En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© wikipédia
L’école au rabais

6 000 jours de classes non assurés malgré la création de 35 000 postes : profs ou Education nationale, à qui la responsabilité ?

Publié le 22 février 2016
6 000 jours de classes n'ont pas été assurés depuis septembre 2015 selon la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves (FCPE). Malgré la création de 35 000 postes par l’Education nationale depuis 2012, les élèves sont toujours confrontés à une pénurie de professeurs.
Sébastien Clerc, né en 1976 est professeur de français et d’histoire géographie dans un lycée professionnel à Tremblay-en-France. Il enseigne en Seine-Saint-Denis depuis 2000. Il est auteur de Face à la Classe, coécrit avec le philosophe Yves Michaud,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sebastien Clerc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Clerc, né en 1976 est professeur de français et d’histoire géographie dans un lycée professionnel à Tremblay-en-France. Il enseigne en Seine-Saint-Denis depuis 2000. Il est auteur de Face à la Classe, coécrit avec le philosophe Yves Michaud,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
6 000 jours de classes n'ont pas été assurés depuis septembre 2015 selon la Fédération des Conseils de Parents d’Élèves (FCPE). Malgré la création de 35 000 postes par l’Education nationale depuis 2012, les élèves sont toujours confrontés à une pénurie de professeurs.

Atlantico : Classes surchargées ou sans enseignant : comment expliquez-vous que les investissements massifs de l’Education nationale, premier budget de l’Etat, soit si peu efficaces pour enrayer cette situation ? 

Sébastien Clerc : Je crains que beaucoup de collègues ou étudiants susceptibles d’avoir la vocation soient découragés par les difficultés d’enseigner aujourd’hui. Les élèves ont de plus en plus de mal à se concentrer. Ce problème est insuffisamment pris à bras-le-corps par l’Education nationale. La formation des enseignants est soit inexistante (pour les maîtres auxiliaires), soit insuffisante : axée exclusivement sur une pédagogie assez déconnectée des réalités du terrain. Des méthodes pédagogiques existent, qui aident les groupes difficiles à se concentrer (travail en sous-groupe avec des procédures précises, utilisations réfléchies de la vidéo-projection, techniques inspirées par le yoga pour l’aide à la concentration des élèves…). La question stratégique de la communication avec les jeunes est très peu évoquée. Par ailleurs, la gestion des sanctions n’est jamais abordée (sauf parfois sous un angle juridique, très peu concret) ; qu’on le veuille ou non, cela fait partie de la réalité de la gestion des classes… 

Plusieurs professeurs expérimentés s’en sortent bien avec leurs classes, mais on les écoute insuffisamment, on ne fait pas suffisamment profiter les enseignants débutants de toute cette riche expérience du terrainPar ailleursla rémunération est insuffisante et injuste. Débuter dans ce métier difficile, après un bac +5, à 1400 euros, cela n’attire pas assez, évidemment… De plus, l’évolution de la rémunération est de plus en plus "lissée". On peut se démener pour les élèves, mener de nombreux projets, organiser bénévolement des activités périscolaires : peu ou prou aujourd’hui, le salaire n’évolue pas plus que celui d’un enseignant qui fait le minimum. Je pense qu’instaurer davantage de "mérite" dans la rémunération aiderait à la reconnaissance de ceux qui s’investissent le plus.

Quelle disparité cache ce chiffre ? On sait aussi qu'entre 250 et 400 classes se retrouvent, chaque jour, sans instituteur en Seine-Saint-Denis. Des départements sont-ils donc plus touchés que d’autres ? Pourquoi ?

Si dans les départements de banlieue parisienne, où la situation sociale des élèves est la plus dramatique et où les conditions de travail sont les plus difficiles, la rémunération est la même qu’ailleurs (et même le pouvoir d’achat moindre par rapport à la province du fait du coût de la vie en Ile-de-France), il ne faut pas s’étonner que le recrutement des enseignants soit plus laborieux et que la motivation des recrutés soit plus fragile… De même, pour avoir choisi de faire toute ma carrière en Seine-Saint-Denis (et ne pas demander à muter, comme la plupart de mes collègues issus de province), je ne bénéficie d’aucune gratification si je voulais rester. En revanche, on me proposait des points supplémentaires pour obtenir, après cinq ans, la mutation que je ne désirais pas. Finalement, on nous pousse à partir !

Quelles sont les principales raisons de l'absentéisme des enseignants ou de leurs non-remplacements ? Celles-ci ne diffèrent-elles pas aussi selon les zones concernées ? 

Le recrutement est problématique. On continue de sélectionner les enseignants selon leur aptitude à trouver de belles problématiques alors que la réalité de leur métier sera de motiver des groupes de jeunes souvent difficiles et de leur transmettre des connaissances… Naturellement, les conséquences sont d’autant plus graves que les professeurs débutants sont envoyés directement dans les zones les plus difficiles, dans l’académie de Créteil où les classes sont les plus chahuteuses… Enfin nous sommes épuisés par les réformes "usines à gaz" décidées par le ministère, comme l’actuelle réforme du collège. Je rêve d’un ministre qui s’en tienne à appliquer un "kaïzen" de l’Education Nationale : repérer les dysfonctionnements et opérer de petits changements progressifs dans le cadre d’une réflexion constante sur ce qui peut être amélioré, sans chercher à réinventer l’eau chaude, et je souhaiterais une politique qui ferait davantage confiance aux enseignants pour les pédagogies décidées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vauban
- 23/02/2016 - 09:07
Petite anecdote
Un "patient"reçu pour bilan d assurance vie(émprunt"

Prof d EPS DANS LE POOL DE REMPLACEMENT
me dit d in air Amüsé Qu il est appelé environ 8 à15j/trimestre

A donc monté son entreprise de rénovation pour clientèle anglaise s installant dans notre beau pays

Société de 3 salariés anglais ,siège social en banlieue de Londres
Fiscalité et charges anglaises

Bonne journée les cocus!
Anguerrand
- 23/02/2016 - 06:36
Les enseignants et les " petits salaires"
Petits salaire peut être mais ils travaillent 1 jour sur 3 dans l'année, ont des vacances scolaires avec leurs enfants, donc n'ont aucun problemes de garde. 140 jours officiels, aux quels il faut retirer les " maladies" 23 jours de moyenne, les journées du maire, les voyages " éducatifs " au Puy du Fou par exemple, les journées de formation, les journées non déclarées, les réunions syndicales et j'en passe. Des profs d' EPS qui rentrent à la maison tranquillement. On peut bien recruter 100.000 enseignants, ils en manquera toujours autant. Le problème n'est pas la quantité mais bien la qualité, quand on voit que les enfants sortant du CP ne savent pas lire, c'est un scandale national. Il faut donc considérer que les salaires sont énormes par rapport aux journées travaillées et pire à l'heure travaillées avec des cotisations très inférieurs au privé et un retraite précoce.
langue de pivert
- 22/02/2016 - 17:31
PAS PROVINCE : RÉGION BORDEL :-( Peut mieux faire !)
Ça m'énerve ! §§§ De même, pour avoir choisi de faire toute ma carrière en Seine-Saint-Denis (et ne pas demander à muter, comme la plupart de mes collègues issus de province) §§§ En tant que professeur de français-histoire-géo il ne vous a pas échappé que nous ne sommes pas au Canada et que la France est divisée en régions ! Ceci étant dit pour le reste "c'est pas faux" comme disent les ados ! ☺ Ça serait même plutôt bien analysé par une personne qui connait son sujet ! "Un "régional" plutôt grincheux et susceptible" ☺