ci sont matérialisés par un dossier créé sur l’ordinateur de l’utilisateur, disposant d’une signature unique équivalent à son numéro de compte. Les cybercriminels parviennent à accéder à ces dossiers supposément sécurisés pour dérober les fonds qui s’y trouvent.

Début 2013, le développement de botnets ou virus dépassant la simple intrusion dans le porte-monnaie bitcoin a été repéré. Il exploitait les multiples ordinateurs pris dans un botnet pour multiplier sa force de calcul et ainsi générer plus rapidement des bitcoins. Bien plus lucrative que le simple vol, cette méthode permet aux criminels de vendre des botnets (force de travail du "mining" de bitcoins) ou de générer des bitcoins à ensuite revendre contre des devises réelles ou des produits illicites, dont de probables failles 0-Day.

On voit aussi poindre à l'horizon des cyber-holdups bien moins risqués que ceux pratiqués dans la rue !

Avec le bitcoin utilisé dans le cadre d'extorsions ou d'autres activités illégales, les services de police et de renseignement font face à une menace d'un nouveau genre. Quelle est son ampleur réelle ? Est-ce un épiphénomène, ou les forces de l'ordre ont-elles vraiment du souci à se faire ?

Le Bitcoin et son utilisation par les cybercriminels voire cyberterroristes n’est pas nouvelle, il suffit de se rappeler la faillite de Mt.Gox en février 2014. Les pirates avaient paralysé toutes les sécurités de cette grande plateforme d’échanges de bitcoins implantée au Japon. Puis ce fut au tour de la plateforme canadienne Flexcoin qui s'est fait aussi voler près de 600 000 dollars en bitcoins dans sa chambre forte virtuelle.

Il ne s’agit là que de quelques exemples d’attaque, car les modes opératoires évoluent avec le temps et aujourd’hui les activités illégales autour du Bitcoin visent non plus seulement à attaquer ces plateformes, mais à se faire payer sous cette forme afin de rester encore plus dans l’anonymat et d’éviter ainsi la traçabilité de leurs cyber-délits par exemple.

Il y a de quoi inquiéter les forces de l’ordre en général, car il est possible d’envisager des cyber-blocages d’infrastructures comme celles du traitement de l’eau ou encore des centrales nucléaires. L’utilisation de cyber-blocages de systèmes d’exploitation ou leur prise en main par des cyber-délinquants sont toujours des risques auxquels ces établissements veillent chaque jour.

Une autre inquiétude est à prendre en compte, celle de la méconnaissance d’autres crypto-monnaies dont l’utilisation pourrait aussi causer de sérieux problèmes à nos services d’ordre. On croise en effet sur la toile Liqpay, Rupay, Paxum, Intellect money… Une zone aussi grise de la finance se dessine avec ces monnaies plus si virtuelles que cela. Les réseaux de malfaiteurs ont leur préférence dans ce portefeuille, selon Tracfin (Cellule de lutte contre le blanchiment de Bercy). Perfect money est ainsi utilisé pour les escroqueries financières internationales. Dans un autre ordre de cyber-délits, Ecoin sert à payer les médicaments contrefaits mais aussi les spammeurs chargés d’en faire la publicité, le faux Viagra en tête.

Les criminels peuvent faire des dépôts en cash sans aucune vérification et des échangeurs de monnaie virtuelle comme Ermoney y contribuent.

De quoi enfin s’inquiéter aussi lorsque l’on sait que des criminels peuvent déposer chez ZipZAP des montants en cash en se passant des vérifications qu’exigerait une banque et les transformer en monnaie virtuelle qui sera transférée à l’autre bout du monde, grâce à Ripple, en quelques minutes. 

Nous n’en sommes, comme pour la cybercriminalité, qu’au début des surprises…

Que peut-on faire pour lutter contre la criminalité liée au bitcoin ? Est-ce une question de connaissances, de moyens techniques, d'arsenal législatif... ?

La culture du Bitcoin est assez récente et surprend souvent celles et ceux qui découvrent le concept. De plus, difficile de suivre toute l’actualité de ces crypto-monnaies lorsque l’on annonce de temps à autre la disparition de cette monnaie tout en ventant sa volatilité.

Qui peut se targuer de parler de l’Ether, cette crypto-monnaie développée par la zougoise Ethereum ? Elle a vu son volume de transactions multiplié par 15 depuis début 2016. L’ether est devenue après six mois d’existence la deuxième devise virtuelle la plus échangée du marché. La technologie d’Ethereum dispose d‘intéressantes potentialités, mais elle va encore énormément évoluer, sans que l’on sache encore dans quel sens, alors que le Bitcoin semble avoir de plus en plus mauvaise presse. Les transactions de cette monnaie virtuelle sont de plus pour nos institutions financières difficilement détectables. Parmi les problèmes régulièrement pointés figurent les risques de blanchiment d'argent et le manque de transparence de ce marché.

La traçabilité des flux n'est en effet possible qu'au moment où la monnaie virtuelle est convertie en euros sur une plate-forme de change identifiée par les régulateurs.

Se posent aussi pour la France les questions de qualification juridique des monnaies virtuelles au même titre que le régime fiscal applicables à ces monnaies et leur régulation.

Le système est en effet intrinsèquement spéculatif, puisque la rareté y est pour ainsi dire programmée. Le rythme de création des bitcoins prévu par l’algorithme suit en effet une courbe décroissante, jusqu’à atteindre un maximum de 21 millions d’unités qui devrait être atteint en 2140, contre environ 12 millions d’unités aujourd’hui.

Mais cette "rareté organisée" est aussi la condition de son succès puisqu’elle garantit les détenteurs contre une dévaluation de leurs avoirs. Il n’existe pas de planche à Bitcoins comme le signale le Rapport d’information du Sénat et celui du Ministère du Budget et des Finances Publiques à propos des enjeux liés au développement et à l’encadrement du Bitcoin et des autres monnaies virtuelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Stanley Kubrick vu par Michel Ciment

02.

« Arrêt sur idées »

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires