En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 6 heures 43 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 8 heures 16 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 10 heures 33 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 14 heures 25 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 14 heures 55 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 16 heures 15 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 17 heures 14 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 17 heures 29 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 7 heures 41 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 8 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 14 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 15 heures 33 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 16 heures 53 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 17 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Entre le marteau et l’enclume

Moins d’aides de l’Etat, plus de demandes de RSA : pourquoi les départements ont raison de se révolter (même s’ils ont la mémoire courte)

Publié le 20 février 2016
Alors que Dominique Bussereau, président de l'Association des départements de France (ADF), s'élève contre le coût du RSA, difficile à assumer pour les départements, la situation est aujourd'hui critique. Si le coût de cette dépense a effectivement augmenté ces dernières années, ce n'est pas le cas des recettes des départements. Mais ces derniers ont également une part de responsabilité.
Jean-Luc Boeuf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Bœuf est administrateur général. Auteur de nombreux ouvrages, son dernier livre : les très riches heures des territoires (2019), aux éditions Population et avenir. Il est actuellement directeur général des services du conseil départemental de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Dominique Bussereau, président de l'Association des départements de France (ADF), s'élève contre le coût du RSA, difficile à assumer pour les départements, la situation est aujourd'hui critique. Si le coût de cette dépense a effectivement augmenté ces dernières années, ce n'est pas le cas des recettes des départements. Mais ces derniers ont également une part de responsabilité.

Atlantico : Le président de l'assemblée des départements de France, Dominique Bussereau, tire la sonnette d'alarme ce vendredi sur les difficultés qu'éprouvent les départements à financer le RSA. Comment expliquer une telle situation d'asphyxie financière des départements ? Qui est responsable ?

Jean-Luc Boeuf : Il faut revenir ici sur les conditions de création de ce que l'on appelle le RSA aujourd'hui et qui s'appelait le RMI auparavant. Lorsque le revenu minimum d'insertion (RMI) a été créé en 1989, nous étions alors dans un contexte de croissance très importante puisque le taux de croissance français était de près de 4% par an. On pouvait donc se payer une prestation complémentaire. C'est l'Etat qui en assurait l'instruction et les caisses d'allocations familiales (CAF) qui payaient.

En 2004, il a été décidé de transférer la gestion du RMI, devenu le RSA, aux départements. Pour ce faire, l'Etat a procédé de la façon habituelle : il a donné aux départements le montant de ce qu'il donnait l'année précédant le transfert. A l'époque, c'était équilibré. La difficulté est venue de ce que l'on appelle l'effet-ciseau entre les recettes et les dépenses des départements. Du côté des recettes, nous avons constaté une baisse relative ; du côté des dépenses, nous avons constaté une augmentation que les départements ne maîtrisent pas forcément.

La baisse des recettes relative est liée à plusieurs choses.

Premièrement, elle est liée à la reprise en main par l'Etat des dotations aux collectivités locales, et notamment de la dotation globale de fonctionnement qui a augmenté pendant très longtemps, puis augmenté moins, puis stagné, puis diminué légèrement… Aujourd'hui, elle diminue plus fortement. Avant même de commencer à gérer le moindre budget, les départements sont confrontés à une baisse de leurs dotations.

Deuxièmement, les départements sont confrontés à l'augmentation de certaines dépenses sociales. Il y a une loi qui n'est pas établie mais qui se constate : en période de difficultés économiques, vous avez un PIB qui est quasiment stagnant alors que les dépenses de prestations sociales augmentent de 3 à 4% par an.

Troisièmement, les départements sont confrontés à la question des droits de mutation, improprement appelés frais de notaire. Ce sont, pour la plupart, une recette des départements lorsqu'il y a une transaction immobilière. Quand le marché immobilier était dynamique, entre 1997-1998 et 2008, tout allait bien. En revanche, lorsque le marché s'est retourné en 2008, certaines recettes ont diminué. Les départements sont donc visés par une double baisse des recettes : celle de leurs dotations et celle de leurs droits de mutation.

Face à cela, vous avez deux solutions : soit vous diminuez certaines de vos prestations, soit vous cherchez à augmenter vos recettes. Vous me direz probablement "les deux, mon capitaine". Il y a certaines prestations non obligatoires que les départements diminuent (aides aux communes, subventions d'associations, subventions sportives, etc.). De l'autre côté, les départements sont obligés d'assumer tout ce qui relève des prestations sociales obligatoires, comme le RSA. Pour augmenter les recettes, certains départements augmentent très fortement le foncier d'actifs en 2016. Citons ici l'exemple du département des Yvelines, où il me semble qu'il y a eu une augmentation de plus de 60% du taux de foncier d'actifs.

Peut-on dire que les départements payent aussi en quelque sorte certaines politiques qu'ils ont menées dans les années 2000 ?

Si vous prenez la question du RSA à proprement parler, les départements n'y sont pour rien. Il subit de plein fouet une augmentation de dépenses qu'il ne génère pas. La loi est très claire : lorsque vous remplissez les conditions pour toucher le RSA, c'est le département qui paye. La différence est énorme : l'Etat donne environ 5 milliards de dotations par an aux départements, alors que le RSA coûte environ 9 milliards. Au fil des années, l'Etat a mis en place des plans exceptionnels, mais qui ne couvrent pas du tout le différentiel total.

Mais là où les départements peuvent avoir une part de responsabilité, c'est qu'à partir des années 1990 et jusqu'au milieu des années 2000, ils ont enclenché des politiques publiques qui n'étaient pas obligatoires mais qu'ils ont tout de même souhaité conduire. Personne ne les obligeait à mettre en place des prestations sociales dans certains domaines, personne ne les obligeait à financer certaines constructions de routes, à donner des subventions à d'autres associations, etc. Ils ont mis en place des politiques plus favorables car il y avait alors les recettes suffisantes pour les conduire.

Si les dotations de l'Etat aux collectivités territoriales baissent alors que le nombre de bénéficiaires d'allocations de solidarité augmente, comment les instances locales peuvent-elles s'en sortir ? L'Etat doit-il revoir sa politique de décentralisation et de prestations sociales ? Dans quel sens ?

Il y a deux manières de traiter le problème. Soit les départements disent "attendez, stop, c'est une politique nationale de l'Etat, c'est donc à lui de traiter la pauvreté et la précarité" et l'Etat recentralise alors cette compétence. C'est d'ailleurs une possibilité que soulèvent ouvertement certains présidents de conseils départementaux.

Deuxième possibilité : si l'Etat refuse de recentraliser le RSA, il faudra alors que les départements diminuent certaines dépenses et trouvent un moyen d'augmenter leurs recettes. On en revient ici à une partie de la première question.

Dominique Bussereau menace l'Etat de mesure de rétorsion s'il ne l'aide pas à financer le RSA (forcer les bénéficiaires du RSA à s'inscrire à Pôle Emploi pour plomber les chiffres du chômage, organiser des journées sans ramassage scolaire, sans cantine dans les collèges, sans entretien des routes... Ces menaces sont-elles crédibles ? Dans ces conditions, que peut-on attendre de sa rencontre programmée avec Manuel Valls la semaine prochaine ?

Nous avons l'impression d'être ici au théâtre, ou au moment de la crise grecque l'année dernière. Il y a une montée en puissance de certains acteurs et une montée des menaces. Il est à noter que le président de l'ADF Dominique Bussereau fait attention à ne pas brandir la menace de ne pas appliquer une dépense obligatoire, car l'Etat l'obligerait alors à réaliser cette dépense.

Je prends deux exemples. Si un président de département décidait de ne plus payer les dépenses de RSA, il est en faute légalement, et l'Etat peut l'obliger à les inscrire dans son budget. Deuxièmement, si un président de département décidait de ne pas inscrire dans son budget les crédits d'entretien d'un collège, il est aussi en faute. Cela fait partie de ses compétences obligatoires. En revanche, si un département décide ne pas assumer une dépense de transport scolaire, de restauration dans un collège ou d'entretien de route, cela fait partie de ses compétences mesurables plus difficilement, et il peut jouer la montre, bien évidemment. Il y a donc une vraie marge de manœuvre pour les départements.

Ce conflit Etat-départements a-t-il des chances de se résoudre prochainement ?

Il faut remettre ce débat dans la perspective politique actuelle, au niveau N+1 si je puis dire. Nous sommes en 2016, à un an de l'élection présidentielle de 2017. La volonté des pouvoirs publics est donc de faire tenir les choses pendant un an, et la volonté des départements est d'obtenir des compensations financières avant la présidentielle. Nous pouvons raisonnablement espérer qu'il y aura un nouveau geste financier de la part de l'Etat qui comblera une partie de la hausse du coût du RSA. Il faut rappeler que le RSA coûte environ 9 milliards par an. Le montant cumulé du budget de tous les départements est d'environ 70 ou 80 milliards d'euros. On peut donc dire que le RSA pèse un peu plus de 10% du budget des départements, ce qui n'est clairement pas négligeable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 21/02/2016 - 08:45
Les départements doivent commencer par faire leur ...
travail c.-à-d. contrôler la véracité des demandes et des bénéficiaires. Certains achètent des dossiers complets sur le net et s'inscrivent dans plusieurs département. A ce jour un tricheur était inscrit dans 17 départements et c'est tout à fait par hasard qu'il s'est fait prendre, il n'a même pas dû rembourser les sommes perçues abusivement. Ceux qui cumulent RSA et travail au noir, s'il y avait moins d'absence ( pres de 30 jours/ ans ) ces fonctionnaires auraient le temps de faire leur boulot.. Etre au RSA c'est le Graal, plus d'impôts, tout gratuits, et aides de toute sorte. Un patron d'entreprise était meme inscrit, a l'heure de l'informatique en croisant les fichiers un enfant de 10 ans y arriverait, pas nos fonctionnaires!...
Phlt1
- 20/02/2016 - 11:43
Je note que...
comme d'habitude, aucun commentaire (sauf à la marge) sur les sureffectifs des départements qui représentent bien plus de 10% du budget de ceux ci.!. Aujourd'hui dans les département, on fait tout pour ne plus payer les bénéficiaires du RSA: on fait des économies sur ceux qui sont le plus dans la détresse sans jamais penser à simplement réorganiser ces départements d'une façon simplement logique et efficace. Une nouvelle fois les politiques de droite comme de gauche ne remettent jamais en cause leur clientélisme.!. C'est à nous de changer, de supporter, de souffrir, pas à eux...!. Et ceci est simplement scandaleux.!. De plus, et à titre d'exemple, le montant total octroyé pour le RSA est absorbé à 80% par des structures semi publiques souvent présentées sous la forme d'Association et qui sont en réalité des entreprises qui viennent pomper une grande partie de ce que coûte le RSA. Seulement 20% du RSA va réellement à ceux qui en ont besoin.!. On retrouve la même chose dans la formation professionnelle. La vérité c'est que dans ce pays personne ne fait son boulot.!. Sauf les salariés du privé qui portent sur leurs épaules toute la gabegie de l'administration française. Une honte.!.
Lafayette 68
- 20/02/2016 - 11:37
Allez à la chasse !
A la chasse aux dépenses superflues , inutiles : les subventions pour ci pour ça ...les assos ! , les emplois pépères et autres réceptions...
Gérez comme le commun des mortels , en bon père de famille , ça ira vite mieux!